Contenu

Pour des millions d'années: récit

Durée: 1h. 46min.
Édition: Lausanne, L'Aire, 1987
Numéro du livre: 4167
CDU: 841

Documents similaires

Lu par:Céline Cerny
Durée:53min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:75998
Résumé: "Dans le monde d'après, nous chasserons les papillons sombres de la douleur à coup d'histoires à dormir debout". Dans une suite de fragments adressés à la personne aimée, la narratrice mêle des réflexions sur notre lien au règne animal et notre passé le plus lointain, sur l'espoir d'une fluidité des genres, sur la place de l'imagination et le pouvoir des histoires dans nos vies. En résonance aux textes, les peintures ouvrent un univers abîmé mais aussi rassurant et flamboyant, reflet du désir ardent d'offrir d'autres mondes possibles.
Durée:59min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:39313
Résumé: " Sensible au poids des mots ", selon sa propre formule, François Debluë, né en 1950, est un poète dont la voix interrogative sait se teinter d'un humour subtil. Ce recueil met en résonance plusieurs textes. Il s'ouvre avec le soleil écrasant de " L'embarquement ", sous lequel un père regarde son enfant partir pour la première fois. Il se termine avec la nuit, les mystères du rêve et de la mémoire. A la charnière, trois poèmes disent le passage des heures et invitent à suivre les ombres de l'enfance.
Durée:1h. 2min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:70744
Résumé: Qui s’en douterait ? – Tu laisses parfois ouvrir une brèche, il faut bien, et le liquide vert s’échapper par quelques fissures, au compte-gouttes, d’un cerveau sous haute pression. Un cerveau d’homme bien fait, solide, sensé, adulte, dont s’écoulent des relents de brisure, de cassure, de géant anéanti, des miettes d’enfance éparpillées, pulvérisées qui font l’être que l’on est et l’enfant que l’on reste. À mi-chemin entre prose poétique et poésie en prose, Tu liras sur mes murs invite à un voyage brut et sensoriel. Un recueil intime, où l’histoire individuelle se mêle sans cesse à l’universelle.
Durée:4h. 45min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:22813
Résumé: " L'imprévu absolu se substitue à l'ordinaire. Le chemin ne conduit plus à aucune maison. Désormais, la maison ne confère plus aucune sécurité, ni chaleur ni repos. La ville, tyrannisée par l'imprévu, a transformé chaque foyer en prison. La vie est devenue fille du hasard. Je suis vivant parce que j'ai de la chance, c'est tout. Aucune autre raison ne l'explique, ni la volonté de vivre, ni même les lois de la sélection naturelle. " Il est palestinien. Elle est française. Nous sommes à Ramallah, en 2002. Ramallah, mon amour : une longue lettre adressée à une femme, à moins que ce ne soit à la ville assiégée. Mahmoud Abou Hashhash y conjugue, entre présence et absence, mémoire et oubli, l'amour et l'écriture, qu'il construit et déconstruit sans cesse, comme cette ville dévastée à laquelle il est attaché malgré lui. Une nouvelle voix à l'heure où s'ouvre un pan inédit de l'histoire palestinienne.
Lu par:Manon
Durée:4h. 38min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:32713
Résumé: Lorsque Yves Bonnefoy retrouve par hasard un poème d'une centaine de vers libres jamais publié intitulé « L'écharpe rouge », et qui aurait été une « idée de récit », le voilà devant un mystère : quelle était donc ce récit jamais advenu ? Dans le poème sont évoqués des noms de lieux, des événements : mais à quoi faisaient-ils référence ? C'est donc à un voyage dans le temps que nous invite le poète. Dans son propre texte, il part à la recherche de signes, se fait archéologue de son propre poème. L'auteur se dédouble, devient son propre exégète, décryptant les strates successives qui ont participé à la genèse de son texte. Et, partant de toute son oeuvre. Ce voyage dans le temps, au coeur de la mémoire, réveille des souvenirs qui le mènent inévitablement vers le pays natal. Notamment vers son père et sa mère, Elie et Hélène, dont il nous livre les portraits et l'histoire de leur rencontre. Il évoque donc les « origines » au sens propre, mais aussi les origines de son oeuvre, donnant un éclairage inédit et rétrospectif sur sa vocation littéraire. Le texte d'Yves Bonnefoy laisse éclore l'émotion avec beaucoup de simplicité et d'élégance. Un récit bouleversant où Yves Bonnefoy se livre comme il ne l'avait peut-être jamais fait auparavant.
Lu par:
Durée:1h. 15min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72367
Résumé: Un récit poétique sur une famille ordinaire qui voit son quotidien ébranlé suite au suicide du père.
Durée:4h. 30min.
Genre littéraire:Roman animalier
Numéro du livre:15882
Résumé: Louis Pergaud, avec son recueil animalier baptisé De Goupil à Margaud, dame le pion à des écrivains renommés comme Colette et Apollinaire. Pergaud est instituteur, farouche républicain et anticlérical. Agé de 28 ans, il est fortement influencé par les naturalistes. C'est le succès pour cet écrivain quasi inconnu qui tente, à travers ses contes, de dénoncer la méchanceté humaine vécue par les animaux... Huit nouvelles comme autant de revendications contre une société pleine d'injustices : la séquestration, le viol, la privation de liberté et la mutilation (l'oiseau sans ailes, l'auto-amputation d'une fouine, la castration), la mort... Pergaud humanise ses animaux et les plonge dans un univers hostile, où triomphent l'égoïsme et la cruauté. Le roman le plus célèbre de Pergaud sera publié deux ans plus tard, La guerre des boutons
Durée:21min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:69864
Résumé: Dans ce recueil d’une trentaine de poèmes, Philippe Jaccottet livre une version moderne des grands textes qui l’ont inspiré. Nous traversons le royaume des ombres sur les traces d’Orphée, d’Ulysse, célébrons les travaux et les saisons, prenons part à des fêtes chargées de mystère. On perçoit en filigrane des références aux traductions de l’auteur (Homère, Ungaretti, Dante) qui viennent flouter le cadre temporel pour donner toute sa nuance de madrigal au recueil, comme un écho à Claudio Monteverdi. Les Madrigaux apparaissent dans l’œuvre du poète comme le point d’orgue de son art �: sa virtuosité dans l’usage du vers libre, son extrême musicalité, le fil continu du jeu de l’ombre et de la lumière.
Durée:2h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:29882
Résumé: Retrouvant la forêt, un homme - la soixantaine - éprouve le besoin de célébrer ce milieu qui lui est cher, usant des mots à sa disposition. Pourtant, très vite, il réalise que cette présence-là - magique, mystérieuse, intimidante encore que familière - lui demande autre chose. Ce à quoi elle l'incite ? A écouter ce qu'elle a à lui dire. De lui. De ses chimères. Du temps qui passe. De sa fin qui approche. Et, plus généralement, du monde. De la Terre. Dju prodige qu'est la vie. D'abord interdit, l'homme choisit de céder à l'appel. De se mettre à l'écoute du sous-bois. Pour le coup, affranchies des décombres de sa mémoire, d'autres présences vont s'imposer à lui, requérant une semblable écoute. La rivière. Le feu. Le ciel nocturne. Les animaux. La légion de défunts qu'il transporte avec lui. Ainsi de suite. « Enfin l'apparition des spectres se tarit, livrant le chiffre neuf. Neuf seuils, totems ou sanctuaires. Neuf passages obligés, me mettant en demeure de cesser tout mouvement d'esquive. Etais-je prêt ? Ce fut la rivière qui, la première, me prit. » Requiem et chant de joie à la fois. Gratitude de Jil Silberstein contitue l'indispensable complément à La Terre est l'oreille de l'ours, grand et beau livre paru il y a deux ans, de même qu'à Une vie sans toi, bouleversant récit-hommage à sa défunte compagne. Le paradoxe silbersteinien consiste peut-être en ceci : tel l'arbre en forêt, Jil s'enracine toujours plus profondément en terre, enregistrant ses moindres vibrations avec un bonheur croissant ; pourtant cet écrivain est un arbre nomade, qui ne peut se contenter d'un seul sol : sa curiosité pour le Vivant est infinie, et sa soif de renouer avec l'homme vrai ne peut être étanchée. D'où sa quête généreuse, polyphonique, ici concentrée en neuf mouvements (de libération) intensément poétiques.
Durée:1h. 11min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:71939
Résumé: Une vue déficiente a obligé Antoine Muller à quietter l'enseignement primaire en 2002. Depuis, il a eu le loisir "d'écouter" de nombreux livres. Il a découvert plein d'auteurs aux styles variés et s'est imprégné de leurs mots et de leur pensée. Il a eu à son tour envie d'écrire. Ses textes sont pleins de bruits, de senteurs, de saveurs.
Durée:1h. 42min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:71438
Résumé: Une vue déficiente a obligé Antoine Muller à quietter l'enseignement primaire en 2002. Depuis, ila a eu le loisir "d'écouter" de nombreux livres. Il a découvet plein d'auteurs aux styles variés et s'est imprégné de leurs mots et de leru pensée. Il a eu à son tour envie d'écrire. Ses textes sont pleins de bruits, de senteurs, de saveurs.
Lu par:Yves Cuendet
Durée:6h. 5min.
Genre littéraire:Poésie
Numéro du livre:71414
Résumé: Un choix qui reprend l’ensemble d’un parcours, mais qui apparaît surtout comme la reprise continue d’une suite de questionnements. Car si la voix de Philippe Jaccottet semble si naturelle, si évidente, elle n’a de cesse pourtant de contester ce surgissement, cet afflux de paroles, cette profération d’encre qui ne brûle pas le papier et rarement les songes. Quel risque y a-t-il à écrire ? Pourquoi tant d’exaltations, de fictions, de tourments à blanc ? N’y a-t-il pas dans le réel des espaces moins vains en marge de l’écume des mots et au coeur même des choses ? Face à son art, qui n’a que peu à voir avec une activité littéraire, mais qui voudrait éveiller, agir ou non-agir en connaissance de cause, l’attitude de Philippe Jaccottet est d’abord éthique. « J’aurais voulu parler sans images, simplement pousser la porte », confie-t-il. Comment, par le leurre de l’écriture lever le voile qui couvre le monde et le temps ? Philippe Jaccottet se veut un promeneur attentif, disponible, capable d’émerveillement aussi bien que d’effroi, et qui transmet son approche lucide, sombre ou éblouie, de la lumière en chacune de ses métamorphoses.