Contenu

Le déclin du courage: discours de Harvard, juin 1978

Résumé
Le 8 juin 1978 Alexandre Soljénitsyne disait aux étudiants de l'université de Harvard : « Non, je ne peux pas recommander votre société comme idéal pour transformation de la nôtre. (…) Nous avions placé trop d’espoirs dans les transformations politico-sociales, et il se révèle qu’on nous enlève ce que nous avons de plus précieux : notre vie intérieure. À l’Est, c’est la foire du Parti qui la foule aux pieds, à l’Ouest la foire du Commerce : ce qui est effrayant, ce n’est même pas le fait du monde éclaté, c’est que les principaux morceaux en soient atteints d’une maladie analogue. »
Durée: 50min.
Édition: Paris, Belles lettres, 2014
Numéro du livre: 65909
ISBN: 9782251200460
Collection(s): Le goût des idées
CDU: 8

Documents similaires

Lu par:Nina Macquet
Durée:12h. 19min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:73275
Résumé: Un témoignage sur le capitalisme chinois du début du XXIe siècle et sa folie spéculative ainsi que sur l'enrichissement phénoménal de certains dirigeants communistes à travers le récit de l'ascension puis de la chute d'un couple très influent dans la Chine des années 1990 et 2000.
Lu par:André Rocher
Durée:6h. 4min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:26290
Résumé: Sous l'égide d'une nouvelle civilisation-monde, dominée par un capitalisme exubérant, la société devient beaucoup plus compétitive. L'obsession des chiffres se diffuse et la manie du classement (écoles, hôpitaux, chercheurs, cadres, employés...) s'est installée partout. Sur Facebook, les enfants mettent leur vie privée en scène sous le regard et le jugement des autres, chacun cherchant à avoir le plus d'amis possibles. Les firmes organisent une concurrence nouvelle entre leurs salariés, sous-traitant les tâches inutiles, licenciant ceux qui ne peuvent pas suivre. Un monde néo-darwinien, où les plus faibles sont éliminés et soumis au mépris des vainqueurs, est en train de s'imposer. Adossé aux promesses ambigües de la révolution numérique en cours, un scénario crépusculaire se lit entre les lignes de ce monde en devenir. En y ajoutant les bouleversements rendus possibles par la génétique le défi est immense. Rien n'est pourtant inéluctable dans ces évolutions. Les métaphores tirées du monde naturel n'ont de pertinence que pour ceux qui en profitent. A l'heure où des milliards d'humains se pressent aux portes du modèle occidental, l'urgence est de repenser de fond en comble le rapport entre la quête d'un bonheur individuel - pas forcément inaccessible ! - et la marche efficace de nos sociétés modernes.
Durée:8h. 23min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:68890
Résumé: « La Chine n’est plus communiste » : la rumeur s’est répandue, comme une évidence. Mais ne serait-ce pas le plus grand malentendu de notre époque ? Il fallait bien sept années d’observation et plus de 400 entretiens menés par Alice Ekman auprès de hauts cadres du Parti et fonctionnaires, diplomates, représentants d’entreprises, chercheurs et étudiants pour parvenir à comprendre la Chine contemporaine, son fonctionnement, ses évolutions récentes et sa stratégie de puissance, dans un contexte périlleux de tensions avec les États-Unis et de rapprochement avec la Russie. Car, alors que l’idéal libéral est de plus en plus contesté, la Chine cherche désormais à s’imposer comme une puissance de référence, une « solution » pour le monde, selon les propres mots de Xi Jinping, pour un jour parvenir à la « disparition ultime du capitalisme et la victoire finale du socialisme
Lu par:Manon
Durée:20h. 27min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:28385
Résumé: Armée d'un magnétophone et d'un stylo, l'auteure s'efforce de garder vivante la mémoire de cette tragédie que fut l'URSS, à raconter la petite histoire d'une grande utopie. Dans une forme littéraire polyphonique, elle fait résonner les voix de centaines de témoins brisés, des humiliés, des offensés, des staliniens impénitents...
Lu par:Agnès Hatt
Durée:6h. 5min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:72900
Résumé: Suite à la crise de la Covid-19, l'auteur analyse les causes et les conséquences de la pandémie à travers une réflexion issue de l'hétérodoxie et s'interroge sur l'avenir des capitalismes. Il privilégie ainsi un mode de développement économique fondé sur l'éducation, la santé et la culture afin de répondre à la demande des citoyens et aux exigences de la transition écologique.
Durée:1h. 51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:70943
Résumé: L'auteure décrit les enjeux liés à la chasse aux sorcières, en associant ce pan de l'histoire à la genèse du capitalisme, à la domination des femmes ainsi qu'à la destruction de la nature. Elle étudie le retour de la chasse aux sorcières en Inde et en Afrique et rappelle que les sorcières sont des femmes qui développent un rapport à la nature, au langage, au corps et à la sexualité.
Durée:21h. 34min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:32709
Résumé: Approfondissant la réflexion entamée avec son livre No logo, N. Klein dénonce ici les stratégies concertées des tenants de l'ultralibéralisme pour assurer la prise de contrôle de la planète : une mise à contribution des crises et désastres pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs démocratiques les seules lois du marché et de la spéculation.
Lu par:Annie Hutton
Durée:4h.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:35770
Résumé: A Paris, Catherine a combattu auprès des communistes pour l'indépendance algérienne. Elle part à Alger en 1962 pour assister à la naissance d'une nouvelle nation et aider à construire un pays libre. Grisée par cette nouvelle vie loin des siens, elle explore la ville, découvre ses fêtes et vit des aventures amoureuses. Trois ans après cependant, elle est arrêtée par la sécurité militaire. ©Electre 2017
Durée:9h. 25min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:26101
Résumé: Magnitogorsk, énorme combinat sidérurgique et ville-champignon, fut créé en 1929, au sud de l'Oural, au milieu de la steppe, à des milliers de kilomètres à l'est de Moscou. Cette ville-usine surgie à partir de rien, comme des centaines d'autres construites à la même époque en Union Soviétique, allait abriter ce qui fut longtemps le plus important complexe sidérurgique mondial. Alors que, partout ailleurs dans le monde, la crise de 1929 et ses suites provoquaient la fermeture de nombre d'entreprises en jetant sur le pavé des dizaines de millions d'hommes et de femmes, l'URSS s'industrialisait à grande vitesse. Conçus dans le cadre de la planification d'une économie que la révolution d'octobre 1917 avait collectivisée, des usines géantes, des barrages, des villes industrielles voyaient le jour, en mobilisant des millions de travailleurs. John Scott, jeune Américain sympathisant communiste, devenu ouvrier qualifié pour aider l'URSS, participa de 1933 à 1938 à la construction de Magnitogorsk. Il a décrit ce que fut cette industrialisation, l'enthousiasme qui la rendit possible malgré les conditions les plus pénibles, les espoirs qu'elle souleva, les privations et la gabegie qui l'accompagnait donne aussi à voir l'arriération du pays, les populations paysannes découvrant le monde de l'industrie, les moeurs de la bureaucratie locale, les prélèvements qu'elle opère sur l'économie tandis que frappe la répression stalinienne. L'ouvrage de John Scott, publié aux Etats-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, cherchait à convaincre que l'allié soviétique avait su créer une puissante industrie " au-delà de l'Oural ", hors d'atteinte des armées hitlériennes. Le fait que John Scott attribue cela à ce qu'il appelle " le génie de Staline " témoigne de l'aveuglement qui conduisit la majorité des communistes de l'époque à confondre les succès qu'avait permis la révolution d'octobre et la politique de Staline. Une politique qui, loin d'être géniale, accumula les zigzags, les coups de force bureaucratiques, sous fond de dictature policière permanente, qui se soldèrent par des millions de victimes. Ce livre, publié avec une nouvelle traduction, permet de comprendre comment le régime issu de la révolution d'octobre 1917 a pu, malgré le stalinisme, transformer radicalement un sixième de la surface du globe.
Durée:3h. 55min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:34953
Résumé: La sortie du monde façonné par l'industrie de masse du XXe siècle ébranle toute la société française. Quel sera le nouveau monde de la globalisation et de la révolution numérique ? Prenant le contrepied des analyses les plus répandues — désindustrialisation, passage à une société de services —, Pierre Veltz décrit une situation où les services, l'industrie et le numérique convergent vers une configuration inédite : le capitalisme "hyper-industriel". Cette convergence se déploie à l'échelle mondiale, faisant émerger une nouvelle économie, mais aussi une nouvelle géographie. Un grand partage se dessine, entre un archipel de pôles ultra-connectés et des mondes périphériques résiduels. Grâce à l'intensité de la redistribution, l'Europe et la France échappent pour l'instant aux formes les plus brutales de cette dislocation. C'est un atout immense qu'il faut préserver et consolider.
Lu par:Jean Frey
Durée:7h. 57min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:14056
Résumé: Marinus van der Lubbe est cité dans nos manuels d'histoire comme un jeune débile dont les nazis se seraient servis pour incendier le Reichstag et accuser le parti communiste de l'attentat, trouvant une raison de le faire interdire. Il est connu comme ayant été le simple instrument d'un complot national-socialiste. Ce document historique accrédite la thèse selon laquelle Marinus van der Lubbe aurait au contraire opéré seul et lucidement, par un acte sincèrement antifasciste. Après une biographie panoramique qui resitue l'incendiaire dans son temps et son contexte politique, le livre se présente comme une suite de pièces à convictions (carnet, correspondance, procès-verbal...) réévaluant l'acte de Marinus et contredisant par des preuves évidentes les visions "complotistes" étayées après l'incendie par les nazis comme par les communistes.
Durée:3h. 50min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:35397
Résumé: New York. L'escroquerie des subprimes a conduit à la ruine des millions de ménages modestes, dont les parents de Fannie, vieux couple d'ouvriers rêvant d'accéder à la propriété. Fannie, surnommée Minerve par ses collègues parce que son buste pivote tout entier quand on l'interpelle, est en réalité borgne. Elle décide de se rendre à Wall Street, pour tenter de réaliser ses rêves. ©Electre 2017