Contenu

À la recherche de Vinteuil

Résumé
Le roman a pour décor le Paris du XIXe siècle, oscillant entre accalmies et luttes pour la liberté. Marqué par la mort prématurée de ses parents, Louis Lefèvre est élevé par sa tante. Choyé, le garçon fait pourtant montre d’un caractère farouche et ombrageux. Très jeune, Louis manifeste un don pour la composition et se réfugie dans la musique. Séduit par un idéal de justice sociale, Louis se joint aux journées révolutionnaires de 1848 et 1871 et rêve d’y consacrer une majestueuse symphonie. Malgré un talent hors pair, Louis rechigne à rendre ses œuvres publiques. Son trouble mental s’aggrave : quasi-aliéné, rongé par la haine de soi, il détruit ses créations. Une suite de passions tragiques creuse le gouffre de sa folie : chez lui, l’amour du beau s’accompagne de l’attrait irrésistible de la violence qui le poussera à la transgression...
Durée: 5h. 12min.
Édition: Paris, Phébus, 2021
Numéro du livre: 70407
ISBN: 9782752912336

Documents similaires

Durée:5h. 27min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:36808
Résumé: Il faut lire ce texte d'une originalité et d'une poésie absolues, que Sôseki appelait son roman-haïku. Au printemps, un jeune artiste décide de se retirer dans la montagne, loin des passions et de l'agitation de la cité, rencontre une jeune femme malicieuse et fantasque, rêve de peindre le tableau qui exprimerait enfin son idéal et ne réussit qu'à aligner poème sur poème ! Dans ce manifeste poétique et esthétique, profond, piquant, passionné, indigné, éblouissant, Sôseki approfondit sa méditation sur la création et la place de l'artiste dans la société moderne. " Je ne crois pas qu'un tel roman ait déjà existé en Occident. II ouvrira de nouveaux horizons à la littérature ", prédisait Sôseki en l'écrivant. II est rehaussé de peintures d'une infinie délicatesse, aux couleurs veloutées, chatoyantes, issues d'une édition de 1926 en trois rouleaux où figuraient le texte entièrement calligraphié et une trentaine de peintures, toutes reproduites ici.
Durée:2h. 46min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:18157
Résumé: Il écrivait jusqu'au petit matin, au premier étage de sa maison de Croisset, chaque nuit, avec une telle constance que les mariniers qui remontaient la Seine, de nuit, se servaient de ses fenêtres illuminées comme d'un fanal pour naviguer. Persuadé qu'« une oeuvre n'a d'importance qu'en vertu de son éternité », et que l'enjeu valait bien le pari d'y consacrer sa vie, Flaubert s'était donné le nom d'« homme-plume ». Amours, voyages, recherches, passions, amitiés, révolutions, solitude, toutes les expériences vécues, que révèle son étincelante Correspondance, n'ont convergé que vers un seul but : écrire, donner à la prose française son statut d'oeuvre d'art, inventer les formes du roman moderne. « J'écris non pour le lecteur d'aujourd'hui, mais pour tous les lecteurs qui pourront se présenter, tant que la langue vivra » (à George Sand, 4 décembre 1872).
Lu par:Jean Frey
Durée:10h. 45min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:15527
Résumé: Avant tout, ce livre répond à une question simple : que peut encore dire un croyant de la Création et d'un Dieu créateur maintenant que l'on sait que la Terre a 13,7 milliards d'années, que la Vie en a près de 5 milliards et que les premiers hommes sont apparus il y a environ 2 millions d'années ? Ces questions font depuis longtemps difficulté aux croyants, mais elles connaissent aujourd'hui un regain d'actualité avec le succès des créationnistes, ces «fondamentalistes» qui récusent le travail des paléontologues comme celui des astrophysiciens et qui préfèrent s'en tenir au récit littéral de la création du monde et de l'homme dans la Bible. Par ailleurs, les découvertes de la génétique et des sciences cognitives ne sont pas en reste pour troubler les croyants.
Durée:12h. 50min.
Genre littéraire:Arts
Numéro du livre:73518
Résumé: Le directeur général de la Cité de la musique et président de la Philharmonie de Paris retrace son parcours et détaille la politique culturelle et les grands projets musicaux menés en France depuis la fin des années 1980. Il évoque les acteurs de la création contemporaine qu'il a croisés (G. Wilson, P. Dusapin ou J. Bouvel) et souligne les incohérences de certaines décisions politiques.
Lu par:Carole Beuron
Durée:2h. 20min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:71350
Résumé: Printemps 2020 : alors que la crise du Covid-19 impose au monde de se calfeutrer et prive de scène des milliers d'artistes, Kae Tempest nous livre une réflexion toute personnelle sur la créativité et ce qui la nourrit. A l'heure où les réseaux sociaux nous poussent à la représentation perpétuelle, où l'apathie nous gagne au point de nous faire oublier qui nous sommes, Tempest crie l'urgence de nous reconnecter. A nous-mêmes, aux autres, à la réalité, pour que jaillisse l'étincelle vitale de la création. On retrouve dans ce texte tout ce qui fait sa force : une voix qui porte, cogne parfois, et une grâce hors du temps.
Durée:10h. 54min.
Genre littéraire:Science-fiction
Numéro du livre:31172
Résumé: Etre une copie de soi-même, est-ce continuer à être soi-même ? C'est la question que se pose Paul Durham tandis qu'il multiplie ses doubles informatiques. Et il fait une découverte bouleversante : c'est qu'un univers virtuel conçu d'une certaine façon n'a plus besoin d'un support matériel pour exister. L'univers réel peut disparaître, le virtuel poursuivra son expansion. Eternellement. Paul Durham se demande avec quels êtres peupler sa Création. La Cité des permutants est probablement le livre le plus novateur de ces dix dernières années. Greg Egan, Australien, est l'étoile qui monte au firmament de la science-fiction mondiale.
Durée:4h. 55min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:67071
Résumé: A l'orée du Moyen Age occidental, la Bible fait irruption dans le champ de la pensée philosophique hellénique au Ve siècle avec Augustin d'Hippone. A la charnière de ces deux mondes, l'auteur des Confessions transforme radicalement la philosophie en introduisant l'idée nouvelle et chrétienne de création divine du monde. L'ensemble du rapport au réel est alors durablement modifié. A partir de cette notion, pendant près d'un millénaire, de Jean Scot Erigène à Nicolas de Cues au XVe siècle, les penseurs médiévaux vont développer une réflexion associant la philosophie à la religion, où dialoguent foi et raison. Habiter le monde signifie désormais faire soi-même partie d'un projet divin, être au contact du sens profond des choses, et pour l'homme, prendre place parmi les créatures dans l'ordre de la Création. Dans une langue claire et vivante, Vincent Giraud nous donne à découvrir, au coeur du millénaire médiéval, un spectaculaire mouvement de la pensée, depuis la fin de l'Antiquité jusqu'à l'aube des grands bouleversements qui annoncent la Renaissance.
Lu par:Jean Frisch
Durée:15h. 46min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:5154
Résumé: En vacances, au cours d'une excursion sur les montagnes de l'île de Madère, un enfant s'égare. Au hasard de son errance, il découvre l'entrée d'une grotte. Une infractuosité banale, mais qui recèle le témoignage d'une civilisation disparue. Madère n'est-elle pas l'une des émergences dans l'Océan, de l'Atlantide engloutie ? Cependant, il faudra des années pour que l'enfant, de retour sur l'île aille jusqu'au bout de sa découverte...
Durée:11h. 1min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16211
Résumé: De jeunes étudiants, amis dans les années 1960, se retrouvent quarante ans plus tard lors d'une fête où ils se jaugent, observent leurs amours et leurs enfants, leur idées d'hier et d'aujourd' hui. Engagés de droite ou de gauche, les rôles ne sont pas radicalement différents mais leurs idéaux sont tombés en poussière.
Lu par:Fernande Guex
Durée:7h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:2666
Résumé: Un très jeune homme, ignorant tout de la vie, mais habité par des rêves de perfection, se croit porteur d'une "Idée" qui révolutionnerait le monde et sauverait l'humanité. S'il se rend dans les Grisons, à Sils-Maria, durant ses vacances d'été, c'est bien sûr parce que ce site lui paraît s'accorder à ses préoccupations. Mais c'est aussi pour y rencontrer celui qu'il considère comme l'inspirateur de son "Idée", un écrivain tant admiré n'a rien d'un maître à penser. D'ailleurs, il se jouera cyniquement de son admirateur.
Durée:8h. 48min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18831
Résumé: Grâce aux médias contemporains, le monde tout entier, à tout instant, nous est présent. Cela signifie-t-il que nous le connaissons mieux qu'auparavant ? Journalistes en tête, nombreux sont ceux qui craignent au contraire que l'information véritable ne survive pas à l'ère d'Internet. Les médias contemporains, c'est vrai, aggravent les défauts des médias de toujours : ils menacent de faire de nous des êtres irrationnels, sans mémoire, sans histoire, sans projet. Ils reflètent, donc intensifient toutes les contradictions d'une civilisation, la nôtre, qui condamne le progrès mais adore la technique informatique ; qui s'enthousiasme naïvement pour la révolution arabe, mais renie inconsciemment son propre humanisme. Les médias, qui devraient servir notre mémoire, servent souvent notre oubli. Mais rien n'est inéluctable. Nos moyens d'information, y compris Internet, sont et seront à notre image. Si nous gardons l'esprit critique, rien n'est perdu.
Durée:2h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:17908
Résumé: Au cours d'un festival d'été, dans le sud de la France, une jeune pianiste chinoise joue Scarlatti, Brahms et Chopin. Subjugué, un critique musical salue en elle la plus grande pianiste d'aujourd'hui. Un autre critique, ironique et distant, dénonce chez la même pianiste un jeu sans âme, fait d'artifice et d'imitation. Les deux journalistes se disputent à grand renfort de blogs et de courriels. Ils se connaissent de longue date, et leur querelle esthétique se double d'un conflit plus intime. Choc des egos plutôt que de civilisations ?