Contenu

La minute antique: quand les Grecs et les Romains nous racontent notre époque

Résumé
Pourquoi la licorne, animal mythologique, passionne-t-elle les cours de récréation ? Catilina, fascinant agitateur de la Rome antique, n’aurait-il pas quelques points communs avec Jean-Luc Mélenchon ? La princesse Philomèle, dans Les Métamorphoses d’Ovide, ne serait-elle pas la première des #MeToo ? Comment Romulus et Remus traitaient-ils les migrants ? Et que pensaient les Athéniens de la question du genre ? Prêtez l’oreille à Tirésias, qui fut un homme et qui fut une femme… De l’Énéide à Facebook, des Amazones aux féministes, de la colère d’Achille aux clashs entre rappeurs, et de l’Olympe de Zeus à l’Élysée jupitérien, Christophe Ono-dit-Biot montre, en une minute ou un tout petit peu plus, et avec malice et érudition, comment les Grecs et les Romains peuvent nous aider à mieux comprendre notre époque.
Genre littéraire: Histoire/géographie
Durée: 4h. 40min.
Édition: Paris, Editions de l'Observatoire, 2019
Numéro du livre: 67684
ISBN: 9791032904145
CDU: 300

Documents similaires

Durée:4h. 58min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:25971
Résumé: La notion d'Antiquité tardive s'affirme en se substituant à celle plus étroite et péjorative de Bas-Empire romain. L'histoire de cette période (IIIe-VIIe siècle) montre qu'elle possède des traits originaux et que la civilisation antique a perduré dans le monde méditerranéen jusqu'aux VIIe et VIIIe siècles.
Lu par:Richard Lemal
Durée:3h. 41min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:33415
Résumé: Ce livre n'est pas une biographie d'Alexandre le Grand (356-323 av. J. -C.), figure historique célèbre pour ses conquêtes et l'empire qu'il parvint à édifier. A travers le sort de ce personnage fascinant qui régna sur trois continents, des questions plus générales se posent : quelle est l'origine de la domination d'Alexandre ? Comment comprendre ses objectifs ? Quelle était la situation de l'adversaire, l'empire Perse-Achéménide, et quelles résistances la conquête y a-t-elle suscitées ? Comment, enfin, l'empire s'est-il organisé, avec quels rapports entre les conquérants et les populations conquises ? Car, au-delà de la seule personne d'Alexandre le Grand, c'est un véritable phénomène historique que cet ouvrage analyse et dont il met en relief les principaux caractères.
Lu par:Martine Leroy
Durée:24h. 4min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:68977
Résumé: La paix introuvable. Le 11 novembre 1918, au matin, Georges Clemenceau déclare à son chef de cabinet : " Nous avons gagné la guerre, il nous faut maintenant gagner la paix, et ce sera plus dur encore. " En effet, outre la mauvaise volonté allemande, il faudra non seulement compter avec la diplomatie d'équilibre des Britanniques qui ne veulent pas trop affaiblir l'Allemagne au profit de la France, mais aussi avec les ambitions du président américain Wilson dont les principes démocratiques pour la reconstruction du monde - le droit des peuples, l'Etat-nation, la SDN... - privent les Européens de toute politique d'annexion. Loin d'être à l'apaisement, les années d'après-guerre sont marquées par le trouble et l'incertitude. La guerre continue à l'Est, dans les pays baltes en 1919, entre la Pologne et la Russie de 1920 à 1921, entre les Turcs et les Grecs de 1919 à 1922, tandis que la guerre civile en Russie cause la mort de 5 à 7 millions de personnes. Surtout, le spectre de la révolution bolchevique, victorieuse en Russie, s'insinue de l'Allemagne à la Hongrie en passant par l'Italie. L'ennemi n'est plus tout à fait le germanisme, mais le bolchevisme, infiltré sous la forme des nouveaux partis communistes d'Europe. Un monde radicalement nouveau est né, une nouvelle ère idéologique coincée entre Wilson et Lénine, deux messianismes à côté desquels la France et la Grande-Bretagne ne tiennent plus le premier rôle. En ces années où prévaut l'illusion d'une paix durable, les instabilités, les aigreurs et les déceptions attisent déjà le feu de la revanche. Clemenceau avait raison : il était plus difficile de gagner la paix que la guerre. Et la France, qui a gagné la guerre, a perdu la paix. Jean-Yves Le Naour livre une étude brillante et rénovée - parfois iconoclaste - de cette tragique sortie de guerre, étudiant notamment le traité de Versailles, dont le grand perdant ne fut peut-être pas l'Allemagne, mais la France.
Durée:10h. 15min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:70980
Résumé: Où sont allés les plus aventureux des Phéniciens, des Égyptiens, des Grecs, des Romains ? Certains ont-ils déjà fait le tour de l’Afrique ? Que connaissent-ils à la fin de l’Antiquité du reste de la Terre habitée ? Où sont arrivés Indiens et Chinois ? Ces questions sont essentielles pour connaître l’étendue et l’intensité des relations entre les grandes civilisations. Dès l’Antiquité, Europe, Afrique et Asie étaient en contact. Il n’a pas fallu attendre Marco Polo ou les Grandes Découvertes pour voir des hommes et des femmes se déplacer et échanger marchandises et savoirs à très longue distance. De l’Islande au Vietnam, des côtes d’Afrique aux steppes de Mongolie, poussés par le vent de mousson comme le bateau du Palmyrénien Honaînû en route pour l’Inde ou au rythme lent des caravanes contournant le bassin du Tarim, marins, marchands ou ambassadeurs parcourent et décrivent des pays lointains. Ce que les Grecs connaissent et reçoivent de l’Inde, ce que les Chinois savent de Rome, ce que l’Inde emprunte à l’art et à la pensée grecs, sans négliger les expéditions dirigées vers l’Europe du Nord ou l’Afrique subsaharienne, un monde méconnu se découvre, où l’on trouve aussi bien des Indiens égarés sur les côtes danoises que des Grecs emportés par les vents à Zanzibar ou à Ceylan, tandis qu’un ambassadeur chinois hésite à se lancer sur le golfe Persique. À partir de textes, vestiges archéologiques et inscriptions, Maurice Sartre raconte les premières rencontres de trois continents, révélant à nos yeux la naissance d’un monde unique.
Lu par:Mari Caucal
Durée:14h. 7min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:65548
Résumé: Nicolas Richer présente les traits majeurs de l'évolution de la cité, du VIIIe au IVe siècle av. J.-C., non seulement d'un point de vue politique mais aussi artistique ou social. La richesse des sources portant sur les usages éducatifs, politiques, religieux et militaires donne ainsi à lire le fonctionnement d'une cité passionnante dont l'un des traits originaux consiste dans l'importance qu'elle accorde à la collectivité, à la guerre et au mérite. Ce n'est pas sans raison que Xénophon notait que "Sparte l'emporte en vertu sur toutes les cités, parce qu'elle est la seule où se conduire vertueusement soit une obligation publique ".
Durée:2h. 56min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:30921
Résumé: «Ayant eu pour métier l'étude de l'Antiquité gréco-romaine, je n'ai cessé de rencontrer Palmyre sur mon chemin professionnel. Avec la destruction de Palmyre par l'organisation terroriste Daech, tout un pan de notre culture et mon sujet d'étude viennent brutalement de voler en éclats. Malgré mon âge avancé, c'était mon devoir d'ancien professeur et d'être humain de dire ma stupéfaction devant ce saccage incompréhensible et d'esquisser un portrait de ce que fut la splendeur de Palmyre qu'on ne peut plus désormais connaître qu'à travers les livres». Paul Veyne.
Lu par:Manon
Durée:8h. 9min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:32463
Résumé: Chaque chapitre part d'un événement, d'un personnage ou d'un lieu contemporain pour dresser un tableau de correspondances entre l'univers de l'Antiquité et le monde actuel. Le Planétarium de la Villette introduit la réflexion sur la nature et le cosmos, les égouts de Paris servent de métaphore pour le chapitre sur l'ombre. Ainsi à la manière des Anciens, le monde donne à penser. ©Electre 2016
Durée:4h. 8min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:33014
Résumé: Le prince Setna est sur le point de retrouver sa fiancée Sékhet, qui se cache dans Memphis pour échapper aux tueurs. Mais le mage noir, Kékou, réussit à le devancer. Il kidnappe la jeune femme afin de s'emparer de son âme. Cet odieux stratagème est le seul qui lui permettrait d'actionner les pouvoirs du vase d'Osiris et d'en faire une arme de destruction. Setna doit faire vite pour sauver son grand amour. Accompagné de ses fidèles complices, il se lance dans une terrible bataille contre le Mal. Parviendra-t-il à déjouer les pièges maléfiques de Kékou ? Réussira-t-il à défaire l'infâme complot que ce dernier ourdit à l'encontre de Ramsès II ? Retrouvera-t-il enfin le vase d'Osiris ?
Durée:26h. 25min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:38553
Résumé: Depuis l’Iliade (VIIIe siècle av. J.-C.) jusqu’à Pompée et ses expéditions militaires en Orient (Ier siècle av. J.-C.), en passant par Alexandre le Grand, les mythiques Amazones ont toujours fasciné les Grecs, puis les Romains : des guerrières qui rivalisaient avec les héros grecs par leur courage et leurs prouesses militaires, mais qui ressemblaient aussi aux Barbares – la légende disait qu’elles se coupaient le sein gauche pour tirer à l’arc et qu’elles se débarrassaient de leurs enfants mâles. Mais les Amazones sont-elles seulement un mythe, un fantasme terrifiant inventé par les Grecs et les Romains ? Que peuvent-elles nous apprendre sur la réalité des civilisations avec lesquelles les Grecs étaient en relations commerciales ou guerrières ? Dans ce livre qui fera date, Adrienne Mayor révèle que les Amazones trouvent leur origine dans la réalité historique et met à bas le mythe selon lequel il n’y aurait jamais eu de femmes guerrières. Les découvertes archéologiques faites dans ces immenses étendues où nomadisaient les Scythes – et donc les Amazones décrites par Hérodote – ont permis d’identifier sans doute possible les restes de guerrières mortes au combat. On a longtemps cru qu’un squelette accompagné d’armes était celui d’un homme. Les analyses modernes (en particulier génétiques) montrent que c’est faux dans un nombre considérable de cas ! Il n’y a jamais eu de guerrières se mutilant la poitrine ou tuant leurs fils, mais il y a eu des tribus scythes où les femmes combattaient à l’égal des hommes. Adrienne Mayor se lance à leur poursuite et nous invite à un fabuleux voyage historique jusqu’aux confins de la Chine
Durée:24h. 26min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26770
Résumé: De la conquête d'Alexandre à la conquête islamique, la Syrie a tenu une place de première importance dans le monde grec - la Syrie au sens où l'entendaient les Anciens, depuis les derniers contreforts de l'Anatolie au nord jusqu'aux portes de l'Egypte au sud, de la Méditerranée à la vallée de l'Euphrate et au vaste désert syro-mésopotamien. Par-delà l'histoire des royaumes issus de la conquête macédonienne, celle des États indigènes installés sur leurs décombres ou encore celle de la domination romaine, la Syrie connaît l'expérience passionnante d'une confrontation permanente des cultures, chaque peuple - Phéniciens, Araméens, Arabes, Juifs, Grecs et Romains - apportant des éléments à la construction d'une identité syrienne aux multiples facettes. Lieu d'affrontements parfois violents, plus souvent d'interpénétration pacifique, elle offre l'image d'une terre prospère, d'un actif lieu de production et d'échanges, carrefour entre la Méditerranée et la Mésopotamie ou la péninsule Arabique, et celle d'un creuset bouillonnant d'innovations culturelles, artistiques et religieuses. Tandis que les grands dieux du salut de la Syrie araméenne émigrent jusqu'aux frontières de l'Empire, le judaïsme, bientôt privé du Temple, se transforme au contact de l'hellénisme, alors qu'en émerge peu à peu une secte nouvelle appelée à un rapide succès, le christianisme. Tentant une approche globale de la Syrie antique jusqu'à la veille du triomphe des chrétiens, cette ample synthèse sans précédent ni équivalent aborde tous les aspects d'une brillante civilisation qui a duré près de sept siècles et dont Palmyre, Pétra, Bostra, Apamée, Antioche avec tant d'autres sites prestigieux portent aujourd'hui témoignage.
Durée:20h. 22min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26769
Résumé: De la conquête d'Alexandre à la conquête islamique, la Syrie a tenu une place de première importance dans le monde grec - la Syrie au sens où l'entendaient les Anciens, depuis les derniers contreforts de l'Anatolie au nord jusqu'aux portes de l'Egypte au sud, de la Méditerranée à la vallée de l'Euphrate et au vaste désert syro-mésopotamien. Par-delà l'histoire des royaumes issus de la conquête macédonienne, celle des États indigènes installés sur leurs décombres ou encore celle de la domination romaine, la Syrie connaît l'expérience passionnante d'une confrontation permanente des cultures, chaque peuple - Phéniciens, Araméens, Arabes, Juifs, Grecs et Romains - apportant des éléments à la construction d'une identité syrienne aux multiples facettes. Lieu d'affrontements parfois violents, plus souvent d'interpénétration pacifique, elle offre l'image d'une terre prospère, d'un actif lieu de production et d'échanges, carrefour entre la Méditerranée et la Mésopotamie ou la péninsule Arabique, et celle d'un creuset bouillonnant d'innovations culturelles, artistiques et religieuses. Tandis que les grands dieux du salut de la Syrie araméenne émigrent jusqu'aux frontières de l'Empire, le judaïsme, bientôt privé du Temple, se transforme au contact de l'hellénisme, alors qu'en émerge peu à peu une secte nouvelle appelée à un rapide succès, le christianisme. Tentant une approche globale de la Syrie antique jusqu'à la veille du triomphe des chrétiens, cette ample synthèse sans précédent ni équivalent aborde tous les aspects d'une brillante civilisation qui a duré près de sept siècles et dont Palmyre, Pétra, Bostra, Apamée, Antioche avec tant d'autres sites prestigieux portent aujourd'hui témoignage.
Lu par:Jacques Bagge
Durée:5h. 58min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:65441
Résumé: Deuxième empereur de la dynastie des Antonins, Trajan fut maintes fois qualifié d'optimus princeps tant par le Sénat que par le peuple de Rome. Mais ce fils de soldat, né en 53 et qui régna de 98 à 117, fut-il vraiment le "meilleur empereur" que les Romains aient connu ? Indéniablement, il fut le restaurateur de l'idéal augustéen construit autour d'une autocratie éclairée. respectant le Sénat et accordant de l'importance à la libertas individuelle. Conduisant de surcroît une politique d'aide sociale destinée en premier lieu aux enfants pauvres et aux agriculteurs peu aisés, il améliora les conditions de vie des plus démunis. Administrateur efficace, dévoué au bien public, il entreprit en outre de grands travaux, fit rénover et agrandir le système d'approvisionnement en eau et bâtir le plus monumental des forums, qui porte encore son nom. Cet homme d'Etat admiré par Machiavel fut enfin un redoutable chef de guerre, qui eut à coeur non seulement de renforcer le limes le long du Rhin, mais encore de mener une politique de conquêtes volontariste : la Dacie - et ses riches mines d'or -, l'Arabie Pétrée, l'Arménie, l'Assyrie et la Mésopotamie tombèrent ainsi dans les rets romains, portant l'Empire à son apogée.