Contenu

Claude Pahud-Veillard et l'Ecole d'études sociales et pédagogiques de Lausanne : le 20 mars 2008 à Lausanne

Résumé
Du Centre de formation d'éducateurs pour l'enfance et l'adolescence inadaptées sis dans une petite maison au chemin du Trabandan à l'Ecole d'études sociales et pédagogiques située dans les hauts de Lausanne, Claude Pahud retrace l'histoire passionnante de la formation des assistants sociaux et des éducateurs. En 1953, il est nommé directeur du Centre, dix étudiants y sont inscrits, il est secondé par sa femme Monique. Infatigablement il consolide l'édifice, recherchant le financement auprès des cantons romands, travaillant à une convention collective pour faire reconnaître la profession d'éducateur spécialisé. Fils d'instituteurs, très tôt engagé dans le scoutisme, Claude Pahud y puise les racines de son engagement pour la formation et l'éducation. Sa passion du théâtre et ses années à Radio-Lausanne font de lui un communicateur sans cesse en éveil.
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 48min.
Édition: Lausanne, Association Plans-fixes, 2008
Numéro du livre: 19519
Produit par: Plans Fixes
Collection(s): Plans-fixes
CDU: 920 A/Z

Documents similaires

Durée:49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:15383
Résumé: Il est né et a grandit à Lugano. Bien qu'il soit originaire de Gersau avec des racines à Andermatt, qu'il ait été étudiant, puis professeur à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich et réalisateur de l'EXPO-64, la première chose qui frappe chez Alberto Camenzind c'est son « italianité ». C'est dans sa très belle maison d'Astano au Tessin qu'il reçoit l'équipe Plans-Fixes. Ramassé dans son fauteuil, le geste généreux, il raconte sa fascination pour l'Italie dont il a été coupé par le régime fasciste. Il parle de la «civilisation de la vache» qui a marqué le paysage et l'économie de toute la Suisse pendant des siècles. Il évoque les constructeurs tessinois : architectes, gypsiers et maçons qui ont bâti des villes et des monuments dans toute l'Europe.
Lu par:Denise Bidal
Durée:49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:15779
Résumé: Enfant, elle assiste à un concert à Genève; émerveillée et conquise, elle décide qu'elle sera pianiste. Mais cela ne va pas tout seul. En dépit d'une maîtresse de piano qui met en doute son sens musical, elle croit à sa vocation. Au cours des ans, cette petite fille obstinée démontrera à son entourage que ce n'était pas rêve d'enfant. Le film nous montre une artiste de grande modestie, d'une profonde humanité, amie des écrivains et des peintres. S'es propos, tout empreints de respect pour son art, expriment une joie fraîche et communicative. Elle parle aussi de ses préoccupations sociales et politiques, portant sur les problèmes actuels un regard humain, intelligent, ouvert.
Lu par:René Berger
Durée:50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:15671
Résumé: A la fin de la guerre, il crée le mouvement «Pour l'Art» et édite une revue littéraire qui traite également des arts plastiques. Il devient directeur du Musée des beaux-arts de Lausanne et lance les Galeries Pilotes. Selon lui, les médias, ces transporteurs d'informations, sont eux-mêmes créateurs. Les techniques, elles aussi, contiennent un potentiel de création: il s'agit donc de briser la vieille frontière entre art et technique; l'art sera technologique ou il ne sera pas.
Durée:45min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:15888
Résumé: Née à Renens, Mireille Kuttel est originaire de Sala Biellese, village du Piémont, d'où est parti son grand-père pour venir chercher du travail en Suisse. Cette double appartenance, elle la vivra comme une déchirure parfois douloureuse, mais aussi comme une richesse nourrie de doutes et de questionnements. Ses romans en portent la trace, ils parlent de la vie et des luttes de ceux qu'on appelle «les petites gens». Soutenue par un mari attentif et complice, elle est une romancière prolifique qui publia très jeune déjà. Nombre de ses romans ont été distingués. Dans le souci de faire connaître les oeuvres littéraires des femmes de ce pays, elle a organisé, durant de nombreuses années, pour le Lyceum-Club et à la Maison de la Femme à Lausanne ensuite, des présentations d'écrivaines. Femme de la parole aussi bien que de l'écriture, Mireille Kuttel est une femme attachante dans sa simplicité et sa spontanéité.
Durée:50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19548
Résumé: Ce Lausannois, «citoyen des rives du lac», est aussi un grand Européen, familier des cultures allemande, italienne, espagnole, anglaise. L'Islam a également retenu son intérêt, mais c'est la culture française qui compte. En une dizaine de récits, nouvelles et romans, on entend une voix au timbre particulier, à la fois allègre et grave, de jubilation claire et d'ombre sourde, voix qui résonne aussi dans les écrits sur l'art, la musique et dans les textes critiques. L'artiste crée l'oeuvre, le critique l'explore: c'est la même attention émue au mystère de l'homme, à son secret, à son destin.
Durée:48min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19551
Résumé: Georges Borgeaud s'est formé au collège de Saint-Maurice où il rencontre Maurice Chappaz et Jean Cuttat. Puis ce sont des activités liées au livre, à Fribourg, à Bâle, à Zurich. Enfin c'est Paris dès la fin de la guerre, où il préfère la compagnie des peintres, à ses yeux moins mondains que les écrivains: «Les écrivains causent, les autres peignent.» La plume et l'encre apparaissent bien abstraites à ce sensuel qui aime les matières avec lesquelles travaillent les peintres. Seul salut pour dépasser la banalité de l'encrier: le style.
Lu par:Anne Perrier
Durée:46min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19556
Résumé: D'une manière simple et intense, Anne Perrier retrace ses années de vie où la poésie l'a toujours habitée. Elle évoque les rencontres décisives : l'Abbé Journet, qui fut jusqu'à sa mort son premier lecteur ; le poète portugais Christovam Pavia, auquel elle dédiera son recueil Lettres perdues ; Jean Hutter, son mari, éditeur successivement à La Baconnière et à Payot Lausanne, grâce à qui elle entre en relation avec de nombreux écrivains. Enfin, elle parle avec chaleur de son amitié avec Doris Jakubec qui a oeuvré à la diffusion de sa poésie en Suisse et à l'étranger. La poésie illumine cet entretien, lors duquel Anne Perrier lit quelques-uns des poèmes de ses nombreux recueils.
Durée:49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19546
Résumé: Née en Caroline du Nord, elle découvre le «paradis» helvétique comme jeune fille au pair. Elle y trouve chaussure à son pied, se marie et fait sa vie dans ce pays où elle se sent si bien. Femme de pasteur, sa nature combative l'amène à s'engager en faveur du planning familial et de l'éducation sexuelle, ce qui lui a valu quelques sarcasmes qu'elle a vaillamment affrontés, grâce à une disposition d'esprit positive sans doute héritée de son pays d'origine. Aimant enseigner, elle anime des ateliers dont le but est d'aider les participants, essentiellement des femmes, à mieux se comprendre grâce à la pratique de l'écriture. Elle aussi, à la mort de son mari en 1981, s'est appuyée sur l'écriture pour affronter son deuil. Ce Plans-Fixes est un véritable régal de vivacité, de gaieté et d'humour.
Durée:49min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19552
Résumé: Les livres d'enfants ont fait connaître dans le monde entier ses animaux et ses splendeurs picturales. Ce film Plans-Fixes d'Etienne Delessert retrace sa conquête de la communication visuelle. Une émotion d'adolescent face aux affiches des rues de Lausanne suscite une éruption d'idée, de livres, de journaux. Projets, dessins et savoir-faire le portent à Paris et à New-York. Son apport au renouveau des arts visuels est vite reconnu. Sa collaboration avec des pionniers du graphisme, du théâtre ou de la psychologie, Lubalin, Ionesco ou Piaget autant qu'avec de jeunes créateurs proches, n'empêchent pas les milliers d'heures solitaires, crayon ou pinceau à la main, qui ont fait naître l'art de Delessert, visages et diables, plumages et paysages. Son message personnel nous saisit, incontournable, jailli d'une mise en page ou d'aquarelles intimes, d'un dessin de presse ou d'un conte fantastique.
Durée:47min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19553
Résumé: Fille de militants communistes suisses engagés dans la Résistance, Diane Gilliard est née en 1946 dans la banlieue parisienne. En 1954, séparation: son père Marc Gilliard - fils d'Edmond Gilliard - reste en France, tandis que sa mère revient à Lausanne avec ses enfants. L'environnement populaire, le manque d'argent d'un côté et le milieu intellectuel et engagé de sa famille de l'autre donneront à Diane les ferments de ses prises de conscience et la force de ses engagements. De La Marche de Pâques aux luttes en faveur des droits de la femme, puis, plus tard, dans le militantisme concret de son engagement social, Diane n'a jamais cessé de s'engager aux côtés des plus démunis et des sans-voix. Pour elle, si on est de gauche on est forcément minoritaire, car les vrais besoins de la majorité ne peuvent être défendus que d'une façon minoritaire.
Lu par:Claude Verdan
Durée:50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19555
Résumé: Cet enfant d'Yverdon retrace les étapes de sa vie de médecin, qui a acquis une réputation internationale comme pionnier de la chirurgie de la main. Du même coup, cet entretien nous fait découvrir les secrets de la main, sa signification dans l'histoire de la civilisation et dans l'existence quotidienne de chacun. On entre dans les détails du progrès médical tout en laissant au professeur Verdan la possibilité d'évoquer divers aspects de sa vie et de sa pensée, ses contacts avec l'Amérique, son projet d'un Musée de la Main. Le film est tourné dans le cadre enchanteur de la maison du médecin, au bord du Léman.
Durée:46min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:19540
Résumé: Née à Lausanne en 1918, Marie-Hélène a baigné dès l'enfance dans une atmosphère d'artistes. Très tôt, elle sait qu'elle sera peintre. De caractère rebelle et indépendant, elle ne suivra aucune formation. C'est aux côtés de son père Charles Clément qu'elle peint ses premières toiles, remarquées par René Auberjonois qui l'encouragera. En 1944, elle épouse Otto Fehr, juriste à Zurich où elle s'établit durant 47 ans. De façon vivante, elle retrace des situations cocasses de ces années où elle était partagée entre son rôle de mère de famille et sa vocation d'artiste. De retour à Lausanne en 1991, elle poursuit sa carrière de peintre, s'attachant, d'un regard sans complaisance, à l'essentiel. Son impertinence et l'à-propos de ses interventions dans ce film sont source de jouvence.