Contenu

La Mauricienne

Résumé
Ce roman relate l'histoire captivante d'une Mauricienne qui, comme tant de ses compatriotes, a jeté son dévolu sur la Suisse pour y trouver le bonheur qu'elle n'a pas découvert dans son île paradisiaque...
Genre littéraire: Roman terroir
Durée: 5h. 41min.
Édition: Vulliens, Ed. Mon Village, 1985
Numéro du livre: 3444

Documents similaires

Durée:6h. 20min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:2486
Résumé:
Durée:4h. 28min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:1115
Résumé: Pipe, valet de ferme, est maintenant à la retraite. Ayant gagné un appareil photo dans une fête, il s'enthousiasme pour la photographie et réalise un reportage sur les bouleversements progressifs de la ferme dans laquelle il avait travaillé pendant huit ans.
Lu par:Olga Cherix
Durée:3h. 41min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:1456
Résumé: Albert-Louis Chappuis est né le 5 mars 1926 à Vulliens. Fils d'agriculteur, il reprend le domaine familial qu'il modernise et dont il triplera la superficie grâce à ses revenus d'éditeur. Très vite il prend la plume à ses heures perdues et il fonde Les Editions Mon Village puisque aucun éditeur ne veut publier son manuscrit de La moisson sans grain en 1955. Il vend ses ouvrages par correspondance via à un système de souscription et le succès est présent grâce à la cohérence thématique des romans s'inspirant du terroir et de la condition paysanne. Albert-Louis Chappuis lance un concours du "roman du terroir", Le catalogue s'étoffe et d'autres auteurs arrivent tel que André Besson (de France voisine), Bernard Clavel, Urbain Olivier. Les tirages atteignent souvent 20 000 exemplaires. Albert-Louis Chappuis est décédé le 26 juin 1994 à Lausanne.
Durée:4h. 52min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:5025
Résumé: Un roman qui oppose deux clans dans un village éloigné de la cité. L'un est favorable à la création d'une zone «villas», mais ses motivations sont peu claires. La cupidité pourrait bien avoir remplacé le développement. L'autre, attaché à sa terre, est farouchement opposé à ce projet. Le dialogue devient vite dispute et les choses s'enveniment. Qui l'emportera ?
Durée:5h. 32min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:380
Résumé: Avant de mourir, la mère de Dani lui communique suffisamment de renseignements pour retrouver ce père qu'il n'a jamais connu. Et ce n'est autre que de Sébastien Cachin qu'il s'agit, personnage principal de « L'enfant d'un autre ». Ce roman reprend donc de manière différente la problématique de l'adoption. Et l'on aperçoit qu'il n'est pas facile de reconnaître son propre enfant.
Durée:6h. 53min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:2434
Résumé: Dans un village vaudois, le syndic fortuné convoite le domaine lourdement hypothéqué d'un député. Tous les moyens lui semblent bons pour y parvenir. Mais c'était sans compter sur l'amour naissant entre sa propre fille et le fils du député. C'est donc dans un inextricable tissu de politique et de sentiment que se développe le drame de ce roman profondément vrai.
Durée:5h. 48min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:19688
Résumé: Gus a quitté l'enfance un été de canicule. Alors qu'il aide son père paysan, lit et relit ses bandes dessinées, se baigne dans un réservoir souterrain avec Mado, la fille perdue du village, son univers familier et rassurant se fissure. La mère de Gus, présence constante, tendre et complice s'éloigne peu à peu de lui, tandis que son père, pourtant véritable force de la nature, s'enferme dans sa chambre pour cuver son chagrin. L'impensable arrive. Gus doit alors prendre en main l'exploitation, guider les camions-citernes de l'armée vers les champs desséchés, traire les vaches trop pleines d'avoir été oubliées. Quand il découvre le secret de sa mère, dans une scène magnifique de pudeur, il vit la fin d'un monde.
Durée:1h. 48min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:33386
Résumé: Jean-Pierre Rochat écrit comme il respire, à pleins poumons, en haut de sa montagne à la belle herbe grasse, dans la partie francophone du canton de Berne. Au petit matin brumeux, alors que persiste la mémoire des rêves, il note ses incursions dans l'étrange, puis sort soigner ses bêtes. Les messages qu'il nous adresse sentent la chèvre, le cheval ou le sapin. Ce sont "les mini-romans de sa vie". De courts récits, tour à tour narquois, lucides ou graves, par lesquels il nous insuffle sa folie, son appétit d'amour et sa poignante reconnaissance de la mort. Les fêlures insoupçonnées d'un éleveur de chevaux nous "montent au cerveau en finesse".
Durée:11h. 14min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:30539
Résumé: En 1897, Édouard Rod publie un roman intitulé Là-Haut dont il situe l'action dans une région qu'il connaissait bien pour y avoir séjourné à plusieurs reprises. Sous le nom d'emprunt de Vallanches, il est aisé d'identifier le village de Salvan, perché dans la vallée du Trient en Valais. Là-Haut, comme l'ensemble de l'œuvre romanesque de Rod, a quasiment disparu de notre mémoire littéraire, phénomène d'autant plus étonnant que cette œuvre était fort connue et appréciée au début du siècle. Un critique comme Victor Giraud n'hésitait pas en son temps à saluer Édouard Rod comme « l'un des maîtres de l'heure ». Relire Là-Haut un siècle plus tard est plus qu'un divertissement. On y redécouvre un monde, une mentalité, des caractères. Au-delà de l'intrigue amoureuse qui conduit le héros blessé, Julien Sterny, sur la voie du salut, Édouard Rod guide le lecteur curieux sur d'autres pistes : historiques, ethnographiques et littéraires. On s'y engage dans ces vallées alpestres qui s'ouvrent au tourisme et l'on comprend mieux le rôle joué par les écrivains romands — Rambert, Javelle et Rod lui-même — dans cette ouverture. On est convié à prendre part à la vie d'une communauté montagnarde avec ses conditions d'existence précaires, ses figures pittoresques, ses coutumes et les convoitises qui menacent sa cohésion. Mais l'un des aspects les plus captivants de Là-Haut, c'est que l'on y retrouve, avec un siècle d'avance, les grands débats écologiques de notre temps : Vallanches, livré à la « marée du progrès », voit s'affronter les intellectuels, protecteurs de la nature, et les partisans du développement touristique avec à leur tête Monsieur de Rarogne, l'ancêtre lointain des « maquereaux des cimes blanches » de Maurice Chappaz.
Durée:2h. 21min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:19348
Résumé: Un petit village dans une vallée étroite, encadrée de hautes montagnes, où il est question de trains qui toutes les heures descendent la vallée, d'as du yass et de joyeux lurons, de la truie de l'Adolfdallamaria et de la liqueur d'œuf du poète, de la grand-mère qui se tient de travers, et des cercueils du grand-père. Un enfant observe ce monde d'adultes, familier et insolite à la fois. Son regard direct et son ton insouciant dissimulent les abîmes ouverts par le texte. Arno Camenisch décrit la perte et la disparition avec une intensité particulière. Il transporte dans sa langue les tonalités romanches et compose une mélodie singulière, où s'allient tendresse et concret, humour et sérieux pour former des images touchantes et vives.
Lu par:Karine Maurer
Durée:5h. 8min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:20203
Résumé: À la mort de son père, Chasper Fluri, quadragénaire célibataire, hérite de la maison familiale... et d'une énorme dette au café du village. Déterminé à vivre dans la vieille maison, Chasper se bat, enchaîne démarches sur démarches, recherche de l'aide auprès de ses connaissances. Mais il se heurte aux ambitions du maire (et tenancier du bistrot) qui convoite la maison et le terrain. Dans ce roman remarquable, Oscar Peer décrit avec subtilité l'évolution du comportement des villageois face à un concitoyen en difficulté et les sentiments de ce dernier, déterminé à se battre jusqu'au bout.
Lu par:Collectif BSR
Durée:1h. 51min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:17530
Résumé: Cinquante et un tableaux du journal d'un homme qui a décidé de faire une retraite dans l'errance et la solitude. Il quitte la ville et sa peau de citadin pour se lancer, sac au dos, dans une longue marche dont le but se dévoile au fil de l'écriture: «atteindre un état intérieur et non un lieu», «se perdre au bout des frontières intimes », «franchir des terres qui font traverser les limites permises ». Ce marcheur infatigable vit enfin au gré de ses humeurs, et des intempéries. Au-delà des paysages, des animaux et des fleurs, les rencontres qui prennent corps, dans les églises et les châteaux visités, font de ce périple une expérience proche du pèlerinage.