Contenu

Souvenirs de la guerre révolutionnaire cubaine

Résumé
" Depuis longtemps nous pensions écrire une histoire de notre révolution qui embrasserait ses multiples aspects et facettes. Les chefs de cette épopée ont souvent évoqué - publiquement ou officieusement - leur désir de retracer les différents événements qui l'ont marquée, mais le temps leur fait défaut ; et le souvenir de la lutte insurrectionnelle se dissout au fil des ans dans les brumes du passé sans que les épisodes de cette aventure, qui fait pourtant partie de l'histoire de l'Amérique, soient clairement relatés dans un témoignage écrit. Nous avons donc entrepris de rassembler nos souvenirs personnels des attaques, escarmouches, combats et luttes que nous avons menés. Nous n'avons pas l'intention de reconstituer cette histoire à l'aide de fragments de souvenirs et de quelques notes prises par-ci par-là ; bien au contraire, nous voulons qu'elle soit relatée dans son intégralité par ceux qui l'ont vécue. " Du 2 décembre 1956 au 2 janvier 1959, le peuple cubain a combattu la dictature brutale de Batista. Ces " souvenirs " témoignent d'une guerre populaire qui transforma une nation tout entière autant que le Che lui-même.
Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 14h. 20min.
Édition: Paris, Mille et une nuits, 2009
Numéro du livre: 71411
ISBN: 9782755500264
CDU: 972.9

Documents similaires

Lu par:Serge Cantero
Durée:1h. 59min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:32869
Résumé: Un trentenaire désabusé traîne son spleen à La Havane, entre son bureau et le Malecón... L'espoir se fait rare, la vie est un disque rayé. Rhum, salsa, tabac, et parfois un détour chez la Russe du neuvième étage. Il fait une chaleur criminelle et la révolution semble s'être oubliée au milieu du gué. Seule la mer, au loin, promet encore quelque chose... Canek Sánchez Guevara, petit-fils du Che, fait vibrer Cuba comme jamais : le désenchantement s'écrit dans une langue intense, hypnotique, et la crise des balsas est prétexte à un formidable hymne à la liberté. [Source : Site de l'éditeur]
Durée:4h. 9min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:72004
Résumé: Les données historiques qui servent de point de départ à ce roman - la révolte des Noirs de Saint-Domingue, suivie de l'exil des colons à Santiago de Cuba ; le gouvernement du général Leclerc, beau-frère de Napoléon ; le surprenant royaume noir de Henri-Christophe - ne doivent pas nous égarer sur son véritable sens. C'est une chronique par certains côtés ésotérique sur quoi plane l'atmosphère maléfique du Vaudou. Mackandal, le sorcier manchot, envoûte tous les animaux de l'île et les fait périr. Les colons ne tardent pas à subir le même sort. L'envoûtement se mêle à la farce et le ridicule s'achève dans le sang. L'image de la belle Pauline Bonaparte faisant masser son corps admirable par le nègre Soliman se détache sur ce fond d'incendie et de meurtres.
Durée:14h. 49min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:66427
Résumé: Les Chapellières : un domaine au nord de la Loire entre Ancenis et Châteaubriand. Deux hommes que la Révolution va opposer : le seigneur Jacques Defermon et son métayer Jean Terrien qui devient le redoutable chef chouan, Coeur de Lion. Une chronique historique qui court sur un siècle (1754-1855).
Durée:20h. 22min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:22464
Résumé: 1959: à la tête de leurs troupes, trois hommes, Fidel Castro, Camilo Cienfuegos et Huber Matos, ce dernier commandant de la fameuse « colonne 9 », s'emparent de La Havane et prennent le pouvoir à Cuba. Neuf mois plus tard, Castro fait condamner Huber Matos, coupable d'être démocrate, à 20 ans de prison, peine que Matos purgera au jour près. Et la nuit est tombée sont les mémoires du commandant Matos, qu'il publia en 2002. Huber Matos, né en 1918, instituteur idéaliste, raconte d'abord comment il a rejoint la guérilla, en est devenu l'un des chefs, et a conquis, avant la victoire finale, Santiago de Cuba témoignage exceptionnel sur l'homme qu'était alors Castro, témoignage aussi sur la vie clandestine des combattants de la Sierra Maestra, leur organisation, leurs histoires individuelles, amitiés et rivalités, revers et succès, portraits de ses proches camarades: Che Guevara, Raul Castro... Ensuite viennent la rupture avec Castro, et la prison: vingt ans de tortures et humiliations de toutes sortes. Écrit dans une langue simple, directe, la langue d'un instituteur, Et la nuit est tombée est un livre bouleversant, par ce qu'il contient d'horreurs et d'espérances déçues il est aussi un document unique sur l'une des figures majeures de notre temps, Castro, dont Matos nous trace un portrait au quotidien, sans haine, et une exceptionnelle leçon de courage: comment survivre au goulag cubain.
Lu par:Daniel Martin
Durée:25h. 55min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:67778
Résumé: Après la révolution de Février et le coup d’État bolchevique d’octobre 1917, l’ancien Empire russe continue à se déchirer. Les rouges et les blancs, certes, mais aussi les verts, les paysans, les Alliés et les Allemands sont alors autant d’acteurs de cette tragique guerre civile, de ce chaos indicible dont Alexandre Jevakhoff cerne les implications profondes et les raconte, fort de sa connaissance intime de l’âme russe. Le résultat de ce travail redonne à ce moment méconnu mais essentiel de l’histoire du XXe siècle la place qui lui revient : assurément l’une des toutes premières.
Durée:9h. 47min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:67520
Résumé: L'historienne raconte la révolution portugaise en mettant l'accent sur le rôle essentiel des luttes anticoloniales antérieures et sur l'importance de la mobilisation des ouvriers et des habitants pendant dix-neuf mois face au pouvoir en place. Elle montre que ce processus révolutionnaire reste vivace jusqu'au coup d'arrêt du 25 novembre 1975, où se met en place un régime libéral
Durée:11h. 39min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:30896
Résumé: Fuyant New York et la civilisation, un musicien gagne la forêt vierge du Venezuela. Ainsi commence une série d'aventures fabuleuses d'où s'élèvent, comme d'une symphonie, les grands thèmes de New York de la Forêt, de l'Eau, de la Révolution...
Durée:7h. 50min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:31355
Résumé: Mais qui est cet immigré clandestin dont on n'arrive pas à déceler ni l'origine ni la langue ? Qui se cache derrière son silence ? Quelle est l'histoire qu'il ne veut pas (ou ne peut pas) raconter ? En deux cents pages inoubliables, Jesús Díaz met en scène l'incroyable destin de Manuel, le plus brillant des chercheurs cubains de l'Institut International de Basses Températures d'Ukraine, et le seul qui refusa de rentrer à Cuba en 1991, au moment de l'effondrement de l'Union Soviétique. Pendant les douze mois vertigineux qui commencent avec le coup d'État contre Michael Gorbatchev et conduisent à l'interdiction du Parti Communiste, il essaie d'échapper à la police de Castro en changeant de pays, de langue et d'identité, mais en restant toujours fidèle à ses rêves. C'est ainsi que son odyssée devient la métaphore d'un monde à la dérive où tout soudain peut arriver : «L'Histoire est une erreur !», lui confie sa maîtresse, Ayinray, la communiste chilienne qui l'accueille dans son appartement moscovite ; «La liberté est proche !», lui annonce d'un air triomphal son ami Sacha, le nationaliste ukrainien ; «Je ne vois rien de bon dans l'avenir, Manuel, rien», lui dit son directeur de recherches, le vieux et sage Derkatchev. Et il ajoute aussitôt : «Il m'arrive de me demander si l'histoire de l'humanité a un sens». En réalité, elle n'en a ni plus ni moins que la vie d'un homme. Après maintes aventures et mésaventures plus rocambolesques les unes que les autres, le destin du jeune prodige devient celui d'un sans-papiers dans l'Europe de la fin du XXe siècle. Mais une surprise attend encore le lecteur dans les dernières pages et elle est de taille : ce roman d'apprentissage, cette histoire à multiples rebondissements, est aussi un chant d'espoir et un appel à la solidarité entre les hommes, peut-être le plus beau témoignage sur notre époque que nous ait laissé Jesús Díaz.
Lu par:Jean Frey
Durée:20h. 39min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:32523
Résumé: Somme culturelle qui rassemble tous les types urbains de La Havane nocturne et dépravée, ce livre est avant tout le roman du langage. Les trois tigres des Tropiques pas si tristes sont, en fait, quatre comme nos Mousquetaires : Silvestre l'écrivain, Arsenio Cué l'acteur, Codac le photographe et Eribo le joueur de bongo, qui gravitent autour d'un personnage emblématique, Bustrofedon -qui est aussi le boustrophédon, ou écriture grecque ancienne qui se lisait alternativement de gauche à droite et inversement-, que l'on ne perçoit pratiquement que comme une voix. Naturellement ce livre est aussi une histoire, ou plutôt un tissu d'histoires. Les débuts dans la vie de chacun des principaux personnages sont ainsi présentés comme autant de nouvelles indépendantes, mais tous ces personnages évoluent dans le même monde : La Havane d'avant la Révolution, métropole nocturne, monde trouble, humide, torride, déliquescent, clos sur lui-même, avec ses bars, ses night-clubs, et leur faune d'entraîneuses, de prostituées, d'homosexuels, de musiciens, de chanteuses -telle l'énorme et géniale Estrella, poignante Moby Dick de cette mer des Sargasses. Un même délire détruit les personnages de cette Babel.
Durée:10h.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:21051
Résumé: Janvier 1999. Une jeune Cubaine en exil porte plainte contre Fidel Castro pour assassinat et trafic international de stupéfiants. Ileana de la Guardia souhaite que l'homme qui a brisé sa famille soit poursuivi. 13 juillet 1989. Son père, le colonel Tony de la Guardia, ainsi que le général Arnaldo Ochoa, héros de la guerre d'Angola, tombent sous le feu d'un peloton d'exécution. Accusés de trafic de drogue, ils sont victimes d'un procès truqué, préparé par les dignitaires du régime. Du jour au lendemain, une famille de privilégiés se retrouve dans le camp des persécutés. Ileana de la Guardia raconte la surveillance quotidienne, les filatures nocturnes dans La Havane, le face-à-face avec les geôliers, la trahison des amis les plus proches. Elle fait revivre les trente derniers jours de la vie de son père, ses vains efforts pour le sauver, les chantages et les provocations subies jusque dans l'exil. Enfin, elle révèle le véritable parcours de Tony de la Guardia, homme d'action et homme du secret, du trafic d'armes à la contrebande en passant par l'entraînement des guérilleros. Pour faire justice à un père inhumé dans une tombe anonyme, Ileana restitue ses contradictions et sa vérité. Avec les accents bouleversants de courage, d'émotion et de décence d'une femme devenue par la force des choses l'Antigone des Caraïbes.
Durée:4h. 11min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:33997
Résumé: "Le plus et le moins" rassemble des textes portant tous une empreinte ouvertement autobiographique. Le romancier italien évoque son enfance à Naples, ses vacances en famille à Ischia et dans ce cadre, son rapport à la nature. Puis il décrit le départ pour Rome à l'âge de dix-huit ans et la rupture avec son milieu d'origine. Son regard sur les luttes politiques qui agitaient l'Italie et toute l'Europe à l'époque apporte un point de vue d'une rare pertinence. Les années passées en usine ou sur des chantiers sont au centre d'autres " nouvelles " - car il convient certainement de lire ce recueil comme un ouvrage littéraire à part entière. Les pages consacrées au lien familial et notamment à la fidélité du père à l'égard du fils " égaré ", tout comme l'évocation de la figure maternelle, sont particulièrement émouvantes. L'ensemble des trente-quatre textes nous permet de retracer la biographie d'un homme au sens géographique - Ischia, Naples, Rome, Turin, Paris, les Dolomites - et au sens symbolique, à travers les questions qui apparaissent en filigrane. La liberté rencontrée dans la nature tout autant que dans l'engagement politique, la fraternité entre travailleurs et celle que l'on offre à l'étranger, la lecture de la Bible et la figure de l'ange, voilà quelques-uns des motifs que tisse l'auteur italien dans Le plus et le moins. .
Durée:16h. 35min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:31306
Résumé: