Contenu

Cox ou la course du temps

Résumé
Dans la Chine du XVIIIe siècle, l’empereur Qianlong règne en despote sur une cour résignée à la démesure de son souverain. Son dernier caprice est une série d’horloges conçues pour mesurer les variations de la course du temps : le temps fuyant, rampant ou suspendu d’une vie humaine, selon qu’il est ressenti par un enfant, un condamné à mort ou des amants. Venu de Londres à l’invitation du souverain, Alistair Cox, le plus célèbre des horlogers du monde occidental, saura-t-il exaucer les désirs de Qianlong et freiner la course des heures ? Avec la précision d’un peintre, Christoph Ransmayr construit un récit singulier et virtuose, méditation sur la fugacité du temps et l’illusion d’en triompher par l’art.
Durée: 9h. 14min.
Édition: Paris, Albin Michel, 2017
Numéro du livre: 36196
ISBN: 9782226396303

Documents similaires

Durée:4h. 52min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:67645
Résumé: L'auteur décrypte les liens entre les changements climatiques quotidiens et la vie de tous les jours. Il explique comment la météo influence la santé de l'homme, son mental, ses habitudes de consommation, ses humeurs, ses relations sociales ou encore sa capacité à réussir ou à échouer.
Durée:11h. 9min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:75333
Résumé: Entretiens au sujet de l'amour, de l'imaginaire, du temps, du désir, du jeu, de l'attente et du moi.
Durée:4h. 18min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:36192
Résumé: Saviez-vous qu'il a existé un 30 février 1712 en Suède ? Qu'à l'inverse, aux îles Samoa, le 30 décembre 2011 a été supprimé ? Qu'aux îles Diomède, dans le Pacifique, on peut "voir" demain et "regarder" hier ? Que la France s'est mise à l'heure allemande en 1940, pour ne plus en changer ? Que Thérèse d'Ávila est morte dans la nuit du 4 au 15 octobre 1582 ? Car le temps est comme l'air qu'on respire : invisible et impalpable. Et si sa mesure obéit aujourd'hui à des règles rigoureuses qui nous semblent évidentes, elles sont loin d'être parfaites, universelles ou immuables... Dans ce recueil d'histoires courtes riches en anecdotes, Olivier Marchon nous guide dans l'histoire de la mesure du temps et de ses bizarreries, à travers une multitude de calendriers et de mesures horaires exotiques, fruits d'une science exacte au contact d'un monde qui ne l'est pas.
Lu par:Louis Belon
Durée:10h. 54min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:25796
Résumé: "Pas le temps!" A la métaphore traditionnelle du temps qui s'écoule a succédé depuis peu celle d'un temps qui s'accélère, un temps qui nous échappe sans cesse et dont le manque nous obsède. Avec l'avènement de la communication instantanée et sous la dictature du "temps réel" qui régit l'économie, notre culture temporelle est en train de changer radicalement. L'urgence a envahi nos vies: il nous faut réagir "dans l'instant", sans plus avoir le temps de différencier l'essentiel de l'accessoire. Ce règne du court ternie produit des effets contrastés. Certains, "shootés" à l'urgence, ont besoin de ce rythme pour se sentir exister intensément. Dans d'autres cas, le climat de pression est tel qu'il corrode les individus, qui déconnectent brutalement ou sombrent dans la dépression. Plus globalement, que ce soit dans le domaine de la famille, de la quête spirituelle, des modes de thérapie ou même de la littérature, le règne du temps court supplante celui du temps long. Dans une société fonctionnant souvent sur l'unique registre de la réactivité, se dessine ainsi le visage d'un nouveau type d'individu, flexible, pressé, collant aux exigences de l'instant ou à la jouissance qu'il procure, et cherchant dans l'intensité du moment une immédiate éternité.
Durée:20h. 42min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:17547
Résumé: Fait suite à : "Raconter et mourir" Parce que les hommes racontent pour laisser des traces et ne pas mourir, ils tentent sans cesse d'abolir le temps.Tentative magnifique qui, même si elle est vouée à l'échec, donne à la littérature occidentale ses plus grands récits. Des aventures de Don Juan aux voyages de Gulliver en passant par la quête abyssale de Melville, le drame faustien, l'épopée moderne de Joyce et la Recherche de Proust - pour ne citer que quelques-uns des trésors présentés dans cet ouvrage -, ce qui traverse toute notre littérature, c'est ce désir sans cesse renouvelé des hommes d'aller sans trêve d'un objet à l'autre, dans l'oubli d'eux-mêmes. Chaque oeuvre qui traverse les siècles échappe à l'époque qui l'a vue naître. Tous les grands récits du Temps aboli sont donc contemporains les uns des autres et ils appartiennent à tous les temps. Comme dans Raconter et mourir, dont cet ouvrage constitue la suite, chaque chapitre peut se lire comme un tout, au gré de la fantaisie du lecteur.
Durée:4h. 36min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:70547
Résumé: A rebours de la métaphysique, Friedrich Nietzsche a, tout au long de ses textes, interrogé le temps. Si sa pensée, inactuelle et antisystème, est loin de se focaliser sur cette question, son oeuvre regorge pourtant d'une authentique philosophie du temps qui s'agence selon des perspectives transversales : des temporalités. La philosophie de Nietzsche n'a de cesse de les réinventer : le présent, la modernité, l'histoire ou l'avenir. Tandis qu'il renouvelle l'intuition antique de l'éternel retour, Nietzsche accorde sa préférence à la méthode généalogique en tant que pratique de la philosophie : il s'agit désormais de porter son regard sur la temporalité d'une idée, plutôt que sur son essence.
Durée:4h. 11min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:69569
Résumé: Au cœur des monts Djurdjura avance un vieux break bleu avec, à bord, Lyès, Mounir et Tissam, trois Algérois en fuite et, dans son coffre, un âne mort. Cet étrange trio roule en direction des montagnes kabyles, comme la promesse d’un refuge où déposer les secrets qui les hantent et dissimuler leur compagnon d’infortune. Panne après panne, virage après virage, leur périple aussi intense que rocambolesque est ponctué de considérations philosophiques et questions existentielles à mesure que le chemin des trois vagabonds croise celui d’Amel aux fausses bonnes idées, Slim qui passe ses journées à pousser des pierres du haut des falaises, ou Izouzen, mystérieux libraire retiré dans son sanctuaire, au milieu de centaines d’ouvrages et des sépultures de ses épouses successives. De cette épopée fascinante et furieusement poétique jaillit une réflexion tragique sur le temps qui passe et qui échappe, nous attirant inexorablement vers les profondeurs et la noirceur de l’âme humaine, au plus vrai et au plus juste de la littérature et du monde d’aujourd’hui.
Durée:4h. 28min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:67646
Résumé: Une angoisse nous hante : être en retard. Nous vivons notre vie quotidienne, notre travail, l’éducation de nos enfants, et même nos vacances dans une telle crainte du retard que nous finissons par être en avance sur tout, par tout anticiper. Nous avons perdu le sentiment du temps, et avec celui-ci le sentiment de notre existence. Être en retard, c’est faire l’école buissonnière, prendre des chemins de traverse, ne pas aller droit au but, c’est introduire d’infimes variations qui peuvent faire dérailler les rouages bien huilés de nos vies trop machinales. C’est finalement vivre. Face aux valeurs dominantes de nos sociétés modernes – fluidité, flexibilité, urgence et vitesse – et aux pathologies qui en découlent, le retard, un « laps » de temps qui nous permet de ressaisir notre condition temporelle, devient une véritable stratégie de résistance.
Durée:4h. 21min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:34822
Résumé: La loi de la nuit se décline suivant une grande variété de situations : festives ou angoissées, solitaires ou politiques. Consentir à la nuit, c'est accepter de se soumettre aux expériences singulières qu'elle seule rend possibles. Bonne ou mauvaise, intime et sensible, elle ouvre un espace où il devient possible de vivre sans témoin. Au fil des pages, le lecteur s'apercevra qu'il peut être minuit à midi, et que les expériences nocturnes contribuent à montrer les choses sous un nouveau jour.
Durée:6h. 35min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:30442
Résumé: Tout commence en Inde, à Ellorâ, où le narrateur déambule sans fin dans des temples bouddhistes creusés dans le roc. De temps à autre, il se plonge dans la lecture du bref journal d'Ilsé Aichinger, Kleist, mousse, faisans. Une phrase le transporte soudain en 1943, le jour où son grand-père reçoit un courrier lui annonçant qu'Adam, le troisième de ses fils, est mort au front, comme ses deux frères avant lui. La mère du narrateur apprend la triste nouvelle par cette formule elliptique : «Notre Adam rentre aussi, mais autrement...» Un profond silence s'étend alors sur le domaine familial. De toute sa vie, la mère du narrateur - récemment décédée - ne parlera plus. Mère et le crayon lui est tout entier consacré, et dépeint différentes scènes de sa vie, entrecoupées d'extraits du Malheur indifférent, de Peter Handke, et du récit autobiographique de Peter Weiss, Adieu aux parents. Six ans après Requiem pour un père, Josef Winkler nous livre aujourd'hui son «requiem pour une mère».
Lu par:Simon Corthay
Durée:5h. 56min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75483
Résumé: En cette année 1966, Robert Simon, un de ces héros ordinaires que Robert Seethaler affectionne, décide de prendre un nouveau départ, la trentaine venue. Employé journalier au marché des Carmélites, dans un faubourg populaire de Vienne, il réalise son vieux rêve et redonne vie au café laissé à l’abandon devant lequel il passe chaque jour. Vingt ans après la fin de la Deuxième guerre mondiale, la ville se remet peu à peu, l’économie redémarre et partout surgissent des décombres de nouveaux immeubles et des logements ouvriers. Robert se laisse gagner par l’effervescence et c’est avec un sentiment d’exaltation qu’il remet à neuf ce lieu dont il prend la gérance. Il trouverait prétentieux de lui donner son propre patronyme, comme le lui suggère le boucher du marché : ce sera donc le « Café sans nom », où se retrouvent les habitants du quartier, les commerçants, et où chacun amène sa propre histoire, sa nostalgie et l’espoir de voir advenir enfin un monde meilleur.
Durée:1h. 35min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:74760
Résumé: Monsieur Benoît dispose d'une chose que beaucoup de gens aimeraient avoir : il a du temps. Et il voudrait bien en offrir à ceux qui en ont besoin. Mais comment faire ? Une boutique abandonnée, un canapé de toutes les couleurs, et c'est la naissance de "Au temps pour moi" . C'est un lieu où lire, faire ses devoirs, créer une pièce de théâtre, confier ses problèmes ou même... ne rien faire. Un lieu dont la renommée ne tarde pas à traverser la petite ville grise qui va alors voir son quotidien prendre des couleurs.