Contenu

Bébert: le chat de Louis-Ferdinand Céline

Résumé
" Un chat c'est l'ensorcellement même, le tact en ondes... " notait Céline. Et Bébert, énorme matou tigré au maintien aristocratique et à l'intelligence prodigieuse, glouton et râleur mais toujours d'une " fidélité de fauve ", n'était pas, qui plus est, un chat ordinaire. Abandonné par son premier maître, l'acteur de cinéma Le Vigan, longtemps vagabond dans Montmartre au temps de l'Occupation, il avait été recueilli par Céline et sa femme, et partagea leurs errances, leurs aventures, leur misère, leur exil. " Il se rendait compte de la tragédie. " On comprend que Céline en ait fait l'un de ces héros de ses derniers romans - ces chroniques hallucinées de l'Allemagne de la débâche -, et l'un des chats les plus célèbres de la littérature. Oui, Bébert a bien tenu dans son oeuvre ce rôle de " Français à part entière " ont parlait Roger Nimier. Et plus encore, il a servi de révélateur pour l'écrivain quand il ne figurait pas tout simplement pour lui un modèle ou un miroir.
Genre littéraire: Essai/chronique/langage
Durée: 3h. 4min.
Édition: Paris, B. Grasset, 1976
Numéro du livre: 15550
CDU: 844

Documents similaires

Lu par:Manon
Durée:7h. 16min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:31438
Résumé: Lu par Manon 70 textes réunis ayant le chat pour héros, de Cicéron à Pierre Loti, ou encore de jeunes écrivains français. Cette anthologie est divisées en six parties : le chat idéal, le chat magique, l'animal des rois, le chat et les écrivains, les malheurs des chats, et le chat héros de la littérature.
Durée:1h. 29min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:76475
Résumé: Qui n'a pas un jour voulu être chat ? Tout à la fois gracieux, agile et indifférent, le chat attire à lui toutes les convoitises. 10 raisons de vouloir être chat sont autant de manières d'être convoquées pour échapper à pas feutrés à sa condition d'homme. Pour s'extirper d'un quotidien tapissé d'obligations assommantes, pour vaincre la lassitude, s'offrir le luxe de se prélasser sans se préoccuper du temps qui passe, pour déclarer un je t'aime sans bégayer, pour disposer de son corps sans contraintes, pour régler ses problèmes de vue, se satisfaire de sa simple existence, et enfin pour le simple fait de l'écrire, parce que l'écrire c'est déjà l'être un peu. Fin observateur des scènes de la vie courante, l'auteur puise dans ses souvenirs, de l'enfant à l'adulte, et revient sur les circonstances où s'est exprimé le désir d'être chat. Par sa langue rugueuse, son style impudique et juste, il nous fait part de son admiration pour cet animal tant fascinant qu'enjôleur pour enfin s'extraire de la monotonie. En une tentative d'incarnation, Valério Romão invite chacun à quitter sa peau d'humain, l'espace d'un instant, le temps d'une lecture.
Durée:5h. 15min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:33653
Résumé: Publié pour la première fois en 1868, ce texte de Champfleury est devenu un incontournable de la littérature " féline ". Nous avons ici un texte très complet sur l'animal de compagnie par excellence. S'attachant dans un premier temps à l'image du chat dans l'antiquité puis au Moyen Âge, il brosse ensuite un inventaire de ses représentations dans les arts et traditions populaires, la peinture, et naturellement la littérature. On y trouve aussi quelques portraits de grands et célèbres amoureux des chats, comme Mahomet, Richelieu ou Chateaubriand... Par petites touches, Champfleury parvient à une quasi-exhaustivité du chat dans tous ses états. Ce livre est un véritable chant d'amour à l'animal dont il disait " Comme tous les êtres qui provoquent les caresses, qui en donnent et qui en reçoivent, comme les femmes, si le doux animal a été beaucoup aimé par les uns, il ne lui a pas été pardonné par les autres, surtout par les métaphysiciens ".
Durée:8h. 39min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72993
Résumé: A Tokyo, une chatte tricolore aux yeux verts passe la nuit à vagabonder dans les rues, en créant des liens avec les habitants qu'elle croise : Ichirô, une ancienne célébrité vivant dans un hôtel abandonné, Ishikawa, un détective privé, Kentaro, un tatoueur de yakuzas ou Mari et Georges, un couple dysfonctionnel qui ne parvient pas à se séparer.
Durée:7h. 58min.
Genre littéraire:Roman animalier
Numéro du livre:36797
Résumé: Un changement dans la vie de Satoru fait qu'il doit se séparer de Nana, son chat adoré. Débute alors une série de voyages chez des amis d'enfance, aux quatre coins du Japon, pour lui trouver un nouveau foyer. Mais le rusé matou, narrateur de ce savoureux roman, ne l'entend pas de cette oreille : il fera tout pour rester avec Satoru et prolonger l'aventure.
Lu par:Anne Maquaire
Durée:4h. 14min.
Genre littéraire:Littérature fantastique
Numéro du livre:68573
Résumé: Dante a beau porter un prénom de poète, il a du mal à aligner deux phrases. Ses parents étant partis travailler à Hong-Kong, il doit terminer l'année scolaire à Venise, chez son intraitable grand-mère. Dès sa première rencontre avec le vieux professeur censé l'aider à passer son examen, Dante est ébloui : Casimo Dolent prépare le chocolat chaud comme personne, il élève une ribambelle de chats, et il est en passe de découvrir la recette de la télépathie... Lorsque celle-ci sera mise au point, il suffira à Dante de fermer les yeux pour voir à travers le regard de Virgile, le chaton nouveau-né qu'il lui a promis. Dante a du mal à y croire... Mais quand Casimo s'éteint, quand Virgile est adopté par une petite fille et quand la petite fille est kidnappée, Dante est bien forcé d'y croire, parce qu'il a tout vu. A distance, et en fermant simplement les yeux.
Durée:7h. 38min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:24483
Résumé: Les pièces étaient disposées devant moi : le docteur Georges Vitoux, mon grand-père, qui avait conservé des négatifs sur verre de clichés pornographiques ; la veuve Lambel dans son hôtel de la rue Le Peletier : son frère et ses douteuses pratiques photographiques ; la ville de Nelson en Colombie-Britannique et son pastiche de l'église de la Madeleine, sans oublier un personnage de Madeleine pécheresse puis pénitente. F. V. Cette enquête littéraire et presque policière, ce retour vers une Belle Époque qui ne l'était pas tant que cela ont permis à Frédéric Vitoux de remonter au plus loin de sa mémoire familiale - cette mémoire dont il faut tour à tour se rapprocher et se détacher pour mieux se comprendre soi-même.
Durée:7h. 1min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:21358
Résumé: J'aimerais que vous me parliez de ma mère. J'ai tout mon temps. Alors, je lui parlai de sa mère, de ce que je savais de Suzanne. De son intelligence si rapide, si ironique. De sa bonne humeur et de son appétit de vivre. De nos fous rires pour un rien. Elle ne se plaignait jamais. Elle ne voulait pas vieillir. Elle lisait beaucoup. Ses jugements étaient sans appel. Je lui parlai peut-être aussi d'une Suzanne qui n'avait jamais existé. On se crée toujours des amis imaginaires. Je lui racontai l'histoire du disque soixante-dix-huit tours de mon enfance. Je n'ai pas le souvenir de l'avoir jamais entendue chanter, me dit-elle.
Durée:4h. 57min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15588
Résumé: Pierre et Marco, des amis d'enfance, se retrouvent, un quart de siècle plus tard. L'un est scénariste, l'autre réalisateur. Si presque tout les oppose, une même passion les lie pour l'actrice emblématique qui a enchanté leurs jeunes années. D'où l'idée de faire un film avec elle et pour elle. Plus personne ne sait vraiment si elle est vivante ou non, c'est un mythe, et nos héros veulent lui offrir un dernier rôle...
Durée:5h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:20024
Résumé: Par le biais de la fiction romanesque, Frédéric Vitoux revient sur le passé de son propre père. Ce dernier, journaliste au Petit parisien et à Je suis partout, condamné pour « intelligence avec l'ennemi », purgea de 1944 à 1947 une peine de prison à la centrale de Clairvaux. Il y rencontra un étonnant personnage, ancien engagé de la division Charlemagne, qui plus tard partira à Hollywood et deviendra l'agent de stars. C'est cet « ami de son père » qui, au début des années 60, débarque dans le midi et entraîne le narrateur, encore adolescent, dans une folle virée tropézienne, et évoque à demi-mots son passé. Le voile de silence maintenu par le père se lève alors...
Durée:8h. 32min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:21437
Résumé: Sur la plage des Sardinaux, non loin de la villa Sémiramis où vivent, reclus, une femme trop mélancolique, un vieillard aux inquiétantes lubies et une domestique asiatique, le cadavre d'un homme s'est échoué. Jean-Louis, qui vient d'avoir quatorze ans, est témoin de la scène. Sa première confrontation physique à la mort. Il court en avertir une journaliste stagiaire au bureau du Méridional, à Sainte-Maxime, non loin de là... Nous sommes en septembre 1954. Les fantômes de la guerre et de l'Occupation semblent définitivement s'éloigner. A tort ? Sur la Côte d'Azur, les jeunes filles s'émancipent, elles apprennent à saluer la tristesse d'un bonjour désinvolte. Pour Jean-Louis, ces dentiers jours de vacances ont l'allure d'un adieu à l'enfance, d'une première éducation sentimentale et d'une folle aventure policière dont il s'imagine le héros - ou l'enquêteur. En bref, cette Villa Sémiramis est un livre nostalgique et gai. Une pure fantaisie romanesque. La confidence d'une jeunesse resongée.
Durée:6h. 19min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15498
Résumé: "Je m'étais toujours promis d'écrire un livre sur Clarisse. Bien avant qu'elle ne meure. Un livre à sa mémoire. Ce qu'elle me racontait de son enfance, de ses souvenirs, de sa famille. Je lui avais même fait part de ce projet. Un livre sur moi ? Quelle idée ! Elle riait. Sa modestie ou, mieux, son humilité n'y trouvaient pas leur compte. Pourtant, ce que je lui disais ne lui déplaisait pas non plus. Du moment que cette idée restait une idée. La simple preuve de l'affection que j'éprouvais pour elle." Mais si, un souvenir en appelant un autre, l'histoire d'une vie proche aidait à reconstituer une part secrète de la sienne propre ?