Contenu

Vivre nu

Résumé
"Mon enfance, je l'ai passée nue, entourée de corps nus. L'été, je rejoignais mon oncle et ma tante dans un petit village naturiste du sud de la France. Ce qui était un geste spontané, presque un réflexe, s'est transformée en revendication, plus tard, quand ma nudité est devenue aux yeux des Autres une transgression, une humiliation (presque chacun d'entre nous a déjà cauchemardé de se retrouver nu devant tout le monde, à l'école ou au travail), une source de fantasmes voire un délit, comme l'est la publication d'un pubis sur les réseaux sociaux. On comprenait comme de l'exhibition ce qui, le plus souvent, relève du camouflage. Le coeur du naturisme, c'est toujours la Nature. C'est elle qu'on vient rencontrer, toucher, sentir. Les pieds nus qui s'abîment sur les rochers. L'herbe jaunie qui griffe les chevilles. Le soleil brûlant qui tombe sur le nombril à midi. L'eau qui file sur les seins et suit les lignes de l'aine que le moustique viendra piquer dans la nuit. La brise du soir qui sèche les cheveux encore humides et caresse le dos. J'ai choisi, comme 2, 5 millions de Français, d'adopter un mode de vie différent. Car le naturisme est aussi bien une philosophie qu'une pratique, dont la nudité n'est qu'un élément. En hiver, les naturistes s'habillent bien sûr, mais ils restent fidèles à des valeurs - l'acceptation du corps, le sens de la communauté, la frugalité, mais aussi la liberté, et avec elle, la revendication d'une contre-culture". M. C. Dans ce récit aux accents d'invitation au voyage, Margaux Cassan nous conduit dans l'univers méconnu du naturisme. Des premières communautés libres formées par des anarchistes au début du XXème siècle aux utopies fanées des années hippies ; du village familial du Vaucluse où elle a passé son enfance au libertinage de l'Ile du Levant, l'autrice dresse une cartographie philosophique et historique de ce mouvement. Son témoignage, parfois documentaire, parfois journal intime, interroge ce que la nudité dit d'une société obsédée par la question du corps, mais incapable de montrer le sien. Dans un monde où le vêtement sert les intérêts de la pudibonderie comme de l'hyper-sexualisation, où il est devenu un marqueur social, qu'est-ce que la vie nue ? Une autre manière d'habiller le monde.
Durée: 5h. 22min.
Édition: Paris, Grasset, 2023
Numéro du livre: 75407
ISBN: 9782246830962
Collection(s): Documents français

Documents similaires

Lu par:Myriam Danard
Durée:1h. 37min.
Genre littéraire:Pratique/cuisine/alimentation
Numéro du livre:25884
Résumé: Précis d'art ménager avec des méthodes pour enlever les taches, fabriquer des produits d'entretien naturels et des astuces pour faire briller toute la maison.
Durée:7h. 27min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:32806
Résumé: La langue secrète du corps, ce n'est pas un geste qui nous trahirait, ni un mensonge qu'il s'agirait de décrypter, c'est un signal inconscient, de souffrance parfois, de joie parfois, que le corps émet et dont il faut immédiatement se saisir pour rendre la vie plus facile. La couleur d'un vêtement, une position dans l'espace, un cou dénudé ou couvert, un tripotement d'oreille ou de bijou attire soudain notre regard et le fruit de cette observation fine prend au dépourvu les défenses habituelles, suscitant chez l'autre une surprise qui permet de mettre à nu l'essentiel. Pendant des décennies, cette communication non verbale, ainsi que les idées et les théories qui la sous-tendent, ont été au coeur du travail d'Anne Ancelin Schützenberger ; ce livre est le premier qu'elle lui consacre.
Lu par:Louis Belon
Durée:5h. 5min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:31761
Résumé: Une étude sociologique de la vie urbaine. L'ouvrage analyse les tensions qui parcourent cette dernière et qui revêtent de nouvelles formes. Il étudie l'organisation des coexistences en milieu urbain et révèle de nouveaux modes d'intervention et de nouveaux concepts, tels que la gouvernance urbaine.
Lu par:Louis Belon
Durée:12h. 41min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:31760
Résumé: Un bilan critique des principales problématiques théoriques de la sociologie française contemporaine (Bourdieu, Boudon, Crozier, Touraine) qui esquisse un cadre théorique nouveau avec la notion de transaction sociale. Cette notion ne se limite pas à la négociation et au compromis. Elle permet d'analyser les conflits, les arrangements sociaux et la dialectique des rapports de force.
Lu par:Jean Frey
Durée:1h. 49min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:13023
Résumé: "Réfléchir sur la mort, c'est réfléchir sur la vie. C'est viser un autre art de vivre." Pour cela, Bernard Crettaz souhaite "libérer la mort de tous les ghettos où elle se trouve enfermée: médicaux, psychologiques, religieux, sectaires, médiatiques". Cette entreprise, le sociologue valaisan s'y attache depuis de nombreuses années, lui qui a fait partie des fondateurs de la Société d'études thanatologiques de Suisse romande, en 1982. Son dernier livre, Vous parler de la mort, reprend ses thèmes favoris, dans une suite de méditations. Il évoque aussi bien certains rituels que ses propres expériences, comme celle du décès de son épouse.
Durée:9h. 51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:77027
Résumé: Portraits de jeunes délinquants : dealer, cambrioleur, fiché S, entre autres. L'auteur, qui anime des stages à destination de jeunes pour lutter contre la radicalisation, s'intéresse aux raisons qui les ont poussés à prendre le mauvais chemin.
Durée:1h. 59min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72475
Résumé: Après avoir été élevée et chérie par sa soeur, Lia, du haut de ses 98 centimètres, se retrouve soudainement projetée dans la vie d'adulte. Sa naïveté et sa candeur font vite l'épreuve des amitiés et des amours jamais dénuées d'arrière-pensées. Mais la Lilliputienne surmonte écueils et chausse-trappes comme par enchantement.
Durée:6h. 56min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66256
Résumé: "Chairir" partage des traits essentiels de son homophone, "chérir": la bienveillance, l’attention, le respect. Si "chairir" est écrit avec l’"ai" de la "chair", c’est pour signifier le rôle essentiel du corps. Il est un "capital", matériel et symbolique. Se chairir, cela peut se comprendre en choisissant des postures, des matières, ou des couleurs qui nous renforcent en joie, en résistance ou en puissance. En faisant du sport. En écrivant, ou en lisant. En dansant. Ou encore en se tatouant. C’est aussi oser laisser parler sa sensualité, ses désirs. C’est avant tout trouver un équilibre en cessant de séparer l’esprit du corps. "Chairissons-nous" est une incitation charnelle à dire nos corps avec plus d’autonomie et de créativité, et à prendre soin de nous-mêmes et des autres, ensemble, avec reconnaissance et humilité
Durée:1h. 35min.
Genre littéraire:Pratique/cuisine/alimentation
Numéro du livre:65986
Résumé: 1 mois pour tout ranger, libérer votre maison et votre esprit ! Faire du vide dans la maison pour retrouver son calme intérieur. Le thème du rangement, un grand classique. Le rangement et le minimalisme, deux tendances qui s'accordent parfaitement pour faire du tri efficacement, ne plus dépenser trop, ne plus accumuler sans limites et ne plus se sentir oppressé à la vue de ces tas de babioles futiles. Un plan détaillé pour s'organiser pas à pas et se débarrasser du superflu au fur et à mesure.
Lu par:Annie Belet
Durée:2h. 30min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75263
Résumé: Lorsque le héros sort de chez lui en pantoufles, laissant ses clefs à l'intérieur, il éprouve subitement le pouvoir de ses charentaises et la manière dont sa vie, pourtant banale, peut en être changée. Face à ses collègues, sa famille, ses amis et les forces de l'ordre, il se lance pendant trois jours dans un combat inattendu pour imposer sa si tranquille façon de marcher et de regarder les gens.
Durée:7h. 14min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:25762
Résumé: Nous avons pris l'habitude de dissimuler ce qui se passe en nous afin d'acheter la reconnaissance, l'intégration ou un confort apparent plutôt que de nous exprimer tels que nous sommes. Nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres. La violence au quotidien s'enclenche par cette coupure : la non-écoute de soi mène tôt ou tard au non-respect de l'autre. Cessez d'être gentil, soyez vrai ! est un seau d'eau lancé pour nous réveiller de notre inconscience. Il y a urgence à être d'avantage conscients de notre manière de penser et d'agir. Le message de Cessez d'être gentil, soyez vrai ! est plus actuel que jamais.