Contenu

La table citron

Résumé
C'était son congé annuel. Ses deux jours de permission. Il s'était fait couper les cheveux comme d'hab, avait fait nettoyer son blazer comme d'hab. Il était un homme ordonné, avec des désirs et des plaisirs ordonnés. Même si ces plaisirs n'étaient plus aussi intenses qu'ils l'avaient été. Différents, disons. En vieillissant vous ne teniez plus aussi bien l'alcool... Alors vous buviez moins, appréciiez mieux la chose... Et pareil avec Babs - comme il se souvenait de cette première fois avec elle, il y avait déjà tant d'années... Jacko, vieil officier à la retraite, vient depuis vingt ans à Londres rendre visite à la même prostituée... Tourgueniev vieillissant rêve au court voyage qu'il va faire avec la jeune Marina Savina dont il est amoureux... A respectivement quatre-vingt-un et quatre-vingts ans, Stanley et Dorothy se séparent à la stupeur de leur fils... Chez les Chinois, le citron symbolise la vieillesse et la mort. La table citron étant celle autour de laquelle on vient en parler, tous pourraient donc s'y asseoir. Sinistre ? Pas du tout. Dans les onze nouvelles ciselées qui composent ce livre, Julian Barnes joue sur différents registres, du plus cruel au plus tendre. Il y a du Tchekhov dans ces pages-là - la délicatesse, la retenue - et du Gogol - la dérision, le trait à l'emporte-pièce. Plus un humour inimitable.
Genre littéraire: Nouvelle
Durée: 6h. 31min.
Édition: Paris, Gallimard, 2007
Numéro du livre: 20556
ISBN: 9782070345588
Collection(s): Folio

Documents similaires

Durée:9h. 59min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75308
Résumé: "Stuart, ai-je dit, je puis t'assurer que Gillian et moi n'avons pas de liaison... D'un autre côté, en tant qu'ami je dois te dire que je l'aime." Ce roman, ironique, tendre et méchant tout à la fois, a obtenu le prix Fémina étranger en 1992.
Durée:11h. 12min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:33596
Résumé: Faut-il avoir peur de la mort ? Dans ce livre, qui n'est ni un roman, ni un essai, ni une autobiographie, Julian Barnes interroge ses amis de toujours - de Montaigne à Jules Renard - mais aussi ses parents et son frère, un des plus grands spécialistes d'Aristote. Tous ont beaucoup de choses à dire, parfois inattendues et savoureuses sur ce sujet a priori austère. Et c'est parti pour un festival d'humour et d'intelligence pour nous permettre d'affronter celle qui " refuse de venir à la table des négociations ". Car si Dieu est le suprême ironiste, Julian Barnes est loin de démériter.
Lu par:Gérald Bloch
Durée:6h. 20min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:16619
Résumé: « La première fois que Graham Hendrick surprit sa femme en flagrant délit d'adultère, il s'en moqua éperdument. Il se mit même à rigoler doucement. Il ne lui serait certes pas venu à l'esprit de tendre la main pour couvrir les yeux de sa fille. " De Shakespeare à Proust, de Molière à Robbe-Grillet et quelques autres, on sait que la jalousie est un bon ressort pour mettre en place les éléments d'un drame. Mais, dès cette première phrase du roman de Julian Barnes, on sent bien qu'il y a là quelque chose de nouveau, d'inattendu, et que l'auteur cherche à nous déstabiliser, à faire que le sol se dérobe sous nos pieds... Avait-on déjà écrit, avant Julian Barnes, sur la jalousie par écran interposé ?
Durée:11h. 48min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12138
Résumé: Jerry Batson, qui se définit comme un «accoucheur d'idées », va en vendre une assez sensationnelle à sir Jack Pitman, un excentrique milliardaire: créer sur l'île de Wight une sorte de gigantesque parc d'attractions rassemblant tout ce qu'il y a de plus typique, de plus connu en Angleterre. Cela va des blanches falaises de Douvres à Manchester United, de Buckingham Palace à Stonehenge, du mausolée de la princesse Diana au théâtre de Shakespeare. Le projet est monstrueux, hautement risqué, et voilà qu'il se révèle être un énorme succès. La copie va-t-elle surpasser l'original? Et qu'adviendra-t-il si c'est elle que les touristes préfèrent visiter? Férocement drôle, drôlement impitoyable, impitoyablement au vitriol, voilà un portrait de l'Angleterre comme on n'en avait encore jamais vu.
Lu par:Pierre Biner
Durée:10h. 8min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:69610
Résumé: «L’homme en rouge», peint par John Sargent en 1881, s’appelait Samuel Pozzi. Né à Bergerac en 1847, il allait vite devenir à Paris LE médecin à la mode, particulièrement apprécié des dames de la bonne société en tant que chirurgien et gynécologue. Beaucoup d’entre elles, dont Sarah Bernhardt, étaient aussi ses maîtresses et le surnommaient «L’Amour médecin». À travers sa vie privée, pas toujours heureuse, et sa vie professionnelle, exceptionnellement brillante, c’est une vision en coupe de la Belle Époque qu’on va découvrir sous le regard acéré de Julian Barnes. Il y a d’une part l’image classique de paix et de plaisirs et, de l’autre, les aspects sombres d’une période minée par l’instabilité politique, les crimes et les scandales. Un grand récit.
Durée:8h. 2min.
Genre littéraire:Roman d'amour
Numéro du livre:75504
Résumé: Gillian a donc divorcé de Stuart pour épouser le meilleur ami de celui-ci, Oliver. Ils avaient trente ans. Dix ans après, que sont-ils devenus ? Gillian et Oliver ont vécu en France et eu deux enfants. Stuart s'est remarié en Amérique, puis a divorcé à nouveau. Aujourd'hui, ils se retrouvent tous à Londres. Ils vont se revoir. Après tout, ils se connaissaient bien autrefois... Et le jeu ambigu, délicieux, pervers, de la séduction va recommencer, quand Stuart va tenter de reprendre à Oliver celle qu'il n'a jamais cessé de considérer comme sa femme - la séduction avec tout ce qu'elle implique de plaisir, d'angoisse et de rebondissements surprenants.
Lu par:Manon
Durée:6h. 10min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:28008
Résumé: Les dix nouvelles qui composent ce recueil se passent toutes en France, où des Anglais et des Anglaises, à différentes époques, ont voyagé, vécu, travaillé ou même combattu.
Durée:4h. 38min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19222
Résumé: Ceux qui veulent nier le passage du temps disent : quarante ans, ce n'est rien, à cinquante ans on est dans la fleur de l'âge, la soixantaine est la nouvelle quarantaine et ainsi de suite. Je sais pour ma part qu'il y a un temps objectif, mais aussi un temps subjectif... le vrai, qui se mesure dans notre relation à la mémoire. Alors, quand cette chose étrange est arrivée, quand ces nouveaux souvenirs me sont soudain revenus, ç'a été comme si, pendant ce moment-là, le temps avait été inversé... Comme si le fleuve avait coulé vers l'amont. Tony, la soixantaine, a pris sa retraite. Il a connu une existence assez terne, un mariage qui l'a été aussi. Autrefois il a beaucoup fréquenté Veronica, mais ils se sont éloignés l'un de l'autre. Apprenant un peu plus tard qu'elle sortait avec Adrian, le plus brillant de ses anciens condisciples de lycée et de fac, la colère et la déception lui ont fait écrire une lettre épouvantable aux deux amoureux...
Durée:11h. 7min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:12824
Résumé: Julian Bannes nous déclare , au fil de dix-sept chapitres, son amour pour la France. Cet amour indéfectible touche à tous les domaines: cuisine, sport, chanson, peinture, cinéma et littérature.
Durée:6h. 24min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75364
Résumé: Neil, le narrateur, est un comédien sans grand succès. Lorsqu'il rencontre Elizabeth Finch, il est fasciné par cette enseignante plus âgée que lui et au tempérament de feu. A la mort de cette dernière, Neil hérite de ses papiers personnels dont les carnets évoquent majoritairement l'empereur Julien dit l'Apostat. En lisant ses notes, Neil espère en apprendre davantage sur Elizabeth.
Lu par:Anne Ranjard
Durée:17h. 31min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:22817
Résumé: Condamné pour le meurtre d'un cheval, George Edalji, jeune avoué d'origine parisienne, est emprisonné puis relâché sans avoir été innocenté. Son teint mat et sa parfaite intégration sociale dérangent l'Angleterre bien-pensante de ce début de XXe siècle. Fragile, effacé maladroit et démuni, il va faire appel à Arthur Conan Doyle, alors un des hommes les plus célèbres d'Angleterre, le créateur de Sherlock Holmes... Extraordinaire tableau de la société victorienne, ce roman. inspiré d'un fait réel qui avait divisé l'Angleterre comme en France l'affaire Dreyfus, est aussi le plus passionnant et le plus haletant des thrillers.
Durée:5h. 51min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:32932
Résumé: Il est difficile encore aujourd'hui de se représenter ce que pouvait être réellement la vie sous dictature communiste - en l'occurrence, ici, celle des artistes sous la férule stalinienne. Staline les surveillait de près : il fallait obéir, sinon... Un trait de plume du tyran vous condamnait à mort. Et quand un des plus grands musiciens de l'époque, jusque-là plutôt en faveur, découvre un matin dans La Pravda un article qui le démolit, il sait que ses jours sont comptés. Il s'agit de Dimitri Chostakovitch. On est en 1936. Et la question essentielle, cruciale, que pose ce nouveau roman de Julian Barnes, c'est : que fallait-il faire ? Et en corollaire, qu'est-ce que moi j'aurais fait ? Le fracas du temps est bien un roman - même si tous les faits sont avérés : les hallucinantes conversations avec Staline, les comparutions devant des " juges " qui ne savent même pas lire une partition... On a beaucoup critiqué Chostakovitch d'avoir cautionné le régime, d'avoir été un " collabo ". Mais on ne doit pas oublier qu'il risquait sa vie mais aussi celle de sa femme, celle de ses enfants et celle de sa mère ! Un romancier peut aller plus loin que l'historien dans l'exploration de l'âme d'un immense artiste, un être complexe, attachant, qui se débattait comme il pouvait dans le chaos de son époque, en essayant de ne pas renoncer à " sa " musique. Oui, que fallait-il faire ? Julian Barnes nous laisse trouver les réponses.