Contenu

1440 minutes

Quatrième de couverture
Des fragments poétiques, des réflexions en prose, une par minute...
Durée: 11h. 49min.
Édition: Genève, D'autre part, 2015
N° de notice: 33628
ISBN: 9782940518234

Documents similaires

Lutter avec l'ange

De:Verrey, Laurence Lu par:Marie-Christine Mével
Durée:2h. 58min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Avec Jacob, personnage biblique de la Genèse et compagnon d’insoumission, Laurence Verrey a engagé sa lutte: déjouer les pièges du silence et le poids du passé pour accéder au droit à l’existence, à la terre vierge de l’écriture. La quête de sa voix singulière, sa part de sel, a lieu de nuit. Cette traversée évoque les tourments de l’enfance, l’affrontement avec l’homme, le lien entre l’écriture et la mère, et se vit avec l’ange, allié et révélateur invisible. Le récit retrace l’histoire de Jacob lorsqu’il revient au pays de sa naissance pour retrouver son frère et combat avec le mystérieux adversaire qui le blesse et le bénit. Si le manuscrit a mis une trentaine d’années pour voir le jour, il garde le même caractère d’urgence.

L'oiseleur

De:Fontaine, Anne Lu par:Geneviève Roy
Durée:20min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Poète et prosatrice, Anne Fontaine a cherché ses sources d'inspiration dans la grande tradition lyrique française. Son œuvre, raffinée et existentielle, célèbre la beauté du monde et les métamorphoses de la vie et du cœur. Elle a beaucoup publié dans des revues et des quotidiens vaudois.

La Fée Valse

De:Kuffer, Jean-Louis Lu par:Janick Quenet
Durée:2h. 52min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:"La Fée Valse" voudrait ne pas être un recueil de fantasmes éculés, mais une féerie. Éros y jouerait volontiers, au sens le plus large et comme dans un rêve où la chair est tellement plus réelle – comme dans un poème dont le verbe exulterait. Car ce serait avant tout une affaire de mots que ce livre de baise, au sens rabelaisien, sans rien de la gauloiserie égrillarde trop souvent liée à ce qualificatif. Ainsi ce recueil kaléidoscopique serait-il joyeux et grave, allègre et pensif, tendre et mélancolique, sérieux et ludique au sens du jeu le plus varié ; aussi "La Fée Valse" découlerait-elle de la même recherche d’une pureté sans âge dégagée des corsets de la morale, sans obsession morose ni provocation criseuse, lâchée dans ses cabrioles matinales et vivant ensuite au gré des journées, de la jeune baise aux vieux baisers, sans cesser de rire ni de sourire à la bonne vie divine.

Instantanés

De:Schüpbach, Marcel Lu par:Martine Nicollerat
Durée:2h. 56min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:En vingt-neuf instantanés, l’auteur retrace cinquante ans de cinéma et raconte les moments clés de son parcours de réalisateur. On rencontre en coulisses quelques monstres sacrés tels Béjart, Chessex ou Carla Del Ponte, mais aussi de parfaits inconnus qui ont marqué par leur empreinte les ?lms du cinéaste. Pour Schüpbach, l’expérience du réel a souvent dépassé la ?ction, semant son chemin de petits cailloux blancs.
De:Radi, Fabienne Lu par:Francine Crettaz
Durée:3h. 4min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Objet bâtard comme le fruit des amours d’un teckel et d’un lévrier afghan, ce livre concentre des formes et des sujets variés: essais convoquant des personnalités de la pop culture (Burt Lancaster, Dirk York), de l’art et de la littérature (Flannery O’Connor, Marina Abramovic, Allen Ginsberg, Paul Thek, Dean Martin, Paul Newman), fictions fabriquées à partir d’oeuvres d’artistes contemporains (Nina Childress, Jean-Luc Manz, Joëlle Flumet), poèmes bricolés se servant de matériaux trouvés (manuels de développement personnel, injonctions contemporaines au bonheur), ainsi qu’une lettre d’aveux de l’auteure à ses filles à propos d’une paire de cochons d’Inde.
De:Weibel, Luc Lu par:Clelia Strambo
Durée:6h. 25min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Récit dense et léger par la grâce de l'ironie, Une Thèse pour rien évoque la " curieuse entreprise qui pousse certains au terme d'études universitaires à briguer le titre somme toute bien dérisoire de docteur ". Le hasard a voulu que Luc Weibel se lance dans cette aventure dans une période marquée par la contestation des années 1968-1970. Il se voit confronté à une contradiction fondamentale : s'engager dans une recherche érudite alors que le monde crie " à bas l'Université ! à bas le Savoir ! " Quittant Genève pour l'Italie, l'Allemagne et bientôt Paris, l'auteur découvre le structuralisme, assiste aux cours de Michel Foucault, de Gilles Deleuze et, surtout, rencontre Roland Barthes. Il nous invite ainsi à un parcours intellectuel mouvementé, chaotique, parfois incertain mais toujours passionné.
De:Voisard, Alexandre Lu par:Françoise Golaz
Durée:1h. 50min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Des histoire brèves, des réflexions...

Moisson

De:Lecoultre, Alexandre Lu par:Edgard Raeber
Durée:3h. 25min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:« Moissons » est une constellation de courts récits ancrés dans des lieux particuliers; à la fois oraison et invocation, les textes sont composés de visions, de visages et de paysages. Parmi les mille raisons qui poussent à parler, l'auteur choisit l'attitude du voleur de feu.

Inventaire des lieux

De:Boissier, Laurence Lu par:Brigitte Cottens
Durée:2h. 3min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Attendre dans un couloir, s’arranger pour occuper une baignoire à deux, faire un plein d’essence, faire bonne figure sur une piste de danse?: tous les lieux de cet inventaire aléatoire et subjectif ont leur mode d’emploi, leurs rituels, leur usage conventionnel auxquels l’usager doit se plier. Lorsque pour une raison ou une autre, cet usage nous échappe, il naît une situation que le langage courant appelle «?un moment de solitude?», qui est souvent une occasion de rire ou de pleurer, et surtout celle d’une histoire à raconter.
De:Deonna, Laurence Lu par:Lisette Vogel
Durée:1h. 54min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Plus connue comme chroniqueuse des grands espaces, la reporter, écrivaine et photographe Laurence Deonna offre ici une tout autre facette d’elle-même : la chronique sur chaise.Le cercle des prépuces disparus… Mon voisin de palier était un terroriste… L’histoire de Saint- Poutine racontée aux tout petits… De la Barbie à la barbarie… Ils sont vingt-sept ces courts textes dont les titres vous mettent d’emblée au parfum d’un style à la fois profond, férocement drôle et férocement bien écrit.
De:Roulet, Daniel de Lu par:Madiana Roy
Durée:2h. 1min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:A 97 ans, la mère de l'auteur annonce qu'elle va mettre fin à ses jours. La date et l'heure sont fixées. Pendant les quinze jours qui précèdent cette mort programmée, l'auteur adresse une lettre quotidienne à son père, pasteur décédé six ans plus tôt. Né à Genève et de tradition calviniste, ce père admet volontiers qu'on peut perdre la foi, mais moins volontiers qu'on manque de réponse face au scandale de la mort. Dans l'abondante littérature pastorale depuis Gide, la figure du pasteur est celle d'un être tourmenté et peu sympathique. L'auteur rend hommage à son père pour avoir su exercer un ministère si différent. Ainsi, la culture calviniste qu'il lui a transmise apparaît pour le fils comme l'apprentissage en douceur d'un monde sans Dieu ni Maître.

Tu liras sur mes murs

De:Michel, Xavier Lu par:Maria Roma Gasser
Durée:1h. 2min.
Genre:Essai/chronique/langage
Quatrième de couverture:Qui s’en douterait ? – Tu laisses parfois ouvrir une brèche, il faut bien, et le liquide vert s’échapper par quelques fissures, au compte-gouttes, d’un cerveau sous haute pression. Un cerveau d’homme bien fait, solide, sensé, adulte, dont s’écoulent des relents de brisure, de cassure, de géant anéanti, des miettes d’enfance éparpillées, pulvérisées qui font l’être que l’on est et l’enfant que l’on reste. À mi-chemin entre prose poétique et poésie en prose, Tu liras sur mes murs invite à un voyage brut et sensoriel. Un recueil intime, où l’histoire individuelle se mêle sans cesse à l’universelle.