Contenu

L'autre héritage de 68: la face cachée de la révolution sexuelle

Résumé
Mai 1968 a affranchi la sexualité de ses tabous et de ses archaïsmes. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire, car avec cette "révolution" , les plus jeunes ont été entraînés dans une sexualité prématurée, reconnue aujourd'hui comme violente. Historienne, féministe engagée, Malka Marcovich a été témoin de ce qu'a représenté Mai 1968 pour toute une génération. Forte de cet héritage de liberté, mais aussi consciente des dérives, elle est allée à la rencontre de femmes et d'hommes qui ont souffert d'un climat d'abus sexuel, insidieux ou manifeste. Ce livre donne enfin la parole à ceux qui se sont trop longtemps tus et aborde de manière inédite un tournant fondamental dans l'histoire de nos sociétés.
Durée: 3h. 49min.
Édition: Paris, Albin Michel, 2018
Numéro du livre: 68043
ISBN: 9782226402455
CDU: 396

Documents similaires

Lu par:Jean Frey
Durée:1h. 26min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36849
Résumé: « Il faut en finir avec les visions stéréotypées de Mai 68, qui vont à coup sûr nourrir les célébrations comme les vitupérations, les nostalgies comme les procès de ce mois symbolique à l’occasion de son cinquantenaire. Au fond, en Mai 68, ce qui nous animait, ce qui nous enthousiasmait, était la conviction qu’il fallait en finir avec les places sociales, que le renversement de l’impitoyable, de la sordide hiérarchie des fortunes, des libertés et des pouvoirs était politiquement possible, à travers un type inédit de prise de parole et la recherche tâtonnante de formes d’organisation adéquates à la nouveauté de l’événement. Si nous portons toutes les leçons de Mai 68 au cœur du monde vivant, nous pourrons, oui, mais seulement sous ces conditions, redire et suivre l’appel de Mao : “On a raison de se révolter.” »
Durée:8h. 11min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:20175
Résumé: Dans son nouveau livre, Tout à fait homme, Barbara Polla nous parle des hommes d'ici et d'aujourd'hui. Elle les a écoutés sans préjugés, avec une immense curiosité, expliquer ce qui, à leurs yeux, fait l'essentiel. Le désir est cet essentiel. Un désir libre, vigoureux, mais qu'ils entourent de silence, sans doute pour ne « déranger » ni l'ordre du monde, ni les femmes, ni eux-mêmes. Pourquoi n'en parlent-ils pas ? Parce que les femmes ne comprendraient pas, disent-ils. Oui, mais s'ils osaient ? S'ils osaient prendre la parole, pour gagner en liberté ?
Lu par:Manon
Durée:18h. 46min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:36362
Résumé: L'historienne restitue l'énergie des luttes, des débats et des espoirs portés par les acteurs de mai 1968. Se fondant sur les archives françaises, elle évoque les ouvriers, les étudiants mais aussi les paysans, les artisans, les artistes et les policiers qui participèrent aux événements, d'un côté ou de l'autre des barricades. Elle met en lumière la diversité des protagonistes et leurs pratiques.
Lu par:Manon
Durée:3h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:30686
Résumé: A l'orée des années soixante-dix, à Paris, à Rome, à Berlin, les mouvements de contestation nés dans le sillage des manifestations étudiantes de 68 se posent tous peu ou prou en même temps la question du recours à la lutte armée et du passage à la clandestinité. S'ils y répondent par la négative en France, ce n'est pas le cas en Allemagne ni en Italie, mais pour les trois pays s'ouvre une décennie de violence politique ouverte ou larvée qui laissera sur le carreau des dizaines et des dizaines de morts, sans compter ceux qui, restés vivants mais devenus fantômes, s'en sont allés peupler les années quatre-vingt de leurs regrets, leurs dépressions ou leur cynisme. Témoin de cette décennie de rage, d'espoir et de verbe haut, le narrateur s'éveille au désir et à la conscience politique, qui sont tout un, mais quand son tour viendra d'entrer dans le grand jeu du monde, l'espoir de ses aînés se sera fracassé sur les murs de la répression ou dans des impasses meurtrières. Il aura pourtant eu, dans un bref entretemps, loisir de s'adonner aux très profonds bonheurs comme aux grandes détresses de la politique et du corps aux côtés de tous ceux qui, de Berlin à Bologne, de Billancourt à Rome, de Stammheim à Paris, tentèrent de combattre les forces mortifères qui, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, s'attachèrent à faire de l'Europe le continent à bout de souffle où nous vivons encore.
Durée:3h. 47min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:26277
Résumé: Quelques années après les événements de Mai 1968, où le doute s'était emparé des esprits - crise universitaire, crise sociale, crise des valeurs -, Jacqueline de Romilly a tenu à nous dire, dans un texte bref et plein de fougue, ce que la crise lui avait au contraire révélé, sa foi dans l'homme, son esprit, sa liberté, son goût de la vérité et du bien, bref, ses convictions. Resté inédit jusqu'à aujourd'hui, ce livre permettra à ses lecteurs fidèles de retrouver sa personnalité chaleureuse et résolue. Les quatre chapitres de cet essai évoquent successivement l'émerveillement grec devant la lumière, le bonheur qu'assure la solidarité entre les citoyens, les joies et les bienfaits de la littérature, et la nécessité de la transmission du passé pour enrichir la modernité. Loin de toute polémique, ce livre est un appel à une nouvelle forme d'humanisme, conjuguant rationalisme et affectivité sereine, nourri des acquis du passé, où chacun se sente acteur de sa propre histoire comme de l'aventure collective à laquelle il participe - en somme un appel au sursaut !
Durée:2h. 2min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:37546
Résumé: Mai 68 a cinquante ans et continue d'effrayer les nostalgiques des temps anciens. Catherine et Jean-Pierre ont vécu Mai 68 dans la campagne basque. Sans bruit et sans esbroufe, ils ont été des combattants décidés de leur liberté. Ils ont fait de Mai 68 une belle chose. Catherine était ma maman. Jean-Pierre était mon papa. [Soure: Babelio, 2018]
Durée:18h. 44min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:32073
Résumé: Fruit du travail d'une équipe de sexologues américains, ce dictionnaire recense, commente et explique tout ce qui peut exister en matière de perversions et pratiques amoureuses. Dans un langage clair et précis, il décrit les pratiques, leur histoire, les risques qu'elles peuvent faire courir à leurs adeptes.
Durée:11h. 48min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:72743
Résumé: Après Les couilles sur la table, cet ouvrage adapté du podcast du même nom constitue une exploration documentaire de la future révolution romantique. Montrant notamment comment les mythes romantiques justifient la violence amoureuse, l'auteure mène une réflexion sur la façon de mettre en place individuellement et collectivement des relations profondes et égalitaires.
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:36947
Résumé: Camille, Luc, Hélène ou Henri n’y arrivent plus. Le policier allergique aux caresses, la scénariste qui ne prend pas de plaisir, la prof de piano vierge à 27 ans ou le PDG qui n’a plus d’érection se rendent chez la sexologue Romy Steiner pour (ré)apprendre à expérimenter, à jouer et à désirer. Elsa Fayner choisit de raconter ces parcours et suit huit patients pendant toute une année. Sans juger ni médicaliser leurs maux, Romy Steiner leur donne les mots et les gestes dont ils ont besoin pour se réconcilier avec leurs corps. A travers ces huit histoires, ce sont les mystères de notre sexualité, blocages, fantasmes, pulsions violentes ou frissons d’infidélité, qui s’incarnent. Une année riche en enseignements pour la journaliste et la sexologue qui, de confidences en congrès de médecine, affrontent elles aussi cette question : comment définir sa propre liberté sexuelle dans une société où l’abondance de choix complexifie, pour le pire, mais aussi le meilleur, l’apprivoisement du désir.
Durée:3h. 26min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:66660
Résumé: Au lendemain de Mai 68, il s'agit de montrer, de prouver que « ce n'était qu'un début ». La Révolution est en marche, on va voir ce qu'on va voir. Les uns adulent le président Mao, d'autres tel ou tel trotskisme, d'autres partent à la campagne pour fonder une société alternative, d'autres encore s'écartent de toutes les chapelles et prononcent des mots nouveaux, des mots étranges : écologie, fin du patriarcat, libération sexuelle, pédagogies nouvelles, etc. Et surtout, surtout, le mouvement des femmes l'emportera sur tous les grands et petits timoniers. Il va bien falloir revenir sur terre. Mais la révolution - sans majuscule - s'est-elle arrêtée en chemin ?
Durée:4h. 37min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66283
Résumé: Des aphrodisiaques au foodporn, découvrez les liens étroits entre gastronomie et érotisme à travers un ouvrage ludique et grand public. Saviez-vous que les huîtres ont pendant longtemps été associées au plaisir sexuel ? Que le chocolat était vu par les amants de la comtesse Du Barry comme un stimulant ? Que les premiers restaurants de Paris ont ouvert au xixe siècle dans le quartier " chaud " de la capitale ? Potion de l'Antiquité ou crème Babette, cloître ou maison close, de La Grande Bouffe aux jus détox likés sur les réseaux sociaux, en quoi notre alimentation est-elle révélatrice de la sexualité d'une époque ? Mêlant anecdotes historiques, éclairages scientifiques et culture populaire, des aphrodisiaques jusqu'au foodporn et #balancetonporc, l'auteure dresse la grande fresque de l'idylle entre gastronomie et érotisme.
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:19724
Résumé: Faisant suite à J'ai tué Schéhérazade et écrit avec la même verve, ce livre de Joumana Haddad dénonce le système patriarcal qui sévit dans le monde arabe et qui s'enracine dans les trois religions monothéistes. En discriminant la femme au sein de la famille et dans la vie sociale, ces religions n'ont pas seulement favorisé le machisme mais l'ont aussi institutionnalisé et sacralisé. Machisme qui, sous les apparences de la force, de la confiance en soi, de l'aplomb, de la fierté individuelle ou clanique, traduit au contraire un profond sentiment d'insécurité et des peurs irrationnelles. En ce temps de grands bouleversements politiques dans cette région du monde, l'auteure insiste, en mariant confidences, réflexions, traits d'humour et échappées poétiques, sur cette idée que les luttes engagées ces deux dernières années pour la liberté et la dignité n'aboutiront à rien sans l'affirmation progressive d'une "nouvelle masculinité" arabe, c'est-à-dire sans l'établissement d'un rapport radicalement différent entre l'homme et la femme - et entre chacun d'eux et son propre corps.