Contenu

En finir avec les violences sexistes et sexuelles: manuel d'action

Résumé
« Ce livre est un manuel d’action. Il veut donner à chacune et chacun des outils pour que les violences sexistes et sexuelles s’arrêtent. Pour de bon. Tout simplement. Est-ce une utopie ? Je ne pense pas. Les violences que subissent en France les femmes et les enfants ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser. Comment ? Le plus efficace serait de mettre en place des politiques publiques ambitieuses de prévention, d’éducation, de formation et de prise en charge des victimes. Pour cela, il faudrait être présidente ou président de la République. Il ne vous aura pas échappé que les présidents successifs comme l’actuel n’ont pas fait de cette thématique leur priorité. Alors, quand les politiques publiques ne sont pas au rendez-vous ou à la hauteur, il reste nous. Chaque personne qui tient ce manuel entre ses mains a un immense pouvoir : celui de parler, de convaincre et d’intervenir pour faire cesser les violences. Et si nous sommes des milliers, voire des centaines de milliers, à devenir des super-héroïnes et super-héros de la lutte contre les violences, celles-ci peuvent reculer. Ce superpouvoir, pour être activé, nécessite de connaître la réalité des violences, de comprendre les mécanismes et de disposer de quelques techniques pour agir. C’est l’objet de ce livre. La première partie donne des informations sur la réalité des violences sexistes et sexuelles en France : chiffres clés, définitions. La deuxième partie s’intéresse aux mécanismes des violences pour les comprendre et réussir à les déconstruire. La troisième partie vous propose des outils pour agir dans votre entourage, au travail ou dans la rue. Identifier, comprendre, agir : ce sont les trois étapes pour changer le monde. »
Durée: 5h. 2min.
Édition: Paris, R. Laffont, 2021
Numéro du livre: 70981
ISBN: 9782221252987
CDU: 301

Documents similaires

Durée:12h. 48min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:66951
Résumé: En 2017, une simple enquête pour la chaîne de télévision NBC mène Ronan Farrow à une histoire dont on n'ose parler qu'à voix basse : un des producteurs les plus puissants de Hollywood serait un prédateur sexuel, protégé car il règne parla terreur et l'argent. Ainsi démarre l'affaire Harvey Weinstein. Alors que Ronan Farrow se rapproche de la vérité, des hommes de l'ombre issus de prestigieux cabinets d'avocats et de cellules d'espions montent une campagne d'intimidation, menacent sa carrière, le traquent sans relâche et instrumentalisent son passé familial. Au même moment, il est confronté au sein de sa chaîne à un degré de résistance incroyable, mais il a enclenché le mouvement : partout dans le monde des femmes se lèvent pour témoigner. Les faire taire c'est la voix de ces femmes qui ont tout risqué pour dire la vérité. Impressionnant travail d'investigation se lisant comme un thriller, Les faire taire nous invite dans les coulisses d'une enquête qui secoue notre époque.
Durée:2h. 57min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71228
Résumé: En quoi consiste l'inceste ? Est-il l'objet d'une prohibition universelle ? Cette interdiction concerne-t-elle les seules parentés "? biologiques ? " ou s'étend-elle aux diverses parentés "? sociales ? ", comme celles qui se tissent aujourd'hui dans les familles dites recomposées mais qui existent aussi dans beaucoup d'autres sociétés ? Cette prohibition joue un rôle fondamental dans le fonctionnement des multiples systèmes de parenté étudiés de par le monde. Mais d'où vient-elle ? Peut-on penser, avec Claude Lévi-Strauss, que l'interdit de l'inceste marque à lui seul le passage de la nature à la culture ? Et comment comprendre, alors, la tension persistante entre l'interdit proclamé, institutionnalisé, et la pratique incestueuse qui, partout, demeure ? Voyage dans l'espace et dans le temps, cette réflexion met en évidence un fait essentiel, le caractère spontanément asocial et indifférencié de la sexualité humaine et la nécessité d'une régulation sociale de cette spontanéité. Il met ainsi en lumière les principaux enseignements de l'anthropologie sur la question de l'inceste, fait social majeur et aujourd'hui d'une actualité brûlante.
Durée:4h. 51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:15913
Résumé: Qu'est-ce que l'inceste ? Pourquoi toutes les sociétés humaines l'interdisent-elles, alors que, paradoxalement, ce que l'une définit comme incestueux ne l'est pas forcément chez l'autre ? Que vise donc la prohibition de l'inceste : interdire la relation sexuelle ou le mariage avec un proche, ou bien favoriser un besoin vital aux groupes humains et, en particulier, aux familles - celui de se relier, pour survivre, à d'autres groupes ? Publié en 1897, seize ans avant le Totem et Tabou de Freud, La Prohibition de l'inceste et ses origines est un texte profondément novateur qui met à mal les explications communes de l'interdit de l'inceste.
Durée:7h. 21min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:69346
Résumé: « Les violences patriarcales sont le produit d’un système de croyances dans lequel les hommes doivent dominer. La masculinité est partout liée au pouvoir et au contrôle ; les garçons l’apprennent dans leurs familles, par les médias, leurs copains, les jeux, le sport. Et tout en apprenant qu’il faut être fort et puissant, ils apprennent aussi que ce qui est féminin vaut moins que ce qui est masculin. » « On ne naît pas homme, on le devient. » C’est en partant de ce postulat que Valérie Rey-Robert analyse la construction du genre. Selon elle, le principal problème des violences faites aux femmes est la virilité. Elle nous invite à nous questionner sur la socialisation des garçons et des filles, sur la masculinité et sa violence inhérente, sur nos stéréotypes de genre. Il appartient de déviriliser nos sociétés, pour que les hommes cessent de tuer leurs compagnes et leurs enfants, qu’ils cessent de se tuer entre eux, qu’ils cessent de s’automutiler. Ceci ne pourra passer que par un grand travail de prise de conscience et d’éducation. Une problématique qui nous engage toutes et tous.
Durée:9h. 12min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:73822
Résumé: En pleine fête de fin d'année dans une école de Haute-Savoie, un enfant est molesté par un parent d'élève qui l'avait pris pour un autre. Alors qu'elle tente de réparer cette injustice, Lorraine, la mère de l'enfant visé, doit faire face à son passé douloureux. Premier roman.
Durée:10h. 37min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:70545
Résumé: Partant du témoignage d'une victime d'inceste, le psychiatre R. Coutanceau apporte un éclairage sur la souffrance psychique de la victime, sur ce qui conditionne ce drame (comportement du père ou du beau-père) et sur les aspects sociétaux et culturels de l'inceste. Il aborde également la question de la prise en charge spécialisée. Avec en annexes des textes de loi et des adresses.
Durée:1h. 38min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:68216
Résumé: « Ceci est une adresse. Aux femmes en général, autant qu’à leurs alliés. Je vous écris d’où je peux. Le privé est politique, l’intime littérature. » En France, la quatrième vague féministe a fait son entrée : non plus des militantes, mais des femmes ordinaires. Qui remettent en cause les us et les coutumes du pays de la gaudriole, où une femme sur dix est violée au cours de sa vie, et où tous les trois jours une femme est assassinée par son conjoint. Dans ce court texte incisif qui prône la sororité comme outil de puissance virale, Chloé Delaume aborde la question du renouvellement du féminisme, de l’extinction en cours du patriarcat, de ce qu’il se passe, et peut se passer, depuis le mouvement #metoo.
Durée:2h. 37min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:31131
Résumé: Un roman à la fois drôle et violent sur le harcèlement scolaire, raconté à la première personne par la voix d'un enfant.
Durée:7h. 3min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:25941
Résumé: Il est possible de détruire quelqu'un juste avec des mots, des regards, des sous-entendus : cela se nomme violence perverse ou harcèlement moral. Dans ce livre nourri de nombreux témoignages, l'auteur analyse la spécificité de la relation perverse et met en garde contre toute tentative de banalisation. Elle nous montre qu'un même processus mortifère est à l'œuvre, qu'il s'agisse d'un couple, d'une famille ou d'une entreprise, entraînant les victimes dans une spirale dépressive, voire suicidaire. Ces violences insidieuses découlent d'une même volonté de se débarrasser de quelqu'un sans se salir les mains. Car le propre du pervers est d'avancer masqué. C'est cette imposture qu'il faut dévoiler pour permettre à la victime de retrouver ses repères et de se soustraire à l'emprise de son agresseur. S'appuyant sur son expérience clinique, l'auteur se place en effet, en tant que victimologue, du côté des personnes agressées pour que le harcèlement qu'elles subissent quotidiennement soit pris en compte et nommé pour ce qu'il est : un véritable meurtre psychique. Le sujet du harcèlement moral reste largement inédit en France. D'où l'intérêt de ce livre remarquablement documenté, qui est aussi un guide pratique pour les victimes ou ceux qui veulent les aider (choix de la thérapie la mieux adaptée, étapes à court et long terme vers la guérison...) et pour les professionnels auxquels il propose une approche nouvelle.
Durée:6h. 30min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:15434
Résumé: La manipulation mentale fait peur et fascine à la fois. Elle est de plus en plus présente dans la vie quotidienne : chantage affectif familial, jeux de pouvoir au travail, domination individuelle dans le couple, forte influence d'un ami... Il existe une catégorie d'individus nuisibles et destructeurs dont le but reste le même à travers les siècles : satisfaire leurs priorités à nos dépens...
Lu par:Marie Tabard
Durée:3h. 17min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68728
Résumé: Un matin, la police entre dans un collège de Stains. Huit élèves, huit garçons, sont suspectés de viol en réunion sur une fille de la cité voisine, Fatima. Leur interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ? Il y a les parents, le principal, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde. Tandis que l’événement ravive en elle des souvenirs douloureux, Emma s’interroge : face à ce qu’a subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Car il est des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom… Avec beaucoup de justesse, Gabrielle Tuloup aborde la question de l’abus sexuel dans notre société. Le lecteur, immergé dans l’intimité de personnages confrontés à la notion de consentement et aux lois du silence, suit leur émouvante quête de réparation.
Durée:6h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:68738
Résumé: Alors qu’elle se remettait d’une déception amoureuse, la narratrice, prise entre ses aspirations et les attentes de ses parents, s’est quelque peu précipitée dans le mariage. L’heureux élu est un brillant universitaire, un admirable militant – l’homme idéal ? Mais la jeune femme déchante vite, confi née dans sa maison à Mangalore, loin de sa famille, de ses amis. C’est d’abord ses habitudes que son mari entreprend de réformer : il faut qu’elle cesse de passer tant de temps sur internet, sur sa boîte mail, sur les réseaux sociaux – et puis, finalement, sur son ordinateur. Pour elle qui vit de son écriture, c’est presque un arrêt de mort. Il faut qu’elle devienne une parfaite femme du peuple, qu’elle assimile et incarne la doctrine marxiste. Et surtout, surtout, qu’elle respecte son époux et se conforme en tout point à ses désirs. Cet “endoctrinement” passe par la violence, qui emprunte toutes les ramifications possibles, plus perverses les unes que les autres. Pour ne pas sombrer, la narratrice lutte, elle écrit dans sa tête, imaginant comment raconter son histoire, cherchant la moindre faille. Peu à peu, elle invente un stratagème afin de s’en sortir, de garder le contrôle de sa propre vie. De ne pas disparaître. Porté par une voix puissante, ce récit de survie polymorphe, étonnamment lumineux, offre un éclairage salutaire sur les violences faites aux femmes, en Inde et dans le monde. Créant une tonalité singulière, à la fois intime et littéraire, l’auteur décortique avec rage et brio le mécanisme de défense inaltérable que constitue le rapport à la fiction.