Contenu

Le secret des Suisses: le goût du consensus

Résumé
La Suisse constitue une exception parmi les nations. Les tragédies de l’histoire européenne lui ont été épargnées. Malgré son manque de ressources naturelles, elle baigne dans la prospérité. Or, ses institutions politiques sont tout à fait particulières par la pratique de la démocratie directe, de la concordance dans les exécutifs et du fédéralisme. On découvre que le peuple est réellement souverain. Sur le cas particulier helvétique, on peut étudier la démarche d’une politique historique, résolument éloignée des attraits du pouvoir pour se consacrer au bien commun. On peut parler d’une acratie (absence de pouvoir), tant l’exercice de celui-ci y est retenu et discret. L’ouvrage passe en revue les problèmes réels et importants comme le soin des malades, le soutien des aînés, la formation des jeunes, le respect des minorités, la correction des inévitables erreurs et compare ce qui fut avec ce qui aurait dû être. La lenteur de l’évolution politique suggère que le secret revient à se fier à une évolution du type biologique, combinaison de hasard et de nécessité. Il n’est vraiment pas nécessaire de gouverner pour réussir, il suffit d’administrer.
Durée: 7h. 19min.
Édition: Bière, Ed. Cabédita, 2018
Numéro du livre: 39514
ISBN: 9782882958150
CDU: 949.4

Documents similaires

Durée:20h. 53min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:39278
Résumé: Sous un titre emprunté à une citation du navigateur Olivier de Kersauson, Joseph Deiss nous propose un regard rétrospectif et analytique de son parcours d’homme politique. Maître de sciences économiques d’envergure internationale, il se lance dans la politique à l’âge de trente-cinq ans en connaissant tous les rouages de notre société productiviste. Sa carrière fut fulgurante puisqu’il gravit avec une aisance déconcertante tous les échelons de la vie politique de la commune au Conseil fédéral. En 2009, il est désigné Président de l’Assemblée générale des Nations Unies. Personne n’était mieux placé que lui pour analyser cet âge d’or de la Suisse. Pour quelles raisons ce petit pays s’est si bien adapté à la globalisation de l’économie ? Bien que partisan de la démocratie directe, Joseph Deiss n’a jamais dit non à l’Europe. A travers ces récits d’une Suisse moderne, pacifique et heureuse, l’auteur fait son credo politique en tentant de lier le libéralisme et l’humanisme chrétien. Tenant compte de tous les particularismes helvétiques, Joseph Deiss a réussi dans son action et dans ses écrits à relever le difficile défi consistant à adapter les aspirations de son pays à la musique endiablée du monde.En cela, Quand un cachalot vient de tribord, reflet de notre époque, peut être considéré comme un livre important de notre patrimoine.
Durée:12h. 15min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:6597
Résumé: «Plus qu'un pays, si beau soit-il, et plus qu'un peuple, aussi «heureux» que je l'ai dit, le nom de la Suisse désigne une certaine forme d'existence en communauté, une certaine structure des relations publiques, l'idée supérieurement paradoxale, si l'on y réfléchit, d'une société des hommes libres.»
Durée:3h. 27min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:15991
Résumé: "Le présent ouvrage n'est ni une histoire de l'UBS, ni une biographie de Marcel Ospel, ni les annales de Swissair. Il existe trois bons ouvrages, dus respectivement à Myret Zaki, Dirk Schütz et René Lüchinger, qui couvrent ces sujets et constituent des références. Si les faits sont bien connus, leur confrontation soulève une énigme: comment se fait-il que l'on retrouve Marcel Ospel impliqué dans trois crises graves, celles de Swissair, de l'UBS et de la Confédération? Quel est le secret liant ces trois déboires d'un pays coutumier du succès? La comparaison des récits dégage plusieurs similitudes entre ces tournants historiques de la Suisse contemporaine: l'ambition démesurée d'un seul homme servie par un pouvoir sans contrôle, l'incompétence et la complaisance des conseils d'administration du secteur privé, la faiblesse et la complicité des organes de l'Etat, la confusion du privé et du public, où le premier écrase le second; le financement des partis politiques par l'économie -, le télescopage brutal des mythes helvétiques avec la réalité, l'incompréhension et le scandale de l'opinion publique, l'incapacité de tirer les leçons des erreurs passées. Certes, l'homme en question a une lourde part de responsabilité. Il faut être affligé d'une faille psychologique pour frôler la faillite dans le système bancaire suisse, avec des pertes qui s'élèvent à plusieurs dizaines de milliards. Mais on doit aussi et surtout s'interroger sur les institutions politiques, la gouvernance des entreprises, la législation des sociétés, le rôle des partis. L'homme Ospel est en cause, mais il n'aurait pu causer de tels dégâts si l'environnement ne s'y était pas prêté avec complaisance. Il lui a fallu des complices, par incompétence, par bêtise ou par lucre. Par quelle stratégie ce personnage a-t-il pu s'insinuer jusqu'au sommet et s'y révéler aussi néfaste? Quels sont les mobiles qui peuvent déséquilibrer à ce point un décideur'? L'auteur suggère un certain nombre d'explications. L'histoire future apportera de nouveaux éclaircissements. Mais on ne peut attendre de nouvelles catastrophes pour entreprendre des réformes qui deviennent évidentes."
Durée:49min.
Genre littéraire:
Numéro du livre:90017
Résumé: Objets : 1-Initiative populaire Mieux vivre à la retraite (initiative pour une 13e rente AVS). 2 -Initiative populaire Pour une prévoyance vieillesse sûre et pérenne (initiative sur les rentes).
Durée:6h. 28min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:65601
Résumé: Le Palais fédéral est une jungle. Une jungle dominée par quatre espèces : les élus, les fonctionnaires, les journalistes, et les lobbyistes. Dans les couloirs du Palais, ce petit monde se fréquente intensément, se parle beaucoup, et s’écoute un peu. Ou pas. On se tutoie, on boit des verres, on s’embrasse. Et plus, si entente. Parfois même sans entente. Bref, c’est un vaudeville en vase clos, voire à huis clos : les lobbyistes conseillent des élus qui font des lois dont parlent les journalistes dans des articles que lisent les fonctionnaires. En bougonnant. Car, en général, les fonctionnaires n’aiment ni les journalistes, ni les lobbyistes, et encore moins les parlementaires : derrière son apparente obséquiosité, l’administration n’oublie jamais qu’elle seule comprend vraiment les lois, et que c’est elle qui commande, au final. Bien que les fonctionnaires ne puissent rien faire sans des élus qui existent grâce aux journalistes et aux lobbyistes. Qui, eux, se nourrissent de la jungle. Et ainsi de suite. Bref, c’est un ménage à quatre légèrement incestueux, avec ses petits secrets, ses querelles, ses coups bas… mais qui finit toujours par s’entendre. En général. Car tout n’est pas toujours si simple : parfois, des politiciens français s’en mêlent…
Lu par:Eline Roess
Durée:7h. 2min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:32539
Résumé: L'heure est grave. Dominée par un nationalisme aveugle, la Suisse a ouvert une crise avec l'Union européenne en attaquant les accords conclus avec elle. Bousculée par la multiplication d'initiatives populaires dangereuses, elle est entrée dans une ère d'incertitude. Desservie par un système de gouvernement inconsistant, elle n'a ni cap, ni gouvernail. Handicapée par une monnaie forte, elle voit ses entreprises s'interroger sur leur avenir. Bien que la prospérité soit menacée, nul n'ose affronter les démagogues qui manipulent l'opinion. Apeurée, la Suisse semble verrouillée par un populisme omniprésent. La droite nationaliste se radicalise. La droite libérale se laisse entraîner dans son sillage. Le centre se cherche. Seule la gauche a les forces susceptibles d'éviter au pays l'isolement et un appauvrissement progressif. Pour autant, le Parti socialiste n'est pas perçu comme un moteur crédible du changement. Pire, ses démarches confortent les structures qu'il faudrait bousculer, tandis que son discours irrite les esprits. Quelles sont ses erreurs ? Comment libérer son potentiel? Jamais assumées, des vérités sont à dire. L'adhésion croissante des citoyens à des idées simplistes et brutales lance un défi aux formations politiques soucieuses du bien commun : qui sauvera la Suisse du populisme ?
Durée:10h. 54min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:68882
Résumé: Cet ouvrage permet de jeter un regard unique sur la crise du coronavirus en Suisse. En plus de leurs recherches, les auteurs – quatorze journalistes d’investigation – ont accompagné pendant près de six mois une quinzaine de personnes, dont le conseiller fédéral Alain Berset, l’épidémiologiste de l’EPFL Marcel Salathé, Maria Pia Pollizzi, infirmière cheffe à la clinique la plus durement frappée de Suisse, ou encore le soldat Wille qui s’est ennuyé à mourir. Sans oublier une famille de Romont qui a vu partir plusieurs de ses membres en quelques jours ou une infirmière en maison de retraite qui a dû mettre toute seule plusieurs pensionnaires dans leur cercueil. Plus de deux cents heures d’entretiens et des centaines de pages de procès-verbaux confidentiels forment le socle de La première vague et se déploient dans un récit captivant.
Durée:5h. 43min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36998
Résumé: Choc de cultures entre repli sur soi et ouverture. C’est l’histoire de dirigeants déterminés à refuser le changement face à un président de la Poste fraîchement nommé par le Conseil fédéral. Rentré dans son pays après une longue carrière à l’étranger au sein d’entreprises de renom, il voulait proposer une nouvelle vision pour cette vénérable institution qu’est la Poste suisse. Face à la diminution des volumes du courrier, il préconise la sauvegarde du service public par la recherche de nouveaux relais de croissance. Mais à peine est-il en place que l’ancienne garde de la Poste cherche à l’empêcher d’agir. Elle fait nommer un directeur général incarnant le statu quo. L’inertie semble l’emporter. On ne veut ni sang neuf, ni idées provenant de l’extérieur. C’est une mécanique parfaitement huilée, avec ses règles non dites et ses réseaux agissant dans l’ombre. L’affrontement est programmé, d’autant qu’au-delà du président, c’est parfois le conseiller fédéral lui-même qui est visé. Avec en toile de fond une guerre sourde d’information, de désinformation et même de «fake news» avant l’heure. Cette partie d’échecs très serrée entraîne la chute du directeur général puis, un mois plus tard, au terme d’une intense campagne de dénigrement et de vengeance, le départ du président. Au-delà des aspects parfois rocambolesques de cette confrontation sans merci, ce récit lève le voile sur la façon dont fonctionnent en Suisse les rouages discrets du pouvoir, les cercles et les réseaux d’influence qui assurent parfois la survivance de vraies chasses gardées. Ce témoignage permet de mieux comprendre le fonctionnement de nos institutions. Combien de temps sera-t-il encore possible de faire face à un monde de plus en plus globalisé en recourant à la formule magique de nos ancêtres, faite davantage de compromis et d’équilibre supposé que de vision d’avenir et de détermination ?
Durée:13h. 10min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:12208
Résumé:
Durée:2h. 40min.
Genre littéraire:
Numéro du livre:90016
Résumé: Objet : Révision totale du Règlement de la Ville de Bienne
Lu par:BSR
Durée:13min.
Genre littéraire:
Numéro du livre:90015
Résumé: Modification de la Constitution cantonale. La question qui vous est posée : Acceptez-vous la modification de la Constitution cantonale (introduction de la procédure législative urgente) ?
Lu par:BSR
Durée:20min.
Genre littéraire:
Numéro du livre:90014
Résumé: Objet: Décret relatif à l’augmentation de la participation financière de l’Etat de Fribourg au capital-actions de la société Transports publics fribourgeois Holding SA