Contenu

Tihya: la légende des papillons aux ailes déployées

Résumé
Dans un petit hameau du majestueux Bouyblane, chaîne de montagnes aux neiges éternelles désignées comme " papillons aux ailes déployées ", NannaTuda divertit ses petits-enfants pendant les longues nuits d'hiver. L'histoire qu'elle raconte soir après soir est celle de Tihya, la belle guerrière qui, fédérant les tribus berbères, défendit farouchement la liberté, notamment religieuse, de son peuple face à la conquête arabo-musulmane alors que déclinait la puissance de Rome. Et ce, sans cesser d'être une femme, une amante et une mère... Une histoire dans laquelle certains reconnaîtront celle de Dihya, la Kahéna, guerrière des Aurès, transformée par les siècles et des générations de conteuses. Si l'histoire et la fiction s'interpénètrent si armonieusement, c'est que la puissance du récit y est savamment travaillée, faite de ruptures et d'attente, d'interruptions drôles et malicieuses, et de variantes dont la richesse et l'inventivité se sont bonifiées avec les générations. Extrait : " Hommes, femmes et enfants, tous ceux qui écoutent l'histoire de Tihya, NannaTuda les conduit au coeur d'une belle et tragique aventure ; celle d'un destin. Céleste, légère, la guerrière des Aït Ufella chante ses amours, pleure ses illusions. Elle retient ses peurs, montre son courage, déverse sa colère. C'est ainsi qu'elle se laisse raconter durant les longues veillées d'hiver. C'est un peu sa voix que l'on entend monter dans les montagnes lorsqu'elles se fondent dans la nuit profonde. " N.C.
Durée: 11h.
Édition: Paris, Des femmes-Antoinette Fouque, 2021
Numéro du livre: 71137
ISBN: 9782721007292
Collection(s): Fiction

Documents similaires

Lu par:Manon
Durée:3h. 4min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:30835
Résumé: Zahira est une prostituée marocaine. Le pays où elle achève sa triste carrière et où elle mourra, c'est la France. Ses clients sont les pauvres hères musulmans qui ont échoué à Paris, comme elle, en quête d'espoirs qu'ils n'ont pas trouvés. Ce sont des personnages qui vivent comme des fantômes. Zahira est l'amie d'un Algérien qui se prostitue lui-aussi. Déchiré entre sa double nature, masculine et féminine, il changera de sexe sans trouver d'apaisement. Zahira connaît la dureté de la vie mais elle n'a jamais cessé de rêver de la rencontre miraculeuse qui métamorphosera son destin. Ce sont les films égyptiens vus dans son enfance qui nourrissent son imagination. Il y a là une autre réalité. Elle la porte en elle. Elle y croit. Tout le roman fonctionne sur cette confrontation entre un monde impitoyable et les aspirations de Zahira à un idéal d'amour qui la sauvera de la solitude, elle et ses compagnons de malheur. Zahira et son ami Aziz se racontent l'un à l'autre des histoires comme Shéhérazade dans Les Mille et une nuits. On suit ainsi des fragments d'existences de femmes et d'hommes poussés vers l'occident par la misère de leur sort et qui se heurtent à un univers postcolonial qui ne les reconnaît pas et qui ne les comprend pas. C'est le sens profond de ce roman "oriental", volontairement construit par l'auteur hors des normes habituelles du roman français : des scènes impudiques, une extrême violence du ton et des passages d'une sensibilité exacerbée - celle de Taïa - dont les racines sont situées dans des enfances vécues hors d'Europe dans des civilisations longtemps écrasées par les Européens.
Durée:4h. 9min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:26188
Résumé: Dans L'Enfant de sable, publié en 1985, Ahmed était la fille d'un homme humilié de ne pas avoir d'héritier mâle, et qui avait décidé, dans le secret de la maison, que celle-ci en serait un. Elevé(e) en garçon, habillée en garçon, son histoire était dite par un conteur incertain, fabulateur peut-être. Dans La nuit sacrée, Ahmed devenu vieux (ou vieille) prend à son tour la parole et livre sa propre version des événements - la vraie ? -, son autobiographie en somme. Le récit, comme emboîté dans le précédent peut cependant se lire isolément.
Durée:6h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:22368
Résumé: Juillet 1971, le narrateur participe au coup d'État fomenté contre le roi Hassan II. Échec cinglant, direction le bagne de Tazmamart et ses conditions d'incarcération inhumaines. Cinquante-huit soldats sont ainsi condamnés à la mort lente. Commencent alors dix-huit années d'humiliations quotidiennes pour les candidats à la survie : faim, obscurité, odeurs nauséabondes, déchéance physique, folie, souffrances indicibles, les détenus malgré tout tentent de s'organiser, profitant notamment de l'enterrement de l'un des leurs pour jouir quelques minutes de la lumière du jour. "Un jour viendra où je serai sans haine, où je serai enfin libre et je dirai tout ce que j'ai enduré. Je l'écrirai ou le ferai écrire par quelqu'un, pas pour me venger, mais pour informer, pour verser une pièce au dossier de notre histoire", dit le narrateur. Trente ans plus tard, son voeu est exaucé : Tahar Ben Jelloun s'empare de ce témoignage pour en tirer un roman et faire la lumière sur les atrocités inavouables du régime marocain. Le conteur envoûtant de L'Enfant de sable et de L'Auberge des pauvres connaît le pouvoir subversif des mots. Dans Cette aveuglante absence de lumière, abandonnant tout artifice littéraire, il trouve des mots simples et d'une effrayante justesse pour dire la barbarie et le délabrement, et offrir à nouveau la parole à ces prisonniers acculés au silence. Avec une implacable sobriété, il décrit l'enfermement cauchemardesque, la volonté de résister à l'horreur et la renaissance du narrateur par la spiritualité. Après Gilles Perrault et Malika Oufkir, Tahar Ben Jelloun choisit donc la voie de la fiction pour dresser à son tour un réquisitoire sans concession contre les ignominies du régime d'Hassan.
Durée:4h. 30min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:24564
Résumé: Yachine raconte comment il a grandi vite et est mort encore plus vite, à Sidi Moumen, cité en lisière de Casablanca, parmi ses dix frères, une mère qui se bat contre la misère et les mites, et un père ancien ouvrier, reclus dans son silence et ses prières. C'est un enfer terrestre qui a l'odeur des décharges publiques devenues terrains de foot, du haschich et de la colle qui se sniffe, des plongeons interdits dans la rivière tarie, des garages à mobylettes déglinguées. Alors, quand on leur promet que le paradis est à la porte d'en face, qu'ont-ils à perdre, lui et sa bande d'amis " crève-la-faim "? Un roman tragique et lumineux, plein de mauvaises farces et de drames muets, d'errances et de poussière, de fraternités et de trahisons.
Lu par:Henri Duboule
Durée:10h. 17min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19047
Résumé: Casablanca, début des années 2000. Un peintre, au sommet de sa gloire, se retrouve du jour au lendemain cloué dans un fauteuil roulant, paralysé par une attaque cérébrale. Sa carrière est brisée et sa vie brillante, faite d'expositions, de voyages et de liberté, foudroyée. Muré dans la maladie, il rumine sa défaite persuadé que son mariage est seul et unique responsable de son effondrement. Aussi, décide-t-il, pour échapper à la dépression qui le guette, d'écrire en secret, avec l'aide d'un ami, un livre qui racontera l'enfer de son couple...
Durée:11h. 35min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:5018
Résumé: Dans "Jour de silence à Tanger", l'écrivain marocain entre dans la peau de son père pour lui offrir un superbe monologue sur la vie, le temps, la vieillesse, qui est aussi une chronique, au quotidien, d'un demi-siècle au Maroc. Le héros du livre est un homme fatigué, tourmenté par cette savante bronchite qui l'accompagne à chaque pas, qui lui coupe le souffle parfois, qui le ronge, témoignage cruel de cet abandon du corps, moins souple, moins fort qu'hier, se refusant aux ordres que l'esprit lui donne.
Lu par:Marcel Pahud
Durée:3h. 6min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:8947
Résumé: Nous sommes les enfants des cités de transit, nous sommes arrivés sans que personne en soit prévenu, nous sommes des centaines descendus du bateau du soir qui attend que la lune soit voilée pour débarquer ses passagers sans papiers... Quel pays est le mien ? Celui de mon père ? Celui de mon enfance ? Ai-je droit à une patrie ? Il m'arrive parfois de sortir ma carte d'identité. En haut et en majuscules : République Française. Je suis fille de cette république-là. Signes particuliers : néant. Ils n'ont rien mentionné. Cela veut-il dire que je ne suis rien ? Pas même "rebelle" ou "beur" en colère ?
Durée:3h. 32min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16181
Résumé: Après son divorce, Khadija, une jeune architecte de trente-cinq ans, retourne vivre dans la maison de son père, au Maroc. Dans ce territoire de l'enfance et des souvenirs, une fête se prépare : le frère de Khadija se marie et la famille s'apprête à accueillir la nouvelle épousée. Sans cesse renvoyée à son échec, Khadija souffre en silence. Elle trouve une alliée en la personne de sa cousine Malika. Complices depuis toujours, elles questionnent ensemble leur passé et leur éducation pour tenter de comprendre ce qui plonge Khadija dans l'humiliation et la culpabilité...
Durée:4h. 38min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16327
Résumé: Histoire que Mohamed, un travailleur immigré arrivé en France au début des années soixante et qui, après une quarantaine d''années de travail apprend que la jour de la retraite a sonné. Ce sera le jour d''un grand malheur. Il ne sait pas quoi faire de ce temps offert, de cette liberté et de sa nouvelle vie. IL est désemparé et déprime. Il a une idée : rentrer au Maroc et construire dans son village une maison, une immense maison où chacun de ses cinq enfants aura sa chambre. Il pense que ses enfants vont le suivre et venir vivre avec lui et leur mère dans cette maison.Il les attendra dans un vieux fauteuil au seuil de ce qu''il a fait construire. Il les attendra et ils ne viendront pas. Il en mourra.
Lu par:Denis Gey
Durée:4h. 9min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:24619
Résumé: Nous sommes en 1987. Dans un Maroc qui vit encore dans la peur, sur une route entre deux villes, Rabat et Salé, le Roi Hassan II va passer. Perdus au milieu de la foule, deux amis, Omar et Khalid, un pauvre et un riche, l’attendent. Le riche a été choisi pour aller baiser la main du souverain. L’autre est jaloux. La guerre des classes est déclarée. Elle se terminera au milieu de la forêt, dans le sang.
Lu par:Betty Perrin
Durée:4h. 47min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:5926
Résumé: Récit du vain combat d'une veuve dont le mari est assassiné dans son étable à chevaux ; invasion étrange d'un minuscule village italien par plusieurs centaines d'Africains immigrés ; confession désespérée d'un socio-criminologue enquêtant sur la Mafia ; rêveries libertines d'un élu, membre d'une commission d'enquête ; retour pathétique d'un émigré américain vers la tombe de son père assassiné... Sur tous ces récits plane la même stupeur devant l'innommable, la toute puissance du crime et de la violence, l'errance morale d'une population livrée au meurtre et à la peur par la démission - ou la corruption - de l'État. Ce «roman de la Mafia», écrit après de longs mois de voyage dans l'Italie du sud et la Sicile restitue une réalité dans son épaisseur sa complexité, son ambiguité, bien mieux que n'aurait pu le faire une enquête journalistique. Chacune de ces nouvelles, souvent fondées sur des faits réels, traduit la détresse, la stupeur, l'inertie d'une population prise en otage par la mafia, abandonnée par un Etat impuissant sinon complice. Mais toutes témoignent de la révolte, du courage, de la pugnacité, de la générosité d'individus que la violence a transformés en héros anonymes, victimes désignées mais jamais résignées.
Lu par:Gérald Bloch
Durée:3h. 5min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12908
Résumé: Quatrième de couverture : C'est à Tanger, ville internationale, cosmopolite et étrange, vers la fin des années cinquante. Deux adolescents, Mamed et Ali, se rencontrent au lycée français, se fréquentent et se lient d'amitié. Étalée sur une trentaine d'années, leur relation sera tissée de malentendus, d'épreuves dures subies ensemble, mais aussi de jalousie muette et de trahison. Cette amitié incandescente ressemble à une histoire d'amour qui tourne mal. Dans ce roman, cependant, chacun des personnages donne tour à tour sa version des choses. On contate qu'ils n'ont pas vécu la même histoire. A la naïveté de l'un, répond un égoïsme pervers et destructeur de l'autre. L'amitié elle-même serait-elle un malentendu ? Ce roman, écrit dans une langue directe et limpide, est aussi un portrait cruel du Maroc des années de répression et des désillusion qui s'ensuivirent. Au-delà de ce paysage humain et politique, et jusqu'au retournement final, Le Dernier Ami laisse entrevoir une société complexe et contradictoire, archaïque et moderne. Même lorsqu'on s'exile du Maroc, on y revient pour mourir.