Contenu

La zone de réponse

Résumé
Un enfant dans la campagne russe, en proie à une étrange terreur... Un jeune homme interné dans un hôpital de Sibérie, rêvant d'amour et de liberté... Un père reconnaissant dans l'infirmité de sa fille le pendant de ses propres souffrances morales... Un SDF sauvé par une voix intérieure... Un pèlerin attendant à Athènes que son billet pour la Terre sainte lui soit accordé de manière divine, c'est-à-dire inattendue... Revenant sur divers épisodes de sa vie, une vie riche d'expériences - dont celle de la rue -, de révoltes, de rencontres et de coïncidences, l'auteur constate qu'il n'y a pas de réponse claire aux grandes questions de la destinée humaine. " Mais, dit-il, il existe une zone de réponse: il faut entrer à l'intérieur et attendre. La réponse se formera d'elle-même dans l'âme, et ne s'exprimera pas toujours par des mots. Parfois, elle restera tout à fait informulée, ce qui ne lui enlèvera nullement son efficacité. " On retrouve dans ces huit récits, le sens aigu du détail, l'humour et tout ce qui fait l'originalité du style de Nicolas Bokov. De la part de l'homme et du philosophe, c'est peut-être aussi une ouverture vers un chemin de sérénité.
Genre littéraire: Nouvelle
Durée: 7h. 52min.
Édition: Lausanne, Noir sur blanc, 2003
Numéro du livre: 71205
ISBN: 9782882501295

Documents similaires

Durée:2h. 58min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:39125
Résumé: Singulier destin que celui de Nicolas Bokov. Écrivain doué dont La Tête de Lénine a contribué par sa mordante satire à l’écroulement du château de cartes soviétique, il se retrouve en 1988 SDF dans les rues de Paris. S’il n’a pas de domicile, l’auteur a cependant un atout de taille : sa profonde foi chrétienne qui lui permet de trouver dans l’inhumanité du quotidien des instants fugitifs de bonheur et d’espoir. Ce livre témoigne du courage et de la sensibilité hors du commun de Nicolas Bokov, homme de lettres avant tout et malgré tout.
Lu par:André Jol
Durée:4h. 6min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:66492
Résumé: Ce roman réaliste et tendre raconte comment vivent les Français des temps actuels, comment ils digèrent les venus d'ailleurs, ce qu'ils font rattrapés par l'amour ou la mort. Et leur bonheur de vainqueurs du championnat mondial de football ...
Durée:2h. 24min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:34755
Résumé: La Tête de Lénine est un livre marquant dans l'histoire de la littérature : cette satire féroce paraît pour la première fois à Paris en 1972, de manière anonyme. Son auteur vit alors en URSS, où il est très actif dans le samizdat. Réédité chez Laffont en 1982, l'ouvrage participe sans conteste à la déstabilisation de l'Empire soviétique. Dans sa préface à l'édition de 1982, Alexandre Zinoviev écrit : « Ce petit livre est paru à Moscou en samizdat il y a quelques années et il a produit immédiatement une forte impression dans le milieu des lecteurs de la littérature proscrite. Je sais qu'il y circule toujours avec le même succès. Et cela ne m'étonne pas. Je suis en effet convaincu que tout propos sérieux et objectif sur la littérature russe des années 1960 et 1970 ne peut plus, désormais, ignorer La Tête de Lénine. » Dans ce bref roman, un jeune pickpocket moscovite, las de dérober des portefeuilles, décide un jour de voler la tête de Lénine dans le mausolée de la place Rouge. Il y réussit - ce qui n'étonnera personne. Ce qui est étonnant, et encore plus subversif, ce sont les rebondissements qui s'ensuivent... Chez Nicolas Bokov, les statues sont renversées, les masques des puissants arrachés et les institutions ébranlées.
Durée:2h. 5min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:38908
Résumé: Loin de la tour Eiffel est le récit d'un écrivain, père d'une fille née handicapée en France, dans une famille de réfugiés politiques soviétiques. Il raconte les turbulences de relations autour d'elle, les conflits d'intêréts entre les parents et l'administration au sein du foyer d'accueil.
Lu par:Carine Leduc
Durée:3h. 13min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:35470
Résumé: Un réseau de hackers moscovites, tout droit sorti de l’ex-KGB, s’empare des données sur la betterave sucrière dans l’Union européenne. Gaston Mba, le génial informaticien, saura-t-il les empêcher de faire main basse sur les secrets de cette nouvelle énergie, qui pourrait remplacer le pétrole et le gaz ? Son prodigieux allié, l’ordinateur Jerry, sera-t-il capable de contrer les espions venus du froid ? La pianiste japonaise Tamiko, qui détourne Gaston de l’intelligence artificielle et lui fait découvrir l’amour, pourra-t-elle le sauver d’un empoisonnement au polonium 210 ? En revenant sur les traces que l’URSS a laissées dans les esprits, Nicolas Bokov se joue des clichés de la guerre froide et nous livre une fable loufoque et subversive.
Durée:3h. 10min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:36240
Résumé: Le narrateur de Déjeuner au bord de la Baltique voyage sur les lieux de son passé. Ses souvenirs d’enfance l’assaillent et se télescopent avec la mémoire des événements d’il y a vingt ans : un dissident de l’époque partage ses derniers moments avant l’exil avec la femme qu’il aime. Le destin des opposants dans l’Union soviétique des années 70 s’inscrit dans la mélancolie des plages brumeuses et dans la tristesse du souvenir. La neige enveloppe le fugitif dans son cocon et le protège contre les limiers du KGB ; le gel dessine sur les vitres des paysages dans lesquels les enfants s’amusent à gratter des lucarnes… Les sensations qui envahissent le narrateur sont distillées par petites touches délicates imprégnant le texte d’une atmosphère surannée et pourtant gravée à tout jamais dans la mémoire. Déjeuner au bord de la Baltique nous offre un beau morceau de prose, poétique et étrange, où les réminiscences personnelles suggèrent plus qu’elles n’évoquent, évitent toujours l’écueil du sentimentalisme ou de l’emphase, et se donnent à lire avec modestie et retenue. (Source : éditeur)
Durée:4h. 11min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:34270
Résumé: Jouchka est une jeune Hongroise que l'auteur a rencontré dans des circonstances singulièrement providentielles. Cette quête d'instants d'éternité, qui s'efforce de découvrir le principe de beauté en toutes choses et de "vivre au temps de Dieu", prend parfois le tour d'un conte initiatique ou d'une parabole biblique. Elle réjouira tous les cœurs purs épris de vérité, qu'animent une spiritualité ensoleillée et une authentique recherche de l'essentiel. Un écrit vibrant, imprégné de foi, présenté comme une offrande, et qui conduit à cette vivifiante exhortation : « Tu peux agir aussi loin que sait te mener ton espérance ». (Source : éditeur)
Durée:17h. 39min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:33599
Résumé: Mieux que quiconque, Andreiev a su incarner l'angoisse inhérente à la fin d'une époque, et prévoir l'avènement d'un temps barbare. Profondément marqué par Schopenhauer, Dostoïevski et Nietzsche, Andreiev est hanté par des thèmes récurrents : l'oppression des villes, l'absurdité d'un monde sans Dieu, la folie, le désespoir, la solitude de l'homme confronté au néant, au gouffre de ténèbres qui le guette de l'intérieur et le menace, alentour. Constat lucide où la précision du trait n 'exclut pas le regard poétique et même tendre qu'il pose sur ses personnages et leur environnement dans une nature dépeinte avec sensualité. Andreiev connaît l'âme, ses idéaux et ses entraves et s'il s'inspire, dans ses premiers récits, d'expériences vécues, ses personnages et leur vie quotidienne intéressent tout autant qu'ils percutent par une sorte d'exotisme de proximité. Si Léonid Andreiev n'est pas un inconnu pour le public français -certains de ses récits comme La Pensée, Le mensonge, Le Rire rouge ou Le Gouverneur, ont pu être redécouverts récemment grâce à quelques éditeurs, après la longue période d'oubli- la publication, par ordre chronologique de la totalité de ses récits dans une nouvelle traduction n'ont d'autre finalité que de montrer l'incroyable constance d'un auteur dont chaque histoire renouvelle le sentiment qu'on vient de trouver la meilleure.
Durée:3h. 57min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:35067
Résumé: Une vieille mendiante ou de brillants intellectuels, de petites gens ou des privilégiés - Ludmila Oulitskaïa nous brosse un tableau extraordinaire de la vie moscovite d'après-guerre à travers neuf nouvelles d'une rare qualité littéraire. Héritière de Tchekhov, elle peint des tableaux de famille, met en scène des personnages dont les enjeux, apparemment étrangers à nos préoccupations, nous touchent par une humanité quasiment palpable. Loin de la petite politique ou des beuveries d'arrière-cour, loin aussi des lancinantes réflexions philosophiques, ces textes lumineux, drôles parfois, nous plongent dans des univers étonnants et nous donnent à voir une vérité sur la société russe comme peu d'auteurs contemporains ont su l'exprimer jusqu'à présent.
Durée:5h. 12min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:21569
Résumé: Ce recueil propose des textes inédits des douze auteurs russes invités des Belles Etrangères. Ils viennent d'un pays récemment libéré d'un régime qui n'avait jamais caché sa volonté d'asservir l'esprit, les créateurs et les écrivains en tout premier lieu. Des prosateurs et des poètes reconnus y côtoient de "nouveaux" écrivains, deux jeunes débutants et un auteur de BD, genre encore balbutiant en Russie. Si tous ces auteurs ont des voix singulières - nul effet d'école ici, nulle bannière sous laquelle se regrouper -, ils témoignent néanmoins, chacun à sa façon, de la haute idée qu'ils ont de la littérature et de leur art. Des lignes de force apparaissent alors, dessinant un nouveau et réconfortant paysage littéraire dont la présente anthologie se veut le reflet et le témoignage.
Lu par:Anne Tardy
Durée:6h. 28min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:28134
Résumé: Aux " Chroniques de Billancourt " faisaient suite, dans les manuscrits de Nina Berberova, ces nouvelles dont l'action se situe à un moment où la dépression ébranle une fois encore le petit monde de l'exil qui avait commencé à s'organiser autour des usines Renault. On y retrouve la vivacité du regard, la perfection du trait, l'art de la narration qui ont si souvent conduit les critiques du monde entier à comparer Nina Berberova à Tchekhov ou à Tourgueniev. On notera que si les " Chroniques de Billancourt " précédaient les " petits " romans (telle " L'Accompagnatrice "), les récits que voici en sont contemporains. C'est dire que la maîtrise de l'écrivain a déjà atteint son plus haut niveau. Comme pour les " Chroniques de Billancourt ", cette édition est la première jamais réalisée, les récits n'ayant paru - en russe - que dans des publications périodiques au moment où ils étaient écrits. Un ouvrage important donc dans l'édition de l'œuvre complète de Nina Berberova, en cours de réalisation depuis 1985.
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:36917
Résumé: Les doigts délicats d'un pianiste virtuose fuguent et découvrent une ville rude et froide. Un joueur d'échecs voit tout à coup sa vie se jouer sur l'échiquier. Un bâtisseur de ponts converse avec un crapaud tout droit venu du Styx. Et le fils d'un fantôme médical, mannequin servant aux futurs médecins à s'entraîner, mille fois accouché, s'échappe de son bain d'alcool et revient hanter l'étudiant qui l'a fait naître. Double difforme du narrateur et de l'auteur, mort-vivant chez les vivants-morts, il travaille comme gardien des lieux et remplit des formulaires: "Dans la rubrique Origines sociales, j'écrivais toujours Fantôme, et dans Occupation temporaire, je notais d'une écriture soigneusement calligraphiée: Humain." Ces récits brefs et étincelants, écrits pour la plupart au début des années vingt, sont marqués par la noirceur de la guerre et d'un temps dont Krzyzanowski a mesuré, avant tout autre, l'absurdité et la violence faite aux hommes comme aux mots.