Contenu

Les grands fauves: l'histoire secrète d'Entreprise et Cité

Résumé
Au début des années 1980, Claude Bébéar, Vincent Bolloré, Bernard Arnault ou encore David de Rothschild sont les membres d'une petite association intitulée Entreprise et Cité. L'auteur décrit le rôle de ces hommes d'affaires dans le développement de grands groupes français ainsi que leur influence sur les débats consacrés à l'accès à l'emploi et à l'intégration des jeunes issus de la diversité.
Durée: 14h. 42min.
Édition: Paris, Plon, 2021
Numéro du livre: 72407
ISBN: 9782259305259
CDU: 300

Documents similaires

Durée:5h. 24min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:16043
Résumé: Krach financier, panique, fuite vers la liquidité : la crise qui entraîne aujourd'hui le monde vers son effondrement est comparable à celle des années trente, mue à nouveau par ce que Keynes appelait " le désir morbide de liquidité ", et Freud, plus abruptement, " la pulsion de mort ". Nichée au coeur du capitalisme, cette pulsion le pousse à détruire et à s'autodétruire. Cet ouvrage propose une lecture du capitalisme à travers le double prisme de Freud et de Keynes. Il dévoile ce que ce tout jeune système au regard de l'histoire de l'humanité recèle de menaces pour elle à travers son énergie mortifère, et laisse entrevoir " l'au-delà du capitalisme ".
Lu par:Henri Duboule
Durée:7h. 36min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:16093
Résumé: Bernard Bertossa s'est fait connaître en France et dans toute l'Europe par la lutte contre la criminalité financière qu'il a menée avec obstination durant douze ans (1990-2002), à la tête du ministère public de Genève. Avant lui, la Suisse et ses banques accueillaient sans états d'âme les fonds "sales" des corrompus et potentats du monde entier. Bernard Bertossa va bousculer cette "tradition", avec une poignée de juges d'instruction genevois. Ensemble, ils prêtent main forte à la justice de nombreux pays pour l'instruction des plus retentissantes affaires politico-financières ou scandales de corruptions du moment. La liste est impressionnante : affaires Longuet, Noir, Carignon, Elf, frégates de Taïwan, opération italienne "Mains propres", corruption au Kremlin, etc.
Lu par:Julie Pillot
Durée:7h. 33min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:29526
Résumé: Après avoir visité 38 pays et analysé 113 initiatives, les auteurs ont sélectionné 80 réalisations en Europe, en Asie, en Amérique et en Afrique qui démontrent que le développement durable dans les domaines de la santé publique, du bâtiment, de la finance, etc., est possible.
Durée:1h. 49min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36800
Résumé: De plus en plus rares sont les critiques virulents du capitalisme et du libéralisme contemporains. Leur voix n'est pas éteinte, mais elle est muselée, sinon discréditée, au moins contestée par la suprématie que ce double modèle idéologique et économique exerce désormais, sous des formes certes disparates, sur la quasi-totalité du globe... et dans la quasi-totalité des consciences. Jean Ziegler est de ces opiniâtres résistants au capitalisme. Sa confrontation intellectuelle et physique, scientifique et émotionnelle, à la véracité de l'extrême pauvreté, au cynisme des mécanismes diplomatiques, aux obscurantismes multiformes, à l'étranglement des droits humains élémentaires, au dépérissement des utopies, lui confère d'être un observateur unique de l'état humain du monde." Denis Lafay
Lu par:Colin Hubert
Durée:11h. 59min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:68223
Résumé: Partout, ça se rebiffait. Les années 1970, a-t-on dit à droite et à gauche, du côté de Samuel Huntington comme de Michel Foucault, ont été ébranlées par une gigantesque "crise de gouvernabilité". Aux Etats-Unis, le phénomène inquiétait au plus haut point un monde des affaires confronté simultanément à des indisciplines ouvrières massives, à une prétendue "révolution managériale", à des mobilisations écologistes inédites, à l'essor de nouvelles régulations sociales et environnementales, et — racine de tous les maux — à une "crise de la démocratie" qui, rendant l'Etat ingouvernable, menaçait de tout emporter. C'est à cette occasion que furent élaborés, amorçant un contre-mouvement dont nous ne sommes pas sortis, de nouveaux arts de gouverner dont ce livre retrace, par le récit des conflits qui furent à leurs sources, l'histoire philosophique. On y apprendra comment fut menée la guerre aux syndicats, imposé le "primat de la valeur actionnariale", conçu un contre-activisme d'entreprise ainsi qu'un management stratégique des "parties prenantes", imaginés, enfin, divers procédés invasifs de "détrônement de la politique". Contrairement aux idées reçues, le néolibéralisme n'est pas animé d'une "phobie d'Etat" unilatérale. Les stratégies déployées pour conjurer cette crise convergent bien plutôt vers un libéralisme autoritaire où la libéralisation de la société suppose une verticalisation du pouvoir. Un "Etat fort" pour une "économie libre".
Lu par:Jean Frey
Durée:18h. 42min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:17963
Résumé: Pourquoi le capitalisme est-il né en Europe et non pas en Chine, pourtant civilisation de marchands ? Dans L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Max Weber propose de comprendre l'organisation capitaliste de l'économie à partir de l'analyse de ses éléments déterminants. Parmi ceux-ci, les motivations psychologiques ont constitué un facteur essentiel du triomphe du capitalisme moderne. Les convictions religieuses issues du luthéranisme et du calvinisme se sont en effet révélées un puissant levier pour la recherche rationnelle du profit. En valorisant des comportements tels que l'ascèse ou la productivité, elles ont promu un mode de vie favorable à l'essor du capitalisme. De même, le dogme de la prédestination, qui fait de la réussite temporelle le signe d'une élection divine, a, sans conteste, contribué à faire du travail et de l'enrichissement de nouvelles valeurs morales sans lesquelles l'économie de marché n'aurait pu s'installer durablement en Europe.
Durée:3h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:39374
Résumé: " Directeur de la communication de la prestigieuse Banque du Levant, tombée, six mois plus tôt, dans la corbeille nuptiale de la Compagnie française de banque : je n'avais jamais imaginé hériter d'un fauteuil aussi cossu. Vingt années d'une carrière réduite aux acquêts des combles ministériels avaient fait de moi un fonctionnaire assorti à la couleur des murs. J'avais fait mon deuil de telles ambitions et les fonctions de responsable des publications internes que j'assumais au ministère du Travail ne me destinaient pas à ces olympes financiers. Il a fallu toute l'autorité et l'art de la persuasion de Luc pour m'imposer à ce poste. [...] Mes conversations téléphoniques avec Katia avaient fini me convaincre de sauter le pas. " Servi par un style enlevé, ' Créances douteuses ' est une plongée sans masques dans les eaux troubles de la haute finance internationale. Peinture corrosive du monde de l'entreprise, ce roman contemporain dévoile les coulisses du Monopoly planétaire : fusions et acquisitions, plans sociaux, chantages, duels à fleurets non mouchetés... Mais ce jeu en vaut-il la chandelle quand on est amoureux ?
Durée:12h. 52min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:34146
Résumé: Le management actuel du capitalisme n'est pas "inefficace", il tue des gens ! La théorie économique dominante n'est pas "discutable", elle est absurde ! Et les politiques "anti-crise" aggravent la crise. Tout cela est vraiment "déconnant", c'est-à-dire insensé, catastrophique et incroyable. Rien n'est plus sidérant que l'aisance avec laquelle une génération entière d'intellectuels, de responsables politiques et de journalistes adhère au même fatras d'âneries économiques et s'enferme dans le déni du désastre engendré par la mise en oeuvre de ses lubies (politique de l'offre, compétitivité, chasse aux déficits, "modèle allemand"). Comprendre cet effondrement général de l'entendement, tel est l'objet de ce livre. Les premiers chapitres composent une sorte d'anti-manuel (la déconnomie politique, la déconnomie européenne, allemande, théorique, etc) démontrant l'absurdité des recettes à la mode. L'auteur explique ensuite pourquoi on ne peut pas imputer les politiques "déconnantes" au seul complot d'une élite au service des riches. Il s'agit donc de comprendre la "bêtise des intelligents" (Attali, Ferry, Macron, Valls, Hollande) et l'obscurantisme des prix Nobel d'économie (Tirole). Une part de l'explication tient à l'enseignement de l'économie. Une autre au dévoiement de la démocratie en système d'élection des moins doués pour la chose publique.
Durée:41h. 43min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:31685
Résumé: Ce livre étudie la dynamique de la répartition des revenus et patrimoines dans les pays développés depuis le XVIIIe sièclee siècle. Pour l'auteur, la répartition des richesses constitue un problème politique fondamental pour la stabilité des sociétés démocratiques modernes et cette question est trop souvent débattue sans chiffres précis. Cette étude s'appuie sur une compilation de différentes données historiques disponibles, par exemple les archives fiscales françaises. Ces résultats remettent en cause la relation de Kuznets établie dans les années 1950 qui laissait à penser que le développement économique s'accompagnait mécaniquement d'une baisse des inégalités de revenu. Les inégalités observées en ce début de XXIe siècle sont comparables aux niveaux d'inégalités du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Piketty rejoint Marx et affirme que le capitalisme, s'il n'est pas régulé, génère des inégalités grandissantes. Il suggère plusieurs mesures politiques pour limiter la hausse des inégalités et notamment la création d'un impôt mondial sur le capital. Il insiste aussi sur la nécessité de mettre en place des évaluations précises des hauts patrimoines. L'ouvrage a obtenu un grand succès public en France d'abord mais surtout aux États-Unis où il est devenu en quelques semaines un succès d'édition. Il reçoit un accueil critique favorable, notamment après sa traduction en anglais publiée en 2014. (http://fr.wikipedia.org)
Durée:4h. 14min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74278
Résumé: " L'industrie du tabac est probablement l'une des plus détestables de l'histoire humaine parce qu'elle s'est nourrie d'a peu près tous les travers du modèle économique occidental depuis l'arrivée des Européens en Amérique jusqu'au capitalisme toxique qui aujourd'hui détruit notre avenir. L'objectif de ce texte est de convaincre qu'au-delà des arguments médicaux, l'arrêt du tabac est la seule alternative politiquement justifiable si on se considère anticapitaliste. Alors, allons-y ! ".
Durée:5h. 17min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:67404
Résumé: Une enquête sur les coulisses de cette multinationale qui a révolutionné en vingt ans le monde de la librairie en ligne. L'auteur décrypte les techniques brutales de fabrication et de management : secret imposé aux employés, pression psychologique, productivité à l'extrême. Les méthodes de lobbying et d'évasion fiscale sont également dévoiléesr.
Durée:8h. 19min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75654
Résumé: Face à la crise de foi que le monde traverse, Juan Pablo Meneses abandonne son poste de rédacteur en chef et part en Inde pour trouver un dieu esseulé, adoré de personne, afin de se l'approprier et de fonder sa propre religion. Une fois son dieu en poche, il s'envole pour la prestigieuse école de commerce de Stanford où il conçoit son Eglise à la manière d'une start-up, puis il achève son périple à New York où il inaugure en grande pompe sa religion le jour du Black Friday. Enquête loufoque aux accents de conte philosophique, Un dieu à soi est une véritable épopée et une réflexion sur la croyance, l'hyperconsumérisme et l'avenir du journalisme dans un monde surmonétisé.