Contenu

Dostoïevski

Résumé
Il nous donne une biographie complète, entièrement revue et, mêlant étroitement l'existence et l'œuvre, il nous montre leurs points de jonction. Il a dit dans une interview : " Combien d'hommes illustres ont des vies qui ne sont pas à la taille de leurs œuvres ! Devant ces destins honnêtes, le biographe se découvre des envies de romancier. Il complète, il interprète, il invente... Il pense plus à son art qu'à la vérité, à lui-même qu'à son héros. Il ne sert pas un grand homme, il s'en sert. Mais, envers Dostoïevski, c'est par timidité qu'on pécherait plus facilement que par audace. Son histoire est tellement riche en désespoirs démesurés, en joies miraculeuses, qu'on serait tenté non de la " romancer " mais de l'éteindre. Il semble que cet écrivain de génie ait organisé son existence dans le style des romans, qu'il ait fait de son existence le plus passionnant de ses romans. " Et c'est ce roman que Henri Troyat nous raconte avec un sens humain bouleversant. Jamais modèle n'a trouvé peintre plus respectueux, plus sensible, plus digne aussi de rendre sa grandeur, d'évoquer son drame intérieur, ses détresses, mais aussi ses forces prodigieuses. On suit Dostoïevski dans les difficultés d'une vie souvent misérable, en prison, devant le peloton d'exécution, au bagne, en exil, dans les élans de ses passions. Touche après touche, minutieusement et pourtant avec ampleur, le portrait se compose, grandit jusqu'à devenir une fresque de l'époque, une évocation hallucinante de violence et de vérité.
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 16h. 41min.
Édition: Paris, Fayard, 1990
Numéro du livre: 605
ISBN: 9782213001029
CDU: 880.92

Documents similaires

Lu par:Guy Landelle
Durée:18h. 26min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:36535
Résumé: Une biographie de l'impératrice russe qui a su imposer sa volonté tout au long de sa vie que ce soit en politique ou en amour.
Durée:18h. 52min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:10379
Résumé: Né d'un père fonctionnaire impérial, Honoré de Balzac est mis en nourrice et grandit loin d'une mère qui lui préfère un enfant illégitime. En 1814, sa famille s'installe à Paris. Après des études de droit, Honoré de Balzac entre dans l'étude de clerc de notaire de maître Guillonet Merville. Mais il refuse d'embrasser cette carrière et devient journaliste et romancier. Malgré tous ses efforts, il n'entrera jamais à l'Académie française. Impressionnant par son énergie et sa puissance de travail, Balzac a dominé le XIXe siècle et marqué l'histoire de la littérature. Il est l'inventeur du roman moderne, véritable genre total, à la fois historique, social et privé. 'La Comédie humaine', ensemble romanesque regroupant plus de deux mille personnages est à la fois une peinture réaliste de la société moderne et une tentative de saisir la diversité de l'espèce humaine : se voulant 'le secrétaire de la réalité', l'auteur répertorie les différents groupes sociaux et les étudie à la manière d'un scientifique. Le roman balzacien, qu'il soit adoré ou critiqué, demeure aujourd'hui incontournable ; certains personnages de 'La comédie humaine' comme le père Goriot, Rastignac ou César Birotteau sont devenus de véritables légendes littéraires.
Lu par:Fernande Guex
Durée:22h. 55min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:4726
Résumé: Après de médiocres études, ce frèle jouvenceau au visage austère quitte l'Ukraine et trouve un modeste emploi de bureau à Saint Pétersbourg, dans un ministère. Son éloignement de l'Ukraine et la nostalgie qui en résulte, lui inspirent les Veillées du hameau (1831-1832). Même s'il ne fut qu'un très médiocre employé, cette expérience lui inspirera une magnifique nouvelle, Le manteau (1843), dont le héros, Akaki Akakiévitch, est devenu l'archétype du petit fonctionnaire russe. Il devient ensuite professeur d'histoire à l'institut patriotique des jeunes filles, puis à l'université de Saint-Pétersbourg (1831 - 1835). Pendant cette période, il publie de nombreuses nouvelles, avec les recueils Arabesques et Mirgorod. En 1836, la pièce de théâtre, Le Revizor connaît un réel succès à Saint Péterbourg, applaudie par les libéraux et attaquée par les réactionnaires; Gogol se sent incompris, tout autant irrité par ceux qui le soutiennent que par ceux qui le critiquent : car tous simplifient et détournent sa pensée profonde, pensent qu'il attaque les institutions, d'une manière presque militante, alors qu'il ne veut dénoncer que les vices et les abus qui se trouvent en l'homme. En plein désarroi, il fuit et va commencer à aller et venir à travers l'Europe. Sur une idée de son ami Alexandre Pouchkine, il commence à écrire son grand roman, la pièce maîtresse de son oeuvre, Les Âmes mortes. Il essaye de le faire publier à Moscou en 1841; mais le comité moscovite de censure le refuse. Ce n'est qu'après une intervention des amis de l'auteur et plusieurs remaniements, que le livre paraîtra en 1842. Au-delà de l'escroquerie projetée par le héros, assez drôle - les âmes sont un terme administratif qui désigne les serfs, et la possession, très théorique, d'âmes mortes, peut se révéler tout à fait intéressante pour faire un emprunt garanti sur ces fameuses âmes... - ce roman est une description sans concession de la Russie profonde, une satire parfois impitoyable, mais où demeure sous-jacent, de manière permanente, le profond amour de Gogol pour la Russie. Les tribulations reprennent : Italie, France, Allemagne, etc. En 1848, il fait un pèlerinage à Jérusalem. Au fur et à mesure, sa santé se dégrade - et plus encore, la perception qu'il a de sa santé, car il se croit toujours beaucoup plus malade qu'il n'est - et son sentiment religieux s'exalte : il devient de plus en plus mystique. Rentré à Moscou, il rédige la seconde partie des Âmes mortes. Mais son état psychique et physique se dégrade sans cesse. Au début de février 1852, dans un moment de délire, il brûle dans le poêle de sa chambre, tous ses manuscrits inédits, dont la fin de seconde partie des Âmes mortes, semble t-il. Il meurt le 21 février, épuisé par les jeûnes. Il est enterré au cimetière de Novodevitchi à Moscou Russie.
Durée:12h. 52min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:6363
Résumé: Auteur de Germinal, défenseur de Dreyfus : à ce double titre, Émile Zola demeure un des écrivains les plus populaires de notre littérature. Mais le connaît-on bien ? Le biographe de Maupassant et de Flaubert ressuscite ici toutes les facettes d'une étonnante personnalité : le jeune homme pauvre et ambitieux, le polémiste soutenant l'impressionnisme contre tous les sarcasmes, le romancier dont la vigueur et la véracité scandalisent le public bien-pensant. Le bourgeois laborieux, aussi, qui écrit à heure fixe et partage sa vie entre une épouse vieillissante et une jeune et jolie maîtresse. L'homme du "J'accuse", enfin, dont la mort précoce demeure une troublante énigme.
Durée:15h. 11min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:1572
Résumé: Petit-fils de Catherine la Grande, Alexandre Ier est dès son plus jeune âge un être double, ondoyant, mystérieux, déchiré entre ses illusions lumineuses et les dures réalités de l'heure. Pour monter sur le trône, en 1801, il enjambe le cadavre de son père, l'empereur maniaque Paul assassiné avec son consentement tacite. Rongé de remords, il voudrait se racheter en travaillant au bonheur du peuple. Mais de ses élans libéraux ne naissent que des décisions autoritaires. Le grand événement de sa vie est sa lutte farouche contre Napoléon, en 1805, puis en 1812. Alors, toute la nation russe se réunit autour de lui contre l'envahisseur. Après le désastre de la Grande Armée en Russie, il se croit investi d'une mission providentielle : détruire l'esprit du mal incarné par Napoléon et par les révolutionnaires de tout acabit. Soi-disant éclairé par Dieu, il institue une fraternité internationale contre les fauteurs de troubles en Europe, la Sainte-Alliance, et crée dans son pays une sorte de monarchie théocratique, patriarcale et policière. Tout ce qui en Russie pense, tout ce qui lit devient hostile au pouvoir.
Durée:8h. 27min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:3894
Résumé: 1920 : Léon Tarassoff, neuf ans, arrive à Paris avec ses parents qui fuient la révolution bolchevique. 1935 : Il publie son premier roman sous le pseudonyme de Henri Troyat. 1959 : Henri Troyat est élu à l'Académie française. Aujourd'hui, cet écrivain nous raconte le long chemin qui a conduit l'enfant déraciné jusqu'au sommet de la gloire littéraire. Il nous raconte sa famille, les années difficiles de l'exil, la nostalgie d'une Russie disparue, le mariage de deux cultures. Il nous raconte surtout sa passion pour l'écriture et pour les personnages auxquels il donne vie. Avec une touchante modestie, ce très grand auteur nous fait part de ses doutes et conclut : " Pour moi, rien n'est jamais acquis... Mon prochain livre sera d'un débutant. "
Durée:16h. 15min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:4026
Résumé: De cette biographie qui date de 1946, on retiendra surtout l'élégance avec laquelle les vers cités sont traduits. Dans un avertissement non daté (1946?, 1953?), l'auteur rend hommage à ses devanciers russes et reconnaît leur devoir la presque totalité de son information. Mais il promet aussi quelques révélations sur le duel et la mort du poète.
Durée:6h. 34min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:13383
Résumé: Présentation de l'éditeur : Quand, en 1881, Alexandre III succède à son père, le tsar Alexandre II, qui vient d'être assassiné, c' est un jeune homme traumatisé et donc peu enclin aux réformes qui arrive au pouvoir. Persuadé que le libéralisme de son père a fait le lit de la violence, Alexandre III va s'employer à restaurer l'autocratie dans toute sa rigueur. Ce souverain laisse le souvenir d'un esprit autoritaire et étroit. On lui doit cependant la création du chemin de fer qui traverse les grandes plaines russes jusqu'aux neiges sibériennes. Egalement une gestion habile de la politique extérieure : il détacha la Russie de l'Allemagne et fut l' artisan du rapprochement avec la France. Au centre d'une époque troublée, cet être assez fruste, qui fut l'avant-dernier tsar de Russie, apparaît, grâce à Henri Troyat, dans toutes ses contradictions. Tour à tour autoritaire et compréhensif, énergique et indécis, ce grand méconnu chercha tout au long de son règne à servir son pays au lieu de servir sa légende.
Durée:5h. 47min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:14826
Résumé: Présentation de l'éditeur : Comment le krach de l'Union générale, à Paris, en 1882, ruina des milliers de petits porteurs et enrichit à millions l'industriel Jules Lebaudy. Comment sa femme, Amicie, ne se remit jamais de ce « fabuleux coup de Bourse »... Comment, à la mort du scandaleux bénéficiaire de l'opération, Amicie, qui l'avait pris en haine, se trouva, avec ses enfants, à la tête d'une des plus grosses fortunes de France et se transforma, par horreur de l'argent, en fausse pauvresse et en philanthrope despotique... Comment ses fils, la bride sur le cou, se lancèrent dans les plus folles aventures jusqu'à vouloir, l'un, conquérir le ciel avec des dirigeables et l'autre, régner en empereur sur les sables du Sahara... Ce sont ces turbulences d'une grande famille qu'Henri Troyat évoque dans une biographie multiforme et atypique dont les péripéties tiennent à la fois du roman picaresque, de l'étude psychologique et du document d'histoire contemporaine.
Durée:4h. 18min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:17046
Résumé: Le jeune Léon Tarassoff avec sa famille fuit la Révolution Bolchevique de 1917, pour la France. L'enfant, sur le bateau se lie d'amitié avec Nikita. Arrivé à Paris, Léon n'a qu'une idée en tête retrouver ce camarade. Le jour J arrive. L'enthousiasme des retrouvailles cède bientôt la place à l'ennui. Mais tous les deux décident d'écrire un roman intitulé le fils du satrape. L'auteur se substitue à l'enfant pour nous livrer ses souvenirs d'enfance dans sa Russie natale, sa vie d'émigré dans le Paris de 1920 ainsi que ses débuts d'écrivain.
Lu par:Jean Frisch
Durée:11h. 14min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:4963
Résumé: Maupassant a passé son enfance en Normandie où il rencontre Flaubert, ami de la famille, qui devient son maître spirituel. Après la guerre de 1870, dont l'épreuve de l'horreur garde une place centrale dans son oeuvre, Maupassant côtoie avec son ami Flaubert les salons littéraires parisiens. Sa première publication, "Boule de suif", est un succès. Mais, atteint par la syphilis, il sait qu'il a peu de temps à vivre et c'est dans l'urgence qu'il écrit des romans comme "Une vie", "Bel ami" et surtout de nombreuses nouvelles, art dont il devient un maître. Son oeuvre, d'abord tableau de moeurs ironiques, porte, à mesure que la folie le ronge, une véritable noirceur. Ses derniers écrits fantastiques comme "Le Horla" témoignent de l'emprise de la mort sur son esprit. Il tente de se suicider en 1892 mais c'est l'année suivante qu'il s'éteint, vaincu par la maladie. Maupassant reste un auteur majeur de la littérature française dont l'influence ne s'est jamais démentie.
Durée:15h. 32min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:6765
Résumé: Après une enfance à Metz, Paul Verlaine fait ses études à Paris et trouve un emploi à l'Hôtel de Ville. Il fréquente les salons et cafés littéraires de la capitale et fait la connaissance de nombreux poètes célèbres de son époque. Ces rencontres l'incitent à composer lui aussi des vers. Verlaine est d'un caractère timide, et cette faiblesse est aggravée par des deuils familiaux : il se tourne alors vers la boisson. La rencontre de Mathilde Maute, puis leur mariage en 1870, le détournent un temps de l'alcool. C'est alors que Verlaine croise le chemin d'Arthur Rimbaud dont il tombe littéralement amoureux. Il abandonne sa femme pour suivre Rimbaud en Angleterre et en Belgique. Mais les relations entre ces deux hommes trop différents sont orageuses : en 1873 Verlaine blesse Rimbaud avec un révolver et est condamné à deux ans de prison. Il y compose des poèmes emplis de mysticisme. Verlaine prend de bonnes résolutions mais ne les tient pas : il recommence à boire sitôt sorti de prison. Sa misère matérielle et physique devient de plus en plus profonde. Pourtant sa valeur poétique commence à être reconnue et lui vaut des appuis. En 1894, il est couronné "Prince des poètes" et se voit doté d'une pension. Cela ne l'empêche pas de tomber dans la misère la plus totale. Il meurt en 1896 à Paris.