Contenu

Bibliothèque de survie

Résumé
Une sélection commentée de cinquante chefs-d'oeuvre littéraires que l'auteur juge essentiels à sa survie personnelle, constituée de grands classiques, d'oeuvres contemporaines ou encore d'ouvrages d'écrivains méconnus ou sous-estimés. Un manifeste en faveur de la littérature sous la forme d'une déclaration d'amour à ses oeuvres fétiches.
Genre littéraire: Essai/chronique/langage
Durée: 5h.
Édition: Paris, Editions de l'Observatoire, 2021
Numéro du livre: 71108
ISBN: 9791032920466
CDU: 8

Documents similaires

Lu par:Claude Pahud
Durée:3h. 36min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:9983
Résumé: Daniel Pennac raconte d'abord la détresse et le dégoût face à un livre d'un adolescent et les raisons que trouve sa famille pour se rassurer eux mêmes et excuser leur garçon. Puis il fait un retour en arrière dans la vie de l'enfant pour trouver les raisons de cette aversion présente. Il montre d'abord les parents enchantés de faire la lecture à leur enfant et celui-ci, avec un appétit insatiable de lire. Il nous décrit alors la fatigue des parents au bout d'un moment et l' « amour » de la répétition chez l'enfant. L'entrée à l'école est décrite tout d'abord comme un émerveillement pour le maternelle et comme un soulagement pour les parents qui délaisse la lecture du soir car après tout « il peut lire tout seul ». Et quand les parents reprennent la lecture à leur enfant ,ce n'est pas pour le faire dormir mais pour qu'il analyse et comprenne le texte. Daniel Pennac dresse alors un portrait péjoratif des parents qui passe de la lecture sans aucune contrepartie à la lecture de compréhension.
Lu par:Annie Belet
Durée:10h. 3min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:75167
Résumé: Ces réflexions abordent les rapports entre la lecture et les manières de penser la vie. Lorsque nous lisons, nous sommes attirés vers des possibilités d'être et des promesses d'existence. Dans l'expérience ordinaire de la lecture, chacun peut ainsi se réapproprier son rapport à soi-même, à son langage, à ses possibles.
Durée:2h. 53min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:75645
Résumé: Une réflexion sur le métier d'écrivain dans laquelle la romancière dévoile ses secrets d'auteure, notamment en matière de saga familiale. L'écriture est pour elle un moyen d'expression et la source ultime de bonheur.
Durée:3h. 59min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:32065
Résumé: Préfère-t-on lire assis ou couché, emprunter, prêter sans espoir de retour, se fier aux critiques ou à son flair, engranger au risque de devoir déménager ? En 52 petits chapitres, l'auteur dresse le portrait de sa tribu de lecteurs, comme autant de personnages romanesques dans lesquels chacun peut retrouver sa façon de lire et sa manière d'être.
Lu par:Aziz Mouline
Durée:3h. 34min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:75585
Résumé: Se demandant si la drogue, la drague et la célébrité mènent au bonheur, l'auteur revient sur sa jeunesse de fêtard et se lance dans des expériences inédites pour faire le point sur sa vie, telles qu'une retraite dans une abbaye ou un stage commando pour redécouvrir les vertus de l'ordre et de la discipline militaire.
Durée:15h. 14min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:31363
Résumé: Dans son livre le plus personnel à ce jour, Alberto Manguel raconte comment il a assouvi sa propre curiosité par le commerce incessant qu'il a entretenu sa vie durant avec les livres grâce auxquels ils s'est frayé un chemin dans l'énigme et la complexité du monde. Et réaffirme les vertus du pacte que curiosité et lecture ne cessent de reconduire au bénéfice des plus féconds accomplissements que nous réserve notre imaginaire
Durée:10h. 12min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:68967
Résumé: Quelle est la place des librairies dans l’imaginaire collectif ? Quel a pu être et est encore leur rôle dans l’histoire de la littérature ? Dans la vie des idées ? Pour répondre à ces questions, Jorge Carrión a beaucoup lu. Et beaucoup cheminé, sur les cinq continents. De Sydney à Buenos Aires, de Londres à San Francisco, Paris ou Tanger, il nous emmène sur les traces du livre et de sa circulation. Poussant les portes de ces lieux qu’il aime et dont il éprouve un besoin vital : les librairies, leurs rayonnages et leurs secrets. L’auteur ne mène pas seulement son enquête dans l’espace. Il le fait également dans le temps, évoquant aussi bien les origines de la librairie que les formes actuelles de diffusion du livre, volontiers dématérialisées et virtuelles. Mais ses périples ne s’arrêtent pas là : ce sont encore des circuits culturels et politiques que Jorge Carrión met en lumière, tant le livre peut s’avérer une arme de résistance d’une puissance redoutable. Et la librairie, le lieu qui révèle toute sa force, l’endroit où l’écriture prend sens. Au fil des pages, porté par une érudition personnelle, Jorge Carrión exprime son amour de la littérature et de la librairie dans un ouvrage singulier qui relève tour à tour de l’essai, de la chronique et du livre de voyages. Mais qui est avant tout le fruit d’une curiosité insatiable et toujours gourmande.
Lu par:Sarah Boudon
Durée:3h. 16min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:68704
Résumé: Cinq cents ans de culture du livre sont-elles en train de prendre fin sous nos yeux ? Le livre électronique va-t-il remplacer le livre imprimé aussi rapidement et complètement que la voiture et le tracteur ont remplacé le cheval il y a cent ans ? Comment nos habitudes de lecture sont-elles en train d'évoluer ? Burkhard Spinnen, auteur et lecteur, se pose des questions auxquelles nous sommes tous confrontés. Mais au lieu de chercher à polémiquer, d'adopter une posture nostalgique ou de se lancer dans une plaidoirie pour ou contre telle forme de livre, il préfère évoquer tout ce que le livre en tant qu'objet physique nous apporte, comment il façonne notre vie quotidienne. En choisissant l'illustration plutôt que la défense, Burkhard Spinnen rend un vibrant hommage au livre et à son avenir.
Durée:6h. 7min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:71107
Résumé: L'auteure, passionnée de littérature, livre les souvenirs de ses années de travail comme standardiste à l'accueil de la maison d'édition Fayard, au cours desquelles elle rencontre nombre d'écrivains. Elle donne à voir de l'intérieur le petit monde de l'édition parisienne et rend hommage à Claude Durand, le patron de Fayard, mort en 2015.
Durée:1h. 58min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:70935
Résumé: « Le seul conseil qu’une personne puisse donner à une autre à propos de la lecture c’est de ne demander aucun conseil, de suivre son propre instinct, d’user de sa propre raison, d’en arriver à ses propres conclusions. » (Virginia Woolf. L'Art du roman) Rien, dans aucune librairie, ne saura jamais s’opposer à la liberté de choix laissée à chacune et chacun. À quoi bon des librairies, direz-vous ? Les librairies sont les lieux privilégiéset ordonnés de la présence des livres, celle de leur matérialité et de leur lumière, sans lesquelles aucune décision n’est permise. La possibilité d’évoluer parmi eux associe au silence nécessaire des livres la parole de ceux qui en sont au quotidien les jardiniers. Appelons les libraires.
Durée:10h. 58min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:19089
Résumé: L'apocalypse, serait-ce donc l'édition numérique, ou comme dans Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, la température à laquelle le papier s'enflamme et se consume ? Dans son Dernier inventaire avant liquidation, Frédéric Beigbeder commentait le choix de la FNAC. Désormais, dans cette arche de papier, il sauve au vingtième siècle tous les livres, pour être précis les 100 oeuvres, qu'il souhaite conserver au vingt-et-unième siècle. C'est donc un choix totalement personnel, égotiste, joyeux, inattendu, parfois classique (Fitzgerald, Paul-Jean Toulet, Salinger et d'autres grands), souvent surprenant (Lolita Pille, Simon Libérati, Patrick Besson, Jay Mc Inerney, Bret Easton Ellis, Gabriel Matzneff, d'autres oiseaux de nuit, d'autres perturbateurs). Il est rare d'établir le panorama d'une littérature en train de se faire, de s'améliorer, de s'inventer. Avec ce livre-manifeste, c'est le Beigbeder livresque, joueur, lecteur, que nous découvrons, en même temps qu'une autobiographie en fragments.L'apocalypse, serait-ce donc l'édition numérique, ou comme dans Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, la température à laquelle le papier s'enflamme et se consume ? Dans son Dernier inventaire avant liquidation, Frédéric Beigbeder commentait le choix de la FNAC. Désormais, dans cette arche de papier, il sauve au vingtième siècle tous les livres, pour être précis les 100 oeuvres, qu'il souhaite conserver au vingt-et-unième siècle. C'est donc un choix totalement personnel, égotiste, joyeux, inattendu, parfois classique (Fitzgerald, Paul-Jean Toulet, Salinger et d'autres grands), souvent surprenant (Lolita Pille, Simon Libérati, Patrick Besson, Jay Mc Inerney, Bret Easton Ellis, Gabriel Matzneff, d'autres oiseaux de nuit, d'autres perturbateurs). Il est rare d'établir le panorama d'une littérature en train de se faire, de s'améliorer, de s'inventer. Avec ce livre-manifeste, c'est le Beigbeder livresque, joueur, lecteur, que nous découvrons, en même temps qu'une autobiographie en fragments.
Durée:49min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:73452
Résumé: Quatre articles écrits pour la presse entre 1936 et 1946, dans lesquels l'écrivain exprime ses réflexions sur le livre et la lecture, nourries de son vécu personnel de lecteur et de ses expériences professionnelles de libraire et de critique littéraire.