Contenu

Pièges à rêves: "Voir Mytilène et mourir"

Résumé
Ce qu'on remarque d'abord ce sont les marques de scarifications sur leurs avant-bras...Tous égaux face au désépoir et la rage...
Durée: 1h. 44min.
Édition: Nicosie, Irida Graphic Arts Ltd, 2019
Numéro du livre: 65818
CDU: 325

Documents similaires

Durée:13h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18769
Résumé: Même si nous vivons et travaillons là où nous sommes nés, nous sommes tous des migrants, constate le psychiatre lausannois Jean-Claude Métraux. Car, s'il est parti de son expérience au contact de migrants « classiques », le thérapeute a réalisé que la migration n'est pas que géographique, mais aussi culturelle et sociale, pour ne rien dire de notre petit voyage personnel dans le Temps... Sa réflexion, qui s'abreuve à toutes les sources de la science et de l'humanisme, a pour objectif de faciliter, par une prise de conscience de la relativité de nos critères, un dialogue plus constructif dans les relations, de la recherche ou l'enseignement aux divers types d'accompagnement.
Durée:5h. 52min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:39287
Résumé: Pendant plus de trois ans, à Lampedusa, cette île entre Afrique et Europe, l'écrivain et dramaturge Davide Enia a rencontré habitants, secouristes, exilés, survivants. En se mesurant à l'urgence de la réalité, il donne aux témoignages recueillis la forme d'un récit inédit, déjà couronné par le prestigieux prix Mondello en Italie. Après Sur cette terre comme au ciel, récompensé par le prix du Premier roman étranger, Davide Enia confirme son talent singulier et puissant.
Lu par:Jean Frey
Durée:14h. 4min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65477
Résumé: Le Houellebecq danois débarque en France ! Propulsé dans une Europe en crise face à l'islamisation, la montée de l'extrême droite ainsi que la recrudescence de réfugiés, Nielsen imagine une société danoise qui aurait trouvé sa solution : exporter tous ses étrangers sur un terrain racheté au Mozambique. Dans ce contexte intense, une galerie de personnages en crise se déploie. Il y a Stig, issu de la scène rock radicale, devenu un grand galeriste d'art contemporain toujours plus provoc. Son épouse, chercheuse en intelligence artificielle, mutée dans un labo en pleine campagne, les forçant à quitter Copenhague. Leur fille Emma, très fragile, qui a décidé contre leur accord de partir seule au Mozambique pour défendre la cause des immigrés. Et Christian, l'artiste star de Stig, très porté sur la gente féminine et en crise d'inspiration, jusqu'à ce qu'il croise la très jeune Mia, qui va restimuler sa créativité. Alors que Stig, propulsé avec horreur dans une communauté huppée de milliardaires ayant fuit la ville pour renouer avec la nature, trouve un plan diabolique pour que le monde de l'art ne l'oublie pas, sa fille découvre l'amour parmi les opprimés mais aussi les limites de son champ d'action, et Christian se retrouve pris au piège par Mia qui s'avère loin d'être stable mentalement... Dans un monde où le cynisme est roi, chacun va tenter de sauver sa peau, mais à quel prix ? Lecture explosive où humour très noir, plume ciselée, provoc et sexe gouvernent, Les Outrages est avant tout follement intelligent et cruellement lucide. Un roman choc qui ose nous bousculer pour mieux nous montrer les dérives de l'être humain.
Durée:11h. 38min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:69046
Résumé: De sa découverte des pays à sa rencontre avec des élèves étrangers, l'auteure rend hommage à la spontanéité des langues en faisant le récit de quelques épisodes autobiographiques. Raconte son voyage en Erythrée, qu'elle a effectué pour comprendre d'où viennent certains migrants.
Lu par:Jean Frey
Durée:13h. 3min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:31730
Résumé: Gazâ vit sur les bords de la mer Egée. Il a 9 ans quand, à peine sorti de l'école, il devient passeur de clandestins. Il travaille avec son père Ahad, ainsi que les frères Harmin et Dordor, commandants des bateaux qui emmènent les migrants en Grèce. Pendant des années, Gazâ et Ahad entreposent dans un dépôt cette marchandise humaine, ces individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Jusqu'au jour où Gazâ cause la mort d'un jeune Afghan du nom de Cuma, le seul être humain qui ait fait preuve d'un peu d'humanité envers lui. Dès lors, dans ce monde violent et désabusé, Gâza ne cesse de penser à Cuma et conserve précieusement la grenouille en papier qu'il lui avait donnée - ce qui n'empêche pas Gazâ de transformer le dépôt en terrain d'observation des dynamiques de domination et de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Cependant, un soir, tout bascule et c'est désormais à lui de trouver comment survivre...
Durée:13h. 59min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18301
Résumé: L'état de la faim dans le monde et des moyens de l'éradiquer par celui qui fut, pendant près de dix ans, en charge du dossier auprès du Secrétaire général de l'ONU. Toutes les trois secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de malnutrition, tandis que des dizaines de millions d'autres, et leurs parents avec eux, souffrent de la faim et de ses terribles conséquences physiques et psychologiques. Et pourtant, nous le savons aussi, l'agriculture d'aujourd'hui serait en mesure de nourrir 12 milliards d'êtres humains. Nulle fatalité, donc. Mais comment en sortir ? D'abord, prendre conscience des dimensions exactes du problème : un état des lieux documenté, mais vibrant de la connaissance du terrain, ouvre le livre. Comprendre ensuite les raisons de l'échec des formidables moyens mis en oeuvre depuis la Deuxième Guerre mondiale pour éradiquer la faim. Puis identifier les ennemis du droit à l'alimentation. Enfin, bien comprendre les deux grands mécanismes à travers lesquels progresse la faim aujourd'hui : la production d'agro-carburants et la spéculation sur les biens agricoles.
Durée:8h. 48min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:18831
Résumé: Grâce aux médias contemporains, le monde tout entier, à tout instant, nous est présent. Cela signifie-t-il que nous le connaissons mieux qu'auparavant ? Journalistes en tête, nombreux sont ceux qui craignent au contraire que l'information véritable ne survive pas à l'ère d'Internet. Les médias contemporains, c'est vrai, aggravent les défauts des médias de toujours : ils menacent de faire de nous des êtres irrationnels, sans mémoire, sans histoire, sans projet. Ils reflètent, donc intensifient toutes les contradictions d'une civilisation, la nôtre, qui condamne le progrès mais adore la technique informatique ; qui s'enthousiasme naïvement pour la révolution arabe, mais renie inconsciemment son propre humanisme. Les médias, qui devraient servir notre mémoire, servent souvent notre oubli. Mais rien n'est inéluctable. Nos moyens d'information, y compris Internet, sont et seront à notre image. Si nous gardons l'esprit critique, rien n'est perdu.
Lu par:Michel Joyet
Durée:5h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:11867
Résumé: « Rêveries et ordre du jour » contient les discours les plus récents de M. Leuenberger, pour l'essentiel ceux prononcés au cours de son année présidentielle. Pour le président de la Confédération, "un discours n'est pas un monologue, mais un dialogue". A travers ses discours, il souhaite associer le public à une démarche dialectique cherchant à nourrir le débat politique.
Lu par:Marie Meylan
Durée:3h. 55min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:35726
Résumé: Nous allons parler de la mort. Pas uniquement de celle des autres, mais de la nôtre. Celle qui va advenir bientôt. Notre audace ne nous inquiète guère, nous ne craignons pas la sanction. De toute manière, elle s’apprête à nous faucher, nous ne voyons pas ce qui pourrait nous arriver de pire. Nous voilà donc deux complices, proches par les origines et la culture, pétris de différences majeures, réunis par la proximité de la mort, par ces pages que nous allons écrire ensemble. Toujours bien vivants, nous ne savons pas vraiment ce que nous allons raconter. Mais, pas d’excuse, notre témérité ne nous effraie pas. En attendant, le défi est de cultiver la bonne humeur pour bien vivre ensemble le temps qui vient.
Durée:8h. 36min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:9396
Résumé: Dans ce livre à la fois frénétique et apocalyptique, l'auteur relate son exploration de la jungle des mafias. Le tableau qu'il en dresse est effrayant. La criminalité organisée opère désormais à l'échelle mondiale et s'emploie à subvertir les Etats, ses traditionnels adversaires... Racket, proxénétisme massif, trafics d'êtres humains, de drogues, d'armes, escroqueries financières : tout est bon qui rapporte gros. L'auteur évoque sans trop s'attarder la Mafia sicilienne et les cartels colombiens, déjà largement explorés.
Durée:6h. 50min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:39493
Résumé: Le lycée Jean-Quarré, dans le dix-neuvième arrondissement de Paris, est squatté depuis l'été par sept cents réfugiés tout juste arrivés en France. Mathilde Weibel entre un matin un peu par hasard, et y rencontre Saïd, Naïm et Ahmad, traducteurs pour l’armée américaine en Afghanistan, qui ont fui les menaces des taliban?; Isaak, emprisonné et torturé à Khartoum pour avoir participé à une manifestation?; Jamal, dont la famille a été décimée au Darfour?; Mimi, Palestinien qui a passé huit ans en Grèce avant d’échouer là, on ne sait pas trop pourquoi. Et les autres, les dizaines d’autres qui se mettent à partager avec elle leur passé et leurs souvenirs. Très vite, pour faire face aux bouleversements qui l’habitent, elle se met à écrire.
Durée:3h. 17min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66941
Résumé: En mission pour l’ONU, Jean Ziegler s’est rendu en mai dernier à Lesbos, cette île grecque qui abrite le plus grand des cinq centres d’accueil de réfugiés en mer Égée. Sous la haute autorité de l’Union européenne, plus de 18 000 personnes y sont entassées dans des conditions inhumaines, en violation des principes les plus élémentaires des droits de l’homme. Le droit d’asile y est nié par l’impossibilité même dans laquelle se trouvent la plupart des réfugiés de déposer leur demande ; le droit à l’alimentation, quand la nourriture distribuée est notoirement avariée ; le droit à la dignité, quand les rats colonisent les montagnes d’immondices qui entourent le camp officiel, quand les poux infestent les containers dans lesquels les familles doivent s’entasser ; les droits de l’enfant, quand la promiscuité livre les plus vulnérables aux violences sexuelles et les prive, bien sûr, de tout accès à l’éducation. La honte de l’Europe. Pour la plupart, ces réfugiés sont venus d’Irak, de Syrie, d’Afghanistan, d’Iran. Ils évoquent ici leur long calvaire : la torture, l’extorsion, le pillage, les passeurs infâmes, les naufrages, les familles décimées, les tentatives de refoulement de Frontex et des garde-côtes grecs et turcs. Les responsables du camp disent leur point de vue, les militants des organisations humanitaires expliquent les obstacles qu’il leur faut lever au quotidien pour sauver des vies. Le dossier est accablant. Jean Ziegler s’indigne, alerte et exige.