Contenu

Marcel Ospel, l'homme qui est allé trop loin: ou comment réussir à brillamment échouer

Résumé
"Le présent ouvrage n'est ni une histoire de l'UBS, ni une biographie de Marcel Ospel, ni les annales de Swissair. Il existe trois bons ouvrages, dus respectivement à Myret Zaki, Dirk Schütz et René Lüchinger, qui couvrent ces sujets et constituent des références. Si les faits sont bien connus, leur confrontation soulève une énigme: comment se fait-il que l'on retrouve Marcel Ospel impliqué dans trois crises graves, celles de Swissair, de l'UBS et de la Confédération? Quel est le secret liant ces trois déboires d'un pays coutumier du succès? La comparaison des récits dégage plusieurs similitudes entre ces tournants historiques de la Suisse contemporaine: l'ambition démesurée d'un seul homme servie par un pouvoir sans contrôle, l'incompétence et la complaisance des conseils d'administration du secteur privé, la faiblesse et la complicité des organes de l'Etat, la confusion du privé et du public, où le premier écrase le second; le financement des partis politiques par l'économie -, le télescopage brutal des mythes helvétiques avec la réalité, l'incompréhension et le scandale de l'opinion publique, l'incapacité de tirer les leçons des erreurs passées. Certes, l'homme en question a une lourde part de responsabilité. Il faut être affligé d'une faille psychologique pour frôler la faillite dans le système bancaire suisse, avec des pertes qui s'élèvent à plusieurs dizaines de milliards. Mais on doit aussi et surtout s'interroger sur les institutions politiques, la gouvernance des entreprises, la législation des sociétés, le rôle des partis. L'homme Ospel est en cause, mais il n'aurait pu causer de tels dégâts si l'environnement ne s'y était pas prêté avec complaisance. Il lui a fallu des complices, par incompétence, par bêtise ou par lucre. Par quelle stratégie ce personnage a-t-il pu s'insinuer jusqu'au sommet et s'y révéler aussi néfaste? Quels sont les mobiles qui peuvent déséquilibrer à ce point un décideur'? L'auteur suggère un certain nombre d'explications. L'histoire future apportera de nouveaux éclaircissements. Mais on ne peut attendre de nouvelles catastrophes pour entreprendre des réformes qui deviennent évidentes."
Durée: 3h. 27min.
Édition: Lausanne, Favre, 2008
Numéro du livre: 15991
ISBN: 9782828910747
CDU: 330

Documents similaires

Durée:6h. 7min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:33618
Résumé: L'impasse est dramatique. Mais inévitable : depuis 7 ans, les banques centrales ont enivré les marchés aux taux 0%. C'était cela, le prix de la sortie de crise... Et c'est cela qui causera la suivante. A quand une gouvernance opérante de la finance mondiale
Durée:4h. 1min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:12455
Résumé: Les banques ont un rôle spécifique dans le cycle économique. Au carrefour des circuits monétaires, elles constituent un rouage essentiel de l'organisation économique par les multiples fonctions qu'elles exercent. A ses activités financières les plus anciennes (prêt, change), il faut ajouter celle de créateur de monnaie additionnelle lorsque le banquier offre plus d'argent aux uns (emprunteurs) qu'il ne risque de lui en être demandé par les autres (déposants). Cet ouvrage explique les mécanismes des opérations bancaires, les réglementations qui les régissent, la gestion du risque par les banquiers ainsi que leurs responsabilités économiques. Il expose également les nouveaux défis technologiques et politiques auxquels les banques sont aujourd'hui confrontées.
Durée:29h. 5min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69840
Résumé: Nous vivons dans un monde où les soubresauts de l'économie font les gros titres : de l'assouplissement des réglementations bancaires aux Etats-Unis à l'établissement de tarifs douaniers susceptibles de déclencher des guerres commerciales internationales. Les racines de cette situation sont profondes. Dans Crashed, l'historien Adam Tooze montre que les bouleversements d'aujourd'hui ont une origine commune dans la crise économique de 2008 et ses répercussions. Si la crise financière a d'abord été présentée comme une péripétie locale, ce qui s'est passé à Wall Street à partir de 2008 a en réalité bouleversé toutes les régions du globe : des marchés financiers occidentaux aux usines et chantiers en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique latine. La crise a déstabilisé l'Ukraine, semé le chaos en Grèce, suscité la question du Brexit et préparé le terrain à Trump. C'est la crise la plus grave endurée par les sociétés occidentales depuis la fin de la Guerre froide. Reconstituant l'histoire, l'auteur analyse en détail les décisions et le positionnement des acteurs qui ont dominé l'actualité économique, politique et internationale de ces dix dernières années. Il le fait au prisme de multiples thématiques originales : itinéraires du développement économique et de la dette à la surface du globe ; inégalités politiques issues de l'interdépendance financière des pays ; effets de la crise sur l'ascension spectaculaire des réseaux sociaux et le malaise des classes moyennes. Toujours avec la rigueur de l'historien, Adam Tooze prolonge son étude jusqu'à aujourd'hui et s'interroge sur la perspective d'un ordre mondial progressiste, stable et cohérent à l'avenir.
Durée:3h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:39374
Résumé: " Directeur de la communication de la prestigieuse Banque du Levant, tombée, six mois plus tôt, dans la corbeille nuptiale de la Compagnie française de banque : je n'avais jamais imaginé hériter d'un fauteuil aussi cossu. Vingt années d'une carrière réduite aux acquêts des combles ministériels avaient fait de moi un fonctionnaire assorti à la couleur des murs. J'avais fait mon deuil de telles ambitions et les fonctions de responsable des publications internes que j'assumais au ministère du Travail ne me destinaient pas à ces olympes financiers. Il a fallu toute l'autorité et l'art de la persuasion de Luc pour m'imposer à ce poste. [...] Mes conversations téléphoniques avec Katia avaient fini me convaincre de sauter le pas. " Servi par un style enlevé, ' Créances douteuses ' est une plongée sans masques dans les eaux troubles de la haute finance internationale. Peinture corrosive du monde de l'entreprise, ce roman contemporain dévoile les coulisses du Monopoly planétaire : fusions et acquisitions, plans sociaux, chantages, duels à fleurets non mouchetés... Mais ce jeu en vaut-il la chandelle quand on est amoureux ?
Durée:8h. 8min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:67522
Résumé: Un matin de novembre, un avion privé à destination de Genève, pris dans un orage, disparaît des radars et s'écrase dans les Alpes. Parmi les victimes figure Matthew Lerner, cadre à la Swiss United, une importante banque offshore. Sa jeune veuve, Annabel, découvrant que le crash n'est pas accidentel, se trouve à son tour en danger, poursuivie par de puissants ennemis.
Durée:13h. 45min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:68311
Résumé: On est à la fin des années 80, la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné : le bloc de l'Est explose, les flux d'argent sont mondialisés. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s'invente, on parle d'algorithmes et d'OGM. A Genève, Svetlana, une jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s'aiment mais veulent plus. Plus d'argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d'être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d'argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi. De la Suisse au Mexique, en passant par la Corse, Joseph Incardona brosse une fresque ambitieuse, à la mécanique aussi subtile qu'implacable.
Durée:2h. 45min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:16185
Résumé: Comment arriver à vendre de l'eau en bouteille à mille fois le prix de celle qui coule pour presque rien du robinet ? Comment réussir à faire croire que l'eau de la distribution n'est pas potable ? Et comment prétendre que l'eau en bouteille possède des propriétés miraculeuses ? Telles sont les questions soulevées par ce qui est l'une des plus grandes escroqueries commerciales de notre époque. L'eau en bouteille n'est pas meilleure que l'eau de la distribution publique. Elle est même souvent de moins bonne qualité, car les bouteilles en PET chargent l'eau d'impuretés et le transport d'une eau stagnante fait proliférer les germes. Par-dessus le marché, chaque litre d'eau en bouteille entraîne la consommation d'un demi-litre de pétrole. Dans le même temps, un milliard d'hommes n'ont pas accès à l'eau potable...
Durée:14h. 1min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75697
Résumé: Etre l'ennemi public numéro un dans son propre pays n'est pas chose facile. Même dans l'un des plus petits Etat au monde : la principauté de Liechtenstein. Johann Kaiser, placé en orphelinat à six ans par son père, globe-trotter, maître de la manipulation, réside dans un lieu inconnu sous un faux nom. Il a gagné tellement d'argent qu'il pourrait ne se préoccuper de rien. Mais pour se défendre contre ceux qui souhaitent sa mort, il doit raconter l'histoire de sa vie. S'inspirant librement de Heinrich Kieber, personnage bien réel qui vendit aux services secrets allemands les données fiscales des clients de la banque du Liechtenstein, Benjamin Quaderer met en scène un homme hors du commun à l'humour cinglant, et signe un premier roman aussi vif qu'intelligent sur le pouvoir de l'argent et de la narration.
Durée:4h. 1min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:67482
Résumé: En avril 2012, Mylène Demongeot découvre qu’elle est dépossédée de toutes ses économies, victime d’un banquier escroc. Il faudra six années de combats judiciaires pour que lui soit restitué, en partie seulement, son argent. Ce livre est le récit d’une incroyable arnaque menée dans le milieu du show-biz par un « petit Madoff » sans vergogne. Mais le terrain de jeu des escrocs est sans limite : dans la rue, par téléphone, sur Internet et jusque chez vous… ils opèrent partout et s’attaquent à tous, sans discrimination. Pour les éviter, une seule solution : connaître leurs techniques. C’est aussi ce que vous propose ce livre, à travers une panoplie de cas concrets et de conseils.
Lu par:Diane Perrot
Durée:5h. 24min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:5006
Résumé: Quatorze ans après la publication d' "Une Suisse au-dessus de tout soupçon", violent réquisitoire contre l'hypocrisie du secret bancaire et du compte à numéro, Jean Ziegler démonte un à un les rouages du recyclage international de l'argent sale, dont Zurich est aujourd'hui la capitale. A travers des exemples précis, il montre ainsi que des multinationales du crime, disposant de réseaux commerciaux bien implantés, de laboratoires modernes, de milices entraînées par des professionnels, d'établissements bancaires fort accueillants, ont pénétré l'appareil d'État lui-même, et jouissent, dans l' "Émirat helvétique", d'une protection efficace de la part de certains responsables politiques et judiciaires. En faisant la lumière sur l'organisation des réseaux de la mort, en nommant les responsables et leurs complices, ce livre veut contribuer à l'anéantissement d'une puissance meurtrière qui, à Zurich comme à Medellin, concurrence aujourd'hui le pouvoir des États.
Durée:12h. 41min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:23750
Résumé: C'est au coeur de Bruxelles, capitale de l'Europe, au pied de la vieille cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, que se situe le nouveau roman de Jacques Neirynck. A travers les tribulations d'un artiste, l'architecte Vandewalle, Le siège de Bruxelles nous fait assister en direct à l'éclatement de la Belgique, provoqué tout à la fois par les conflits linguistiques, les dérives xénophobes et les crises économiques. Dans ce contexte d'effondrement, de monde finissant, des personnages hauts en couleur révèlent alors leur vrai visage : Erwin Boze, le leader fasciste, la pittoresque Zulma son épouse, Philibert Tissier, politicien sans scrupules, la troublante Nicole, femme du héros. De retournements en rebondissements, d'intrigues en surprises, Charles Vandewalle parviendra-t-il à empêcher le pire, dans une capitale qui ressemble étrangement à Sarajevo ? Car de fait, l'avenir de l'Europe, aux premiers pas hésitants, ne se réduit pas en effet aux seuls enjeux économiques ou financiers. C'est un champ clos où s'opposent langues et cultures, latinité et germanité, civilisation du plaisir ou du devoir, catholicisme et protestantisme, soleil du Sud et brumes du Nord. Mélange détonant qui peut à tout moment imploser. Le seul recours consiste à construire une Europe de l'esprit plutôt qu'un simple espace marchand. Ecrit sur un rythme endiablé, avec le sérieux et l'humour qui ont déjà fait le succès de Manuscrit du Saint-Sépulcre, Le Siège de Bruxelles prend des allures de kermesse héroïque, dans un décor à la Bruegel. Il en reste un appel aux lendemains de l'Europe comme aux idéaux qui ont présidé à sa naissance.
Lu par:Suzanne Lilla
Durée:9h. 44min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12361
Résumé: Sous les traits de cet homme au béret noir et aux lunettes fumées, voyageant avec un vagabond dans le train de Milan, qui reconnaîtrait le vicaire du Christ en personne? Que fuit Emmanuel de Fully, devenu jean XXIV, ce pape suisse dont les idées évangéliques se heurtent aux clans les plus conservateurs du Vatican ? Son combat contre son prédécesseur le cardinal Bertini est-il perdu d'avance ? Car cet apôtre des origines ne peut renoncer à son rêve de tolérance et d'égalité. Pour le réaliser, il peut compter sur son frère Théo, physicien utopiste qui tente de réconcilier la science et la foi. Mais il lui faut à tout prix soustraire de précieux manuscrits à la convoitise de ses poursuivants...