Contenu

Dictionnaire amoureux de Paris

Résumé
D'accordéon à Zucca, la découverte d'un Paris subjectif fait d'anecdotes et de souvenirs de l'auteur, à l'opéra, dans les églises, les café, brasseries, cabarets, dans les catacombes, au cinéma... ©Electre 2018

Pas disponible en CD.

Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 14h. 25min.
Édition: Paris, Plon, 2015
Numéro du livre: 39084
ISBN: 9782259217491
Collection(s): Dictionnaire amoureux
CDU: 944

Documents similaires

Lu par:Manon
Durée:5h. 42min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:29086
Résumé: Lu par Manon. Depuis dix ans, Nicolas Sevin publie toujours le même genre de livre, jusqu'au jour où son éditrice l'enjoint de changer de registre. Au seuil de sa quête, il découvre l'existence de Hojime Morimoto, un lointain ancêtre, qui a tué et mangé son amie. Voulant raconter son histoire, il tente de se mettre dans la tête du meurtrier, en devenant lui-même dévorateur...
Durée:2h. 41min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:13684
Résumé: Pour chacune de ces sept nouvelles sanglantes, tout se joue dans l'alcôve familiale, secrets amoureux et parfois incestueux. À partir d'une situation banale, Nicolas d'Estienne d'Orves lève le voile sur les noirceurs de l'âme grâce à un art de la chute terrible.
Durée:14h. 58min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:35481
Résumé: Paris 1955. Fille d’un collaborateur exécuté sous ses yeux à la Libération, Gabrielle Valoria doit écrire la première biographie de Sidonie Porel. Mais qui est vraiment Sidonie Porel ? La plus célèbre romancière de son époque ou une imposture littéraire ? Une grande amoureuse ou une manipulatrice ? En plongeant dans le passé de cette femme qu’elle craint et qu’elle admire, Gabrielle découvre un univers où grouillent les menteurs et les traîtres. Ecrivains, politiciens, journalistes, prostituées, grands patrons : tous cachent un secret mortel. Dans Les Fidélités successives, Nicolas d’Estienne d’Orves explorait les ambiguïtés de l’Occupation, avec La Gloire des maudits, il s’attaque aux mensonges de l’après-guerre. Ce tableau romanesque d’une France au lendemain du chaos, où l’on croise les grandes figures du Paris intellectuel et artistique des années 1950, montre que le passé nous rattrape toujours et que les guerres ne se terminent jamais.
Durée:13h. 21min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:76600
Résumé: Des entrées sur le mauvais goût, notion relative et changeante, parfois synonyme de racisme de classe ou de revendication personnelle. L'auteur évoque le cinéma, la littérature, la musique, la vie quotidienne ou encore la société.
Durée:16h. 49min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:31372
Résumé: Evocation profonde et personnelle de la Bretagne actuelle et de celle d'antan. Cet Armoricain qui a grandi à Aber-Ildut est plein de nostalgie mais aussi de révolte quand il raconte cette Bretagne éternelle.
Durée:12h. 50min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:68714
Résumé: Aventurier shakespearien aux prises avec des ennemis innombrables, de Gaulle a imaginé le roman de sa vie, et l'a imposé sur le théâtre tragique de l'Histoire en amoureux d'une France qui aujourd'hui encore lui doit presque tout. Il fut un héros aux frontières de la folie. Un chef de guerre longtemps seul contre tous. Un homme d'Etat visionnaire dans la lignée de Richelieu. Un écrivain dans le sillage de Chateaubriand. Et un méditatif lourd de mystères. Dans son incroyable saga, il a enrôlé des personnages fascinants, baroudeurs et moines-soldats d'un idéal chevaleresque. Le gaullisme est une leçon de morale, celle de l'insoumission et du panache, teinté de romantisme noir. Avec le lyrisme qu'on lui connaît, Denis Tillinac a voulu honorer sa dette en érigeant au Général le tombeau qu'il mérite.
Lu par:Daniel Martin
Durée:13h. 19min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:29460
Résumé: La Résistance : le chapitre le plus romanesque de notre roman national. Il commence par une catastrophe militaire sans précédent. Table rase. Chacun, chacune face à soi-même. Entrer en résistance, c'est s'autodésigner à la torture et à la mort. Jamais l'héroïsme ne fut si quotidien ; jamais la trahison ne fit couler tant de sang et de larmes. La bicyclette contre les tractions avant ; la Sten contre la Das Reich ; le Lysander, libellule nyctalope, contre les Messerschmitt. Du rouge avec l'Affiche, l'Orchestre et Guingouin, mais aussi du bleu avec une flopée de Camelots du roy, dont le grand Jacques Renouvin. Qui s'aventure dans cette histoire avec un oeil sectaire est assuré de n'y rien comprendre. Unité fusionnelle ? Certes pas. Mais tous acceptent de mourir au même poteau. Point de médiocres. Les médiocres sont à Vichy ou nulle part. Et des femmes si nombreuses à faire preuve d'héroïsme qu'on ne pourra plus, à la Libération, leur refuser le bulletin de vote.
Durée:17h. 36min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26473
Résumé: Ce livre est un témoignage de l'engagement envers l'Amérique latine que j'ai pris à Paris, il y aura bientôt un demi-siècle, et auquel je reste fidèle. Certes, quiconque feuilletant ses pages s'apercevra qu'au fil du temps mes opinions littéraires, mes jugements politiques, mes enthousiasmes et mes critiques ont changé plusieurs fois de cible et de contenu, chaque fois que la mouvante réalité l'exigeait de moi. Mais mon intérêt, ma curiosité et aussi ma passion pour ce monde complexe, tragique et formidable, d'intense créativité, aux souffrances et aux peines indicibles, où les formes les plus raffinées de la civilisation se mêlent à celles de la pire barbarie, sont restés intacts jusqu'à aujourd'hui... A sa façon, ce dictionnaire est un mélange pluriel qui aborde tous les sujets imaginables : la révolution, la photographie, certains travers du langage populaire, le cinéma, les dictatures, le paysage, les écrivains, l'histoire, l'humour, le football, les voyages, la peinture, et ils comprennent une grande variété de genres, du reportage journalistique à l'article de fond, de l'évocation au compte rendu, de la note nécrologique à la chronique, voire à la fiction... Enfin, ce livre est aussi comme l'envers d'une autobiographie.
Lu par:Daniel Martin
Durée:19h. 45min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:33153
Résumé: Une évocation personnelle de l'Orient, inspirée de l'exotisme des cartes postales, des relations de voyage des écrivains, de l'étude des civilisations de la haute Mésopotamie, de l'Egypte pharaonique, des Perses ou de Byzance. Les expériences de voyages de l'auteur, au Liban, en Turquie, en Israël et en Palestine, en Arabie saoudite et dans les Emirats, alimentent aussi ce dictionnaire.
Lu par:Daniel Martin
Durée:21h. 58min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:69587
Résumé: « Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce sera ma première licence : je parle d’un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ». S’agissant d’un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs. Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d’excellents ouvrages (j’en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C'est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C'est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c’est le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). Lorsque je lis un Dictionnaire amoureux, rien ne me fait plus plaisir que de découvrir des choses que je sais déjà. C’est un peu comme pour le Nobel de littérature : le jour de la proclamation, quand il s'agit de quelqu'un dont je connais déjà le nom, j'ai l’impression d’être cultivé. J’espère que ce Dictionnaire amoureux réservera au lecteur quelques-unes de ces satisfactions mais aussi quelques surprises, quelques découvertes. Et l’envie de lire et de relire encore cette littérature majeure qui, quoiqu’on en dise, reste durablement marquée par le prosaïsme de ses origines. Alphabétique (de « s’abîmer » à « vouloir-saisir »), totalement subjectif (« on a rendu à ce discours sa personne fondamentale qui est le JE »), sans prétention à l’exhaustivité…, je crois que les Fragments d’un discours amoureux (1977) peut être considéré comme l’ancêtre des Dictionnaires amoureux. Puisqu’il correspond très exactement à mon projet, je reprends donc ici, à la lettre, l’exergue de Roland Barthes : C’est donc un amoureux qui parle et qui dit »
Lu par:Daniel Martin
Durée:17h. 53min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:70063
Résumé: Un Dictionnaire amoureux qui marie l’Odyssée et le plus contemporain de notre actualité, Thomas More et les archipels menacés par le réchauffement climatique. On vagabonde, on rêve, on frissonne, on se souvient. Les îles pourraient bien être chemins de vérité. Ce n’est pas parce qu’il a bourlingué, du Groenland à la Polynésie, du Japon au Chili, qu’Hervé Hamon est un collectionneur de cartes postales. Et ce n’est pas parce qu’il aime naviguer que les cocotiers et le sable blanc le fascinent. L’île, avant l’île, c’est le voyage vers l’île. Avec tous les imaginaires inimaginables. Celui du conquérant, de l’exilé ou du migrant, du naturaliste ou du missionnaire, du négrier ou du pirate, celui du déporté, celui de qui se rêve roi d’un monde pur. Celui qui quitte une île pour une autre. Les îles ne sont pas des navires à l’ancre mais des montagnes émergées, quand bien même elles ne dépassent que de quelques mètres. Elles sont la plaque sensible de notre monde cerné d’eau, elles racontent nos convoitises, nos guerres, nos croyances, nos espoirs. Elles nous parlent d’écologie et de mondialisation autant que de distinction et de solitude. Pas étonnant que la littérature s’en soit emparée. Melville aux Marquises, Hugo à Guernesey, Tchékov à Sakhaline, Perec à Ellis Island, Albert Londres à l’île du diable, Soljenitsyne à Solovki, Dumas à If, Césaire ou Glissant à la Martinique, et ainsi de suite. Ce dictionnaire amoureux va de Fred et de Philémon sur le A d’océan Atlantique, à Robinson sur Juan Fernandez (où Defoe, du reste, n’a jamais mis les pieds).
Lu par:Manon
Durée:15h. 59min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:27919
Résumé: Dans ce dictionnaire thématique, les deux auteurs se sont répartis la tâche d'explorer de manière minutieuse la littérature proustienne, sans toutefois prendre le parti de revenir sur les aspects classiques.