Contenu

Nous voulons une autre Suisse

Résumé
La Suisse, pays de mesure par excellence, éprouve paradoxalement une peine inouïe à se regarder dans le miroir. Hésitant toujours entre l'autoglorification et l'autoflagellation, les Suisses s'entre-déchirent en lisant leurs principaux auteurs ou le rapport Bergier ou devant une sculpture de Tinguely. Leur image semble toujours truquée. Les deux jeunes parlementaires Patrice Mugny et Fernand Cuche, portraiturés et interrogés par Alain Maillard, brisent le miroir et s'expriment en toute liberté sur leur itinéraire politique, sur le fonctionnement du Parlement fédéral et sur leur vision de la Suisse et du monde. Au moment où la sacro-sainte neutralité helvétique est remise en question par la mondialisation et où la société se transforme à toute allure, oubliant de replacer l'homme au coeur de la création, les courageuses prises de position de nos deux députés s'avèrent salutaires. Deux voix différentes, fraîches et vivifiantes dans le concert classique du Parlement fédéral. Deux voix authentiques et souvent indignées mais qui inspirent confiance et laissent une place à l'espérance. Vouloir une autre Suisse, vouloir bâtir un autre monde exige une force intérieure inaltérable et une énergie sans cesse renouvelable. Tant que la démocratie helvétique parvient à produire et à élire de telles sensibilités, on se dit qu'une autre Suisse ou qu'un autre monde est possible.
Durée: 6h. 21min.
Édition: Vevey, Ed. de l'Aire, 2002
Numéro du livre: 12589
ISBN: 9782881086090
CDU: 320

Documents similaires

Durée:8h. 48min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:30883
Résumé: En cinq ans, la Suisse a subi deux chocs violents : d'abord, le secret bancaire a été jeté à la poubelle ; puis, en février 2014, une votation populaire "contre l'immigration massive" a mis les Suisses au ban de l'Europe. Et gare aux sanctions qui s'annoncent. La Suisse, pays le plus prospère sur la planète, se remettra-t-elle de ces épreuves ? Notre réponse : évidemment ! La Suisse est d'abord une puissance industrielle, fondée sur des centaines de milliers de PME. Xénophobe la Suisse ? C'est le pays qui, en Europe, a accueilli le plus d'étrangers sur son sol ces dix dernières années. La Suisse est un pays coriace ! L'Etat y est léger, peu coûteux, les élites y sont autant rurales que citadines. Bien formée, la population vote ses impôts, finance un système de formation hors norme, du primaire jusqu'aux niveaux supérieurs. Si la machinerie fonctionne à la perfection, c'est que la population se mêle de tout, tout le temps, de manière pacifique. Par comparaison avec tous les pays qui l'environnent, la Suisse apparaît comme un modèle d'efficacité politique et économique.
Lu par:Michel Joyet
Durée:5h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:11867
Résumé: « Rêveries et ordre du jour » contient les discours les plus récents de M. Leuenberger, pour l'essentiel ceux prononcés au cours de son année présidentielle. Pour le président de la Confédération, "un discours n'est pas un monologue, mais un dialogue". A travers ses discours, il souhaite associer le public à une démarche dialectique cherchant à nourrir le débat politique.
Durée:5h. 45min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:12304
Résumé: Depuis son accession aux fonctions politiques suprêmes en 1998, Pascal Couchepin a introduit un certain franc-parler dans le style feutré du gouvernement suisse. Jean Romain, philosophe et écrivain, auteur d'essais marquants sur les dilemmes sociaux et spirituels de notre époque, était l'interlocuteur idéal pour saisir à bras le corps les réalités suisses et mondiales du moment. Ces entretiens vifs et intenses font alterner vues d'ensemble et confidences circonstanciées. Tout en livrant son manifeste politique, Pascal Couchepin y révèle le fond de sa pensée. En prévision de sa présidence, en 2003, qu'il refuse de voir comme une tâche purement administrative et honorifique, il esquisse les projets de réformes importantes qui lui tiennent à coeur. Et révèle aussi la vocation foncière qui, dès sa jeunesse, l'a poussé dans les eaux de la politique. S'il s'attache à préciser ses idées directrices, Pascal Couchepin n'élude pas, néanmoins, les thèmes que développe Jean Romain, et qui préoccupent l'opinion suisse. Sans détour, il répond à des questions que tout citoyen helvétique aimerait poser à celui qui, en 2003, a été le premier représentant de son gouvernement.
Durée:6h.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:18832
Résumé: Si Brigitte Perrin est journaliste à la Télévision suisse romande, et politologue, Paul Grossrieder a été dominicain, diplomate, puis directeur du Comité international de la Croix-Rouge et vit aujourd'hui retraité à Charmey, en Gruyère, après une vie bien remplie. Ces deux Suisses qu'une génération sépare - exactement trente ans - abordent dans ce livre quelques grands thèmes qui n'ont rien à voir avec les images d'Epinal de vaches paissant dans de verts pâturages ou de chocolat incomparable, fabriqué par Lindt ou Nestlé. L'action humanitaire est une des caractéristiques helvétiques. Comme il y a beaucoup à faire dans ce domaine on ne sera pas surpris que Paul Grossrieder s'afflige que la Suisse ne consacre que 0.44% de son PIB à l'aide au développement, oubliant que ce genre d'aide publique n'est pas très morale puisqu'elle n'a rien à voir avec la générosité, mais tout à voir avec la charité forcée. Il ne faut pas oublier que les Suisses restent par ailleurs fort généreux, à titre privé, en dépit de la pression fiscale qu'ils subissent. On peut, de toute façon, s'interroger sur le bien-fondé d'une telle aide, qui permet de se donner bonne conscience, alors que dans le même temps d'aucuns s'affligent, comme Brigitte Perrin, que des produits en provenance de pays émergents viennent remplacer des produits suisses; alors que dans le même temps l'on empêche, par des mesures protectionnistes, des produits agricoles de l'hémisphère sud d'être vendus ici. Il faut savoir si l'on veut vraiment que ces pays se développent, sans leur faire l'aumône...
Durée:5h. 8min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71485
Résumé: Des années durant, l’écrivain Yves Pagès a glané toutes sortes de statistiques, notant dans un carnet des centaines de pourcentages. De ce vertigineux inventaire, il a fait un livre étrange qui, entre jeu littéraire à la Raymond Queneau et réflexions philosophiques à la Theodor Adorno, reconstitue par fragments le tableau d’une société infestée par une vision comptable du monde. Difficile de rompre la glace du monstre statistique, d’échapper à ses ordres de grandeur qui prétendent tout recenser de nos faits et gestes, quantifier nos opinions, mettre en coupe réglée nos vies matérielles. Sous emprise comptable, chacun se sent casé d’office, sondé de bas en haut, pris au piège. Mais alors, comment nous soustraire au grand dénombrement ? Sans prétention d’exhaustivité, l’auteur se propose de passer ces données brutes au tamis de rêveries interprétatives, pour traquer leurs failles implicites ou les confronter à d’autres cas de figure. À la logique de la quantification de toutes choses, il oppose, par collage, accumulation et divagation, une poétique de l’absurde. Par-delà cet art du détournement stylistique, il nous livre en pointillé une analyse caustique de la condition des vivants à l’ère de la gouvernance par les nombres, agrémentée de quelques suggestions paradoxales pour passer entre les mailles du filet statistique.
Lu par:Paula Viala
Durée:10h. 25min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:68946
Résumé: De Philippe le Bel à De Gaulle, en passant par Louis XIV, Robespierre et Napoléon Ier, des Légistes médiévaux aux Constitutionnalistes contemporains en passant par les Politiques renaissants, de la destruction des templiers à l’expulsion des congrégations en passant par les dragonnades, et de la confrérie du Saint-Sacrement au Grand Orient en passant par Port-Royal, c’est l’histoire oubliée de la religion française qu’exhume cet essai iconoclaste. Pas plus que la France, la laïcité n’a commencé en 1905 ou débuté en 1789. Elle est l’autre nom de la singularité qui, depuis les débuts, a constitué un invariant de notre histoire, un constituant de notre pays, l’essence de notre politique. Elle a porté à son terme la relation exclusive, mimétique et critique, traversant monarchie et république, envers l’icône du pouvoir suprême, la Rome des Césars et des Pontifes. Elle est l’aboutissement, sur un millénaire, du rapport unique tissé entre religion et nation, hérité de l’Israël biblique, afin de lutter contre les féodalités et les empires. Au contraire des illusions sur la neutralité laïque ou le pacte laïc, l’État n’aura ainsi cessé d’imposer aux Églises la neutralisation de leurs ambitions et la domination de ses règles. Les Églises y auront gagné l’émancipation de leurs théologies. De guerre lasse, voulons-nous aujourd’hui enterrer notre culte commun, celui de l’indépendance et de la liberté ?
Durée:5h. 13min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69988
Résumé: D’Atatürk à Erdogan, de la caserne à la mosquée, de la nationalisation de l’islam à l’islamisation de la nation, de l’Europe à l’Oumma, de l’Otan au Califat, voici la face cachée de la Turquie. Ce livre plonge dans les cent ans de vertiges qu’a connus la République turque née des ruines de l’Empire ottoman. Ce livre convoque les fantômes de son négationnisme, Arméniens, Grecs, Alévis, Kurdes. Il dévoile les dessous des putschs militaires qui ont étranglé la démocratie. Il révèle les compromissions de Washington et de Bruxelles. Ce livre démasque la permanence de la reconquête. Hier à Chypre. Aujourd’hui au Proche-Orient, en Méditerranée, dans le Caucase. Demain en Asie, dans les Balkans. Ce livre dénonce le chantage auquel Ankara soumet Berlin et Paris. Un livre-choc. Pour enfin comprendre d’où vient et jusqu’où ira la Turquie.
Durée:12h. 48min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66951
Résumé: En 2017, une simple enquête pour la chaîne de télévision NBC mène Ronan Farrow à une histoire dont on n'ose parler qu'à voix basse : un des producteurs les plus puissants de Hollywood serait un prédateur sexuel, protégé car il règne parla terreur et l'argent. Ainsi démarre l'affaire Harvey Weinstein. Alors que Ronan Farrow se rapproche de la vérité, des hommes de l'ombre issus de prestigieux cabinets d'avocats et de cellules d'espions montent une campagne d'intimidation, menacent sa carrière, le traquent sans relâche et instrumentalisent son passé familial. Au même moment, il est confronté au sein de sa chaîne à un degré de résistance incroyable, mais il a enclenché le mouvement : partout dans le monde des femmes se lèvent pour témoigner. Les faire taire c'est la voix de ces femmes qui ont tout risqué pour dire la vérité. Impressionnant travail d'investigation se lisant comme un thriller, Les faire taire nous invite dans les coulisses d'une enquête qui secoue notre époque.
Durée:5h. 22min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75407
Résumé: "Mon enfance, je l'ai passée nue, entourée de corps nus. L'été, je rejoignais mon oncle et ma tante dans un petit village naturiste du sud de la France. Ce qui était un geste spontané, presque un réflexe, s'est transformée en revendication, plus tard, quand ma nudité est devenue aux yeux des Autres une transgression, une humiliation (presque chacun d'entre nous a déjà cauchemardé de se retrouver nu devant tout le monde, à l'école ou au travail), une source de fantasmes voire un délit, comme l'est la publication d'un pubis sur les réseaux sociaux. On comprenait comme de l'exhibition ce qui, le plus souvent, relève du camouflage. Le coeur du naturisme, c'est toujours la Nature. C'est elle qu'on vient rencontrer, toucher, sentir. Les pieds nus qui s'abîment sur les rochers. L'herbe jaunie qui griffe les chevilles. Le soleil brûlant qui tombe sur le nombril à midi. L'eau qui file sur les seins et suit les lignes de l'aine que le moustique viendra piquer dans la nuit. La brise du soir qui sèche les cheveux encore humides et caresse le dos. J'ai choisi, comme 2, 5 millions de Français, d'adopter un mode de vie différent. Car le naturisme est aussi bien une philosophie qu'une pratique, dont la nudité n'est qu'un élément. En hiver, les naturistes s'habillent bien sûr, mais ils restent fidèles à des valeurs - l'acceptation du corps, le sens de la communauté, la frugalité, mais aussi la liberté, et avec elle, la revendication d'une contre-culture". M. C. Dans ce récit aux accents d'invitation au voyage, Margaux Cassan nous conduit dans l'univers méconnu du naturisme. Des premières communautés libres formées par des anarchistes au début du XXème siècle aux utopies fanées des années hippies ; du village familial du Vaucluse où elle a passé son enfance au libertinage de l'Ile du Levant, l'autrice dresse une cartographie philosophique et historique de ce mouvement. Son témoignage, parfois documentaire, parfois journal intime, interroge ce que la nudité dit d'une société obsédée par la question du corps, mais incapable de montrer le sien. Dans un monde où le vêtement sert les intérêts de la pudibonderie comme de l'hyper-sexualisation, où il est devenu un marqueur social, qu'est-ce que la vie nue ? Une autre manière d'habiller le monde.
Lu par:Alin Guignard
Durée:43min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75738
Résumé: Comment la confiance des citoyens envers leurs représentants, pourtant indispensable à une vie politique stable, se délite-elle et pour quelles raisons ? De nos jours, cette confiance ne peut être accordée sans réserve. Nous ne vivons plus à une époque où les dirigeants sont vus comme divinement désignés. Tous les êtres humains sont dotés de capacités rationnelles et morales qu'ils sont libres d'utiliser à leur guise. Ainsi, même si les individus font confiance à certaines personnes ou institutions, ils conservent le droit de porter un jugement final. Qu'est-ce qui nous octroie, à nous citoyens, le privilège de détenir ce jugement ultime en matière d'opinions, de choix et de décisions politiques ? Est-ce un droit absolu ? En intégrant la notion de « falsifiabilité » en politique, Heller voit dans la capacité à réfuter des opinions, la véritable essence de la démocratie contemporaine, où les idéologies ne sont que des ersatz distordus de vérités absolues.
Durée:9h. 35min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:70562
Résumé: Etre mendiant en Inde, c'est être plus pauvre qu'ailleurs. Mais être pauvre et intouchable, c'est subir à la fois la misère et le mépris. Pour connaître ce qu'on vit et ressent quand on est considéré comme la lie de la terre, un journaliste a appris l'hindi, s'est foncé la peau, les cheveux, et s'est mêlé au flot de ceux qui mangent à même un bout de papier et couchent à même la rue. Une enquête unique sur une des conditions les plus misérables du monde. Un témoignage sur les sentiments qu'éprouve un Européen jeté dans l'anonymat et l'humiliation. Un portrait sans complaisance de l'Inde.
Durée:5h. 39min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74120
Résumé: Dans le monde de Donald Trump, de Boris Johnson et de Matteo Salvini, chaque jour porte sa gaffe, sa polémique, son coup d'éclat. Pourtant, derrière les apparences débridées du carnaval populiste, se cache le travail acharné de dizaines de spin-doctors, d'idéologues et, de plus en plus souvent, de scientifiques et d'experts du Big Data, sans lesquels ces leaders populistes ne seraient jamais parvenus au pouvoir. Ce sont ces ingénieurs du chaos, dont Giuliano da Empoli brosse le portrait. Du récit incroyable de la petite entreprise de web-marketing devenue le premier parti italien, en passant par les physiciens qui ont assuré la victoire du Brexit et par les communicants qui ont changé le visage de l'Europe de l'Est, jusqu'aux théoriciens de la droite américaine qui ont propulsé Donald Trump à la Maison Blanche, cette enquête passionnante et inédite dévoile les coulisses du mouvement populiste global. Il en résulte une galerie de personnages hauts en couleur, presque tous inconnus du grand public, et qui sont pourtant en train de changer les règles du jeu politique et le visage de nos sociétés.