Contenu

Un amour

Résumé
Natalia a décidé de changer de vie en emménageant dans un petit village, La Escapa. Traductrice, elle a quitté son quotidien de citadine pour trouver le calme nécessaire à son prochain projet littéraire – et fuir certains fantômes du passé. Dès son arrivée, les relations avec son nouveau propriétaire se tendent. Comme convenu, il lui a trouvé un chien pour lui tenir compagnie, un animal qu’elle décide de nommer Chienlit, mais cela ne compense pas l’état déplorable du taudis qu’il lui loue. D’autant qu’en plus des fissures et des fuites, le malaise de Natalia grandit à mesure qu’elle fait connaissance avec les autres habitants du village. Dans ce roman écrit sur le fil, Sara Mesa construit une fantastique galaxie de personnages prêts à en découdre. Il est bien sûr question de la ruralité et du fantasme de la vie loin de chez soi, de la solitude et de la violence du quotidien, mais Un amour raconte aussi la puissance du doute – du doute existentiel et du doute amoureux, dont l’inconfort est probablement le signe ultime de notre vitalité. Véritable événement en Espagne, Un amour a été désigné « meilleur livre de l’année » par El País, La Vanguardia, ou encore El Correo.
Durée: 4h. 46min.
Édition: Paris, Grasset, 2022
Numéro du livre: 72184
ISBN: 9782246824657

Documents similaires

Lu par:Janick Quenet
Durée:8h. 55min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71570
Résumé: Qu’est-ce qui pousse un homme à descendre d’un train à l’improviste et à se cacher dans un village perdu ? Il veut recommencer sa vie ou en finir ? Il fuit quelqu’un, ou quelque chose, peut-être lui-même ? Le destin l’a conduit jusqu’à Pozonegro, un ancien centre minier à l’agonie. Devant chez lui passent des trains qui peuvent être son salut ou sa perte, tandis que ceux qui le cherchent sont à l’affût. Mais dans ce lieu maudit, où tout le monde a un secret, certains plus obscurs et dangereux que d’autres, cet homme rencontre des gens comme la lumineuse et généreuse Raluca, peut-être un peu cinglée aussi, qui croit que la joie est une habitude. Une intrigue ensorcelante, d’une précision d’horlogerie, dévoile peu à peu le mystère de cet homme et, ce faisant, explore nos pulsions : la peur, la culpabilité, la haine et la passion.
Durée:5h. 59min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:66901
Résumé: Une voiture à l'arrêt, en pleine forêt. La nuit est en train de tomber. Il a coupé le moteur. Cela fait des semaines qu'il prépare leur anniversaire de mariage. Elle n'y a vu que du feu, plongée qu'elle était dans sa détermination à suivre la règle imposée pour sauver leur couple : jouer au roi du silence. A présent, il peut tranquillement dérouler son plan. Avant qu'ils se retrouvent coincés dans l'habitacle de leur voiture, il a pris soin d'extraire du coffre une petite boite, qu'il ouvre... Soumis à un danger imminent et aux lourds secrets d'une enfance passée dans ces mêmes bois, qui sortira vainqueur de ce huis clos hitchcockien ?
Lu par:Gérald Bloch
Durée:3h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:70131
Résumé: Un jeune peintre se souvient de sa relation avec Michel. Tout les oppose - l'âge, la classe sociale, l'apparence - pourtant ils vivent une histoire inoubliable. A leurs côtés, on traverse les méandres de la passion, de la parenthèse enchantée des premiers jours à la fin de l'innocence. Le roman d'amour se fait alors chant funèbre, car l'ombre de la maladie et de la mort ne cesse de planer sur les amants. Rafael Chirbes travaillait sur ce manuscrit depuis vingt ans. Avec une étrange et frénétique fulgurance, il a achevé Paris-Austerlitz quelques mois avant de mourir, concluant ainsi une oeuvre majeure par un texte exceptionnel, sa version à lui du Journal du voleur de Genet.
Durée:4h. 20min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71281
Résumé: C'est fou le nombre de choses que les mères ne font pas : boire, faire la fête, avoir une vie, voir du monde, écrire. Alors qu'elle fait ses premiers pas balbutiants dans la maternité, une romancière à succès apprend qu'une de ses anciennes connaissances vient de noyer ses jumeaux. Le fait divers secoue toute l'Espagne, mais pour elle, l'histoire devient une obsession. Elle demande un congé sabbatique, non tant pour élever son enfant que pour se lancer dans une enquête vertigineuse sur ce crime. En s'attaquant au tabou des tabous, l'infanticide, en évoquant sans fard la vie secrète, solitaire et ennuyeuse de la jeune maman, en croisant le fer avec les "mères à l'enfant" triomphantes et caricaturales des magazines, Katixa Agirre questionne la violence, l'ambivalence et les bouleversements que charrie l'enfantement dans une société résolue à les passer sous silence. Son roman, mené comme un thriller, mêle brillamment chronique judiciaire et récit intime, et met en lumière les fragilités et les gouffres méconnus des mères débutantes.
Durée:8h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:32144
Résumé: " Le titre mondial est en jeu : pour la vingt-quatrième et dernière partie du championnat, dans un religieux silence, deux superdoués s'affrontent aux échecs... Mais tandis que progresse leur duel sans merci, un véritable roman d'espionnage se déroule ... " L'enfance des deux champions, les liens avec le terrorisme international, en particulier d'Espagne et France, des aspects crus de société ou de personnes, imagination, vitalité et humour d'Arrabal et aussi "sa connaissance passionnée des échecs (...) celui de son délire unique avec l'universelle folie de notre époque." Le scénario s'enroule autour d'une partie d'échecs. Un diagramme d'échecs illustre chaque coup des joueurs. Partie intéressante où bien entendu le charme est à chaque coup le commentaire approprié d'Arrabal à travers les pensées des deux personnages du roman.
Durée:14h. 19min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:30874
Résumé: En juin 2005, l'histoire d'un paisible nonagénaire barcelonais fait le tour du monde : Enric Marco, le charismatique président de l'Amicale de Mauthausen, qui pendant des décennies a porté la parole des survivants espagnols de l'Holocauste, n'a jamais connu les camps nazis. Et l'Espagne d'affronter sa plus grande imposture, et Javier Cercas sa plus audacieuse création littéraire. Avec une mise en garde à ne pas négliger : « La littérature n'est pas un passe-temps inoffensif mais un danger public. »
Durée:6h. 9min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16853
Résumé: Figure célèbre de l'avant-garde madrilène, Ramon Gomez de la Serna (1888-1963) publie à dix-sept ans son premier livre, bientôt suivi par des essais, des nouvelles, des drames, des comédies et des biographies. Son exubérance et sa curiosité sont sans limites. Surtout, cet homme-Protée (et avant tout poète) va inventer une forme littéraire à laquelle il donnera un nom : la gregueria. Valery Larbaud tentera d'y substituer le mot français " criaillerie " qui ne traduit toutefois pas vraiment cette association d'idées pleine d'esprit, cette cabriole ironique issue de l'observation minutieuse et irrationnelle d'un détail insignifiant... Ramon maîtrise la folie extraordinaire d'une langue poétique et sensuelle comme un sixième sens. Décadent, burlesque, absurdement de mauvais goût, Gomez de la Serna se savoure comme une friandise. " Nicole Zand, Le Monde (Babelio)
Lu par:Cathy Spicher
Durée:6h. 11min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:20933
Résumé: L'enfant n'eut pas le temps d'avoir peur. Tous les ressorts de la survie se détendirent en lui. Il palpa la paroi dans son dos à la recherche d'il ne savait quoi : une porte qui n'existait pas ou une mère qui lécherait ses blessures. Les flammes illuminèrent l'intérieur de la tour, et l'espoir traversa son corps de toutes parts quand il distingua une ombre étroite verticale juste en face de là ou il se trouvait. En un temps dont il ne contrôlait plus l'écoulement, il atteignit l'ombre. Là-haut, il laissa passer les heures, noirci mais vivant, sans savoir comment interpréter la torture à laquelle il avait été soumis.
Durée:15h. 17min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71585
Résumé: "Le soir du 23 juin 1956, fête de la Saint-Jean, le dénommé Bande-à-part surgit des ombres de son quartier habillé d'un costume d'été cannelle flambant neuf." Manolo Reyes, le beau voyou de Barcelone, passe ses journées 'à voler des motos et baratiner les filles. Ce soir-là, il se faufile dans les jardins d'une élégante villa du quartier San Gervasio dans le seul but de séduire la jeune fille riche qui assouvira tous ses rêves. Mais au jeu de l'amour, parfois, tel est pris qui croyait prendre...
Durée:7h. 6min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:67569
Résumé: Un enfant chétif sous la coupe de nonnes sadiques, un assassin venant à confesse se confier à sa prochaine victime, un voleur littéralement aspiré par le tableau qu'il s'apprête à dérober, ou encore un tueur à gages qui n'aime rien tant que le méli-mélo de danger, de mystère, de petites filles et d'aventure... : autant d'histoires qui, plutôt que décrire des scènes ou investir des lieux, se focalisent sur des situations singulières, sur des acres répréhensibles et sur la noirceur des âmes. Les protagonistes — tous des hommes, c'est à noter — sont pris par une rage irréductible, une passion dévorante ou un extravagant fatalisme. Leur conduite est dénuée de tout aspect dramatique. Ils tuent des épouses, des ennemis, des inconnus, des fillettes buvant du lait chocolaté... pour simplement balayer une complication domestique.
Durée:4h. 33min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:71781
Résumé: Un architecte qui fuit Constantinople avec les plans d'une bibliothèque inexpugnable, un étrange cavalier qui arrive à convaincre un tout jeune écrivain (accessoirement nommé Miguel de Cervantes) d'écrire un roman inégalable... on retrouve dans ce recueil une atmosphère et des thématiques familières aux lecteurs de Zafón : des écrivains maudits, des bâtisseurs visionnaires, des identités usurpées, une Barcelone gothique et certains des personnages phares de la tétralogie du Cimetière des livres oubliés, tels Semperé, Andreas Corelli ou David Martin. Il se dégage de l'ensemble une unité parfaite et un charme profond et envoûtant, dans un halo de mystère (et de vapeur)
Lu par:Nicole Roche
Durée:5h. 48min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:22430
Résumé: « Ce ne furent ni le silence ni la tension de l'échange qui firent s'abattre ces mots sur la table. Si elle les avait prononcés trop fort, ou les avait criés, cela aurait ressemblé à une réaction d'agressivité infantile, mais formulés ainsi, sur ce ton neutre et plat, ils se chargèrent d'une intensité brutale, comme si la haine, traversant la barrière de la passion, s'était installée dans son territoire le plus cruel, celui de l'indifférence absolue. Sara avait reposé la fourchette sur l'assiette, bu de l'eau, séché ses lèvres et déclaré : "Je te déteste" comme si aucun acte ne se différenciait du précédent et que tout appartenait à une même chaîne de faits inconsistants. » Une mère despotique qui se meurt sur un lit d'hôpital, une adolescente repliée dans l'anorexie, une impossible relation homosexuelle entre un homme de cinquante ans et un jeune garçon de vingt ans, un coureur de fond obsédé par la réussite... En quatre nouvelles - Filiation, Affaiblissement, Nocturne, Marathon - où s'entremêlent la tragédie et le pathétique, Andrés Barba pointe la difficulté des relations amoureuses, le poids de la famille, la communication réduite aux disputes ou aux banalités d'usage, la solitude et la douloureuse conscience du temps. Avec ses personnages traumatisés par l'existence et confrontés à la difficile vérité de la mort, l'univers d'Andrés Barba, porté par une écriture tout aussi incisive qu'enlevée, happe et captive. Une œuvre puissante et atypique qui mérite tous les éloges.