Contenu

Les vies de Chevrolet

Résumé
« Che-vro-let ! Che-vro-let ! » : début XXe siècle, l’Amérique est ébahie devant les prouesses de Louis Chevrolet. Né en Suisse en 1878, le jeune homme a grandi en Bourgogne où il est devenu mécanicien sur vélo avant de rejoindre, près de Paris, de florissants ateliers automobiles. En 1900, il quitte la France pour le continent américain. Très vite, au volant des bolides du moment, Fiat ou Buick, il s’impose comme l’un des meilleurs pilotes de course. En parallèle, il dessine, conçoit et construit des moteurs. Ce n’est pas tout, avec Billy Durant, le fondateur de la General Motors, Louis crée la marque Chevrolet. Billy Durant la lui rachète pour une bouchée de pain et obtient le droit d’utiliser le nom de Chevrolet en exclusivité. Des millions de Chevrolet seront vendues sans que Louis ne touche un sou. Peu lui importe. L’essentiel est ailleurs. Pied au plancher, Michel Layaz raconte la vie romanesque de ce personnage flamboyant qui mêle loyauté et coups de colère, bonté et amour de la vitesse. À l’heure des voitures électriques, voici les débuts de l’histoire de l’automobile, avec ses ratés, ses dangers et ses conquêtes.
Durée: 3h. 3min.
Édition: Genève, Ed. Zoé, 2021
Numéro du livre: 70746
ISBN: 9782889279159

Documents similaires

Durée:4h.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:39276
Résumé: Silke se souvient du temps passé à La Favorite alors qu’elle avait dix-neuf ans et s’occupait chaque fin d’après-midi de la petite Ludivine. Embrasser les arbres, apprendre à voler comme les oiseaux, dormir à la belle étoile, neuf mois durant, toutes deux auront vécu côte à côte dans un monde onirique, en marge des parents de la fillette absorbés par leur relation exclusive. Avec ce nouveau roman, Michel Layaz poursuit son exploration des failles familiales. Il attrape avec précision les gestes d’une enfant qui s’arcboute de joie après un coup réussi au billard, qui se caresse les épaules de satisfaction lors d’un moment d’intense concentration et dont les mots peuvent rappeler ceux des meilleurs poètes : « J’ai envie de larmes ».
Durée:5h. 57min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:32563
Résumé: Aujourd'hui mondialement reconnus, les dessins et les peintures de Louis Soutter (1871- 1942) n'ont été remarqués de son vivant que par un cercle restreint de connaisseurs. Parmi eux, Le Corbusier et Jean Giono ont été subjugués par le trait libre de l'artiste, vrai sismographe de l'âme. Formé à la peinture académique, violoniste talentueux, marié à une riche Américaine, puis directeur de l'Ecole des beaux-arts de Colorado Springs, Soutter mène pourtant, dès 1902, une vie d'errance jusqu'à son internement forcé à l'âge de 52 ans dans un asile pour vieillards du Jura suisse. C'est là qu'il parvient à donner forme à l'une des œuvres les plus inclassables de l'histoire de l'art. Il fallait une langue souple et subtile pour faire ressentir l'étrangeté de cet homme et nous entraîner le long d'une vie marquée par la solitude, ponctuée aussi par quelques éclats de lumière et transportée surtout par la puissance de la création. [Source : éditeur]
Durée:6h. 18min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:30391
Résumé: Ce sont quatre personnages à la dérive et héritiers, à leur insu, d'un passé douloureux. Chacun manifeste, avec sa voix, avec ses mots, son isolement et son délaissement. Le père est à Paris. Il tient un journal intime où il raconte son obsession à regarder mourir ses poissons rouges et comment le sommeil, petit à petit, le quitte. La fille, vive et sensuelle, divulgue ses aventures romaines et décrit des scènes de martyre. Le fils, à Damas, adresse des missives d'un humour désespéré à un destinataire inconnu. La mère, enfin, évoque un passé qui surgit au hasard de photographies anciennes et non classées. Les membres de cette famille ne se parlent pas, ne s'écrivent pas, mais chacun dévoile, à sa manière, le passé dont il a hérité. Quel geste, quel événement, a pu provoquer cet éclatement ? Chaque récit possède une écriture forte et affûtée pour qu'apparaissent avec réussite les figures de cette famille décomposée où s'enchevêtrent désirs et violence.
Durée:4h. 55min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19969
Résumé: "Pauvre type !" Prononcée avec calme par un adolescent dans une file de supermarché, cette interjection bouleverse son destinataire, le héros de ce livre. Sans le savoir, l'adolescent vient de fissurer la vie intérieur d'un homme qui se protège par une routine sans faille, un homme certain qu'aucun événement extraordinaire ne doit venir briser la logique implacable de l'existence qu'il s'est construite. Pour éviter que son monde ne vacille, l'homme se résout à s'enregistrer sur son téléphone portable. Il raconte son quotidien : le travail, la bibliothèque, les collègues, le tapis de course, les quelques amis, la famille, la multitude de livres lus pour trouver quelques rares phrases à ajouter à son petit panthéon privé. Rien n'y fait. Le "pauvre type" le hante.
Durée:5h. 26min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16087
Résumé: Marie-Rose, généreuse, idéaliste et orgueilleuse, aimerait que Boniface écrive. Boniface préfère rester « inoccupé et anonyme, et de loin ». Houspillé par sa belle, Boniface peine à cultiver son indolence désabusée et se voit devenir le héros don quichottesque d'aventures finalement très joyeuses. D'érudit paresseux, il apprend sous nos yeux à devenir gourmand de la vie. Et même passionné. Boniface a l'amour de la différence, Marie-Rose est une enthousiaste critique. Alors tout le monde est égratigné : les riches et les pas riches, les célèbres et les pas célèbres, la pensée unique, les snobs, les travailleurs, les ados, les écrivains, les journalistes, les inspirés et les sportifs.
Lu par:Simone Chaix
Durée:3h. 57min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12409
Résumé: Roman personnel. 4ème de couverture : Pourquoi cette mère, avec le cadet de ses fils, marque-t-elle autant de différences? Et pourquoi des larmes le jour de l' accouchement? Ce troisième fils, elle le vante et elle le persécute, elle le distingue et elle le tourmente. Devenu adulte, le dernier fils reconstitue son enfance grâce aux objets qu'il voit ou découvre dans l'appartement parental. Et si les objets se mettaient à parler? Et si les objets détenaient la clé de l'énigme?...
Lu par:Michel Joyet
Durée:3h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12871
Résumé: La Joyeuse Complainte de l'idiot est le récit d'un internat peu ordinaire où vivent des adolescents encore moins ordinaires. En effet, La Demeure accueille de jeunes garçons dont l'intelligence décalée n'a pu s'accommoder du monde environnant. Racontée par l'un de ses membres, cette communauté tire force et originalité de son impérieuse présidente-directrice générale, Madame Vivianne.
Durée:3h. 51min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:74475
Résumé: Installée en Suisse depuis son plus jeune âge, elle ne s’était jamais préoccupée de son père biologique, un ingénieur britannique avec qui sa mère avait eu une liaison alors qu’elle-même travaillait sur le chantier du réacteur. Mais la dépêche marquant la fin d’un cycle, celui de l’utopie nucléaire, ébranle la narratrice au point qu’elle décide d’en savoir plus sur son géniteur. La voici à Holyhead, au pays de Galles, où il a vu le jour. La chance lui fait obtenir une adresse dans le Michigan. La lettre qu’elle écrit restant sans réponse, elle s’autorise à inventer une vie à cet homme qu’elle ne connaît pas et qui ne l’a jamais reconnue. Les quelques jalons dont elle dispose déterminent les étapes de sa recherche : elle se retrouve à visiter les centrales où a travaillé l’ingénieur mécanicien reconverti dans le nucléaire, sur l’île d’Anglesey d’abord, puis à Taïwan et enfin, après la parenthèse coréenne, à Monroe, au bord du lac Érié. Partie sur les traces d’un père, Rinny Gremaud va trouver des centrales atomiques. Sans se départir de la distance et de l’ironie qui font le sel de ce livre, mais aussi sa grande pudeur, elle va magnifiquement entrelacer enquête journalistique et quête intime, faisant de ce generator un personnage de papier qui s’enrichit du silence de son modèle
Lu par:Romain Schmid
Durée:1h. 9min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:71759
Résumé: Julien Burri fait de la maison en molasse de son grand-père récemment détruite le personnage principal de son roman. À travers les souvenirs familiaux, ce sont trois générations qui s’entremêlent dans une ode à la nature et à la beauté du quotidien. D’une plume délicate et sensible, l’auteur romand raconte un amour qui traverse le temps dans un lieu voué à disparaître
Durée:3h. 40min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:74447
Résumé: Enfant, le dimanche, Bruno Pellegrino se réveille tôt: il lui faut vider et reclasser son bureau. Dans le tiroir du bas: les objets à sauver le jour où la maison brûlera. Devenu adulte, il cherche toujours une issue entre la hantise de perdre et l'obsession de s'alléger, qu'il trie les archives d'une écrivaine décédée, se lance sur la piste d'une poétesse inconnue ou cherche à fixer un souvenir d'enfance. Des pages lumineuses sur notre besoin de conserver et le bonheur de lâcher du lest.
Durée:2h. 56min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:66280
Résumé: Grand-maman Claire voudrait voir la mer. Elle demande à sa petite-fille de l’y accompagner. Le voyage en train se révélera plein de contrastes entre les deux femmes: l’une, née à la vitesse du cheval, l’autre, grande voyageuse, ne se déplaçant qu’en train. On est en pleine guerre froide et dès qu’on sort de Suisse, on se cogne à l’Histoire, d’où contrastes entre celle qui s’adapte et celle qui ne le peut pas.
Durée:11h. 44min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:38599
Résumé: Jacques Vallotton nous dévoile la « road story » d’un journaliste qui roule de nuit entre Lausanne et le Val d’Anniviers. Pour lui, ce voyage n’est pas banal, car il quitte le micro et dit adieu à 40 ans de métier. Seul derrière son volant, il se sert des lieux et des paysages qu’il traverse pour éveiller sa mémoire. Cela lui permet de faire revivre quelques points forts de sa vie et de sa carrière. Durant son trajet, il sera poursuivi en particulier par le souvenir obsessionnel d’un ancien Président de la Confédération dont il soupçonne une part d’ombre, sans avoir eu la possibilité d’enquêter à ce sujet. Un acte de censure l’en a empêché, violant ainsi la liberté d’informer et, par là même, la liberté d’expression. Au fil des kilomètres resurgissent des événements de la grande et de la petite histoire de ce coin de pays qui se sont passés dans la deuxième moitié du XXe siècle, en particulier dans les cantons de Vaud et du Valais. C’est l’occasion de rappeler quelques affaires qui avaient fait les manchettes à l’époque, comme Epurex, Dorsaz, Savro. Des faits oubliés ou inédits du monde politique et économique refont surface tout au long d’un parcours qui joue le rôle de révélateur. Et le journaliste, enfin libéré de son dernier emploi, peut aborder les coulisses insoupçonnées des médias, la presse n’étant guère bavarde sur sa cuisine interne. Ce récit fait aussi ressortir l’ampleur de la transformation de la société et des techniques de communication en un demi-siècle. L’homme de presse, du plomb au numérique, a vécu ce prodigieux bond en avant. Sur le plan personnel, il a aussi évolué et cela donne une épaisseur humaine à ce trajet qui s’achève à l’aube au pied d’un mélèze séculaire. L’auteur de "Jusqu’au bout des apparences" a choisi la liberté de ton d’une autofiction pour son récit.