Contenu

Le théâtre des incapables

Résumé
Un recueil de chroniques et de portraits de personnalités parus dans le journal Le Point depuis 2012, décortiquant les préjugés et les bêtises de responsables syndicaux et politiques, de hauts fonctionnaires, d'intellectuels, de musulmans, de puissants et de sans-grade. Il a pour visée d'alerter et de permettre de faire un choix éclairé lors de la prochaine élection présidentielle. ©Electre 2017
Durée: 10h. 43min.
Édition: Paris, Albin Michel, 2017
Numéro du livre: 35879
ISBN: 9782226396143
Collection(s): Documents
CDU: 300

Documents similaires

Durée:11h. 1min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:74885
Résumé: S'appuyant sur ses archives et sur son regard de l'époque, l'auteur poursuit son histoire intime de la Ve République, à travers laquelle il interroge les maux français contemporains. Il décrit les années 1970 comme une période de prospérité dominée par cinq figures (Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Rocard et Sartre), puis les premiers signes du déclin à la suite des chocs pétroliers.
Durée:17h. 9min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:36590
Résumé: En vingt dates majeures de l'histoire de l'humanité, les auteurs mettent l'accent sur des événements qui ont changé le cours du monde à l'initiative de grands hommes dont ils dressent également le portrait.
Lu par:Pierre Biner
Durée:4h. 34min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:18940
Résumé: Dans ce livre, Franz-Olivier Giesbert qui se dit croyant depuis le jour de sa naissance, raconte sa foi à travers ses expériences, ses voyages, les oeuvres et les personnages qui l'ont marqué, de Saint François d'Assise à la philosophe Simone Weil, sans oublier Julien Green ou Norman Mailer. Ce n'est pas un témoignage ni une profession de foi, mais plutôt un récit très personnel où Franz-Olivier Giesbert construit et déconstruit la petite religion, sur fond de panthéisme, qu'il s'est fabriquée à partir du christianisme, d'abord avec sa mère, catholique et philosophe, puis, avec tous les évènements et toutes les découvertes qui ont rythmé sa vie. Ce livre circule à travers les époques et les oeuvres. Il vous emmène dans un temple de Pagan, en Birmanie, ou à Big Sur, en Californie, jusqu'aux plus belles pages de Giordano Bruno sur le cosmos, ou de Jacques Derrida sur les animaux, en passant par des souvenirs d'enfance ou encore un hymne au végétarisme.
Durée:10h. 22min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:72646
Résumé: S'appuyant sur ses notes et sur son regard de l'époque, l'auteur raconte le redressement d'une France en crise initié à partir de 1958 sous l'impulsion du général de Gaulle. A travers le récit de ces années de gaullisme, il dépeint une période complexe ainsi qu'une manière d'être français dont il constate que le souvenir s'éteint, laissant place à un déclin dont il interroge les causes.
Lu par:Albert Morard
Durée:10h. 16min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:31824
Résumé: De Goundam dans le Nord du Mali à Paris, en passant par l'Italie ou la côte Est des Etats-Unis, ce livre raconte l'amour sous ses différentes formes, les codes de séduction à travers le monde, les bonheurs et douleurs qu'il engendre...
Lu par:François Goy
Durée:3h. 10min.
Genre littéraire:Roman terroir
Numéro du livre:21783
Résumé: " La fin du monde, ça sera quand le Soleil et la Terre se mélangeront pour former la même soupe lumineuse. Dans le Mercantour, au nord de la Provence, là où les Alpes commencent à fatiguer, c'est souvent la fin du monde. Surtout l'été. Ce jour-là, par exemple. L'air ébouillantait tout. Les yeux, les bras, les jambes, mais aussi les poumons. C'est pourquoi il respirait à petites goulées, Marcel Parpaillon, en montant le sentier pente qui menait à la bergerie, aux Hautes-Cougourdes. Il avait l'air de rigoler, mais c'était le soleil qui l'aveuglait. Au-dedans de lui, la peur battait du tambour et même plusieurs tambours. Il marchait lentement, car il tenait à peine sur ses jambes. A cause de son âge, quatre-vingts ans bien sonnés, et d'un mauvais pressentiment, depuis les cris qui, quelques minutes auparavant, avaient crevé le ciel, du côté de la bergerie. "
Lu par:Edith Volle
Durée:9h. 4min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:22981
Résumé: Charly Garlaban reçoit 22 balles dans le corps sur le parking des Halles à Avignon, le 17 janvier 2005. Il sort du coma douze jours plus tard et apprend à tirer de la main gauche. Le maître de la mafia de Marseille veut se venger du Rascous, son lieutenant, et du Pistachier, un concurrent. Mais trop de cadavres tombent, motivant l'enquête de la jeune commissaire Sastre.
Durée:5h. 20min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:65591
Résumé: Après Dieu, ma mère et moi, l'écrivain et journaliste poursuit son autoportrait spirituel et livre ses réflexions sur la foi, son rapport personnel à Dieu et les moments qui ont marqué son évolution vers un panthéisme bien compris. «Autant vous prévenir tout de suite : ceci n’est pas un ouvrage de théologie. Si c’est ce que vous attendez, débarrassez-vous-en sans tarder. J’ai un grand respect pour elle mais, à haute dose, il me semble qu’elle peut tuer la foi. Or, mon sujet, c’est précisément la foi. La foi du charbonnier, celle qui vous donne un sourire stupide du lever au coucher, celle qui vous porte vers les autres, les fleurs, les enfants, les bêtes, celle qui ne s’apprend pas dans les livres. L’existence de Dieu ne se prouve pas, elle ne se prouvera jamais. Elle se sent. Dieu est une chose trop importante pour être confiée aux religions. J’ai écrit ces pages pour vous raconter le roman vrai de mon Dieu tout en partageant avec vous les moments où je l’ai rencontré. J’ai aussi écrit ces pages pour vous convaincre des bienfaits de la réconciliation entre le cosmos et soi, qu’on appelle le panthéisme. Il est temps d’en mettre dans toutes les religions. Il les apaisera, les embellira.»
Durée:8h. 20min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:21166
Résumé: Après la découverte d'une tête coupée dans une mallette, Marie Sastre, commissaire de police végétarienne, est chargée de l'enquête qui la mènera dans le monde des abattoirs et des hôpitaux, en Provence et en Normandie. Qui est l'homme qui enlève des jeunes filles dans la vallée de la Seine ? Y a-t-il un rapport entre ces crimes et les assassinats d'abatteurs revendiqués par un mystérieux Front de Lutte contre l'Abattage Rituel ? Faut-il croire à la transmigration des âmes théorisée par les penseurs grecs ? Dans sa recherche de la vérité, la commissaire Sastre ira de découverte en découverte, jusqu'au rebondissement final. Elle en apprendra aussi long sur elle-même et sur la vie. Un roman policier haletant, sous le signe de Pythagore.
Durée:8h. 10min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:72356
Résumé: Portrait de B. Tapie issu des conversations qu'il a tenues avec F.-O. Giesbert durant ses années de combat contre le cancer. Il évoque ses hospitalisations et sa volonté farouche de lutter contre la mort.
Durée:5h. 25min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:69259
Résumé: Où va le monde ? Sommes-nous devenus fous ? Sur fond de canicule, de bains de mer, de tyrannie de la "vertu" et de tensions en tout genre, Dernier été est une histoire d'amour mais aussi une satire drôle, féroce, de notre temps et de celui qui vient. Avec un parti pris : celui d'en rire.
Lu par:Bernard Dieu
Durée:4h. 8min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:68392
Résumé: "Mitterrand était meilleur et pire qu'on le croyait. Ce libertin du pouvoir s'aimait trop et se pardonnait tout. Mais il ne mentait pas tout le temps. Il ne se moquait pas de la misère du monde, ni du malheur des siens. Il était sincèrement pour l'égalité entre les hommes, plus qu'entre les sexes. Il avait la tête pleine du siècle des Lumières d'où il venait, après un crochet à la fin du XIXe, du côté de Thiers ou de Gambetta, selon les jours. Même quand les chandelles de l'Élysée se furent éteintes pour lui, il continua à tenir tête à la maladie qui crispait son sourire et alourdissait ses paupières sans jamais lui faire perdre son regard d'enfant mutin. Il était l'homme qui disait sans cesse non; non à de Gaulle, non au P C, non à son passé, non à son cancer, non à la mort. [...]