Contenu

Dans la peau d'un intouchable

Résumé
Etre mendiant en Inde, c'est être plus pauvre qu'ailleurs. Mais être pauvre et intouchable, c'est subir à la fois la misère et le mépris. Pour connaître ce qu'on vit et ressent quand on est considéré comme la lie de la terre, un journaliste a appris l'hindi, s'est foncé la peau, les cheveux, et s'est mêlé au flot de ceux qui mangent à même un bout de papier et couchent à même la rue. Une enquête unique sur une des conditions les plus misérables du monde. Un témoignage sur les sentiments qu'éprouve un Européen jeté dans l'anonymat et l'humiliation. Un portrait sans complaisance de l'Inde.
Durée: 9h. 35min.
Édition: Paris, Points, 1995
Numéro du livre: 70562
ISBN: 9782020246521
Collection(s): Points
CDU: 95

Documents similaires

Durée:11h. 3min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:21170
Résumé: "La propagation généralisée de la misère et de l'indigence est un scandale social évidemment inadmissible, surtout dans des sociétés parfaitement à même de l'éviter, constate Majid Rahnema. Et la révolte viscérale qu'elle suscite en chacun de nous est tout à fait compréhensible et justifiée. Mais ce n'est pas en augmentant la puissance de la machine à créer des biens et des produits matériels que ce scandale prendra fin, car la machine mise en action à cet effet est la même qui fabrique systématiquement la misère. Il s'agit aujourd'hui de chercher à comprendre les raisons multiples et profondes du scandale. C'est cette recherche qui m'amène aujourd'hui à montrer combien une transformation radicale de nos modes de vie, notamment une réinvention de la pauvreté choisie, est désormais devenue la condition sine qua non de toute lutte sérieuse contre les nouvelles formes de production de la misère."
Durée:16h. 15min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:30600
Résumé: Près d'un milliard de personnes vivent avec moins de un dollar par jour. Les politiques destinées à lutter contre la pauvreté semblent souvent incapables d'améliorer leurs conditions de vie. Cet échec pourrait-il être dû aux failles des théories qui sous-tendent ces programmes plutôt qu'au caractère écrasant de la tâche ? C'est cette hypothèse que défend cet ouvrage. Les experts ont pris l'habitude de décider à la place des pauvres de ce qui est bon pour eux sans prendre la peine de les consulter. Abhijit V. Banerjee et Esther Duflo ont initié la démarche inverse. À distance des réflexes partisans, ce livre aborde ainsi le défi du combat contre la pauvreté comme une série de problèmes concrets qui, une fois correctement identifiés et compris, peuvent être résolus un à un.
Durée:13h. 17min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71525
Résumé: En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îless’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur. C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le veganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d’« archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l’illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms). À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…
Durée:4h. 29min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:29888
Résumé: Comme les mammouths la classe ouvrière s'est éteinte, tel est le constat de Benassa, ouvrier de l'usine Supercavi et homme rustre au syndicalisme chevillé au corps. Partant de ce constat, une décision radicale sera prise. Cette dernière est prétexte pour Antonio Pennacchi à l'évocation de ses années de lutte syndicale, de grèves, de manifestations et d'occupation d'usine...
Lu par:Wanda Asnar
Durée:10h. 19min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75640
Résumé: Franco-Brésilien et correspondant du journal Le Monde, l'auteur a enquêté sur le président brésilien Bolsonaro pour retracer son parcours ainsi que les moments forts de son mandat. Il évoque la gestion de la pandémie de Covid-19, les immenses brasiers qui ont dévasté l'Amazonie, les tentatives de coup d'Etat ou les coups de sang à répétition.
Lu par:Simon Corthay
Durée:6h. 16min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:73160
Résumé: L'East End est un véritable cauchemar. Petit à petit, année après année, la Grande-Bretagne perd toute une population rurale — qui ne se renouvelle pas — au profit de ce vaste dépotoir qui tue ses habitants en deux ou trois générations. Au crépuscule de l'ère victorienne, Jack London nous décrit un quartier de Londres surpeuplé, paupérisé voire sinistre : l'East End. De son immersion dans ces bas fonds il nous laisse un témoignage édifiant, consternant. Bienvenue en enfer !
Durée:8h. 33min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:68450
Résumé: Cette remarquable biographie du père Joseph Wresinski a été présentée par l’auteur au Conseil économique, social et environnemental le 17 octobre 2014, à l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère. Avec brio, Georges-Paul Cluny introduit le lecteur dans la pensée et la spiritualité du « Père Joseph ». Cette dernière permet de comprendre pourquoi, après être sorti de l’extrême misère de son enfance, devenu prêtre, le fondateur d’ATD-Quart Monde acceptera de partager à nouveau la vie des exclus et portera leur voix jusqu’aux plus hautes instances politiques nationales et internationales. Toute sa vie, ancrée dans une lecture de l’Évangile, le Père Joseph vivra avec les personnes « les plus pauvres », non pour les aider mais pour « être avec » elles. Jusqu’au bout, il défendra « l’homme pauvre » à la dignité intacte, alors que les regards soupçonneux, méprisants qu’il subit constamment ne peuvent que l’humilier. C’est cette vision de l’homme qui a fait évoluer les sociétés et bouger des politiques. Dans une très belle préface, Michel Rocard écrit : « Des hommes qui voulaient soulager la misère, j’en ai connu, et non des moindres ! Mais d’homme qui, connaissant comme lui ce champ de la blessure humaine, voulait la détruire, je n’en ai connu qu’un : lui. »
Durée:5min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:37712
Résumé: Tous les soirs, un petit garçon dort avec sa maman dans un appartement différent. Après l'école, il l'attend à la bibliothèque pour qu'elle l'emmène vers leur destination nocturne. Femme de ménage, sans domicile, cette maman termine sa tournée par une agence immobilière où elle trouve les clés d'appartements vides.
Durée:4h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:37570
Résumé: À Port-au-Prince, la violence n’est jamais totale. Elle trouve son pendant dans une « douceur suraiguë », douceur qui submerge Francis, un journaliste français, un soir au Korosòl Resto-Bar, quand s’élève la voix cassée et profonde de la chanteuse, Brune. Le père de Brune, le juge Berthier, a été assassiné, coupable d’être resté intègre dans la ville où tout s’achète. À l’annonce de la mort de ce père qui lui a appris à « ne jamais souiller son regard », la raison de sa fille a manqué basculer. Six mois après cette disparition, tout son être refuse encore de consentir à la résignation. Son oncle Pierre n’a pas non plus renoncé à élucider ce crime toujours impuni. Après de longues années passées à l’étranger, où ses parents l’avaient envoyé très jeune – l’homosexualité n’était pas bien vue dans la petite bourgeoisie –, il vit reclus dans sa maison, heureux de rassembler ses amis autour de sa table les samedis. [Source: S. Wespieser, 2018]
Durée:1h. 42min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:69978
Résumé: Zoé vit avec sa mère, sa soeur et son chien Jean-Louis. Ils sont heureux, même si l'huissier vient régulièrement saisir des affaires pour payer leurs dettes. Mais cette fois, il emmène Jean-Louis. Zoé, qui jusque-là avait tout accepté, se révolte. Aidée de ses amis, elle se bat pour racheter son chien. Un roman abordant le thème de la pauvreté.
Lu par:Claude Yersin
Durée:51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74468
Résumé: Les femmes ont toujours eu recours à l'avortement, qu'il soit autorisé ou non, souvent au péril de leur vie. Si de nombreux pays ont rendu légale l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) au cours des dernières décennies, ce droit difficilement acquis, pour et par les femmes, est aujourd'hui en pleine régression. Pourquoi l'avortement est-il encore autant sujet à débats ? Ghada Hatem retrace dans ce texte engagé les jalons de l'histoire complexe de l'avortement. Avorter : est-ce bien ou mal ? Loin de du jugement d'ordre moral, elle livre un manifeste en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps !
Lu par:Marion Martin
Durée:5h. 30min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:26271
Résumé: Nelly fait partie de ceux que l'on appelle " les nouveaux pauvres ". Un jour, sa vie a basculé. Car rien ne prédestinait cette jeune femme munie d'un bac pro de secrétariat à être obligée de pousser les portes d'une banque alimentaire pour pouvoir nourrir sa famille. Seulement voilà. Une séparation, la perte de son emploi, l'accumulation des dettes et Nelly s'est retrouvée à élever seule ses 2 petites filles avec 3 € par jour. Son histoire est d'une effrayante banalité. Sa lutte éprouvante. Pourtant Nelly garde espoir. Elle refuse de baisser les bras. Pour ses enfants.