Contenu

Houellebecq économiste

Résumé
Ce livre en contient deux : une analyse de l'œuvre de Michel Houellebecq, « grand romancier du capitalisme à l'agonie ». Mais aussi, en filigrane, une exploration de la névrose obsessionnelle généralisée que tend à produire notre société égoïste. Une société basée sur le contrôle (lié à la pulsion anale et à un surmoi cruel dirait Freud), sur la consommation et sur le déni de la mort (avec le fantasme contemporain de la jeunesse éternelle ou du clonage). Dans l'univers dépeint par Houellebecq, saturé de choses qui s'achètent puis se jettent, chacun se débat pour exister, pour ne pas se réduire à son numéro de sécurité sociale ou de passeport. Le sexe est triste, un banal échange de corps. Rêver semble vain. Et le bonheur, dont on nous donne un peu partout les recettes, apparaît comme un bien consommable quelconque, au même titre qu'une lessive. Désirer est interdit, il faut produire, se reproduire. Ces plaintes, les psys les entendent à longueur de séance et ils s'efforcent d'orienter leurs patients vers une manière d'être plus authentique. Mais, collectivement, qu'est-ce qui pourrait nous rendre moins dupes de la dure loi capitaliste de l'offre et de la demande qui régit nos relations ? Peut être réaliser que les économistes qui règnent actuellement sur nos existences, sont encore moins crédibles que le plus nul des marabouts... Comme nous prévient d'emblée Bernard Maris : « L'économie n'est pas une science. » Et la vraie vie est du côté de l'amour, de la beauté et de la poésie.
Durée: 2h. 27min.
Édition: Paris, Flammarion, 2014
Numéro du livre: 20634
ISBN: 9782081296077
CDU: 844

Documents similaires

Lu par:Agnès Hatt
Durée:4h. 19min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66191
Résumé: Pratiques immobilières et financières douteuses, licenciements abusifs, témoins terrorisés à l’idée de parler… et un mort. Que se passe-t-il au sein de la Croix-Rouge française ? Dans cette enquête haletante, Yohan Blavignat et Bénédicte Poirier tentent de comprendre comment une poignée de cadres dirigeants ont pu mettre en place un système basé sur la terreur, la recherche du profit et la confusion des genres au sein d’une des plus grandes associations caritatives de France. Grâce à un travail de recherche minutieux, ils dressent le portrait d’un homme qui règne sans partage depuis plusieurs années sur cette institution. Un homme qui, dans sa quête de prestige, n’aura pas hésité à écarter tous les obstacles sur son passage. Digne d’une fiction, mais tristement réelle, cette enquête aux allures de thriller révèle l’une des dérives les plus retentissantes du charity business.
Lu par:François Goy
Durée:5h. 38min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:37141
Résumé: Au terme d'une enquête, les deux journalistes dressent un bilan, à mi-mandat, des actions de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qualifiée d'"élue qui rend invivable la vie quotidienne de dix millions d'habitants de Paris et de sa banlieue". Elles analysent la politique du logement, la propreté des rues, la nouvelle organisation de la circulation automobile ou encore l'afflux de migrants.
Durée:18h. 12min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:37078
Résumé: Récit à la première personne de la présidence de N. Mandela (1918-2013) en Afrique du Sud, de 1994 à 1999, composé par l'écrivain Mandla Langa à partir des mémoires inachevés de l'homme d'Etat, de notes prises au cours de son mandat, et de documents issus de ses archives.
Durée:15h. 38min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66175
Résumé: Peu de journalistes ont couvert huit présidences. De Nixon à Obama, Bob Woodward l'a fait. Et chacun de ses livres a été un best-seller. Ayant remporté deux prix Pulitzer, il est probablement le journaliste le plus connu et le plus respecté des Etats-Unis. Alors, lorsqu'il prend Donald Trump comme sujet, cela donne un livre exceptionnel. Un livre qui raconte la vie à la Maison Blanche, au jour le jour, comme si vous y étiez. Et lorsque des sujets comme la Corée du Nord, l'OTAN, la Chine, l'immigration ou les événements de Charlottesville sont abordés, le lecteur, médusé, a l'impression d'assister aux réactions du président américain et à la façon dont il prend des décisions qui affectent le monde entier. Et cela fait peur. S'appuyant sur des sources exceptionnelles, des centaines d'heures d'interview, des notes prises lors des réunions à la Maison Blanche et des documents de première main, Peur, Trump à la Maison Blanche est sans doute le livre définitif sur Trump et sa présidence. C'est également un portrait intime, qui cerne le président au plus près de la réalité.
Durée:7h. 37min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36124
Résumé: En prenant appui sur plusieurs exemples moyen-orientaux et plus spécifiquement certains pays appartenant à la péninsule arabique, les auteurs cherchent à comprendre ce que sont réellement ces pays, qui sont leurs dirigeants, et comment ils gèrent leur société. ©Electre 2017
Lu par:Manon
Durée:5h. 37min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:35988
Résumé: S'il est souvent fait l'éloge de la rigueur budgétaire allemande, des efforts consentis par l'Allemagne pour restaurer la compétitivité de son industrie, G. Duval souligne que cette réussite s'appuie sur un modèle de relations sociales très structuré, une tradition de décentralisation, une histoire particulière. Une enquête qui démystifie le modèle allemand. ©Electre 2017
Lu par:Annie Allain
Durée:10h. 43min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:35879
Résumé: Un recueil de chroniques et de portraits de personnalités parus dans le journal Le Point depuis 2012, décortiquant les préjugés et les bêtises de responsables syndicaux et politiques, de hauts fonctionnaires, d'intellectuels, de musulmans, de puissants et de sans-grade. Il a pour visée d'alerter et de permettre de faire un choix éclairé lors de la prochaine élection présidentielle. ©Electre 2017
Lu par:François Goy
Durée:7h.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36125
Résumé: À la suite du coup d’État avorté de l’été 2016, Recep Tayyip Erdogan a lancé une très vaste opération de purge des différents services de l’État – mais aussi de la société civile. Cette reprise en main est l’aboutissement d’un long processus. Depuis 2002, la Turquie est dirigée par l’AKP (Parti de la justice et du développement) et par son leader charismatique. Ce pouvoir « musulman-démocrate » a profondément modifié le pays mais le bilan de ce long règne est ambivalent. Les avancées sur le front de la démocratisation ont progressivement laissé place à un autoritarisme rampant et à une politique de réislamisation de la société. Les négociations avec l’Union européenne sont au point mort. Des pas courageux pour la résolution du problème kurde ont été remplacés par une nouvelle offensive répressive, qui s’est étendue à l’ensemble des revendications démocratiques et a révélé le visage autoritaire du pouvoir et sa volonté de mise en place d’un régime présidentiel fort, clairement revendiquée. Dans cet essai documenté, Ahmet Insel nous éclaire sur les facteurs d’ascension de l’AKP, la stratégie politique et la persistance des succès électoraux d’Erdogan malgré les affaires de corruption, l’installation progressive de l’arbitraire et la lutte avec la communauté Gülen. Il montre ainsi les tourments de la société turque, tiraillée entre les conflits ethniques, religieux et culturels, entre peur de perdre son identité socio-historique et désir d’être dans le monde moderne.
Durée:10h. 37min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75029
Résumé: Ce recueil d'essais est un livre sur la possibilité ou l'impossibilité de se comprendre. Depuis trente ans qu'il vit en Suisse, exilé de sa langue et de son pays, Mikhaïl Chichkine réfléchit à l'évolution de la Russie et à ses relations avec le reste du monde. Il s'appuie sur sa connaissance de l'histoire russe et soviétique, sur son expérience personnelle et sur les grandes figures culturelles et littéraires. Pourquoi l'Occident et la Russie ne parviennent-ils pas à se comprendre depuis des siècles ? Pourquoi les voyageurs en Russie ont-ils l'impression d'être sur "une autre planète" ? Que signifie "aimer la Russie" ? Pourquoi les révolutions et les tentatives de réformes démocratiques conduisent-elles toutes à une nouvelle dictature ? Est-il toujours possible de croire en la Russie, comme le demandait le poète Tiouttchev ? Après l'invasion de l'Ukraine en 2022, les textes de Chichkine sont d'une grande actualité ; ils posent la question de l'avenir de la Russie, pour son peuple et sur la scène internationale. Suivant le mot d'ordre de Soljenitsyne, l'écrivain appelle à "ne pas vivre dans le mensonge" .
Durée:20h. 59min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:29663
Résumé: Le journaliste revient sur les quarante années qui, depuis la mort du général de Gaulle, ont défait selon lui la France : succession d'aveuglements technocratiques, politique spectacle délétère, faux débats et mensonges, notamment sur la famille, l'immigration et la mondialisation, indifférence des élites au sort des ouvriers et des paysans, ou des employés chassés en grande banlieue, etc.
Durée:16h. 5min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75177
Résumé: Alors que la guerre déclenchée par Vladimir Poutine contre l'Ukraine en février 2022 bouleverse l'équilibre politique et économique européen et mondial, des spécialistes de l'URSS et de la Russie, français et étrangers, examinent la personnalité de cet homme, analysant sa formation, son parcours et les raisons qui l'ont amené à faire de la conquête territoriale une obsession personnelle.
Durée:8h. 40min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:34138
Résumé: A force d'être invoquée, la laïcité se brouille. Un vrai champ de bataille. Dans cet essai précis pédagogique et vivant, Caroline Fourest distingue trois laïcité en guerre. La laïcité tout court, fruit du compromis de 1905. Et deux tentations qui cherchent à la renégocier. La première dans un sens multiculturaliste, anglo-saxon et dit « ouvert », au risque des accommodements déraisonnables, d'une « liberté religieuse » envahissante, et de faciliter la montée des intégrismes. L'autre tentation relève du monoculturalisme, normatif, identitaire, replié, à géométrie variable, flattant l'identité et les passe-droits quand il s'agit de parler au nom de l'identité chrétienne et l'exclusion voire la discrimination quand il s'agit d'Islam. Ecartelée entre les deux, la laïcité tout court, sans adjectif, est elle-même tiraillée par un nouveau contexte, qui n'est plus celui de 1905, et peut aller d'une vision équilibrée à une vision plus exigente. Caroline Fourest défend ici une vision équilibrée de la laïcité mais sans concessions envers ceux qui cherchent à l'affaiblir. Elle pose les bases d'un compromis et d'une séparation revivifiés. Un équilibre fait de distinction claire entre l'espace public et privé, entre les différentes niveau d'exigences selon qu'il s'agisse d'espace de liberté ou de contrainte, tout en plaidant pour une vigilance de tous les instants envers les propagandes qui voudraient faire passer ce compromis pour de l'intolérance. Cette laïcité n'est ni fermée ni « ouverte «, ni négative ni positive, ni raciste ni « islamophobe ». Mais le fruit d'une ambition et d'un effort qu'il faut poursuivre, notamment à l'école, si l'on veut vraiment protéger la liberté de conscience (dont la liberté de culte), l'émancipation, l'égalité, la fraternité et en un mot, la République.