Contenu

Ils ont fait la Révolution sans le savoir: le libertinage contre la Terreur

Résumé
Je me passionne depuis longtemps pour les mal aimés du siècle des Lumières : Le Régent, Fouché, Talleyrand et bien d’autres. Peut-être à cause de leur pragmatisme ou, comme on voudra, de leur opportunisme. Car ils assurent ce lien fragile entre, libertinage et Terreur, monarchie et raison, Révolution et Empire, qui est de nature à aiguiser ma curiosité ! Ce fil, invisible repose sur une galerie d’extravagants personnages : un monstre sacré, Louis XIV ; un Roi malgré lui dominé par ses favorites, Louis XV; un homme droit et bon, mais sans caractère, Louis XVI. Comme toujours se révèleront dans l’époque ceux qui savent sous tous les régimes servir et se servir, ceux aussi qui, trop obéissants, finiront par périr comme les Girondins. Enfin, ce siècle créa la femme pour en faire l’avenir de l’homme. Cette période consacra, à travers les salons et les ministères, le rôle croissant des femmes dans la vie politique. De Thérésa Cabarrus à Joséphine de Beauharnais, que de comédiennes douées pour le pouvoir ! De Marie Antoinette à Mme Roland, que de tragédiennes héroïnes de l’Histoire ou sacrifiées sur l’autel de la Raison ! Suivons les désirs, les illusions, les préjugés, les querelles, les errements de tous ceux – et celles – qui ont fait la Révolution sans le savoir, au fil de ce récit, qui peut parfois faire écho avec l’actualité.
Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 6h. 2min.
Édition: Paris, Albin Michel, 2016
Numéro du livre: 70339
ISBN: 9782226391810
Collection(s): Documents
CDU: 944

Documents similaires

Durée:6h. 20min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:71530
Résumé: D'abord les notes de tête. Puis celles de coeur. Enfin les notes de fond. Jean-Louis Fargeon a mené sa vie comme on compose un parfum, tout en équilibre, tout en subtilité. D'abord c'est la lavande de Montpellier - où il naît, en 1748. Puis c'est l'égout parisien - où il fait ses classes, séduit les élégantes par ses lotions et poudres, parmi lesquelles la comtesse Du Barry, qui s'entiche de ses talents. On dit de la Dauphine, la future Marie-Antoinette, qu'elle est fort coquette : Fargeon, Républicain dans l'âme, en servira malgré tout la beauté naturelle - avant que tout ne s'évapore, dans l'odeur métallique du sang...
Durée:5h. 41min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:68741
Résumé: C'est du 28 janvier 1777 qu'est datée la dernière lettre que le comte Saint-Faust de Lamotte ait reçu de sa femme. Puis, c'est le silence. Un silence incompréhensible ; chaque jour, depuis plus d'un mois à Paris, la comtesse écrivait un billet à son mari. Elle lui racontait l'installation de leur fils dans un collège, elle le tenait au courant des progrès de la vente devenue nécessaire de leurs terres du Buisson-Souef. C'est la première fois depuis vingt ans que le comte et la comtesse sont séparés. Pendant vingt ans, à la cour de Louis XV puis sur leurs terres d'exil qui dominent la Saône, leur amour est demeuré exemplaire. Pourquoi ce silence de la comtesse ? Une lettre anonyme précipite le comte à la recherche de sa femme à Paris. Ce livre est le journal d'une enquête sur une extraordinaire machination de mensonges, de travestissements et de crimes. L'enquête mène à Versailles dans les appartements de la reine Marie-Antoinette, dans les rues de Paris, parmi les porteurs d'eau et les écrivains publics du Palais-Royal, sur les routes creusées d'omières du royaume. Les découvertes faites chaque jour s'ébruitent ; elles étonnent. En 1777, cette affaire a divisé la Cour et la ville. Car cette histoire est vraie. C'est avec les documents, les rapports et les minutes du procès qui s'est déroulé à Paris en 1777 que Pascal Gemelli a écrit ce «roman». La réalité y dépasse la fiction.
Lu par:Paula Viala
Durée:5h. 28min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:25926
Résumé: L'histoire de France racontée en 100 dates clés, depuis le baptême de Clovis en 498 à l'élection présidentielle de 2007.
Durée:30h. 35min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:12421
Résumé: Ce livre raconte la vie de Marie-Antoinette, tour à tour aimée et haïe des Français, passant de la cour de Vienne aux fastes de Versailles, dont elle fuit le rituel pesant pour se réfugier dans son cher Trianon, prisonnière au Louvre puis enfermée au Temple, jugée à la Conciergerie, montant enfin à l'échafaud à 43 ans avec un courage, une dignité à laquelle ses pires ennemis rendent hommage. Conjuguant anecdotes et analyses, Simone Bertière nous donne ici, grâce à son retour aux sources, à une relecture critique des documents, à des enquêtes d'archives qui lui permettent de remettre en cause bien des idées reçues, un livre désormais incontournable sur ce personnage souvent transformé par la légende.
Durée:8h. 40min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:25795
Résumé: Le destin de la France et de l'Europe s'est joué en 1940. Soixante-dix ans après, Max Gallo fait revivre ces douze mois terribles et finalement inconnus. Janvier 1940 c'est la " drôle de guerre " entre la France et l'Allemagne, une attente interminable conçue par Hitler comme un piège dans lequel les armées alliées s'enlisent. En mai, c'est la " guerre éclair ", l'assaut, et la France s'écroule comme un château de cartes. Le peuple fuit sur les routes de l'exode. C'est l'abîme, l'étrange défaite. A travers le récit de ces mois tragiques, Max Gallo fait entendre les voix de tous les acteurs de l'histoire. Ces généraux français enfermés dans leur passé. Ces hommes politiques profitant de la défaite pour régler leurs vieux comptes. Hitler qui jubile, Rommel qui fonce avec ses panzers. Le maréchal Pétain, appelé comme un sauveur, qui sollicite l'armistice. L'abîme. Et pourtant l'espérance lève, au creux même du désastre. Les cadets de Saumur se battent pour l'honneur alors que tout s'effondre. Le général de Gaulle clame le 18 juin : " La flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre. " Et puis il y a Churchill, rageuse incarnation de la détermination anglaise, qui exhorte au combat et relève tous les courages.
Durée:29h. 40min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26268
Résumé: Retracer l'histoire de Vichy suppose de se débarrasser d'abord des certitudes assénées depuis soixante-dix ans par les camps opposés. Puis de reprendre au plus près des archives, publiques comme privées, l'étude de ces cinq années tragiques pour en comprendre les paradoxes, décortiquer la politique, conduire et décrypter les mythes que le régime a suscités. Forte d'une carrière universitaire consacrée à cette période et jalonnée de plusieurs ouvrages de référence, Michèle Cointet livre une synthèse ambitieuse, d'une scrupuleuse précision. Elle montre notamment que tout n'a pas été dit sur les dirigeants de l'État français - Pétain, Laval, Darlan - et encore moins sur leurs proches conseillers, à l'instar d'Yves Bouthillier, de Pierre Pucheu, Marcel Peyrouton, Raphaël Alibert ou René Bousquet. Elle pèse à leur juste mesure l'influence de l'Eglise, celle des technocrates et des pacifistes, partagés entre pouvoir revendiqué et tentation du retrait, entre silences avantageux, ambition rénovatrice et mensonges d'accommodation. Elle décrit les difficultés de tous soumis à l'occupation allemande, réduits à la portion plus que congrue pour leur quotidien, et elle rappelle les souffrances longtemps indicibles de ceux qui ont été victimes des persécutions et de la répression, produits toutes deux de cette singularité historique que furent cinq années de collaboration.
Durée:5h. 59min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:68365
Résumé: Les rois fainéants ont-ils vraiment existé ? D'ou vient l'expression "coup de Jarnac" ? Pourquoi le mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette a-t-il tourné au désastre ? Des Gaulois à la Seconde Guerre mondiale, revivez les événements glorieux ou dramatiques de notre histoire, vibrez aux côtés des personnages illustres ou moins connus qui, siècle après siècle, ont façonné Le destin de la France.
Durée:6h. 10min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:30803
Résumé: L'affaire Troppmann reste, sans nul doute, une des plus étonnantes et une des plus sinistres des annales criminelles française du XIXe siècle. L'horreur qu'elle a suscitée a été telle qu'elle a frappé l'imagination de quelques-uns des plus grands écrivains de l'époque, que ce soit Flaubert, Barbey d'Aurevilly, Tourgueniev ou Rimbaud en personne. Mais qui était au juste ce Troppmann ? Mécanicien, faux-monnayeur, chimiste, espion, fossoyeur, médecin, poète - on lui a prêté leur emplois - et, surtout, tous le vices. Dans ce livre passionnant, Christophe Claro raconte Troppmann à travers ses meurtres épouvantables et montre comment un homme ordinaire peut un jour devenir un véritable monstre.
Lu par:Marie Tesson
Durée:8h. 49min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26029
Résumé: Cet ouvrage, à portée historique, relate l'impact de la guerre 1939-1945 sur le département de la Vendée, notamment lors de l'instauration du Service du Travail Obligatoire. A travers de nombreux témoignages, avec divers documents pour étayer son propos, l'auteur offre au lecteur une approche à la fois claire et concise du STO, dont chaque étape est expliquée. On s'apercevra aussi, au détour de l'histoire, que deux personnes peuvent suffire pour "gripper" cette machine infernale. Et l'on décèlera, au fil du récit, un souhait: celui d'une possible réhabilitation de ceux qui étaient considérés, encore récemment, comme des "proscrits".
Durée:24h. 14min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:25904
Résumé: Lorsque la Révolution commence, le marquis de Condorcet occupe une situation privilégiée dans la société. Mathématicien célèbre à vingt-cinq ans, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences à trente-deux ans, il est membre de l'Académie française et inspecteur des Monnaies. Ami de Voltaire et d'Alembert, il apparaît comme le dernier des encyclopédistes. Il est célèbre dans toute l'Europe des Lumières et lié aux plus brillants esprits du temps. Disciple de Turgot, il a vécu à ses côtés ses réformes et sa disgrâce. Enfin il est le mari heureux de la belle et spirituelle Sophie de Grouchy. Cet homme comblé est aussi un homme passionné de justice. Il s'est élevé contre toutes les erreurs judiciaires de la fin de l'Ancien Régime. Ami des Noirs, il lutte contre l'esclavage et la traite. Ami des Protestants et des Juifs, il milite pour la reconnaissance de leur citoyenneté. Adversaire de la peine de mort, il soutient la cause de l'abolition. Et il est le seul à réclamer pour les femmes l'égalité entière des droits. Dès le début de la Révolution, cet intellectuel s'engage dans la lutte politique. Sous la Constituante, il se prononce parmi les premiers en faveur de la République. Député à la Législative, il propose son célèbre plan d'Instruction publique qui inspirera un siècle plus tard les fondateurs de l'Ecole républicaine. Député à la Convention, il refuse par conviction abolitionniste de voter la mort du Roi et rédige le projet de Constitution le plus démocratique qu'on ait élaboré jusqu'alors. Partisan de l'union des républicains, il se détache de ses amis Girondins sans pour autant rallier les Montagnards. Décrété d'accusation en juillet 1793, il se cache à Paris jusqu'en mars 1794. Il écrit alors l'Esquisse d'un tableau des Progrès de l'Esprit humain, son œuvre maîtresse. Pour ne pas compromettre la sûreté de celle qui l'héberge, il quitte son refuge. Arrêté, il est trouvé mort dans sa cellule le 29 mars 1794. Telle fut la vie de cet intellectuel engagé qui connut l'échec politique mais dont la pensée, selon le mot de Jean Jaurès, fait partie du patrimoine de la République.
Durée:22h. 39min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26343
Résumé: L'auteur de Philippe le Bel s'attache aujourd'hui à ce long siècle qui suivit la mort des derniers Capétiens. Mais fallait-il écrire l'histoire d'une guerre? Jean Favier montre que ce conflit n'est pas seulement phénomène en soi, il exprime les mouvements profonds qui animent la société médiévale: par-delà les batailles _ où il arrive que le sort d'un royaume se joue en quelques quarts d'heure _, la guerre devient facteur déterminant des infléchissements de l'histoire dès lors que le noble et le clerc, le bourgeois et le paysan pensent et se comportent en fonction de cette guerre. Qu'elle soit réelle ou supposée, proche ou lointaine, voilà qui change peu cet horizon mental qu'est la guerre pour cinq générations qui ont su qu'elle faisait partie de leur vie. La guerre de Cent Ans a été le lot commun des individus comme des groupes humains, celui des féodaux encore pris dans leurs fidélités contractuelles, celui des officiers royaux découvrant le service de l'Etat à mesure qu'ils le conçoivent, celui de maîtres de l'Université que leurs engagements intellectuels mènent à des conflits qui n'étaient point les leurs. En un étonnant contrepoint où passent les visages renouvelés d'un Charles le Mauvais, d'un Bertrand du Guesclin, d'un Pierre Cauchon et de bien d'autres, Jean Favier fait jouer les thèmes divers qui s'appellent le nationalisme naissant, la réforme de l'Etat et l'unité de l'Eglise, le prix du blé et le salaire du maçon, l'influence parisienne et la force provinciale, le métier des armes et la volonté de paix.
Durée:10h. 24min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26267
Résumé: Secrets et légendes du Marais poitevin. Le Marais mouillé au milieu du XIXe siècle : une nature que l'on croirait vierge et qu'irrigue un dédale de canaux. Là circule un peuple de huttiers, paraît-il issu des colliberts, libre de liens, braconnier dans l'âme et porté à cacher les rebelles. Une terre de mission aussi, pour l'abbé Joseph Pérocheau, qui hésite à rejoindre sa nouvelle paroisse du Gué-de-Velluire. Et d'y découvrir une population prompte à rejouer les luttes toutes fraîches de la Révolution et de la Guerre de Vendée. Les électeurs de L'Île-d'Elle allant voter "garde nationale en tête, fusil au bras et tambour battant". Même dans sa paroisse, il s'en trouve encore pour vouer les riches à la guillotine et vouloir "en finir avec les calotins". Quant au Gué, il passe pour " une taupinière de prêtres".Mais pourquoi donc cette exception ?