Tangente vers l'est

Tangente vers l'est

Dès l'ouverture de ce bref roman, on prend le train en marche, en l'occurrence le Transsibérien, déjà loin de Moscou, à mi-chemin de l'Asie. Le long du corridor, se presse une foule de passagers de 3e classe bardés de bagages, d'où se détache une horde de jeunes hommes en tenue camouflage agglutinés dans la fumée de cigarettes, que le sergent Letchov conduit à leur caserne d'affectation en Sibérie. Parmi eux, Aliocha, grand et massif, âgé de vingt ans mais encore puceau, et comme désarmé face aux premiers bizutages qui font partie du rituel de ces transports de conscrits. Il préfère s'isoler, lui qui n'a pas su trouver le moyen d'éviter le service militaire, qui n'attend rien de bon de cette vie soldatesque et sent la menace de cette destination hors limite. A l'écart, il commence à échafauder les moyens de fausser compagnie à son régiment. Mais comment se faire la belle à coup sûr ? Profiter d'un arrêt à la prochaine gare pour se fondre dans la foule et disparaître. A priori, il a tout à craindre de son sergent, mais aussi des deux provodnitsa, ces hôtesses de wagons, en charge de la maintenance des lieux et de la surveillance du moindre déplacement des voyageurs. Une première tentative échoue. Aussitôt repéré, il remonte dans le train. Sa fébrilité suspecte a dû le trahir. Occasion manquée donc, mais sur le quai, Aliocha a croisé une jeune Occidentale qui va bientôt s'émouvoir de son sort : Hélène, une Française de 35 ans, montée en gare de Krasnoïarsk. Elle vient de quitter son amant Anton, un Russe rencontré à Paris et récemment revenu au pays gérer un énorme barrage, un homme qu'elle a suivi par amour près du fleuve du même nom. Malgré les barrières du langage, Aliocha et Hélène vont se comprendre à mi-mots. Toute une nuit, au gré d'un roulis engourdissant, ils vont partager en secret le même compartiment, supporter les malentendus de cette promiscuité forcée et déjouer la traque au déserteur qui fait rage d'un bout à l'autre du train. Les voilà condamnés à suivre un chemin parallèle, chacun selon sa logique propre et incommunicable, à fuir vers l'Est et son terminus océanique, Vladivostok.

Pas disponible en CD.

Télécharger | Ajouter à la liste

Données bibliographiques

N° de notice: 25954
Lu par: Brigitte Garel
Éditeur: 2012, Paris, Verticales-Phase deux
Genre: Roman : au sens large et aventures
ISBN: 9782070136742
Durée: 2h. 33min.
Sujet(s): Roman : au sens large et aventures
Collection(s): Minimales
Source: Association Valentin Haüy
Mots matières: Littérature Française

Documents similaires

Un monde à portée de main

Durées: 7h. 23min.
Numéro: 39019
Télécharger | Ajouter à la liste

Réparer les vivants

Durées: 9h. 40min.
Numéro: 20101
Télécharger | Ajouter à la liste

Un chemin de tables

Durées: 2h.
Numéro: 32383
Télécharger | Ajouter à la liste

Dans les rapides

Durées: 2h. 48min.
Numéro: 32800
Télécharger | Ajouter à la liste

Canoës

Durées: 3h. 58min.
Numéro: 70387
Télécharger | Ajouter à la liste

La vie voyageuse

Durées: 3h. 31min.
Numéro: 29413
Télécharger | Ajouter à la liste
Pas disponible en CD.

Corniche Kennedy

Lu par: Lisette Vogel
Durées: 4h. 25min.
Numéro: 20440
Télécharger | Ajouter à la liste

Naissance d'un pont

Lu par: Marianne Pernet
Durées: 9h. 4min.
Numéro: 17599
Télécharger | Ajouter à la liste

Ni fleurs ni couronnes ; Suivi de Sous la cendre

Lu par: Béatrice Loyer
Durées: 2h. 17min.
Numéro: 29426
Télécharger | Ajouter à la liste
Pas disponible en CD.

Je marche sous un ciel de traîne

Durées: 7h. 14min.
Numéro: 29436
Télécharger | Ajouter à la liste
Pas disponible en CD.