Contenu

Malaise dans l'inculture

Résumé
« A quoi bon la culture puisque le monde tient désormais en deux catégories : like et unlike ? C'est ainsi qu'on subit jusqu'à la nausée les dénonciations d'Edwy Plenel, les indignations d'Edgar Morin, la nostalgie totalitaire d'Alain Badiou ou les leçons de morale de Cécile Duflot, qui ont au moins un point commun avec Marine le Pen : ils sont « antisystèmes ». Le « système », c'est le mal. Ça ne veut rien dire, mais ça défoule. Le prêt-à-s'indigner médiatique, c'est la trop mince couche de glace sur laquelle titubent nos démocraties modernes. Il alerte sur la disparition des escargots, mais reste indifférent à la résurgence de l'antisémitisme. Qu'il s'agisse de la réintroduction des ours, d'un licenciement à la Poste ou du meurtre de Juifs perpétrés par un djihadiste dans une école, c'est le sociologisme qui, immanquablement, dit le bien et le mal, repris par les rédactions, les chroniqueurs, les humoristes, les parlementaires, sous les yeux de plus en plus indifférents des citoyens désespérés. Les autres points de vue sont insultés, ridiculisés, marginalisés, refoulés aux confins de l'hérésie. On n'a jamais vu dans l'Histoire qu'une telle censure morale des points de vue puisse durer bien longtemps. Face à ce mur derrière lequel agonise le débat démocratique, Malaise dans l'inculture propose la réhabilitation du marteau-piqueur. »

Pas disponible en CD.

Durée: 5h. 34min.
Édition: Paris, Grasset, 2015
Numéro du livre: 30055
ISBN: 9782246856740
Collection(s): Essai
CDU: 301

Documents similaires

Lu par:Manon
Durée:4h. 38min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:39235
Résumé: Le géographe étudie les effets de la disparition des classes moyennes en France. Leur existence témoignait jusqu'alors de la bonne santé économique du pays et de la justice dans l'accès au travail depuis les Trente Glorieuses. Elle se traduit par la fin du débat démocratique : deux bourgeoisies, l'une de gauche et l'autre de droite, s'affrontent dans les urnes désertées par les classes populaires. ©Electre 2018
Durée:7h. 12min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71109
Résumé: A partir d'archives et d'entretiens avec des acteurs centraux, l'auteur décrit le fonctionnement passé et présent de France Inter et explique comment elle est devenue un pouvoir culturel et politique au sein de la société médiatique. Il évoque les émissions emblématiques, les figures clés de la radio comme R. Dhordain, son premier directeur, l'évolution des programmes ou les crises internes.
Durée:3h. 17min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:68718
Résumé: La critique des médias est à la mode : tribunes libres, pamphlets, émissions parodiques dénoncent - à juste titre - les journalistes aux ordres, les manipulations de l'information, l'emprise de la « pensée unique »... Et pourtant, rien ne change : nombre de lecteurs et de téléspectateurs partagent ces indignations, sans modifier pour autant leurs habitudes de « consommation » des médias. Et ces derniers, loin d'être ébranlés par ces critiques, semblent même en être confortés. C'est ce paradoxe surprenant qu'explore cet essai original, fruit de la collaboration entre une journaliste et un philosophe. À partir de nombreux exemples puisés dans l'actualité récente - du fonctionnement des « Guignols de l'info » au traitement du conflit algérien ou de la guerre au Kosovo -, Florence Aubenas et Miguel Benasayag livrent une analyse décapante des mécanismes de fabrication de l'information et de leurs effets. En montrant la façon dont l'idéologie de la communication façonne le travail quotidien des journalistes, ils mettent à jour les illusions qu'elle véhicule : l'obsession de la recherche des « faits vrais », l'idéal de transparence, loin de mieux rendre compte du réel, contribuent à le rendre inintelligible. Et la « révélation » des scandales, loin d'entraîner des révoltes citoyennes, contribue à fabriquer une société de l'impuissance. Pour sortir de ces impasses, pour sortir aussi du confort illusoire du radicalisme « anti-médias », les auteurs explorent les voies de ce que pourrait être un autre journalisme, un autre rapport des citoyens à l'information.
Durée:14h. 52min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:73013
Résumé: La journaliste politique raconte son parcours et sa vie personnelle depuis l'élection de J. Chirac en 1995 jusqu'à celle d'E. Macron en 2017. Elle décrit le caractère souvent complexe et opaque des personnalités politiques de la période tels que F. Mitterrand, P. Séguin, A. Juppé, L. Jospin. ou encore N. Sarkozy.
Lu par:Aziz Mouline
Durée:1h. 37min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73094
Résumé: La situation de la télévision française face à l'omnipotence de l'industriel et homme d'affaires Vincent Bolloré. L'auteure alerte sur la concentration des médias entre les mains de quelques-uns, plaide pour plus de liberté et propose des solutions pour y parvenir.
Lu par:Louis Belon
Durée:5h. 5min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:31761
Résumé: Une étude sociologique de la vie urbaine. L'ouvrage analyse les tensions qui parcourent cette dernière et qui revêtent de nouvelles formes. Il étudie l'organisation des coexistences en milieu urbain et révèle de nouveaux modes d'intervention et de nouveaux concepts, tels que la gouvernance urbaine.
Lu par:Louis Belon
Durée:12h. 41min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:31760
Résumé: Un bilan critique des principales problématiques théoriques de la sociologie française contemporaine (Bourdieu, Boudon, Crozier, Touraine) qui esquisse un cadre théorique nouveau avec la notion de transaction sociale. Cette notion ne se limite pas à la négociation et au compromis. Elle permet d'analyser les conflits, les arrangements sociaux et la dialectique des rapports de force.
Lu par:Jean Frey
Durée:1h. 49min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:13023
Résumé: "Réfléchir sur la mort, c'est réfléchir sur la vie. C'est viser un autre art de vivre." Pour cela, Bernard Crettaz souhaite "libérer la mort de tous les ghettos où elle se trouve enfermée: médicaux, psychologiques, religieux, sectaires, médiatiques". Cette entreprise, le sociologue valaisan s'y attache depuis de nombreuses années, lui qui a fait partie des fondateurs de la Société d'études thanatologiques de Suisse romande, en 1982. Son dernier livre, Vous parler de la mort, reprend ses thèmes favoris, dans une suite de méditations. Il évoque aussi bien certains rituels que ses propres expériences, comme celle du décès de son épouse.
Durée:6h. 7min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:69692
Résumé: «Autrefois, j’avais un ami. Je l’ai rencontré il y a bien longtemps, par un jour d’hiver, sautant de sa voiture et grimpant quatre à quatre les marches du lycée Franklin. C’est le souvenir le plus vivace que j’aie de lui, une impression inégalable d’éclat et de beauté. Figé sur les marches, rempli d’admiration et de honte, j’étais égaré dans ma condition de "nouveau", égaré en moi-même. Il m’a sauvé – des autres, de ma propre jeunesse. Des années plus tard, alors que cet homme était devenu une image détestée, j’ai tenté de le sauver. J’aurais aimé qu’on sache qui il était vraiment.» Lorsque Adam Vollmann, journaliste au New Yorker, voit s’afficher un soir sur les écrans de Times Square le portrait d’un homme recherché de tous, il le reconnaît aussitôt : il s’agit d’Ethan Shaw. Le bel Ethan, qui vingt ans auparavant était la star du lycée et son seul ami, est accusé d’avoir violé et tué une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, Adam retourne à Drysden, où ils se sont connus, pour mener l’enquête. Mais à mesure qu’il se confronte au passé, toutes ses certitudes vacillent… Roman haletant et réflexion virtuose sur la puissance du récit, Le monde n’existe pas interroge jusqu’au vertige une société aveuglée par le mensonge, où réalité et fiction ne font qu’un.
Durée:6h. 25min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:25881
Résumé: La défiance est au coeur du pessimisme français. Elle détruit inexorablement notre goût de coopérer et de vivre ensemble. Elle n'est pourtant pas un héritage culturel immuable. Au terme d'une analyse iconoclaste, Yann Algan, Pierre Cahuc et André Zylberberg, trois économistes réputés, montrent comment la défiance résulte d'un cercle vicieux où le fonctionnement hiérarchique et élitiste de l'école nourrit celui des entreprises et de l'Etat. S'y ajoute une logique corporatiste, où chaque profession essaie de tirer au mieux parti de l'argent public, le plus souvent... au détriment des autres. En amorçant des réformes vite abandonnées, en multipliant les faveurs fiscales ciblées, en laissant proliférer les conflits d'intérêts, le pouvoir a au contraire, depuis une décennie, aggravé la crise. Sommes-nous pour autant condamnés à cet engrenage paralysant ? Un Etat libéré des logiques clientélistes, une école moins obsédée par les classements, une renonciation aux statuts de toutes sortes sont autant de moyens de sortir du déclin qui nous menace. En vérité, le changement ne passe pas forcément par l'ambition de tout changer tout de suite. Il n'y a pas de fatalité au mal français, au contraire. La confiance aussi se fabrique : c'est la bonne nouvelle de ce livre !
Durée:8h. 28min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:25824
Résumé: Avons-nous inventé la politique ? Pas si sûr, répond ici Pascal Picq. En tout cas, si l'homme est politique, il n'en reste pas moins animal, tandis que d'autres espèces semblent bien avoir développé une véritable vie politique et même d'étonnants talents. Machiavel, sans doute, se délecterait à observer les moeurs des chimpanzés ! C'est ce que Pascal Picq expose dans ce nouveau livre de «primatologie politique» un brin provocateur, voyage au coeur de la vraie planète des singes. Derrière la description des pratiques et des luttes des babouins, des gorilles, des bonobos, des orangs-outangs, des macaques et autres vervets et mandrills, chacun pourra essayer de reconnaître les comportements de telle ou telle figure politique d'aujourd'hui, de tel ou tel parti en lice. Ce livre n'est pourtant pas qu'une amusante suite de «singeries» renouant, grâce aux acquis de l'éthologie, avec la veine des fabulistes. C'est aussi une réflexion sur le pouvoir, ses jeux et ses enjeux. Sexe, intérêts et conflits, mais aussi entente et réconciliation : nous n'avons rien inventé !
Durée:22h. 50min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26546
Résumé: Chaque fois que vous tentez d'expliquer " L'Afrique, c'est ", les mots se désagrègent, se dissolvent. Chaque fois que vous tentez d'exprimer une généralité sur l'Afrique, il y aura toujours au moins cinq pays qui feront exception. Et quand vous pensez être arrivé à une certitude, vous réalisez que le point de vue opposé est vrai lui aussi. L'Afrique est pleine de surprises. Pendant trois décennies, Richard Dowden a parcouru ce continent aussi vaste que varié, écoutant, découvrant et remettant sans cesse ses certitudes en cause. Pays après pays, il explore dans ces pages les situations locales, prend en compte les avis personnels, relate les incidents, les actions et les rencontres pour nous raconter l'Afrique sub-saharienne d'aujourd'hui. Un continent en proie à la pauvreté, à la maladie et à la guerre, mais aussi un lieu d'une beauté époustouflante, où la générosité et les possibilités abondent. Le résultat est un livre phare : envoûtant, éclairant et toujours surprenant. Tout ce qu'on a toujours souhaité comprendre à propos de l'Afrique, raconté, expliqué en termes clairs, avec en filigrane la passion contagieuse d'un auteur pour son sujet.