Contenu

La dernière neige

Résumé
Une station de ski miniature dans les alpes des Grisons suisses. Paul et Georg attendent les skieurs en ce début de saison poussive et tuent le temps en jouant aux cartes, pelletant le peu de neige fraîchement tombée. Cette neige qui pourrait être la dernière, car demain est incertain. Les journées s’égrènent, rythmées par le ronronnement du téléski tandis que sourd, dans les récits et discours de ces « Vladimir et Estragon en bonnet de laine », une inquiétude métaphysique face à un monde qui n’est plus le leur.
Durée: 2h. 20min.
Édition: Meudon (Hauts-de-Seine), Quidam éditeur, 2021
Numéro du livre: 71449
ISBN: 9782374912387

Documents similaires

Lu par:Jean Frey
Durée:13h. 18min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:36890
Résumé: Le narrateur, écrivain acharné mais incapable d'achever son roman sur la jalousie, reçoit la visite d'un véritable possédé, dénué de tout surmoi : l'énergumène. Son projet ? Détruire le Monde Ancien, en commençant par les Etats-Unis. Il réserve dans son plan un rôle majeur au narrateur, qu'il vient convaincre et au besoin contraindre de rédiger une déclaration supposée embraser le peuple noir américain et provoquer une insurrection générale. Le narrateur va tout faire pour démontrer à l'autre l'irrationalité de ce projet. S'engage alors une lutte farouche à coups d'arguments et de récits par lesquels chacun tente de prendre le dessus. Polar américain, dialogue à la Diderot, roman psychologique, élégie, reportage, pastiche... les genres sont nombreux dans ce texte d'une impressionnante liberté, qui exprime, souvent avec humour, une profonde interrogation sur le Mal que Velan partage avec Dostoïevski.
Durée:6h. 23min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:67589
Résumé: Maurice-Guillaume n’avait encore jamais vu de regard si perçant, ni une telle tignasse indécente d’absurdité dans un béret militaire, une étoile rouge en épingle. Il pensait que de telles beautés félines dans des uniformes kaki se trouvaient uniquement dans les pages glacées des magazines pour garçons achetés à voix basse aux kiosques des gares. Elle scruta son passeport. Elle le feuilleta. Elle s’attarda sur une photo d’une mère et d’un enfant laissée entre deux pages. Elle lui demande si l’enfant était le sien, il répondit oui, si la femme était la sienne, oui encore. Elle voulait savoir pourquoi il était seul sur l’île. Réponse : voyage d’affaires. Elle sourit, un rictus complice. Elle tamponna son visa de trois sceaux : Mentira… Mentira… Mentira…. Trois sceaux, pour trois demi-vérités qu’elle avait débusquées. Cuba libre : un voyage halluciné dans un Cuba crépusculaire à l’extrême fin des années 90.
Durée:17h. 16min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:69597
Résumé: Pour les besoins d'une thèse consacrée à "la vie à la campagne au XXIe siècle", l'apprenti ethnologue David Mazon a quitté Paris et pris ses quartiers dans un modeste village des Deux-Sèvres. Logé à la ferme, bientôt pourvu d'une mob propice à ses investigations, s'alimentant au Café-Epicerie-Pêche et puisant le savoir local auprès de l'aimable maire - également fossoyeur -, le nouveau venu entame un journal de terrain, consigne petits faits vrais et moeurs autochtones, bien décidé à circonscrire et quintessencier la ruralité. Mais il ignore quelques fantaisies de ce lieu où la Mort mène la danse. Quand elle saisit quelqu'un, c'est pour aussitôt le précipiter dans la Roue du Temps, le recycler en animal aussi bien qu'en humain, lui octroyer un destin immédiat ou dans une époque antérieure - comme pour mieux ressusciter cette France profonde dont Mathias Enard excelle à labourer le terreau local et régional, à en fouiller les strates historiques, sans jamais perdre de vue le petit cercle de villageois qui entourent l'ethnologue et dessinent (peut-être) l'heureuse néoruralité de nos lendemains. Mais déjà le Maire s'active à préparer le Banquet annuel de sa confrérie - gargantuesque ripaille de trois jours durant lesquels la Mort fait trêve pour que se régalent sans scrupule les fossoyeurs - et les lecteurs - dans une fabuleuse opulence de nourriture, de libations et de langage. Car les saveurs de la langue, sa rémanence et sa métamorphose, sont l'épicentre de ce remuement des siècles et de ce roman hors normes, aussi empli de truculence qu'il est épris de culture populaire, riche de mémoire, fertile en fraternité.
Durée:4h. 47min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75485
Résumé: Stella fait des miracles. Au sens propre. Elle guérit malades et paralytiques, comme dans la Bible. Le Vatican est aux anges, pensez donc, une sainte, une vraie, en plein vingt et unième siècle ! Le seul hic, c’est le modus operandi : Stella guérit ceux avec qui elle couche. Et Stella couche beaucoup, c’est même son métier… Pour Luis Molina, du Savannah News, c’est sûr, cette histoire sent le Pulitzer. Pour le Vatican, ça sentirait plutôt les emmerdements. Une sainte-putain, ça n’est pas très présentable. En revanche, une sainte-martyre dont on pourrait réécrire le passé… Voilà un travail sur mesure pour les affreux jumeaux Bronski, les meilleurs pour faire de bons martyrs. À condition, bien sûr, de réussir à mettre la main sur l’innocente Stella. C’est grand, l’Amérique.
Durée:4h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:36837
Résumé: Photographe aux ambitions artistiques déçues, le narrateur est engagé par une entreprise de meubles pour réaliser des photos de catalogue. Humilié d'être obligé de mettre son talent au service de la consommation de masse, il cherche en vain du répit dans la compagnie de Nathalie, qui pose dans les décors qu'il photographie, ou dans celle d'un autre modèle, une fillette surnommée Miss KitKat, chaperonnée par son horrible mère. Il va se laisser tenter par la voie de la transgression quand un collègue lui proposera de participer au lancement d'un site pornographique à prétentions esthétiques... Sauver les meubles est un roman de la solitude contemporaine. Le ton caustique du récit, souvent très cru et plein d'humour, décrit notre univers fait de faux-semblants, de clichés, de fantasmes. Dans un tel monde, est-il encore possible d'être libre ?
Durée:25h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75429
Résumé: Alors que des négociations sont en cours sur l’élargissement de l’Union européenne à l’Albanie, Karl Auer, haut fonctionnaire autrichien en poste à Bruxelles, se rend à Tirana où il tombe amoureux de Baia Muniq, brillante juriste albanaise chargée des pourparlers avec la Commission européenne. Au même moment, autour du Premier ministre albanais, on travaille à améliorer l’image du pays dans l’opinion ; il faut rappeler aux Européens que le héros national albanais, Skanderbeg, n’était pas musulman mais chrétien, et fut au quinzième siècle le défenseur de la chrétienté. Son casque légendaire est conservé au Musée d’histoire de l’art de Vienne. Les Albanais n’auront qu’à réclamer solennellement la restitution de ce symbole pour que leur pays apparaisse enfin sous un jour différent. Mais voici qu’à Vienne, soudain, le casque de Skanderbeg disparaît… Tel est le point de départ de ce roman riche en péripéties où fiction et actualité politique s’entrelacent de façon jubilatoire jusqu’à une fin ironique et imprévisible quand survient l’épidémie de Covid-19.
Lu par:Claude Yersin
Durée:4h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:70998
Résumé: Des mecs comme Alain Basile, vous n'en croiserez pas tous les jours et pas à tous les coins de rue. C'est dans son épicerie, La Belle Saison, que j'ai fait sa connaissance. Mon père venait de me mettre à la porte et je vagabondais dans les rues en rêvant d'une vie de bohème. Alain, lui, il en avait rien à faire de la bohème et des lilas sous les fenêtres, sa seule ambition était de devenir millionnaire. Pour réussir, il était prêt à tout et avait besoin d'un associé. C'est tombé sur moi. Mais accuser Alain Basile d'avoir chamboulé mon existence reviendrait à reprocher au Vésuve d'avoir carbonisé Pompéi. Sans lui, je n'écrirais pas aujourd'hui. Si La Sainte Touche raconte les aventures d'un duo improbable avec humour, c'est aussi un pur joyau littéraire, aussi cynique que romantique. Un roman dans la veine de Karoo de Steve Tesich, de la série Breaking Bad et du film Dikkenek.
Durée:10h. 35min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:34387
Résumé: Rachel et son amie Alison, dix ans, sont très intriguées par la maison du 11, Needless Alley, et par sa propriétaire qu'elles surnomment la Folle à l'Oiseau. D'autant plus lorsqu'elles aperçoivent une étrange silhouette à travers la fenêtre de la cave. Val Doubleday, la mère d'Alison, s'obstine quant à elle à vouloir percer dans la chanson, après un unique succès oublié de tous. En attendant, elle travaille - de moins en moins, restrictions budgétaires obligent - dans une bibliothèque et trouve refuge dans le bus numéro 11, pour profiter de son chauffage et de sa chaleur humaine. Jusqu'à ce qu'un appel inespéré lui propose de participer à une émission de téléréalité. Quelques années plus tard, dans un quartier huppé de Londres, Rachel travaille pour la richissime famille Gunn, qui fait bâtir onze étages supplémentaires. . . souterrains. Piscine avec plongeoir et palmiers, salle de jeux, cinéma, rien ne manquera à l'immense demeure. Mais plus les ouvriers s'approchent des profondeurs du niveau -11, plus des phénomènes bizarres se produisent. Si bien que Rachel croit devenir folle. À travers ce roman construit autour du chiffre 11, Jonathan Coe tisse une satire sociale et politique aussi acerbe que drôle sur la folie de notre temps. Il croque ses contemporains britanniques, gouvernés par une poignée de Winshaw - descendants des héros malveillants de Testament à l'anglaise -, capture dans sa toile les très riches et leurs serviteurs, leurs frustrations, leurs aspirations et leur démesure, avec une virtuosité toujours aussi diabolique.
Durée:4h. 16min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33606
Résumé: "... Je suis tombé sur le roman de Kosinski et celui-ci fut une plus grande révélation encore que le film... Ce livre n'a pas pris une ride. Publié en 1970, il fait l'effet d'un baiser empreint de tristesse au siècle à venir. La langue est d'une platitude flagrante, comme si Kosinski ne voulait aucune distance entre lui et Chance, ce jardinier simplet qui a vécu toute sa vie à l'écart du monde et se trouve soudain jeté à la rue. " Après quelques pas dans la rue, notre héros est renversé par une limousine. Une passagère en descend. Il se présente, Chance the gardener (Chance le jardinier), et la femme réinvente son nom, le mythifie en faisant de lui Chauncey Gardiner.... Elle emmène Chance chez elle afin de soigner sa jambe contusionnée. Ainsi commence l'étrange voyage surréel du roman. Chance ne sait rien, n'a jamais rien vu. Toute son éducation est issue de la télévision.... " A travers Mr Chance, Kosinski nous provoque en montrant à quel point nous sommes précaires, combien nous avons besoin de mythologie pour survivre, une mythologie qui s'incarne momentanément en la personne de Chance. "
Durée:3h. 3min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:66075
Résumé: Dans un Valais déchiré par l’occupation des troupes napoléoniennes le jeune Frederick Zen Zaenen né avec un goître, signe à époque de crétinisme, est rejeté par son père, influent aristocratique haut-valaisan. Frederick résistera à toutes les humiliations et tombera amoureux jusqu’aux ultimes combats d’une mystérieuse domestique des bains de Loèche, Eugènie, jeune femme dont le féminisme inné va se heurter aux religions et aux pouvoirs du 19e siècle du glacier du Rhône aux confins de l’Europe. De l’avis général, quand on ouvre ce roman, on ne le referme pas avant le mot fin.
Durée:3h. 58min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:65217
Résumé: "L’autre jour, j’étais assise sur un banc à l’arrêt du bus. Un homme passe devant moi, petit, râblé, la soixantaine. Il s’assied à ma gauche. Sur le trottoir d’en face, une jeune fille passe, très jolie. J’entends siffler l’homme à côté de moi. Une fois, deux fois, plusieurs fois. Personne à l’arrêt de bus n’ose regarder ce vieil homme qui siffle une jeune fille, mais on n’en pense pas moins... "Vieux cochon... à son âge... Il pourrait au moins siffler plus doucement..." Finalement, je me tourne et le regarde. Il sifflait un pigeon ramier perché sur un fil électrique. Il espérait simplement que le pigeon lui réponde. La vie quotidienne nous offre des merveilles. Ce sont ces petites choses à voir qui rendent la vie plus supportable, parce que souvent, elles consolent." Le sexe des quinquas, les bancomats récalcitrants, les vacances à ne pas louper, les souvenirs sélectifs, les mots durs ou doux, la cigarette et ses artefacts électroniques, etc. Ce sont autant de petits instantanés lucides donc souvent un peu amers, mais surtout drôles et réconfortants, que nous offre ce recueil de chroniques. Oui, le temps passe, la jeunesse aussi, mais parfois c’est presque plus facile quand on a un peu perdu nos illusions et nos rêves de grandeur. La vie se révèle souvent plus simple et parfois plus belle en pastel. Même si on cultive immanquablement quelques regrets…
Durée:9h. 39min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68088
Résumé: Quel singulier virus souffle tout là-haut sur la clinique Oxigène...?