Contenu

Sous haute protection

Résumé
Sa vie et son parcours ne ressemblent en rien à un fleuve tranquille. Actif successivement dans les trois pouvoirs de l’État, Dick Marty a affronté des enquêtes complexes et parfois périlleuses, souvent avec un grand retentissement au-delà de nos frontières : criminalité organisée, trafic international de drogue, prisons secrètes de la CIA en Europe, investigations en Tchétchénie, usage abusif des Listes noires de l’ONU, violations des droits fondamentaux et allégations de trafic d’organes au Kosovo, ne sont que quelques dossiers qui ont rythmé sa vie professionnelle. Engagé en faveur des droits de l’homme et des minorités, il s’est battu en première ligne pour l’initiative populaire pour des multinationales responsables, un combat d’ailleurs qu’il poursuit afin que la Suisse ne soit pas, une fois de plus, à la remorque des autres pays. Alors qu’il pensait enfin pouvoir jouir d’une vie calme entouré des siens, un coup de téléphone bouleverse brutalement sa vie quotidienne et celle de sa famille. Une menace grave, imminente et concrète déclenche une opération de protection policière sans précédent en Suisse. Pendant seize mois, son habitation est transformée en une espèce de forteresse et tout déplacement a lieu selon un protocole de haute sécurité. L’auteur fait le récit de ces péripéties, rend hommage à ceux qui le protègent, mais ne cache pas son exaspération, voire sa colère envers la façon dont est conduite l’enquête : celle-ci ne saurait se limiter à la seule mise en sécurité de la cible, sans s’attaquer directement aux auteurs de la menace. D’autres intérêts, d’autres raisons non avouées seraient-ils en jeu ?
Durée: 6h. 24min.
Édition: Lausanne, Favre, 2023
Numéro du livre: 74180
ISBN: 9782828920777
CDU: 949.7

Documents similaires

Durée:11h. 33min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:70060
Résumé: Depuis des années, en toute discrétion, une petite unité de la gendarmerie nationale traque les criminels de guerre. Bosnie, Rwanda, Liberia, Syrie… La liste des conflits ayant donné lieu à des exactions contre les populations civiles ne cesse de s’allonger. Mais la trentaine de femmes et d’hommes, regroupés au sein de l’Office chargé de la lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH), ne manque ni d’énergie ni de volonté pour faire aboutir les enquêtes et confondre les auteurs des pires atrocités. À leur tête, le colonel Éric Emeraux lève le voile, pour la première fois, sur le quotidien de ces enquêteurs confrontés à l’insoutenable. La retranscription des témoignages recueillis sur les terrains de guerre est une épreuve particulièrement redoutable. Massacres de masse, exécutions sommaires, tortures, les récits des survivants dépassent l’entendement. Mais ils sont nécessaires à la procédure pouvant mener à la mise en cause du ou des auteurs, et à leur arrestation. Le colonel Emeraux raconte les auditions hallucinantes de celles et ceux revenus de l’enfer. Lejla, la Bosniaque, qui verra son mari et son fils emmenés pour toujours par les milices serbes, et tant d’hommes et de femmes de son village fusillés sous ses yeux. Désirée, la Rwandaise tutsie, réfugiée dans une église avec ses enfants pour échapper aux tueurs hutu, qui les voit découpés à la machette avant d’être elle-même laissée pour morte dans une fosse commune. Darius et Steve, les Libériens, contraints d’assister aux séances de torture infligées par les troupes rebelles en lutte contre le pouvoir, avec ingurgitation forcée d’huile bouillante, éviscération et actes de cannibalisme. Al Ahmar, le Syrien, rescapé des geôles de Bachar Al-Assad, qui dit les coups, les plaies à vif et les chairs brûlées par des tortionnaires hilares. Pour chaque dossier, ce sont des heures et des heures d’enquête, de recueil d’informations, de recoupement, de planques, de filatures, pour aboutir enfin à des arrestations, parfois bien des années après ces crimes odieux. Mais peu importe. « Hora fugit, stat jus. » Le temps passe, mais la justice demeure – la devise de l’OCLCH. Profondément convaincu de la nécessité de justice face aux pires exactions, Éric Emeraux partage avec les lecteurs le combat quotidien de ses équipes, pour le droit face à la force, pour l’humanité face à la terreur.
Durée:19h. 37min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:17192
Résumé: Nommée procureure générale du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et pour le Rwanda en 1999, Carla Del Ponte se fixe un objectif: mettre un terme à l'impunité. Pendant les huit années de son mandat, cette femme hors du commun ose dénoncer l'attitude coupable de certains gouvernements face aux génocides, et poursuit sans relâche les criminels de guerre, même les mieux protégés. Elle parvient, malgré de violentes pressions, à traduire en justice les responsables de charniers, de l'Afrique aux Balkans. Son poste, très exposé, a fait d'elle l'une des personnalités les plus menacées de la planète. Dans cette autobiographie qui dérange, Carla Del Ponte partage ses succès et ses frustrations, livre des noms et formule des accusations embarrassantes à l'encontre des puissances occidentales.
Durée:9h. 20min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:70150
Résumé: Une société décente est une société dont les institutions n’humilient pas les personnes placées sous leur autorité, et dont les citoyens n’en humilient pas d’autres. Une bonne part de l’attention des philosophes se porte sur l’idéal d’une société juste, basé sur l’équilibre entre les notions de liberté et d’égalité. Mais un tel idéal est inenvisageable. Il semble donc plus urgent de tenter d’instaurer une société décente, parce qu’il n’est pas besoin d’attendre que la justice advienne pour satisfaire à l’idéal d’une société décente, et parce que supprimer un mal douloureux est plus urgent que de créer de nouveaux avantages. La démonstration de Margalit est des plus concrètes, envisageant à travers les détails de notre quotidien l’ensemble des actes humiliants rendant la vie parfois si difficilement supportable. L’analyse du fonctionnement des multiples formes de l’humiliation se combine ici à une argumentation longuement mûrie et, bien plus, profondément irriguée par l’expérience personnelle de l’auteur. Pour le philosophe Michael Walzer, La Société décente «est un livre splendide. Un compte-rendu exact des principes moraux guidant nos institutions politiques et nos usages sociaux, mais également un ouvrage merveilleusement attentif aux détails et nuances de la vie quotidienne. Ce livre fini, la décence prend largement le pas sur la justice en tant qu’idéal moral distinctif»
Durée:8h. 40min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33769
Résumé: Dès qu'il franchit le seuil de l'unique pub ouvert dans ce trou perdu d'Irlande, l'étranger suscite la fascination. Vladimir Dragan est originaire du Monténégro. Il entend s'établir comme guérisseur. On lui trouve un logement, un cabinet médical, et sa première cliente, une des quatre nonnes du lieu, sort de sa séance totalement régénérée. Rien d'étonnant à ce que Fidelma, très belle et mariée à un homme bien plus âgé qu'elle, tombe sous le charme. L'idylle s'interrompt quand Dragan est arrêté. Recherché par toutes les polices, il a vécu à Cloonoila sous un faux nom. Inculpé pour génocide, nettoyage ethnique, massacres, tortures, il est emmené à La Haye, où il rendra compte de ses crimes. Le titre choisi par Edna O'Brien s'éclaire alors, ainsi que l'introduction rappelant que 11 541 petites chaises rouges avaient été installées à Sarajevo en 2012 pour commémorer la mémoire des victimes du siège. Le vrai sujet de cet extraordinaire roman n'est pourtant pas la guerre civile de Bosnie, ni la figure de Radovan Karadzic, dont il s'inspire. Avec une infinie tendresse et une infinie compassion, la grande romancière irlandaise se penche sur le destin d'une femme ordinaire, que sa naïveté a rendue audacieuse, et dont l'existence a été ravagée pour avoir vécu, sans savoir à qui elle avait affaire, une brève histoire d'amour avec l'un des monstres les plus sanguinaires du XXe siècle. Après l'arrestation de Vlad, il est impossible pour Fidelma de rester en Irlande. Réfugiée à Londres, dans le monde souterrain des laissés-pour-compte, elle vit de petits boulots, hantée par une honte indépassable, et par la terreur. La prose d'Edna O'Brien est éblouissante : comme dans la vie, passant de la romance à l'horreur, d'un lyrisme tremblé au réalisme le plus cru, de la beauté au sentiment d'effroi le plus profond, elle nous donne, avec ce roman de la culpabilité et de la déchéance d'une femme, son absolu chef-d'oeuvre.
Lu par:Etienne Junod
Durée:13h. 27min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:11239
Résumé: Le 17 novembre 1993, à la Haye, se tient la première séance pleinière du Tribunal pénal international sur l'ex-Yougoslavie. derrière la solennité du moment, les juges ont le moral en chute libre... faute d'argent et de moyens, la justice internationale est proprement asphyxiée
Durée:4h. 47min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:65840
Résumé: De février à mai 2009, une soixantaine de Géorgiens sont arrêtés dans le cadre de l’opération «Lift» menée par la Brigade Trésor à Genève. Le but du procureur général, Daniel Zappelli ? Éradiquer l’organisation criminelle géorgienne «Vor V Zakone», responsable de dizaines de cambriolages chaque jour dans les domiciles huppés de l’arc lémanique. Parmi les inculpés, Mariam et Koba, parents de deux fillettes de 4 et 12 ans. À eux deux, ils feront 376 jours de prison préventive pour n’être blanchis que 5 ans et demi plus tard. Dans cet intervalle, ils sont… enfermés dehors.
Durée:4h. 53min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:67411
Résumé: Ancien magistrat et avocat général à la cour de Paris, l'auteur porte un regard sur l'évolution de la magistrature ces quarante dernières années et explique comment les juges, guidés par leur idéologie, ont transformé la justice en une arme politique. L'auteur dénonce le formatage des élèves magistrats, les pressions du pouvoir et les relations ambiguës entretenues avec les médias.
Durée:13h. 37min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:39504
Résumé: De la plus grande saisie d'héroïne jamais réalisée en Suisse aux prisons secrètes de la CIA, du trafic d'organes au Kosovo à la situation des droits de l'homme en Tchétchénie, Dick Marty s'est engagé successivement dans les trois pouvoirs de l'État. Il l'a fait sans concession et avec une véritable passion morale. Ce livre n'est pas seulement le récit inédit du protagoniste de ces investigations souvent périlleuses, mais aussi une réflexion critique sur des sujets politiques controversés. Après en avoir été un acteur engagé et reconnu, Dick Marty soumet la politique de la drogue à une analyse serrée pour en constater les failles: le prohibitionnisme n'a non seulement pas réussi à empêcher la diffusion des stupéfiants, mais il a surtout contribué à produire l'un des phénomènes criminels les plus importants de tous les temps. Revenant sur les révélations de son rapport sur les agissements de la CIA — d'abord qualifiées par d'aucuns de fantaisistes, confirmées ensuite par une commission du Sénat américain et par la Cour européenne des droits de l'homme — l'auteur dénonce la complicité des démocraties occidentales qui ont trahi leurs valeurs et compromis l'efficacité de la lutte contre le terrorisme. Sur le Kosovo, le Moyen-Orient ou la Syrie, l'ancien magistrat exprime des points de vue qui s'éloignent de la pensée dominante. Il pose des questions dérangeantes au sujet de l'aide au développement et exprime de vives inquiétudes pour l'indépendance du CICR. C'est aussi l'histoire de rencontres avec des délinquants, des victimes, des chefs d'État, et surtout avec des hommes et des femmes qui prennent de grands risques pour défendre les droits d'autrui. Il dédie d'ailleurs son livre à Jobelle, une fillette enfermée dans une cage d'un centre de détention à Manille.
Lu par:Manon
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:37831
Résumé: Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, l'auteure témoigne du parcours estudiantin du président et d'autres personnalités politiques également élèves dans cette école.
Durée:5h. 31min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:35406
Résumé: Au cours des dernières décennies, la plupart des sociétés se sont faites plus répressives, leurs lois plus sévères, leurs juges plus inflexibles, et ceci sans lien direct avec l'évolution de la délinquance et de la criminalité. Dans ce livre, qui met en oeuvre une approche à la fois généalogique et ethnographique, Didier Fassin s'efforce de saisir les enjeux de c'e moment punitif' en repartant des fondements mêmes du châtiment. Qu'est-ce que punir ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? A travers ces trois questions, il engage un dialogue critique avec la philosophie morale et la théorie juridique. Puisant ses illustrations dans clés contextes historiques et nationaux variés, il montre notamment que la réponse au crime n'a pas toujours été associée à l'infliction d'une souffrance, que le châtiment ne procède pas seulement des logiques rationnelles servant à le légitimer et que l'alourdissement des peines a souvent pour résultat clé les différencier socialement, et donc d'accroître les inégalités. A rebours du populisme pénal triomphant, cette enquête propose une salutaire révision des présupposés qui nourrissent la passion de punir et invite à repenser la place du châtiment clans le monde contemporain.
Lu par:Manon
Durée:2h. 59min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:28261
Résumé: Le récit du procès Douch, ancien patron du camp 21 au temps des Khmers rouges, par un des avocats des victimes. Entre 1975 et 1979, le génocide a tué près de deux millions de personnes au Cambodge. L'ouvrage raconte les mécanismes de ce procès, l'accusé et sa psychologie, et tente de comprendre le silence des familles des victimes, dont peu se sont constituées parties civiles.
Durée:2h. 42min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74634
Résumé: Fasciné par la machine judiciaire et par les aperçus des replis de l'âme humaine que lui apporte son expérience de juré, A. Gide assiste à divers procès : affaires de moeurs, infanticide, vols, etc. Dans ce texte extrait de Souvenirs et voyages, il s'interroge sur la justice et son fonctionnement, et insiste sur la barrière fragile qui sépare les criminels des honnêtes gens.