Contenu

La mort heureuse

Résumé
En 1938, Albert Camus abandonne son premier roman, 'La Mort heureuse', pour commencer à rédiger 'L' Etranger'. Ce premier projet romanesque, publié à titre posthume, est riche pourtant de descriptions lumineuses de la nature et de réflexions anticonformistes. Le héros, Mersault, recherche désespérément le bonheur, fut-ce au prix d'un crime. Son parcours est nourri de la jeunesse difficile et ardente de Camus ; ses choix et ses pensées annoncent les récits et les essais à venir.
Durée: 4h. 15min.
Édition: Paris, Gallimard, 2009
Numéro du livre: 17015
ISBN: 9782070402465
Collection(s): Folio

Documents similaires

Durée:9h. 21min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17465
Résumé: Nous sommes à Oran, durant les années 1940. Le docteur Rieux découvre avec un étonnement plus stoïque qu'horrifié que la ville est touchée par une terrible épidémie mortelle : la peste. Les autorités prennent des mesures de sécurité et Oran se met en quarantaine : personne n'entre, personne n'en sort non plus... Rapidement impuissant face à l'étendue meurtrière de la maladie, Rieux s'entoure d'hommes de foi qui résisteront corps et âme contre le fléau. Parmi eux, Rambert, journaliste parisien, qui n'a pourtant qu'une idée en tête : fuir ; Grand, fonctionnaire appliqué, dont la seule crainte est la stérilité de l'écrivain qui se découvre ; Paneloux, le prêtre qui voit en la maladie un châtiment divin ; et Tarrou, homme torturé mais au coeur immense. Chaque jour ébranlés par l'injustice de l'épidémie, ils puiseront leur force dans leur amitié et feront preuve d'un rare courage et d'une grande détermination, ce, jusqu'à la fin... quelle qu'elle soit.
Durée:1h. 33min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20885
Résumé: La Femme adultère a pour personnage principal Janine désabusée par sa vie médiocre de femme au foyer qui accompagne son mari représentant en tissus dans le sud algérien et qui connaît une expérience fusionnelle avec le désert qui la comble (ce qui explique l'adultère du titre). Les Muets décrit l'univers d'une tonnellerie d'Alger et le malaise d'Yvars qui n'arrive pas à donner du sens à sa vie malgré un couple harmonieux et l'esprit de solidarité des ouvriers en lutte contre leur patron mais qui perdent le sens de la compassion. (wikipédia)
Lu par:Roger Lador
Durée:9h. 9min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:7006
Résumé: Le 4 janvier 1960 l'écrivain Albert Camus, prix Nobel de littérature, trouvait la mort dans un accident de voiture. Il avait dans sa sacoche un manuscrit inachevé : "Le premier homme" qui consistait en 144 pages écrites à la main. Le texte manquait par endroits de signes de ponctuation et des notes débordaient dans les marges. Pour rendre publiable le manuscrit de son père, Francine Camus s'est appliquée au travail difficile de le dactylographier. Le personnage principal du "Premier homme" est Jacques Cormery, alter ego d'Albert Camus. Le roman s'ouvre sur la naissance de Jacques et raconte son enfance dans un petit village arabe en Algérie: sa famille, la vie avec sa mère et sa grand-mère, les jeux avec ses camarades... et l'absence du père. Le père de Jacques est mort dans la Première Guerre mondiale, alors que celui-ci n'avait qu'un an. Jacques grandit avec un seul parent et on peut lire entre les lignes l'absence de l'autre.
Durée:4h. 40min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:22810
Résumé: Dans les épaisseurs de la nuit sèche et froide, des milliers d'étoiles se formaient sans trêve et leurs glaçons étincelants, aussitôt détachés, commençaient de glisser insensiblement vers l'horizon. Janine ne pouvait s'arracher à la contemplation de ces feux à la dérive. Elle tournait avec eux, et le même cheminement immobile la réunissait peu à peu à son être le plus profond, où le froid et le désir maintenant se combattaient.
Durée:4h. 35min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:14621
Résumé: Première parution philosophique de l'auteur, il utilise le mythe de Sisyphe comme une illustration de ce qu'est l'absurde. Les dieux avaient condamné Sisyphe à rouler sans cesse un rocher jusqu'au sommet d'une montagne d'où la pierre retombait par son propre poids. Ils avaient pensé avec quelque raison qu'il n'est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir. Camus se sert du mythe pour décrire l'attitude de l'homme confronté à l'absurde de la condition humaine.
Durée:3h. 8min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17657
Résumé: Condamné à mort, Meursault. Sur une plage algérienne, il a tué un Arabe. À cause du soleil, dira-t-il, parce qu'il faisait chaud. On n'en tirera rien d'autre. Rien ne le fera plus réagir : ni l'annonce de sa condamnation, ni la mort de sa mère, ni les paroles du prêtre avant la fin. Comme si, sur cette plage, il avait soudain eu la révélation de l'universelle équivalence du tout et du rien. La conscience de n'être sur la terre qu'en sursis, d'une mort qui, quoi qu'il arrive, arrivera, sans espoir de salut. Et comment être autre chose qu'indifférent à tout après ça ?
Durée:58min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:17762
Résumé: Dans ce discours prononcé lors de la remise du prix Nobel, Camus définit ce que doit être pour lui le rôle de l'écrivain à notre époque: être au service des hommes qui souffrent et qui aspirent à la liberté. L'auteur s'explique dans quatre discours sur les réticences qu'il éprouve à prendre publiquement position sur la situation algérienne, lui d'habitude si engagé. Il est également question de liberté artistique.
Durée:2h. 15min.
Genre littéraire:Théâtre
Numéro du livre:8699
Résumé: Drame en cinq actes consacré à l'Empereur romain pervers et cruel qu'a été Caligula. Cette oeuvre est à rattacher au cycle de Camus sur l'absurde. Caligula est un jeune homme presque comme les autres jusqu'à ce que sa soeur-amante Drusilla meurt. Cette mort est pour lui la révélation de l'absurdité et de la condition humaine. L'empereur s'enfuit, puis revient, mais complètement changé. Il n'a alors pas d'autres moyens que de tuer les hommes pour remodeler le monde.
Durée:27h. 27min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:65838
Résumé: Le 19 mars 1944, Albert Camus et Maria Casarès se croisent chez Michel Leiris. L’ancienne élève du Conservatoire, originaire de La Corogne et fille d’un républicain espagnol en exil, n’a que vingt et un ans. Elle a débuté sa carrière en 1942 au Théâtre des Mathurins, au moment où Albert Camus publiait L’Étranger chez Gallimard. L’écrivain vit alors seul à Paris, la guerre l’ayant tenu éloigné de son épouse Francine, enseignante à Oran. Sensible au talent de l’actrice, Albert Camus lui confie le rôle de Martha pour la création du Malentendu en juin 1944. Et durant la nuit du Débarquement, Albert Camus et Maria Casarès deviennent amants. Ce n’est encore que le prélude d’une grande histoire amoureuse, qui ne prendra son vrai départ qu’en 1948.
Durée:5h. 53min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:34749
Résumé: Plus de quinze ans s'écoulent entre la première lettre échangée entre André Malraux et Albert Camus le 30 octobre 1941 et l'ultime billet envoyé par ce dernier à son ami. Durant cette période, Albert Camus est devenu cet "écrivain important" qu'André Malraux avait pressenti dès la lecture du premier manuscrit de L'Étranger, et le militant enthousiaste du théâtre du Travail d'Alger, un intellectuel engagé et reconnu mondialement. Le jeune homme, qui envoyait timidement à son aîné son premier recueil de textes, a reçu le prix Nobel de littérature. Le brillant compagnon de route du Parti communiste, quant à lui, s'est rallié au gaullisme et en est devenu le fervent propagandiste. Tandis que le Prix Goncourt de 1933 s'est détourné du genre romanesque pour se consacrer à ses écrits sur l'art, Albert Camus, qui a connu à son tour le succès avec La Peste, s'est investi avec passion dans la voie du théâtre, si étrangère à André Malraux. Trente-six lettres, des rencontres et des échanges, pour passer de "l'admiration" à la "pensée amicale" : Albert Camus grandit sans renier le "maître de sa jeunesse" tout en trouvant sa propre voie ; André Malraux poursuit sa réflexion et réalise ses rêves de destin historique. Estime et attention réciproques marquent ces échanges épistolaires et ces écrits prenant leur source dans la genèse éditoriale et littéraire d'une grande oeuvre.
Durée:2h. 19min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:13557
Résumé: "Il n'y a plus de déserts. Il n'y a plus d'îles. Le besoin pourtant s'en fait sentir. Pour comprendre le monde, il faut parfois s'en détourner..."
Durée:2h. 13min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:15799
Résumé: Les Réflexions sur la guillotine représentent un épisode de la lutte qu'a toujours menée A. Camus pour que soit reconnue la dignité de l'homme. La justice constitue un des thèmes principaux de son oeuvre. Aussi ne pouvait-il éviter la réflexion sur la peine capitale dans laquelle il reconnaît l'institution d'une certaine forme de terreur et la survivance d'un rite primitif. Le châtiment, qui sanctionne sans prévenir, s'appelle en effet la vengeance. C'est une réponse quasi arithmétique que fait la société à celui qui enfreint sa loi primordiale. Cette réponse est aussi vieille que l'homme, elle s'appelle le talion. Qui m'a fait mal doit avoir mal, qui m'a crevé un oeil doit devenir borgne ; qui a tué enfin doit mourir. Il s'agit d'un sentiment, et particulièrement violent, non d'un principe. Le talion est de l'ordre de la nature et de l'instinct, il n'est pas de l'ordre de la loi. La loi, par définition, ne peut obéir aux mêmes règles que la nature. Si le meurtre est dans la nature de l'homme, la loi n'est pas faite pour imiter ou reproduire cette nature. Elle est faite pour la corriger. Or le talion se borne à ratifier et à donner force de loi à un pur mouvement de nature. Nous avons tous connu ce mouvement, souvent pour notre honte, et nous connaissons sa puissance : il nous vient des forêts primitives...