Contenu

L'ours

Résumé
Pour écrire, une femme veut devenir chaste. Armée de ce projet étrange, elle rencontre un prêtre. Lecteur passionné, il lui porte une attention sans faille. Son regard pénétrant réveille en elle le souvenir d'une autre figure, liée à son enfance : celle du guide Blas, inséparable de sa fille qu'il épuisait d'un amour ambigu.
Genre littéraire: Roman d'amour
Durée: 2h. 33min.
Édition: Paris, Gallimard, 2000
Numéro du livre: 65550
ISBN: 9782070757602
Collection(s): Blanche

Documents similaires

Durée:8h. 39min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:29622
Résumé: En 1999, alors que Stephen King s'attaque à la rédaction d'un essai autobiographique, il est victime d'un accident de la route qui aurait pu être mortel. Son travail sur les rapports de la vie et de l'écriture prend alors une toute autre dimension...
Durée:3h. 49min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:74515
Résumé: Une réflexion sur le travail d'écrivain dans laquelle le romancier explore le processus matériel et imaginaire de la création littéraire, faite de jaillissements et de persévérance.
Lu par:Aurore Jecker
Durée:1h. 27min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:19779
Résumé: Au printemps 2012, une classe d'un gymnase de Lausanne a rencontré un groupe de personnes âgées résidant en EMS. Ces personnes ont raconté certains de leurs souvenirs aux jeunes qui en ont pris note. Puis, les adolescent-e-s ont chacun-e créé un récit à partir des souvenirs entendus. Suite à deux ateliers en classe (écriture et lecture à voix haute), les jeunes sont retournés à l'EMS pour partager leurs textes avec les personnes âgées. Ce projet de médiation culturelle a permis une rencontre entre générations, pour réfléchir ensemble à l'écriture du souvenir et à la valeur d'une mémoire collective et vivante. Les souvenirs ont été transmis par la voix, puis ont été retranscrits par l'écriture, pour revenir portés par la voix.
Durée:2h. 24min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:67095
Résumé: L'artiste tire de lui-même sa matière, jusqu'au jour où il se peut qu'il n'y ait plus rien, et il le sait et il le craint tous les jours... Un jeune lecteur accompagne une romancière parvenue au crépuscule de sa carrière. Il se met à son service pour l'aider à recouvrer ce qu'on appelle l'inspiration. Jour après jour, de conseils pratiques en coups de pouce, il la seconde efficacement. Mais plus que les soins de cette muse masculine, c'est le génie d'un lieu qui saura rendre à Pilar l'enthousiasme perdu. « Dans le noir (...) le papier entre en effervescence. Durant la nuit, le papier fermente, le texte se fait, il faut l'imaginer levant comme une pâte à brioche, et les bulles et les cratères, et la force de l'éruption et son effondrement tout à la fois dans cette levure. »
Durée:3h. 5min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:17206
Résumé: Elisa est la femme de Gilles. Elisa aime Gilles. C'est son homme, celui dont elle attend le retour chaque jour, celui pour lequel elle travaille dur dans la maison, celui dont elle est à nouveau enceinte. Quand elle comprend qu'il s'est mis à en aimer une autre, elle ne peut que se taire, souffrir, attendre et espérer. Jusqu'à ce que ça finisse. Un roman bouleversant par sa simplicité douloureuse, sa langue limpide et sa sensualité retenue, qui s'immisce dans le coeur insondable des passions.
Durée:3h. 39min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:29419
Résumé: C'est l'histoire d'une rupture amoureuse, une nuit, à Tokyo. C'est la nuit où nous avons fait l'amour ensemble pour la dernière fois. Mais combien de fois avons-nous fait l'amour ensemble pour la dernière fois ? Je ne sais pas, souvent.
Durée:3h. 24min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:17024
Résumé: Dans un hôtel de luxe, un couple vit sa dernière nuit d'amour. Et il neige comme il neigera sur tout le texte. Comment une dernière nuit d'amour peut-elle se vivre sans mélancolie ? Voici donc le récit d'une rupture, dont on ignorera le motif tout au long du roman. On saura seulement qu'elle se situe sept ans après la rencontre à Paris et le premier acte amoureux. Une rupture certaine, décidée de part et d'autre, avec chagrin mais détermination. L'écriture de Toussaint est d'une précision chirurgicale, d'une transparence de cristal. Les gestes de l'amour, qu'il décrit simplement dans leur crudité, leur violence, leur tendresse, ont la vérité, la pureté des gravures érotiques orientales. Car dans ce roman de la rupture, de la perte de l'autre et de la perte de soi, tout est image.
Lu par:Sylvie Hutin
Durée:4h. 3min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:66827
Résumé: «Le premier qui m'interpelle je l'aimerai pour toujours, et il devra m'aimer en retour, sinon je le tue. » Cette histoire commence par un pari, celui que s'est lancé Cléophée, vingt-huit ans. Son défi lui fera croiser le mystérieux Ferdinand ... Cédera-t-il à son charme vénéneux? Iront-ils jusqu'au bout de la folie? Où les emmènera ce duel au soleil? Entre Paris, Nice et l'Italie, une fugue cinématographique et passionnée comme une chanson d'été.
Durée:3h. 34min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:68239
Résumé: Suicide, assassinat, mort accidentelle ? Les circonstances de la mort de Véronique Verbruggen sur un sentier des Cévennes n’auraient pas valu plus de quelques lignes dans la presse si la victime n’avait pas été une éditrice reconnue. Deux hommes s’interrogent et partagent un même chagrin : Daniel Meyer, son mari, ophtalmologue, et Titus Séguier, son amant, cinéaste qui jusqu’au bout aura attendu qu’elle vienne partager sa vie. Pour Daniel, rien n’est jamais venu troubler les vingt ans de vie commune avec sa femme, qu’il aime indéfectiblement. Quant à Titus, dépossédé de son amour, il hésite entre se taire par respect des convenances ou élever à Véronique un « testament amoureux » cinématographique, en poursuivant le projet entamé avec elle avant sa disparition. Il y a aussi Mina, la fille de Véronique, vingt et un ans, née d’un premier amour. Trop de sous-entendus, d’indices qui ne trouvent pas leur place dans le puzzle familial… Qui était cette mère dont les tourments se lisaient en filigrane ? Demander des éclaircissements à son beau-père serait si douloureux pour Daniel… Alors Mina remonte la trace de Titus Séguier. Elle découvre la complexité d’une mère écartelée, celle des sentiments, et comprend qu’on ne connait jamais tout à fait cet autre qui nous semblait si proche. Derrière le vernis des apparences, le portrait bouleversant d’une femme qui ne pouvait pas choisir. Nathalie Skowronek dit avec une grande subtilité les différentes facettes de l’amour et comment si les époques changent, les écartèlements du cœur demeurent.
Durée:5h. 7min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:36815
Résumé: « Je suis la voyante la plus en vue du pays et, depuis hier midi, je ne vois plus rien. » Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l’esprit qui hante Chloé l’a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d’un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d’autant que cet esprit qui s’est mis à le bombarder d’informations capitales et pressantes n’est autre qu’Albert Einstein… Dans une comédie romantique haletante où la spiritualité s’attaque aux enjeux planétaires, Didier van Cauwelaert invente avec bonheur une nouvelle forme de triangle amoureux.
Durée:3h. 34min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:68531
Résumé: La crainte du rejet pousse parfois à ne pas agir du tout. C’est ce que vit Julien, 30 ans, informaticien originaire d’Avignon. Il s’épanouit dans sa carrière au milieu des machines qu’il préfère largement aux humains. Lorsqu’il emménage en Belgique pour son travail, il ne s’attend pas à ce que sa vie de solitaire acharné soit bouleversée par une rencontre qui provoquera un tourbillon d’émotions qu’il imaginait ne jamais ressentir.
Durée:3h. 38min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:34765
Résumé: Rome, 2014, fin de l'été. Alors qu'il lisait sur sa terrasse ensoleillée, le coeur de Giangiacomo – dit Gigi – s'est arrêté. Une mort rapide, sans douleur, comme il l'avait toujours souhaitée, se souvient sa fille Elvira, appelée en urgence. Gigi venait de fêter ses soixante-dix ans. Quelques jours plus tard, sous une pile de relevés bancaires, la jeune femme tombe sur un manuscrit inachevé. Elle pense à la trame d'un film – Gigi était cinéaste –, mais, au coeur du texte, découvre une certaine Clara, une journaliste belge. Son intuition lui souffle qu'elle doit exister. Elvira comprend que le récit de Gigi correspond à sa partie d'un livre qu'ils avaient décidé d'écrire ensemble, pour se prouver leur amour. Clara yaurait répondu par sa propre version de l'histoire. S'absorbant dans les pages de Gigi, Elvira y retrouve la proximité qui la liait à lui, mais comprend aussi la matière infiniment précieuse dont était tissé son amour pour cette femme rencontrée quatre ans auparavant. Un amour dela maturité, vécu comme une nouvelle vie parallèle, qui n'enlèverait rien à leurs existences établies : Clara, elle aussi, est mariée, heureuse, mère de deux fils. Gigi écrit le bonheur des retrouvailles, dans sa maison de Sardaigne notamment, l'abandon des corps, les rires, les films des cinéastes qu'il admire, Antonioni et Rossellini, vus et revus ensemble.Clara et Gigi parlent beaucoup : elle veut tout savoir de sa vie passée, de ses années militantes, lui aime la faire rire, lui racontant d'invraisemblables anecdotes. L'histoire familiale de Gigi revient souvent dans leurs conversations, qui a marqué ses choix d'adulte. Surtout la mort de son père, tué en 1945 par des fascistes après des années de combatdans le rang des partisans. La politique est au coeur de son travail de cinéaste : sa rencontre avec Clara remonte à la sortie de son dernier film, sur Gramsci. Elle était venue à Rome pour l'interviewer. Clara écrira à son tour sa partie. Sans doute l'insistance d'Elvira, qui a retrouvé sa trace, a-telle été déterminante. Entre chagrin et révolte – Gigi n'était pas censé partir sans qu'ils aient pudiscuter ensemble de leur projet –, elle commence par imaginer ce qu'auraient été ces échanges. Des disputes de couple clandestin, l'un contestant la version de l'autre, dans un fatras d'émotions. Mais à quoi bon ? Avec qui partager un secret naguèresi léger, comme s'il fallait dans la solitude expier les amours illicites ? Clara entame alors ce qu'elle appelle un diario di una mancanza, un journal d'absence