Contenu

Mea Culpa: mes 100 meilleures chroniques

Quatrième de couverture
C’est un drôle de talent que celui de la chronique. Parce qu’il doit faire plus que commenter et davantage que persifler. Isabelle Falconnier a cette plume rare qui sait la caresse et la pique, parce que l’un n’existe jamais sans l’autre. Durant huit ans, de 2009 à 2017, au sein de l’Hebdo, elle a entretenu avec ses lectrices et lecteurs un lien très particulier: celui qui lie à l’amie, à la sœur en rire ou en colère, à l’agaçante s’il le fallait, à la paradoxale, à l’amoureuse ou à la surprenante. Car une chronique, ça n’est rien si ça n’est pas vous-même, si on n’y prend pas le risque de se dévoiler pour chercher un peu mieux l’époque et les gens: DSK, Brangelina, les Femen, ses amours ou Nabilla, les femmes voilées, Clooney, Bond, le viagra, les vegan, le Petit Prince, le Salon de l’auto, Cantat, Carla Bruni ou la plante de grand-maman. Des prétextes que tout cela, des histoires pour se tendre la main, et se sentir ensemble. Dans ce livre, il y a ainsi une sélection d’une centaine des chroniques d’Isabelle Falconnier. Elles sont comme des lettres à vous seul adressées, et que vous garderez secrètes.
Durée: 6h. 5min.
Édition: Lausanne, Favre, 2017
N° de notice: 36206
ISBN: 9782828916244
CDU: 840(494)

Documents similaires

Durée: 7h. 13min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 35497
Quatrième de couverture: Gavé chaque jour de nouvelles et de commentaires, le public aime ou déteste les journalistes, mais ne sait pas comment ils vivent et travaillent. De leur côté, les journalistes ne font rien pour révéler ce qu’est leur métier. Après soixante ans d’activité dans l’information, Frank Bridel veut rendre la presse plus transparente. Il lève les coins du voile et répond à de multiples questions, dont les suivantes : – Comment les médias ont-il évolué au cours du demi-siècle écoulé? – De la presse et du public, qui exerce la plus grande influence sur l’autre? – Les journalistes respectent-ils les règles d’éthique qu’ils se sont données? – Face aux éditeurs, les journalistes sont-ils libres? – Sont-ils les fossoyeurs du français ou ses derniers défenseurs? Ecrit par un observateur passionné, ce livre exalte les exigences du métier, célèbre ceux qui le pratiquent avec rigueur, s’incline devant le lourd tribut payé par les correspondants de guerre, mais condamne les dérives médiatiques collectives et les fautes individuelles.
Lu par: Annette Charon
Durée: 11h. 21min.
Genre: Essai/chronique/langage
Numéro: 32618
Quatrième de couverture: Histoire d'un monument de la presse française : de 1826, date de la naissance de quatre pages hebdomadaires jusqu'à aujourd'hui. Le secret de cette longévité se trouve d'abord dans les hommes qui l'ont conçu, écrit et dirigé, les écrivains qui ont apporté leur plume et les dessinateurs.
Durée: 2h. 30min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 68702
Quatrième de couverture: « Bâtonner », c’est copier-coller une dépêche en la remaniant à la marge. Symptôme ordinaire d’une dépossession des travailleurs, le bâtonnage illustre ce que l’argent fait au journalisme : la concurrence s’intensifie, la production de contenus s’accélère, l’information en vient à être usinée en série. Et tandis que les éditorialistes pontifient, les petites mains de la profession, de plus en plus précaires, perdent le sens de leur métier. La fusion du néolibéralisme et du numérique détériore la nature de leur travail et les conditions de son exercice. Dès lors, pourquoi les journalistes continuent-ils à consentir à ce qu’ils font ? Fruit d’une longue enquête, ce livre décrit les ressorts de l’aliénation d’une profession déqualifiée et disqualifiée, qui certes proteste mais continue de se croire indispensable à la vertu publique. Toujours plus prompte à « décoder » les fake news des autres, elle en oublie que le journalisme-marchandise n’est pas l’ami du peuple, mais un vice qui corrompt la pensée et, avec elle, la possibilité de la démocratie.
Durée: 6h. 7min.
Genre: Essai/chronique/langage
Numéro: 72402
Quatrième de couverture: Créateur il y a un quart de siècle du Vrai journal de Canal +, un mélange de journalisme d'investigation, de parodies et d'interviews, l'auteur dévoile aussi les coulisses du Paris branché des années 1980, évoque de nombreuses personnalités vivantes ou disparues et revient sur des affaires qui avaient défrayé la chronique.
Lu par: Manon
Durée: 3h. 31min.
Genre: Essai/chronique/langage
Numéro: 28425
Quatrième de couverture: L'auteur fait le procès du système médiatique en désignant le fossé qui le sépare de l'opinion publique. Il met en cause l'accès à une information trop immédiate, sans analyse, ni recul, et une presse dont le pluralisme n'est pas le synonyme d'impartialité.
Durée: 9h. 35min.
Genre: Essai/chronique/langage
Numéro: 68676
Quatrième de couverture: Recueil d'une soixantaine de chroniques publiées dans Charlie Hebdo entre 2004 et 2015. "Le chroniqueur n'est ni enquêteur, ni reporter, ni éditorialiste. L'actualité, même s'il la prend au sérieux, n'est qu'un prétexte. Sa fonction est baroque : intime et masquée, pleine de plis et nouée à cette figure essentielle à l'acte d'écrire, la digression."
Lu par: Marc Levy
Durée: 5h. 44min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 38028
Quatrième de couverture: « La jeune et brève histoire de Mediapart fait partie de ces nombreuses volontés citoyennes résistant à la régression qui donne la main aux plus forts et aux plus riches, c'est-à-dire aux États qui surveillent et aux financiers qui spéculent. Si novatrice soit-elle, ce n'est sans doute qu'une contribution parmi d'autres. Mais j'ai voulu en tirer quelques enseignements utiles à celles et ceux qui cherchent les voies d'une refondation démocratique de l'écosystème médiatique en inventant des réponses nouvelles à la crise d'indépendance et de qualité de l'information. Je me propose d'expliquer ce chemin de résistance, en m'attachant à toutes les dimensions du mot «valeur» qu'entraîne ce choix exigeant : valeur de la démocratie, valeur d'un métier, valeur du participatif, valeur d'un public, valeur d'une entreprise, etc. C'est en défendant la valeur de l'information que nous apporterons, face au choc de la révolution numérique, des solutions durables qui soient au service de l'intérêt général. Mon seul souci est que nous soyons à la hauteur du défi que doivent affronter nos démocraties, qui, à force de se laisser dépérir, prennent le risque de se renier. Car la défaite du journalisme annonce toujours le recul de la liberté ». Edwy Plenel. [Source: Babelio, 2018]
Lu par: Michel Méron
Durée: 1h. 26min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 65561
Quatrième de couverture: Preneuse de son pour l'émission de télévision Envoyé spécial durant des années, l'auteure fait le récit du dernier tournage auquel elle a participé à propos des violences faites aux femmes en Palestine. Elle témoigne des conditions et des secrets de fabrication de ce type de reportage, critiquant le manque d'objectivité des journalistes.
Lu par: Manon
Durée: 3h. 16min.
Genre: Biographie/témoignage
Numéro: 32236
Quatrième de couverture: Le journaliste revient sur les étapes marquantes de son parcours, depuis son noviciat au Québec, à 18 ans, jusqu'à ses chroniques dans Télérama, en passant par ses études à Rome, sa découverte des luttes, son engagement au sein du PSU auprès de M. Rocard, la privatisation de TF1, etc.
Durée: 5h.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 31207
Quatrième de couverture: De A à Z, un vagabondage au coeur des soixante dernières années, à travers le destin d'une radio qui fit éclore les noms les plus prestigieux du journalisme, avec des anecdotes et des souvenirs nostalgiques.
Durée: 17h. 27min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 26543
Quatrième de couverture: Depuis sa création, Le Canard enchaîné écorne les pouvoirs, n'est lié à aucun parti et n'a d'autre souci que de railler l'ordre et la censure. Mais au tournant des années 1970, l'hebdomadaire satirique change radicalement. Dans cette enquête rigoureuse, ponctuée par des anecdotes piquantes, Karl Laske et Laurent Valdiguié reviennent sur la véritable saga du volatile. Ou comment le journal d'influence est devenu influencé.
Durée: 9h. 11min.
Genre: Société/économie/politique
Numéro: 70084
Quatrième de couverture: En soixante ans de métier, Olivier Mazerolle a connu les huit présidents de la Ve République, la Guerre froide, la chute du mur de Berlin, l’ère du terrorisme et l’aube de la société numérique. Il dévoile aujourd’hui l’envers de la profession et revient sur les événements qui l’ont marqué: la révolte de Solidarnosc, les conflits au Moyen-Orient, ses rencontres avec Walesa ou Sadate, mais aussi les coulisses de la politique française. Adepte du « off », cet autodidacte a su gagner la confiance de la plupart des ténors de droite comme de gauche. Ainsi, Jacques Delors lui a confié, bien avant sa déclaration sur le plateau de « 7 sur 7 », qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle de 1995. Olivier Mazerolle évoque les pressions qu’il a subies en tant que journaliste, mais aussi les failles des hommes et des femmes politiques. Sans chercher à s’épargner, il évoque les moments forts ou difficiles de son parcours: le «détail de l’Histoire» de Le Pen, les polémiques sur l’«affaire Baudis» ou l’annonce erronée du retrait politique d’Alain Juppé en 2004, qui occasionna son départ de France 2. Sans oublier la crise du Covid- 19 qui ne l’a pas épargné.