Contenu

Mars: je suis jeune et riche et cultivé, et je suis malheureux, névrosé et seul

Résumé
Fils d'une famille patricienne de Zurich, celui qui a écrit ce livre sous un pseudonyme fut ce qu'on appelle un enfant bien élevé. Dans la somptueuse villa, au bord du lac, régnait l'entente parfaite. Un certain ennui aussi, qui tient à la bienséance. Pressé d'écrire car il se sait condamné par un cancer qui ne lui laissera aucune chance, Zorn décrit les travers de ses parents et de la bourgeoisie suisse. Avec une ironie noire teintée d'humour, jamais les contraintes et les tabous qui pèsent, aujourd'hui encore, sur les esprits soi-disant libres, n'ont été analysés avec une telle pénétration. Jamais la fragilité de la personne, ce rapport, toujours précaire et menacé, entre le corps et l'âme, qu'escamote souvent l'usage commode du terme psychosomatique, n'a été décrite avec une telle lucidité, dans une écriture volontairement neutre, par celui qui constate ici, très simplement, qu'il a été " éduqué à mort ". Il avait trente-deux ans.
Durée: 9h. 44min.
Édition: Paris, Gallimard, 2003
Numéro du livre: 14781
ISBN: 9782070373680
Collection(s): Folio

Documents similaires

Durée:3h. 51min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:74475
Résumé: Installée en Suisse depuis son plus jeune âge, elle ne s’était jamais préoccupée de son père biologique, un ingénieur britannique avec qui sa mère avait eu une liaison alors qu’elle-même travaillait sur le chantier du réacteur. Mais la dépêche marquant la fin d’un cycle, celui de l’utopie nucléaire, ébranle la narratrice au point qu’elle décide d’en savoir plus sur son géniteur. La voici à Holyhead, au pays de Galles, où il a vu le jour. La chance lui fait obtenir une adresse dans le Michigan. La lettre qu’elle écrit restant sans réponse, elle s’autorise à inventer une vie à cet homme qu’elle ne connaît pas et qui ne l’a jamais reconnue. Les quelques jalons dont elle dispose déterminent les étapes de sa recherche : elle se retrouve à visiter les centrales où a travaillé l’ingénieur mécanicien reconverti dans le nucléaire, sur l’île d’Anglesey d’abord, puis à Taïwan et enfin, après la parenthèse coréenne, à Monroe, au bord du lac Érié. Partie sur les traces d’un père, Rinny Gremaud va trouver des centrales atomiques. Sans se départir de la distance et de l’ironie qui font le sel de ce livre, mais aussi sa grande pudeur, elle va magnifiquement entrelacer enquête journalistique et quête intime, faisant de ce generator un personnage de papier qui s’enrichit du silence de son modèle
Durée:3h. 40min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:74447
Résumé: Enfant, le dimanche, Bruno Pellegrino se réveille tôt: il lui faut vider et reclasser son bureau. Dans le tiroir du bas: les objets à sauver le jour où la maison brûlera. Devenu adulte, il cherche toujours une issue entre la hantise de perdre et l'obsession de s'alléger, qu'il trie les archives d'une écrivaine décédée, se lance sur la piste d'une poétesse inconnue ou cherche à fixer un souvenir d'enfance. Des pages lumineuses sur notre besoin de conserver et le bonheur de lâcher du lest.
Durée:8h. 53min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:39161
Résumé: Che est le double de l'auteur, qui prend une distance amusée à regarder son personnage se démener et faire des rencontres...
Lu par:Romain Schmid
Durée:1h. 9min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:71759
Résumé: Julien Burri fait de la maison en molasse de son grand-père récemment détruite le personnage principal de son roman. À travers les souvenirs familiaux, ce sont trois générations qui s’entremêlent dans une ode à la nature et à la beauté du quotidien. D’une plume délicate et sensible, l’auteur romand raconte un amour qui traverse le temps dans un lieu voué à disparaître
Durée:7h. 8min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:38123
Résumé: Dans La Musique engloutie, Christian Haller explore un pan mythique de son histoire familiale, l’enfance de sa mère dans le Bucarest florissant de 1920 : des premières années idylliques qui ont brutalement pris fin avec l’exil en 1926 et ont laissé une blessure jamais refermée. Pour soulager sa mère vieillissante, « apprendre pourquoi elle s’est éteinte de son vivant comme une espèce de l’ère primaire », Haller décide de partir à son tour pour la Roumanie. Là, il rencontre un passé plus récent, celui de l’ère Ceau?escu. Objets, matières et textures, architecture et photographies sont autant de moyens pour voyager dans le temps, pour revivre l’Âge d’or de la Mitteleuropa ou les années noires de la Seconde Guerre mondiale puis de la dictature. La Musique engloutie réinvestit de manière chatoyante les grands bouleversements qui ont secoué l’Europe du XXe siècle, en mariant la petite histoire à la grande.
Durée:6h. 27min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:35155
Résumé: La vie de l'écrivain écossais Robert Louis Stevenson (1850-1894) recèle des mystères jamais élucidés. Grand voyageur, rêveur et chef de clan, Stevenson passe les dernières années de sa vie sur les îles Samoa, mais la fortune qu'il y affiche ne peut provenir de ses succès littéraires. Et s'il avait pris la chasse au trésor à la lettre ? Parti sur ses traces, Capus livre un passionnant récit d'aventure qui, s'il fourmille de pirates et de trafics en tout genre, fait aussi la part belle aux trésors de l'âme, matière première de tout écrivain.
Durée:9h. 12min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:76032
Résumé: L’histoire d’Emile Jeanneret né au Locle en 1758. Fils de charpentier il en apprend le métier et son excellence le conduira à réaliser des travaux compliqués comme la réparation des moulins sous-terrains du Col-des-Roches. Doté d’un grand talent de dessinateur, il est engagé dans les manufactures d’indiennes neuchâteloises et sera choisi pour illustrer un beau livre sur les papillons d’Amazonie. Grâce à son parrain Abraham Louis Perrelet, il se rend à Genève pour apporter la première montre automatique à la Société des Arts. Il fait ainsi la connaissance d’une famille de banquiers et connaîtra l’amour avec la fille du pater familias. Il visite (et espionne…) la fabrique d’indiennes des Fazy, puis rencontre David Purry à Lisbonne qui l’envoie au Brésil pour réparer les galeries de ses mines de diamant. Il découvre ainsi le commerce triangulaire avec son lot de souffrances. Le travail au Brésil s’avère plus compliqué que prévu et Emile ne doit la vie sauve qu’à l’intervention musclée de son frère parti à son secours. L’ouvrage est basé sur le journal tenu par Emile Jeanneret et retrouvé par miracle.
Durée:2h. 39min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14871
Résumé: Dans le troisième roman de Pierre Béguin, Terre de personne (L'Aire, 2004, Livre de la Fondation Schiller 2005), le narrateur pénètre en plein coeur de la forêt amazonienne à la recherche de tombes précolombiennes encore inexplorées. Il ne se doute pas que cette expédition va se transformer en une suite d'épreuves terrifiantes. Ce livre, qui peut se lire comme un captivant roman d'aventures, est aussi une tentative de réponse aux interrogations que posent la douleur et la mort. En corrigeant son manuscrit, six ans après l'avoir écrit, l'auteur s'aperçoit que la fiction qu'il a imaginée le renvoie au drame tout proche qui a bouleversé sa vie et celle de L***, sa femme : la perte, au bout d'une semaine d'angoisse insoutenable, d'un enfant longtemps attendu, ardemment désiré. Certes, les circonstances sont totalement différentes, mais cette mort injuste, scandaleuse, appartient, comme la descente aux enfers du pilleur de tombes, à un monde où, pour pouvoir survivre, il est impératif de trouver un sens à la souffrance. « Je ne voyais, note Pierre Béguin, que eux manières d'accomplir cette mission : cimenter du substrat même de cette tragédie ma relation avec L*** et raconter l'histoire de cet enfant à qui la vie n'avait laissé aucune chance. » C'est ce qui l'a décidé à écrire Jonathan, son premier ouvrage autobiographique. Un récit sobre, poignant, qui lui permet d'entrevoir, au-delà de la douleur et malgré son apparente absurdité, « une cohérence mystérieuse qui rayonne sur le cours des choses ». Yvette Z'Graggen
Durée:3h. 3min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:70746
Résumé: « Che-vro-let ! Che-vro-let ! » : début XXe siècle, l’Amérique est ébahie devant les prouesses de Louis Chevrolet. Né en Suisse en 1878, le jeune homme a grandi en Bourgogne où il est devenu mécanicien sur vélo avant de rejoindre, près de Paris, de florissants ateliers automobiles. En 1900, il quitte la France pour le continent américain. Très vite, au volant des bolides du moment, Fiat ou Buick, il s’impose comme l’un des meilleurs pilotes de course. En parallèle, il dessine, conçoit et construit des moteurs. Ce n’est pas tout, avec Billy Durant, le fondateur de la General Motors, Louis crée la marque Chevrolet. Billy Durant la lui rachète pour une bouchée de pain et obtient le droit d’utiliser le nom de Chevrolet en exclusivité. Des millions de Chevrolet seront vendues sans que Louis ne touche un sou. Peu lui importe. L’essentiel est ailleurs. Pied au plancher, Michel Layaz raconte la vie romanesque de ce personnage flamboyant qui mêle loyauté et coups de colère, bonté et amour de la vitesse. À l’heure des voitures électriques, voici les débuts de l’histoire de l’automobile, avec ses ratés, ses dangers et ses conquêtes.
Durée:3h. 35min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:71179
Résumé: " Vous savez bien que je ne cherche rien d'autre, dit-il enfin. Ma musique, des boutons, un habit... c'est la même chose... tout ce qui est bon, véritable et beau... le reste... rien... " De Mozart, on dit qu'il est divin. Mais l'homme se vivait-il ainsi ? Toute sa courte vie durant, de l'enfant prodige qu'il a été jusqu'à sa mort prématurée, Wolfgang Gottlieb Mozart, de son vrai nom, a confié à la musique tout ce qu'il avait à dire. Avec ce livre, Matthieu Mégevand réussit le tour de force de " capturer " Mozart en peu de pages, de nous le faire " entendre " en littérature, et de révéler ainsi son inextinguible quête de beauté. Après La bonne vie, sur le poète Roger-Gilbert Lecomte, et Lautrec, sur le peintre, Tout ce qui est beau clôt avec Mozart une trilogie intitulée " créer-détruire " sur ces trois artistes incandescents morts en pleine fleur de l'âge.
Lu par:Madiana Roy
Durée:9h. 2min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:33334
Résumé: Avant 1946, ma mère qui avait grandi dans le canton de Berne avait rarement quitté son canton. Elle parlait mal le français. Vivre à l'étranger, en France, dans un pays qui sortait tout juste d'une guerre particulièrement violente était pour elle une épreuve presque insurmontable. Elle aimait pourtant accueillir tous ceux que mon père, « le pasteur des Suisses », trouvait sur son chemin, mais quittait rarement Cathala, son havre, sa patrie, son refuge.
Durée:11h. 44min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:38599
Résumé: Jacques Vallotton nous dévoile la « road story » d’un journaliste qui roule de nuit entre Lausanne et le Val d’Anniviers. Pour lui, ce voyage n’est pas banal, car il quitte le micro et dit adieu à 40 ans de métier. Seul derrière son volant, il se sert des lieux et des paysages qu’il traverse pour éveiller sa mémoire. Cela lui permet de faire revivre quelques points forts de sa vie et de sa carrière. Durant son trajet, il sera poursuivi en particulier par le souvenir obsessionnel d’un ancien Président de la Confédération dont il soupçonne une part d’ombre, sans avoir eu la possibilité d’enquêter à ce sujet. Un acte de censure l’en a empêché, violant ainsi la liberté d’informer et, par là même, la liberté d’expression. Au fil des kilomètres resurgissent des événements de la grande et de la petite histoire de ce coin de pays qui se sont passés dans la deuxième moitié du XXe siècle, en particulier dans les cantons de Vaud et du Valais. C’est l’occasion de rappeler quelques affaires qui avaient fait les manchettes à l’époque, comme Epurex, Dorsaz, Savro. Des faits oubliés ou inédits du monde politique et économique refont surface tout au long d’un parcours qui joue le rôle de révélateur. Et le journaliste, enfin libéré de son dernier emploi, peut aborder les coulisses insoupçonnées des médias, la presse n’étant guère bavarde sur sa cuisine interne. Ce récit fait aussi ressortir l’ampleur de la transformation de la société et des techniques de communication en un demi-siècle. L’homme de presse, du plomb au numérique, a vécu ce prodigieux bond en avant. Sur le plan personnel, il a aussi évolué et cela donne une épaisseur humaine à ce trajet qui s’achève à l’aube au pied d’un mélèze séculaire. L’auteur de "Jusqu’au bout des apparences" a choisi la liberté de ton d’une autofiction pour son récit.