Contenu

Flic: un journaliste a infiltré la police

Résumé
Jusqu'à présent, aucun journaliste ne s'était lancé un tel défi : infiltrer la police. Valentin Gendrot, adepte des reportages en immersion, a osé. Il a suivi une formation express avant d'intégrer un commissariat durant six mois. Celui du 19e arrondissement de Paris, un secteur réputé sensible. Une arme à la ceinture, le journaliste sous couverture a rejoint une brigade dont certains membres tutoient, insultent et distribuent régulièrement des coups à des jeunes hommes noirs, d'origine arabe ou migrants qu'ils surnomment " les bâtards ". Ce livre dévoile les coulisses d'une profession souvent accusée de violences, de racisme et au taux de suicide anormalement élevé. Un récit urgent, tant pour les victimes des violences policières que pour les policiers eux-mêmes.
Durée: 3h. 43min.
Édition: Paris, Goutte d'or, 2020
Numéro du livre: 69444
ISBN: 9791096906208
CDU: 350

Documents similaires

Durée:6h. 23min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75178
Résumé: Différents membres de la Police nationale révèlent les malversations, les manquements au règlement et à la déontologie au sein de l'institution. Ils brossent le portrait d'un système vérolé de l'intérieur dont les dérives sont couvertes à différents niveaux de la hiérarchie.
Durée:11h. 7min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:76164
Résumé: Policier d'élite, membre pendant vingt ans de la brigade d'intervention du Raid, Marc Verillotte a connu tous les théâtres d'engagement de cette unité, de l'Afghanistan au Bataclan, en passant par la Colombie et le maquis corse. Dans ce récit qui plonge le lecteur au coeur de l'assaut, il exprime sa fierté, ses doutes et ses colères sans occulter la dimension intime.
Lu par:Marie Lourizi
Durée:5h. 6min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:15478
Résumé: « La planète se réchauffe, les glaciers fondent, la météo déprime, les canons à neige et les charters prennent alternativement le relais. En fait de saisons, nous ne pouvons plus compter que sur l'heure d'été et l'heure d'hiver, suppléer les cycles naturels par le décalage horaire, décaler le temps, l'espace, le réel, simuler la vie. Nous déréglons notre montre comme si nous n'avions pas raté l'ultime rendez-vous que nous concédaient l'Histoire et l'écologie. L'hiver est donc ici envisagé en tant que métaphore de la congélation culturelle coïncidant avec le réchauffement climatique corrélation très «naturelle» au demeurant : il eût été surprenant que la mondialisation, la pensée unique, l'entropie mentale, l'homogénéisation intellectuelle, restassent sans effet sur notre milieu vital.
Durée:59min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73607
Résumé: Pour tout connaître des différents services de la police et pour suivre, à partir d'une scène de crime, toutes les enquêtes qui vont mener à l'assassin, en fonction des indices trouvés sur place. Un livre passionnant, abondamment illustré. Cette collection est une véritable encyclopédie pour les enfants. Elle privilégie des dessins réalistes et des textes courts mais précis, afin d'être accessibles aux jeunes lecteurs. Ils pourront ainsi approfondir leurs connaissances sur un thème et découvrir de nouveaux sujets qui les passionneront.
Durée:15h. 10min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:75797
Résumé: Ancien directeur de la Brigade antigang du 36, quai des Orfèvres, Y. Jobic révèle les méthodes employées par les services de police pour lutter contre la criminalité et le grand banditisme. Il revient sur les enquêtes marquantes, raconte les opérations, les infiltrations et les arrestations, retrace les guerres de clans et brosse le portrait de figures de ce milieu.
Durée:9h. 37min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:76274
Résumé: Officier de police judiciaire, l'auteur a résolu, parfois sur son temps libre, deux des disparitions de l'A6, des affaires vieilles d'une vingtaine d'années. Il en livre le récit, racontant son engagement, sa passion pour l'enquête et dénonçant l'inertie de ses pairs et les dysfonctionnements de l'institution.
Durée:11h. 10min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:65841
Résumé: Comment un suspect avoue-t-il ? Pourquoi ment-il ? Pourquoi un témoin n'est-il pas toujours fiable ? Comment se comporter face à une victime ? Comment procéder à l'audition d'enfants, d'une personne malade ou enfermée dans le mutisme ? Outre les éléments déterminants récoltés au cours de l'enquête, le principal facteur de réussite d'un entretien de police réside dans le comportement, les connaissances et l'expérience de l'enquêteur. Ce livre présente les tactiques, les techniques et les stratégies permettant d'optimiser les résultats escomptés lors d'interrogatoires et d'auditions. Il propose au lecteur d'acquérir et de maîtriser les principales connaissances requises et d'en mesurer les enjeux. Il expose l'état des lieux, présente les nombreuses situations auxquelles les professionnels peuvent être confrontés et, sur la base d'exemples pratiques et de cas vécus, propose de nombreuses solutions. Un ouvrage de référence complet, sans équivalent en langue française, issu des longues années de pratique et de recherche des auteurs.
Durée:6h. 41min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69345
Résumé: Elle a le verbe haut et les convictions chevillées au corps. Linda Kebbab, 38 ans, gardienne de la paix et syndicaliste à Force Ouvrière, se bat dans les médias et face aux énarques de sa hiérarchie pour défendre sa corporation : cette police dénigrée, à bout de souffle et en perte de repères. Au fil des pages, cette « gardienne de la paix et de la révolte » nous emmène au cœur de son quotidien : son travail sur des propositions de loi, son écoute et son soutien auprès de collègues épuisés, son combat syndical… Et ses coups de gueule sur le ring des plateaux télé, notamment pendant la crise des gilets jaunes. Une crise sur laquelle elle revient, accusant sa hiérarchie de s’être retranchée derrière les policiers, lesquels ont pris de plein fouet une colère citoyenne… qu’ils partagent le plus souvent. Au « devoir de réserve », Linda Kebbab préfère les mots « vérité » ou « bien public », mettant au-dessus de tout cette mission de protection qui, pour elle, devrait être celle de la police. Elle revient aussi sur son parcours et brosse le portrait d’une jeune femme née de parents algériens, analphabètes, qui a grandi dans les cités de Vaulx-en-Velin et a perdu très tôt sa famille. Un livre à la fois militant et personnel, touchant, énergique – nécessaire.
Durée:2h. 5min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:13211
Résumé: Depuis sa création par Georges Clemenceau en 1907, la Police judiciaire fascine autant qu'elle inquiète. Mise à la Une par des documentaires, sujet de romans policiers et de films mythiques, foyer du fait divers, elle est avant tout chargée de seconder l'autorité judiciaire dans toutes les affaires criminelles. Souvent appelée l'" aristocratie de la police ", la PJ coûte cher. Lutter contre le crime organisé nécessite des investigations longues et complexes, qui supposent la mise en oeuvre de tous les moyens dont disposent les services de Police technique et scientifique, fruits des recherches menées depuis le siècle dernier pour circonstancier l'aveu avec des preuves indiscutables du crime. Elle-même lieutenant de Police au 36, quai des Orfèvres, Béatrice Durupt dévoile autant l'histoire que les missions de la PJ, des Brigades du Tigre à la lutte anti-terroriste.
Lu par:Jean Frey
Durée:1h. 26min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36849
Résumé: « Il faut en finir avec les visions stéréotypées de Mai 68, qui vont à coup sûr nourrir les célébrations comme les vitupérations, les nostalgies comme les procès de ce mois symbolique à l’occasion de son cinquantenaire. Au fond, en Mai 68, ce qui nous animait, ce qui nous enthousiasmait, était la conviction qu’il fallait en finir avec les places sociales, que le renversement de l’impitoyable, de la sordide hiérarchie des fortunes, des libertés et des pouvoirs était politiquement possible, à travers un type inédit de prise de parole et la recherche tâtonnante de formes d’organisation adéquates à la nouveauté de l’événement. Si nous portons toutes les leçons de Mai 68 au cœur du monde vivant, nous pourrons, oui, mais seulement sous ces conditions, redire et suivre l’appel de Mao : “On a raison de se révolter.” »
Lu par:Pierre Biner
Durée:8h. 50min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75118
Résumé: Depuis peu, les militants de la cause woke défrayent la chronique en raison des actions qu’ils mènent dans les universités pour y interdire toute forme de pensée considérée comme attentatoire aux principes qu’ils défendent. Dans les débats en cours, un point essentiel est passé inaperçu. Avocats et adversaires du wokisme partagent un même mot d’ordre. Il faut, affirment-ils tous, « reconstruire » après avoir « déconstruit ». Le projet est le même auquel étrangement souscrivent deux camps que, pourtant, tout distingue. En ce sens, le wokisme et l’antiwokisme se caractérisent pareillement par leur opposition à l’idée de déconstruction. Encore faudrait-il savoir ce que le mot signifie et se donner ainsi une chance de comprendre l’étrange « reconstructionnisme » qui prévaut aujourd’hui et dont la logique conduit fatalement à l’affrontement de deux identitarismes adverses. Car il importe moins, contre l’opinion unanime, de reconstruire enfin ce qui avait été hier déconstruit que de déconstruire encore ce qui prétend se reconstruire aujourd’hui. Selon une leçon que la littérature nous prodigue aussi, essentiellement réfractaire au diktat et aux simplifications d’un certain discours militant.
Durée:9h. 13min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36024
Résumé: "La nation rassemblée et l'état d'urgence décrété, nous vivons un moment souverainiste. Mais à quel prix, et sous quelles conditions, pouvons-nous vivre ensemble ? Cette question fait clivage. Le souverainisme est ce nouveau spectre qui hante le monde. Rien de plus normal pourtant, car la question de la souveraineté est fondatrice de la démocratie. Elle fonde la communauté politique, ce que l'on appelle le peuple, et définit un ordre politique. Partout en Europe et dans le monde s'exprime la volonté populaire de retrouver sa souveraineté. Que ce soit face aux incohérences de l'Union européenne sur la crise des réfugiés, ou face aux questions suscitées par le déni de la souveraineté grecque des institutions de la zone Euro, la souveraineté est la question d'aujourd'hui. Si elle a pris une place centrale dans le débat, c'est bien parce qu'elle touche à quelque chose d'essentiel : la liberté. Celle de faire et de décider, en son propre nom comme de manière collective. Mais qui dit souveraineté dit aussi peuple et laïcité. Aujourd'hui plus que jamais, il est impératif de rejeter les définitions du peuple fondées sur l'ethnie ou la religion, et d'affirmer la nature historique et politique de cette notion. Faire disparaître du champ politique le principe de souveraineté ne peut se justifier que par une volonté de faire disparaître aussi le principe de démocratie. Il ne faut alors pas s'étonner de ce que la société glisse vers l'anomie et la guerre de "tous contre tous"." J.S. Un essai de sciences politiques pour nous aider à penser la société et reconstruire le lien républicain.