Contenu

En ce temps-là, l'amour...

Résumé
"En ce temps-là, l'amour était de chasser ses enfants..." Ainsi commence le récit que Z entreprend devant un petit magnétophone. Après avoir longuement hésité, encouragé sans doute par les quelques photos de son arrière-petit-fils qui viennent tout droit d'arriver d'Amérique, il se décide enfin à raconter, par bande magnétique interposée, un souvenir gravé à jamais dans sa mémoire : l'étrange rencontre avec un père et son jeune garçon dans le wagon qui les emmenait vers les sinistres camps allemands. Et surtout l'extraordinaire volonté chez cet homme de profiter de chaque instant pour transmettre à son fils l'essentiel de ce qui aurait pu faire de lui un homme.
Genre littéraire: Théâtre
Durée: 1h. 22min.
Édition: Carnières (Belgique), Lansman éditeur, 2016
Numéro du livre: 69498
ISBN: 9782807100862
Collection(s): Théâtre à vif
CDU: 842

Documents similaires

Lu par:Claude Goy
Durée:12h. 59min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:32878
Résumé: En 1939, dans un village roumain, un homme, Iohann Moritz, est dénoncé comme étant juif alors qu'il ne l'est pas, par le chef de la police locale qui convoite sa femme. Moritz est alors envoyé en camp de travail. Son épouse Suzanna est contrainte de demander le divorce pour conserver de quoi élever ses fils. S'évadant avec d'autres détenus juifs vers la Hongrie, pays « où la vie est moins dure pour les Juifs », il est alors pris pour un espion roumain. Torturé, il est ensuite envoyé, en compagnie d'autres travailleurs hongrois « volontaires », en Allemagne. Il est sorti du rang par un médecin SS, considéré comme spécimen exceptionnel de pureté de la famille héroïque, lointaine lignée aryenne. Il finit la guerre dans les SS et se laisse épouser par une Allemande, avant d'aider des prisonniers français à échapper à leurs geôliers et leur permettre ainsi de rejoindre les Américains. Le considérant alors comme ressortissant d'une nation ennemie, ceux-ci l'internent une fois de plus avec les prisonniers de guerre. Iohann Moritz est finalement libéré en 1949, soit dix ans après être entré dans les camps.
Durée:1h. 7min.
Genre littéraire:Théâtre
Numéro du livre:30153
Résumé: Ces deux pièces mettent en scène des personnages de femmes que tout oppose, sauf le besoin de parler pour ne pas perdre pied. Dans Mon chat s'appelle Odilon, Natacha a peur de la solitude mais semble incapable de s'investir dans sa relation avec l'homme qu'elle aime. Dans Tête à tête, Lucienne déballe sa rancoeur et les secrets de sa vie privée à un homme amnésique.
Durée:38min.
Genre littéraire:Théâtre
Numéro du livre:32815
Résumé: L'exil et son poids constituent un traumatisme qui nous tient toute une vie. Leïla Anis a choisi, dans son ouvrage paru chez Lansman Editeur, de nous conter son départ précipité d'Afrique de l'Est à l'âge de seize ans et son exil en France. Étrangère de partout et acceptée de personne, Leïla Anis nous touche en plein cœur en évoquant son exil au féminin et sa difficulté de se reconstruire dans un monde indifférent à tout. Tourner la page efface parfois la mémoire. Écrire pour ne pas oublier...
Durée:1h. 37min.
Genre littéraire:Théâtre
Numéro du livre:29641
Résumé: Un entrepreneur chinois désire créer la filiale d'une entreprise française à Shanghai. Comme il a besoin sur place d'un homme compétent qui puisse former ses futurs cadres, Lisa est chargée de déterminée qui, parmi les trois cadres français Philippe, Nicolas et Jean-Pierre, sera le formateur et pourra s'adapter à un environnement, à une culture et à un état d'esprit différents.
Durée:13h. 14min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:14556
Résumé: Quatrième de couverture : Né en Bucovine en 1936, Norman Manea a été déporté dans un camp de concentration en Transnistrie, en 1941, comme l'ensemble de la population juive de cette région. Ses grands-parents y périront. A son retour, en 1945, il est fasciné par l'utopie communiste. mais s'aperçoit très vite de la réalité cruelle, perverse et tragi-comique de ce régime totalitaire. Dès lors, la littérature se présente à lui comme un véritable refuge. Poussé à l'exil en 1986. d'abord à Berlin-Ouest, puis à New York, il se voit privé de son dernier asile et seul ancrage, sa langue. A l'occasion d'un séjour en Roumanie en 1997, le temps se décloisonne : la mère est morte entre-temps. mais les fantômes du passé viennent croiser ceux du présent, entre réalité et hallucination. Ce somptueux roman évoque soixante ans de ténèbres. ce qui n'empêche pas un humour parfois burlesque. L'auteur explore un " je " aux multiples facettes pour faire revivre un destin individuel débarrassé des clichés de victimisation de la mémoire collective ; il offre un fulgurant autoportrait entre terreur et beauté, qui dévoile une époque chaotique et sanglante.
Durée:7h. 44min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:34403
Résumé: LE ROMAN ÉVÈNEMENT DE 2017 Un jour, un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit inachevé intitulé Le Jeu des illusions. Son auteur y raconte ses années d'étudiant à l'université de Princeton, son histoire d'amour avec une brillante étudiante en psychologie et les liens qu'ils entretenaient avec le Professeur Joseph Wieder, ponte renommé de la psychologie cognitive aux mystérieux travaux sur la mémoire et les souvenirs. Dès les premières pages, Katz est intrigué : le Professeur Wieder a été brutalement assassiné à la fin des années quatre-vingt, un meurtre sans mobile apparent et dont on n'a jamais retrouvé l'auteur. Le manuscrit semble contenir des révélations sur cet assassinat. Se pourrait-il que ce roman ne soit pas une fiction ? Malheureusement, le manuscrit s'arrête juste avant la révélation finale. Persuadé d'avoir entre les mains un futur best-seller qui révélera enfin la clef de l'intrigue qui a tenu les États-Unis en haleine, l'agent tente d'en savoir plus. Mais l'auteur du manuscrit est décédé et le texte inachevé. Katz embauche alors un journaliste d'investigation pour conduire l'enquête et écrire la suite du livre. En menant des entretiens avec les protagonistes qu'il a pu retrouver, le journaliste se heurte à des fausses pistes, des souvenirs peu fiables et des faux-semblants... Et si la vérité avait plusieurs visages ?
Lu par:Philippe Lion
Durée:5h. 49min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:22221
Résumé: Douze écrivains roumains contemporains, invités des Belles Etrangères, proposent dans ce recueil des textes inédits : nouvelles, chapitres de roman, monologues, choix de poèmes. La présente anthologie mêle à plaisir les générations, depuis les aînés qui ont commencé à écrire dans un contexte idéologique ardu, jusqu'aux plus jeunes qui, loin de faire l'impasse sur leur histoire, tentent au contraire de se l'approprier pour aller de l'avant. La littérature roumaine des quinze dernières années, née au cœur d'une société en pleine mutation, réserve, comme le lecteur pourra s'en convaincre, de très agréables surprises. D'une incontestable diversité, les textes révèlent de fortes personnalités littéraires qui, évitant ou rejetant courants et écoles, ont cependant quelques points communs : humour dévastateur, rigueur intransigeante de l'écriture... Sans oublier ce qui rattache manifestement les écrivains d'aujourd'hui à la tradition de la littérature roumaine : ce goût de l'absurde qui chamboule toutes les visions du monde et, en définitive, le monde lui-même. Dans le film réalisé pour Les Belles Etrangères Roumanie, l'un des auteurs invités a cette phrase terrible : " La liberté de parole a diminué l'importance de la parole. " La lecture de cette anthologie ne peut que persuader du contraire.
Durée:5h. 26min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:19340
Résumé: Mircea Eliade (1907-1986) est né à Bucarest, mais il n'a cessé de parcourir le monde, vivant en Inde, en Angleterre, en France, aux Etats-Unis. Célébré comme historien des religions et philosophe, il est également un auteur de romans (La Nuit bengali) et de nouvelles, souvent imprégnées d'un fantastique à la Borges. Les cinq textes qui composent ce recueil décrivent des moments essentiels de la vie, de l'enfance à la vieillesse : les secrets et la violence de l'adolescence, la quête de l'amour, les effets de la guerre, l'importance de la poésie et de la religion...
Durée:18h. 6min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:19675
Résumé: « Quand on mélange l'eau et le vin, les gens ne boivent plus ni de l'eau ni du vin. En fait, ils ne savent plus ce qu'ils boivent, ni ce qu'ils veulent. » Petra Maier n'a pas dix-huit ans lorsqu'elle est arrêtée, en 1944, et expédiée dans un camp de travail en Sibérie. Après quelques mois, elle apprend que les femmes enceintes sont renvoyées chez elles. Mais comment faire quand il n'y a aucun homme à proximité et que la surveillance ne se relâche jamais ? Le miracle a lieu : Petra tombe enceinte et rentre en Roumanie. Dans l'immédiat après-guerre, elle ne retrouve rien ni personne de connu : tout est passé sous le contrôle, brutal, des nouvelles autorités. Avec courage, elle va élever son fils, Cezar, un enfant doué de capacités surnaturelles ; il devine l'avenir de ceux qui le regardent dans les yeux. La rumeur se répand, les gens se prennent à espérer que lui, au moins, pourra améliorer leur sort. La police secrète s'intéresse à l'enfant... Dans ce roman empreint de mystère, doté d'une force poétique rare, Eugen Uricaru entremêle les trajectoires de ses personnages, qui ont à choisir entre le pouvoir de l'imaginaire et la soumission à leur destin.
Durée:1h. 50min.
Genre littéraire:Théâtre
Numéro du livre:67034
Résumé: Pendant la Première Guerre mondiale, Julie, Rose, Jeanne et Louise fabriquent des obus dans une usine d'armement en attendant le retour des hommes. Tandis qu'elles découvrent l'enfer du travail à la chaîne et l'inégalité sociale, elles expérimentent également la solidarité, la liberté et les prémisses d'une certaine forme d'émancipation.
Durée:7h. 7min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:37856
Résumé: En 1944, alors que les troupes alliées se rapprochent, Maria, risonnière d'un camp de concentration allemand, prépare son évasion. Premier roman de l'écrivain, suivi d'un roman d'amour parodique et poétique.
Lu par:AVH
Durée:3h. 41min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:71161
Résumé: Essais et documents Parution : 28 Avril 2021 La petite fille du passage Ronce Esther Senot Isabelle Ernot « Promets-moi de dire au monde ce que des hommes ont été capables de faire à d’autres ». Telle a été l’espérance formulée par Fanny quelques heures avant son assassinat dans les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau. Aujourd’hui, sa jeune sœur Esther tient sa promesse. Dans les années 1930, sa famille fuyant l’antisémitisme polonais, migre vers la France et s'installe passage Ronce, quartier de Belleville. C'est là qu'Esther grandit avec ses cinq frères et sa sœur, dans ce quartier populaire, avec ses marchés, ses rues poussiéreuses, ses échoppes de cordonniers et de tailleurs. Une existence modeste mais heureuse qui bascule en mai 1940. Il y a d'abord l'arrestation de son frère Marcel puis celle de Samuel, envoyé à Drancy. La rafle du Vel d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942 est un coup de hache. Esther ne reverra jamais ses parents. Elle se réfugie chez une gardienne, réussit à gagner la zone libre, revient à Paris où elle est finalement arrêtée lors d'un contrôle d'identité puis internée au camp de Drancy. Birkenau : Esther est rasée, tatouée, on lui assigne une baraque, un kommando. L'enfer commence : le travail forcé, le froid, la promiscuité, les coups, la maladie, la faim. Et la mort, partout. Soixante-quinze ans après la libération des camps, Esther continue de faire vivre la mémoire des siens et d'honorer la promesse faite à sa sœur. La Petite fille du passage ronce est ce récit, mais aussi un projet historique et littéraire différent. Avec la complicité d’Isabelle Ernot, il s’ouvre comme un diptyque : le témoignage est suivi par un dialogue avec les disparus, par des lettres, à sa sœur Fanny et à sa mère Gela, ou encore lors d’une déambulation sur son chemin d’écolière entre Ménilmontant et Belleville. Le récit revient sans cesse vers ce passage Ronce, disparu, qui n’existe plus qu’ici : en cette stèle de mots, vivace et émouvante.