Contenu

T'inquiète pas, maman, ça va aller

Résumé
« Je marche dans la rue en levant les yeux au ciel. Il paraît que c’est ultra-efficace pour éviter de pleurer. J’inspire à fond. J’écoute battre mon cœur. Je viens d'entrer dans un tunnel immense… C’est le début du grand huit. Il va falloir que je m’accroche. Longtemps, je n’ai pas voulu voir, pas voulu savoir. J’étais dans le déni et la mauvaise foi. J’ai joué à merveille mon rôle d’actrice lumineuse, pétillante et légère. J’avais une double vie : celle à laquelle je voulais croire, et l’autre, celle que je vivais vraiment... Il m’aura fallu dix ans pour accepter la différence de ma fille. Dix ans de fuite, dix ans de combat. Je ne m'attendais pas à un tel voyage. Je voudrais aujourd’hui partager ce chemin de rires et de larmes, de colères, de doutes, de joies et d’amour. Parce que, si longue que puisse être la route, si gigantesques que soient les montagnes à franchir, nous avons tous le choix d’être heureux. »
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 5h. 5min.
Édition: Paris, Fayard, 2021
Numéro du livre: 70676
ISBN: 9782213705064
Collection(s): 57
CDU: 610

Documents similaires

Lu par:Marion Duboc
Durée:3h. 37min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:71145
Résumé: C’est l’histoire d’une fratrie pas comme les autres… Florent est né trois ans après Samuel, mais ils pourraient être jumeaux. Ils sont aujourd’hui trentenaires et souvent on les prend l’un pour l’autre ! Pourtant un mot les sépare : l’autisme. Rude épreuve pour la famille, qui a dû faire face aux interrogations du corps médical – le « cas » Samuel est resté une énigme. Il a fallu affronter les regards hostiles, lutter pour faire accepter ce petit garçon extraterrestre. Qui mieux que Florent pouvait raconter, avec justesse, son « Sam » enfant et adolescent ? Un frère terriblement présent, souvent jaloux. Incroyablement attachant. Tout au long de ces années, Florent tantôt le protège tantôt le rejoint dans ses engouements irrésistibles. Un jour, il s’invente même une « boiterie » pour mieux lui ressembler. Florent s’est construit avec et grâce à Samuel.
Lu par:Manon
Durée:3h. 38min.
Genre littéraire:Arts
Numéro du livre:31661
Résumé: L'auteure effectue une réflexion sur l'adaptation au cinéma de son livre La dernière leçon. Elle fait le point sur son engagement et raconte cette expérience intime.
Durée:3h. 9min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:39335
Résumé: « On écrit pour comprendre ce que l’on ne comprend pas. Quand j’écrivais Vie de ma voisine, mon héroïne me parlait de sa mère. Elle me racontait ses mots, elle évoquait ses gestes. L’amour d’une mère. Je mesurais mon ignorance dans ce domaine. Ma mère n'en savait ni les mots ni les gestes. Je suis donc partie sur les traces d'une petite fille grecque et arménienne et de sa mère, danseuse orientale et apatride, à Paris dans les années 20. Ma mère ne voulait rien savoir de son passé. Il a fallu que j’enquête et que je l’invente. Que je trouve les mots pour la retrouver. C’est ce livre, Le chagrin d’aimer. Je suis passée par la cour du roi de Grèce et par les collines de Fiesole. Par un atelier d’écriture, une maison de retraite, plusieurs voitures, un supermarché, des quantités de paquets de gauloises, une machine à écrire. Autant de circonstances, par-delà les guerres, les destructions, les irrémédiables pertes, où ma mère se battait avec ce qui fait la vie ordinaire : la nourriture, l’argent, le travail, l’amour. J’ai tenté d’en savoir un peu plus sur elle, sur moi. Chemin faisant, j’ai compris que ce n’était qu’un début. »
Durée:21h. 40min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:69611
Résumé: Qu'est-ce que l'autisme ? Un trouble du développement, un handicap mental ou une différence cognitive naturelle, souvent apparentée à certaines formes de génie ? Tout cela à la fois, et bien davantage encore. En dévoilant l'histoire de l'autisme, le journaliste d'investigation Steve Silberman offre un récit inédit et captivant. On y découvre notamment que Leo Kanner et Ha ns Asperger, les deux premiers cliniciens à avoir défini la notion d'autisme dans les années 1940, l'ont fait de manières profondément différentes. On y trouve également les véritables raisons de la forte augmentation des cas diagnostiqués ces dernières décennies, ainsi que le concept novateur de neurodiversité, amené à changer la donne. Au fil de l'enquête, les recherches scientifiques et les parcours courageux des personnes autistes, parfois célèbres, et de leurs proches montrent que les différences neurologiques mises en évidence par l'autisme (caractérisées par des troubles comme la dyslexie ou le déficit de l'attention) ne sont ni une maladie ni la conséquence de la toxicité du monde moderne, mais la simple expression de variations naturelles qui sont autant de richesses pour le genre humain. Un livre événement qui changera votre vision sur l'autisme.
Lu par:Manon
Durée:4h. 20min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:28977
Résumé: Lu par Manon. Témoignage des parents d'un enfant autiste dont le message est que cette maladie n'est pas une fatalité.
Durée:3h. 38min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:75244
Résumé: L'auteur a 15 ans quand il apprend en 2015 qu'il est porteur du syndrome d'Asperger. Il raconte son combat pour s'accepter, pour supporter le regard de la société qui le range dans la case handicapé et pour affronter l'hypersensibilité sensorielle et la souffrance psychologique.
Durée:4h. 2min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:39404
Résumé: A la mort de sa fille Camille, âgée de 16 ans, l’auteure tente de lever le voile sur le passé de sa mère, Nicole, disparue trente ans auparavant. A partir de quelques lettres et photographies, elle essaie de percer le mystère qui entoure son existence. Un roman en forme d'enquête généalogique, entre réalité et fiction.
Durée:2h. 55min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:65905
Résumé: La mère de la narratrice, qui fut dans le Berlin de l'immédiat après-guerre une femme engagée, est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle oublie le passé proche, mais les images de la petite enfance lui reviennent. En parallèle, sa fille Evelyne décide enfin de vider l'appartement où sa mère n'habitera plus. Le départ de cet immeuble de la porte de Champerret, ce lieu des lisières, provoque en elle une montée se souvenirs. Que filtrer dans ce sablier magique où passent les grains du temps ? Que retenir des propos d'une mère à la mémoire éteinte ? Peut-on s'expulser soi-même du passé, comme on est délogé d'un appartement ? Dans la lignée de La Biographe, Evelyne Bloch-Dano révèle ce que cachent la famille et le foyer, la maternité et la filiation, mais aussi le deuil, attendu, des bonheurs enfuis.
Durée:2h. 53min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:13581
Résumé: Au début du siècle dernier, être fille-mère, c'est-à-dire, mère célibataire, ne suscitait que l'opprobre. Entre non-dits et mensonges, l'enfant non-désirée (la narratrice) s'arrange tout de même pour grandir, comme grandit la haine entre la mère et la fille. Jusqu'au dénouement fatal qui ouvre le débat sur l'euthanasie sans toutefois porter de jugement. Au-delà de fioritures inutiles, au-delà du mélodrame, ce texte transcrit avec force une réalité dure que seul une forme de détachement pouvait rendre supportable.
Durée:6h. 22min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:36022
Résumé: Nager. Nager pour fuir les contraintes, pour échapper aux vies imposées, aux destins réduits. Nager pour inventer sa sensualité, préserver sa fantaisie. C'est ce qu'a sans doute ressenti Jackie toute sa vie, commencée en 1919 et menée selon une liberté secrète, obstinée, qui la faisait, dans un âge bien avancé, parcourir des kilomètres pour aller se baigner sur sa plage préférée, à Villefranche-sur-Mer. Entre-temps, elle s'était mariée, avait quitté Lyon pour Arcachon, puis, devenue jeune veuve, avait échangé le cap Ferret contre le cap Ferrat, avec sa mer plus chaude, son grand été. Qu'a-t-elle légué à sa fille Chantal ? Quelque chose d'indomptable, ou de discrètement insoumis, et cette intuition que la nage, cette pratique qui ne laisse aucune trace, est l'occasion d'une insaisissable liberté, comme lorsque jeune fille, au début des années 30, Jackie avait, en toute désinvolture, enchaîné quelques longueurs dans le Grand Canal du château de Versailles sous l'oeil ahuri des jardiniers.
Lu par:Anita Renard
Durée:4h. 3min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:67038
Résumé: Les Os des Filles est l’histoire de trois femmes : Ba, sa fille et sa petite-fille – ma grand-mère, ma mère et moi-même. L’histoire commence dans les années 1960, pendant la seconde guerre d’Indochine, sous les bombes d’un village vietnamien. Seule, Ba y élève ses trois filles, avec l’intention de monter à Hanoi, la capitale, pour s’extraire des conditions de vie misérables. Si elle y parvient, le quotidien de cette famille est toutefois brisé en 2005 par le départ des filles en Occident. Tandis que la grand-mère reste à Hanoi, sa fille s’installe en France avec sa petite-fille. Cette dernière, arrachée à sa terre natale, garde dans son corps le souvenir des guerres, des famines et des bombes. Quand l’enfant tombe malade, quelques années plus tard, à l’hôpital où elle se retrouve, son corps fatigué se rappelle les combats d’une grand-mère pour survivre. Ainsi, Les Os des filles est un roman sur trois générations de femmes qui ont traversé trois combats : celui de la guerre, celui de l’exil et celui de la maladie. Comment les événements historiques influent-ils sur les relations personnelles ? Comment le lien affectif entre une fille et sa mère peut-il être brisé par une bombe, un avion ou bien un hôpital ? De quoi sont donc faits les os qui nous soutiennent ? En 2018, j’ai voulu revenir sur le récit de cette filiation maternelle brisée, afin de réparer avec l’écriture, peut-être, des choses irréparables. »
Durée:2h. 19min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:65592
Résumé: Cinquante textes brefs de la philosophe sur son frère, autiste. Elle tente de mettre des mots sur ce qu'a été sa vie et partage les réflexions que son handicap a suscitées chez elle. « Il ne se regarde pas dans la glace. Il sourit rarement, ne rit pas, ne pleure pas. Il n’affirme jamais : ceci est à moi, mais seulement parfois demande : est-ce que c’est pour moi ? Il dit rarement je et ignore le tu. Il ne prononce pas mon prénom. Pourtant, la surprise, lorsque je me vois par hasard dans un miroir, de découvrir ses yeux dans mes yeux m’oblige à présumer une parenté de nos vies secrètes, à conjecturer chez lui une histoire qui aura continué ailleurs et dont je cherche à déchiffrer les trop rares messages, en enquêteuse incompétente, impatiente et inconsolée. »