Contenu

Montecristi

Résumé
Le narrateur décide de quitter Paris et propose à Noéli, son amant, de l'accompagner à Saint-Domingue. Ce dernier ayant refusé son invitation, il arrive seul dans la ville de Montecristi. Sa migration au paradis est un échec total, il découvre une ville empoisonnée, à l'eau polluée par les fûts toxiques déposés par les cargos américains, les passeurs exploitant la misère de migrants, etc. ©Electre 2017
Durée: 3h. 32min.
Édition: Paris, Gallimard, 2011
Numéro du livre: 35872
ISBN: 9782070442577
Collection(s): Folio

Documents similaires

Durée:8min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:69606
Résumé: Pourquoi des hommes déguisés en cosmonautes arrosent les légumes qui finissent dans nos assiettes ? Est-ce que les poissons digèrent le plastique qu'ils avalent dans la mer ? La pollution, les déchets, le réchauffement climatique, les espèces en voie de disparition, le trop-plein de plastique... Il est peut-être temps de changer nos manières de vivre ? Dès 6 ans
Durée:12h. 29min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:70120
Résumé: Premier ouvrage sur le scandale des pesticides, Printemps silencieux a entraîné l’interdiction du DDT aux États-Unis. Cette victoire historique d’un individu contre les lobbies de l’industrie chimique a déclenché au début des années 1960 la naissance du mouvement écologiste. Printemps silencieux est aussi l’essai d’une écologue et d’une vulgarisatrice hors pair. En étudiant l’impact des pesticides sur le monde vivant, du sol aux rivières, des plantes aux animaux, et jusqu’à l’ADN, ce livre constitue l’exposition limpide, abordable par tous, d’une vision écologique du monde. 50 ans après sa conception, on redécouvre Printemps silencieux au moment où l’on commence à s’intéresser, en France, à la philosophie de l’écologie. « Ce n’est pas moi, c’est Rachel Carson qui a inventé l’écologie profonde », affirme en effet le philosophe norvégien Arne Næss. Vendu à plus de 2 000 000 d’exemplaires, traduit en 16 langues, Printemps silencieux n’est pas seulement un best-seller : c’est un monument de l’histoire culturelle et sociale du XXe siècle.
Lu par:Jean Frey
Durée:6h. 59min.
Genre littéraire:Policier/épouvante
Numéro du livre:66025
Résumé: Dans cette contrée de Caroline du Nord, entre rivière et montagnes, que l'oeuvre de Ron Rash explore inlassablement depuis Un pied au paradis, un monde est en train de s'effacer pour laisser la place à un autre. Le shérif Les, à trois semaines de la retraite, et Becky, poétesse obsédée par la protection de la nature, incarnent le premier. Chacun à sa manière va tenter de protéger Gerald, irréductible vieillard amoureux des truites, contre le représentant des nouvelles valeurs, Tucker. L'homme d'affaires, qui loue fort cher son coin de rivière à des citadins venus goûter les joies de la pêche en milieu sauvage, accuse Gerald d'avoir versé du kérosène dans l'eau, mettant ainsi son affaire en péril. Les aura recours à des méthodes peu orthodoxes pour découvrir la vérité. Et l'on sait déjà qu'avec son départ à la retraite va disparaître une vision du monde dépourvue de tout manichéisme au profit d'une approche moins nuancée.
Lu par:
Durée:1h. 36min.
Genre littéraire:Audiodescription : films et séries
Numéro du livre:20318
Résumé: "Depuis trois ans, les abeilles meurent dans le monde entier. On s'interroge sur les causes. En quête de réponses, le film nous emmène à la rencontre de personnes qui vivent avec les abeilles : chez un apiculteur suisse de montagne ; au sein des immenses plantations d'amandiers de Californie ; chez un scientifique berlinois faisant des recherches sur le cerveau des abeilles, chez une commerçante de pollen de Chine ainsi que dans le désert d'Arizona pour voir les abeilles tueuses. Tous parlent de l'extinction des abeilles. Le film raconte leur vie. Et la nôtre."
Durée:3h. 10min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:69493
Résumé: "Cela faisait plus de cinquante ans que je n'étais pas revenu en Algérie où j'étais né, d'où nous étions partis sans rien. J'avais si souvent répété que je n'y retournerais jamais. Et puis une occasion s'est présentée : un festival de cinéma méditerranéen auquel j'étais invité comme juré à Annaba, une ville de l'Est algérien, ma région d'origine. J'ai pris l'avion, j'ai participé au festival, je m'y suis senti bien, j'ai eu l'impression d'une fraternité nouvelle avec eux tous. Mais au moment où, le festival fini, je m'apprêtais à prendre la route des Aurès pour revoir la ville de mon enfance, un événement est survenu, qui a tout arrêté, tout bouleversé. C'est le récit de ce retour cassé que je fais ici". Jean-Noël Pancrazi.
Durée:13h. 29min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:71452
Résumé: C'est l'histoire d'un petit village d'Afrique de l'Ouest en lutte contre la multinationale américaine qui pollue ses terres et tue ses enfants. C'est l'histoire d'une génération d'anciens qui a cru en la promesse d'une prospérité venue d'Occident. C'est l'histoire d'une jeunesse qui décide de se révolter, quitte à user de la violence et à prendre les armes. C'est l'histoire de Thula, la belle et courageuse Thula, prête à tout pour sauver les siens au risque de tout sacrifier.
Durée:8h. 48min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:72206
Résumé: Comment se douter qu'un simple Like envoyé depuis nos smartphones mobilise ce qui constituera bientôt la plus vaste infrastructure édifiée par l'homme ? Que cette notification, en traversant les sept couches de fonctionnement d'Internet, voyage autour du monde, empruntant des câbles sous-marins, des antennes téléphoniques et des datacenters implantés jusque dans le cercle arctique ? Le monde " dématérialisé " du numérique, indispensable pour communiquer, travailler et consommer, s'avère bien plus tangible que nous ne voulions le croire. Il absorberait aujourd'hui 10% de l'électricité mondiale et représenterait près de 4% des émissions de CO, de la planète. Or nous peinons à appréhender ces impacts, tant nous sommes embrumés par le mirage du cloud, pur et éthéré. Il faut pourtant nous rendre à l'évidence : si " nuage " il y a, celui-ci est noir de pollution. Quelle est la géographie de nos clics et de nos données ? Quels enjeux écologiques et géopolitiques charrient-ils à notre insu ? A l'heure du déploiement de la 5G, des voitures connectées et de l'"intelligence artificielle", cette enquête, menée durant deux ans sur quatre continents, révèle l'anatomie d'une technologie qui n'a de virtuel que le nom. Et qui, sous couvert de limiter l'impact de l'homme sur la planète, s'affirme déjà comme l'un des défis environnementaux majeurs du XXIe siècle.
Durée:23h. 13min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71335
Résumé: Une enquête explosive sur la dernière frontière sauvage de la planète : les océans, où règne une ambiance hallucinante d'ultraviolence et de détresse, d'illégalité et de criminalité ! Les océans, chaos liquide, nouveau Far West. Trop vastes pour être contrôlés, la criminalité y est partout : pêche illégale, trafics de drogue sous-marins, esclavage, crimes écologiques, piraterie, meurtres impunis. Les Etats-Unis y ont démantelé l'arsenal chimique syrien, interrogé tranquillement des terroristes. On y croise des écologistes justiciers, des pilleurs d'épaves, des mercenaires maritimes, des "huissiers" capables de faire disparaître des tankers, des baleiniers rebelles, des avorteurs navigants, des déverseurs d'huile usagée, des braconniers insaisissables, des équipages abandonnés, des passagers clandestins jetés à la dérive... Bienvenue au paradis bleu, que certains continuent de présenter comme l'avenir de l'humanité.
Durée:5h. 38min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:65532
Résumé: Alors que Donald Trump s'apprête à remporter l'élection présidentielle, la famille Wilson mène un combat contre la toute-puissance des géants pétroliers. Des gisements de gaz de schiste ayant été découverts dans les prairies du Dakota, ces firmes sans scrupules saccagent les paysages, empoisonnent les champs, intoxiquent l'eau et tuent le bétail.
Lu par:Maryse Leloup
Durée:5h. 5min.
Genre littéraire:Sciences/technologie
Numéro du livre:17717
Résumé: Notre Titanic prend l'eau : la crise tant redoutée et si prévisible est là. Ou plutôt les crises, car comme Tantale, le personnage de la mythologie grecque qui, puni par les dieux, doit subir trois supplices, nous entrons dans un maelström où se conjuguent et s'additionnent la crise économique, la crise énergétique et la crise climatique. Deux siècles de « progrès » ininterrompus nous ont donné l'illusion que l'humanité pouvait subvenir à la croissance exponentielle de ses besoins, tant son ingéniosité était grande. Aujourd'hui, force est de constater que non seulement le progrès tant vanté laisse un nombre croissant d'êtres humains sur le bord de la route, mais que la planète, surexploitée, donne des signes d'épuisement...
Durée:3h. 21min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:31085
Résumé: Indétectable raconte au plus près la vie de Mady, sans papiers, sur le qui-vive depuis qu'il est venu d'Afrique, il y a dix ans. On le suit dans ses parcours limités à travers Paris, ses peurs, ses détresses, ses démarches inabouties, son amour difficile pour Mariama. On le voit aller d'abri en abri, trouver un temps refuge chez le narrateur, rejoindre parfois ses camarades au foyer, ce petit palace déglingué du Père-Lachaise où l'on palabre, se retrouve, et se tient chaud, et puis repartir avec sa vaillance intacte vers une place qu'on lui accordera peut-être. Ce récit d'une existence fragile et condamnée à l'ombre redonne à Mady une dignité et une densité humaines que le mot neutre, générique et commode de "sans papiers" pourrait faire oublier.
Lu par:Patrice Rungs
Durée:5h. 5min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:21033
Résumé: " C'est fini, je crois ", disait-elle. Elle abandonnait le stylo, caressait sur la table la petite pyramide de marbre, le boîtier pour ses bagues, le socle de la lampe noire où était appuyée la carte du " génie aux fleurs " qui continuait à la protéger, les régions de bois, plus pâle et, usé où, pendant tant d'années, ses mains s'étaient posées et crispées, puis les feuillets alignés qu'elle aimait traverser de lignes portant, chacune, dans le ciel blanc, en haut de la page, un mot qui était, chaque fois, un peu de son cœur, de sa vie qui s'en allait... Elle restait là, penchée, sans pouvoir pleurer, vers les feuillets comme pour leur demander pardon de les abandonner déjà, de n'avoir plus rien à leur donner, à leur sacrifier. Il lui semblait (et elle frémissait tout entière, comme pour les ressaisir, ne pas les laisser s'enfuir) qu'ils venaient vers elle, du fond du silence de la rue du Delta, tous ses personnages, cette petite troupe ahurie, chavirée et triste, pareille à celle d'une croisière déjà finie, qui allait se séparer après une dernière photo de groupe sur un quai et qui paraissait lui dire de loin : " Tout est passé si vite. "