Contenu

Je vous écris

Résumé
Quand Le Voile noir est sorti, quelqu'un m'a cité une phrase de Sartre que je trouve délicieuse : « Il ne m'était jamais venu à l'esprit qu'on écrivait pour être lu. » Moi, certes, l'idée m'en était venue puisque j'avais réfléchi au fait de faire lire, ou non, ce que j'avais écrit mais cela représentait pour moi une sorte de monologue adressé à des lecteurs indistincts. Je n'avais pas pensé du tout, du tout, que des gens, des personnes me répondraient, me parleraient aussi directement, m'offrant sentiment de partage, paroles d'apaisement, mise en garde aussi parfois sur la difficulté du chemin à parcourir encore. Des mots du coeur, de la belle écriture sincère... Il me fut même offert la vérité sur ce qui s'était passé le matin de la mort de mes parents. Quand j'y pense, c'est vraiment extraordinaire et je ne connais pas d'auteur dont la vision d'un événement capital dans sa vie ait été radicalement transformée grâce à ses lecteurs ! J'ai pensé : « Je ne peux tout de même pas garder ça pour moi seule... »Et voilà comment l'envie m'est venue de « rendre » à mon tour ce que vous m'avez donné ? comme le dit si bien cette phrase que l'un de vous m'a offerte et dont je me nourris beaucoup depuis : « Tout ce qui n'est pas donné est perdu. »
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 6h. 39min.
Édition: Paris, Éd. du Seuil, 2002
Numéro du livre: 18852
ISBN: 9782020231527
Collection(s): Points
CDU: 778.92 A/Z

Documents similaires

Durée:6h. 15min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:16313
Résumé: Anny Duperey est comédienne et écrivain. Nina Vidrovitch est peintre. Elle a dix ans de plus qu'Anny. Quand Anny a publié Le Voile noir et s'est séparée de Bernard Giraudeau, Nina qui vivait à Paris est partie s'installer en Bourgogne avec son mari pour "la dernière ligne droite". Elles étaient amies sans être intimes mais ces changements dans leurs vies les ont décidées à s'écrire. Ce sont toutes deux des artistes, passionnées par leur art : elles en parlent beaucoup, et de façon très concrète. Elles parlent aussi de leurs vies de femmes. Elles décrivent et analysent avec beaucoup d'acuité ce qui leur arrive, les hauts et les bas.
Durée:5h. 59min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:18845
Résumé: Un voile noir. Celui dont son père, photographe, recouvrait l'appareil pour les rassembler tous, à jamais, dans sa boîte. Celui qu'elle dut porter, si tôt, à l'enterrement de ses jeunes parents. Celui surtout qui s'abattit sur sa mémoire pendant d'interminables années... Jusqu'à ce jour où Anny Duperey ose enfin ouvrir ce tiroir de commode qui renferme les photos de son enfance, mutilée par l'accident domestique, si scandaleusement banal, qui tua ses parents. En feuilletant l'album familial, elle nous livre cette angoisse si longtemps retenue, mais aussi l'amour, la joie de palper ces êtres adorés, par les images qu'ils ont laissées et les mots qu'ils ont fait naître en elle.
Lu par:Manon
Durée:3h. 58min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:36152
Résumé: L'actrice retrace son parcours, depuis la perte de ses parents, à 9 ans, à sa réalisation en tant qu'artiste complète aussi à l'aise sur scène que dans la peinture ou l'écriture. Elle a ainsi pu réaliser le rêve de sa mère.
Lu par:Roger Lador
Durée:7h. 45min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:5939
Résumé: Van Rappard était un peintre gentilhomme inspiré par les chaumières et les ouvriers. Il rencontra Van Gogh en 1880 à Bruxelles. Leur relation dura cinq ans. Van Gogh, à ses débuts, dans sa période hollandaise, parle ici de ses dessins, de sa recherche des "secrets" de la technique et témoigne de son admiration pour Millet et Daumier.
Lu par:Jean Frey
Durée:1h. 11min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:20202
Résumé: Jean-Jacques Rousseau a écrit quatre lettres adressées à Malesherbes, rédigées entre le 4 et le 28 janvier 1762, aux travers desquelles il dépeint le bonheur qu'il a eu de savourer son exil à la campagne alors que la « société » le croyait malade. Rousseau s'est rapproché de son ami académicien qui n'a eu de cesse de le défendre avec « une droiture à toute épreuve ». Après le Discours sur les sciences et les arts en 1750 et le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes en 1755, Voltaire ne s'est nullement privé en déclarant : « On n'a jamais employé tant d'esprit à vouloir nous rendre bêtes » et Diderot, plus lâche, s'est exprimé sur le sujet, par personnage interposé de l'une de ses pièces de théâtre : « L'homme de bien est dans la société, et il n'y a que le méchant qui soit seul ». Rousseau, quant à lui, tente de s'expliquer davantage sur les fondements de sa retraite dans La Lettre à l'Alembert sur les spectacles en 1758. Mais en vain. Il reste incompris.
Durée:4h. 46min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:38582
Résumé: « … J’attrape la corde lisse, je lâche le trapèze. Je ne sais pas que c’est la dernière fois que je risque ma vie, là-haut, à quinze mètres de hauteur, sans sécurité. J’enroule ma jambe autour de la corde, je commence à glisser… Dans quelques semaines, je rencontrerai un homme. Je glisse le long de la corde, un extatique sourire aux lèvres… Nous vivrons, travaillerons ensemble, il me convaincra de faire des enfants. Je glisse encore le long de la corde, je touche le sol, je salue… La somnambule a atterri. Il était grand temps que je descende sur terre. »
Lu par:Claude Fissé
Durée:14h. 23min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:19303
Résumé: Au fil de ces 266 lettres, c'est toute la vie de Robert Walser, de ses débuts presque enchantés jusqu'aux sombres années de silence littéraire, qui prend un relief nouveau. Écrites à Zurich, Berlin, Bienne, Berne et Herisau, adressées à ses sœurs, à ses éditeurs, mais aussi à deux femmes, Frieda Mermet, qui fut sa muse et sa confidente, et la toute jeune Therese Breitbach, elles sont des pièces essentielles de son atelier d'écriture ; habitées de tendresse et de colères, d'intransigeance, d'indépendance, d'humour, d'ironie, d'un constant goût de vivre, elles donnent un coup de projecteur sur la carrière et le combat étonnant de l'un des écrivains les plus brillants et les plus mystérieux de la littérature moderne.
Durée:2h. 32min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:15666
Résumé: Huit auteurs écrivent à leur mère. Ils s'appellent Charles Baudelaire, Ernest Hemingway, Marcel Proust, William Faulkner, Jean Cocteau, André Gide, Henry James, Antoine de Saint-Exupéry. Ils sont jeunes comme Cocteau ou Faulkner, adultes comme Baudelaire ou Proust. Dans ces lettres affleurent l'amour, la tendresse, l'humour, mais aussi les conflits, parfois violents, l'incompréhension entre ces deux êtres, une mère et son fils, qui ont des liens à nul autre pareils. Toutes ces lettres sont différentes mais toutes portent la marque de ce qu'il faut bien appeler la passion.
Durée:41min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:14249
Résumé: C'est l'une des lettres les plus célèbres de toute la tradition épistolaire occidentale. L'une des plus belles, l'une des plus essentielles aussi. On y a vu l'invention du paysage. Pétrarque, poète et ecclésiastique à la cour papale, a trente deux ans en 1336 lorsqu'il rédige cette lettre à l'attention de son confesseur. Cela fait plus de dix ans qu'il vit à Avignon et que Laure l'a éconduit. Le mont Ventoux appartient au spectacle naturel de la région à laquelle Pétraque est si attaché depuis son enfance. Pic d'une crise spirituelle, le récit de son ascension est celui d'une formidable expérience dont il découvre la portée allégorique. La réconciliation de Pétrarque avec l'ordre du monde et la splendeur de dieu...
Durée:17h. 21min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:65296
Résumé: Elle rêvait de n'être qu'une inconnue, elle est célébrée aujourd'hui partout dans le monde aux côtés de saint François de Sales, pour le quatrième centenaire de la fondation de l'Ordre de la Visitation Sainte-Marie, leur oeuvre commune (1610 - 2010). Voici la rencontre la plus inattendue de ce début du XVIIe siècle, tandis que se consument au loin les brasiers des guerres de Religion... Où et comment une majestueuse baronne de Bourgogne et un brillant prédicateur de Savoie se regardent pour la première fois, se reconnaissent, et scellent une destinée unique... Pourquoi resteront-ils à jamais unis par le coeur, par l'esprit et par l'âme ? Qui est vraiment Jeanne-Françoise Frémyot, communément appelée " de Chantal " ? Sur fond de confidences, d'aveux, d'émotions, de doutes et de tentations, d'engagements et de voyages, défilent les trente-huit premières années de la vie d'une grande dame souvent méconnue, qui aura su affronter un siècle guerrier et novateur, puissamment masculin, et le marquer durablement.
Durée:4h. 50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:18494
Résumé: Anny Duperey possède depuis de nombreuses années une propriété en Creuse où elle cultive fleurs et légumes et où elle a installé un poulailler. Enfant, chez sa grand-mère où elle a grandi après la mort de ses parents, les animaux familiers - chats et poules - vivaient dans la maison. On sait l'amour qu'Anny a gardé pour les chats. Son intérêt pour les bêtes de basse-cour - pigeons, canards, paons et surtout poules - est devenu, à force d'observations, presque aussi grand que celui qu'elle porte aux chats. Son livre relève presque du manuel d'élevage. Races, reproduction, nourriture : Anny Duperey regarde ses poules telle une fermière aguerrie. Ce n'est pourtant jamais fastidieux car tout passe par le récit de ses expériences, avec la dérision et la grâce qui lui sont propres. Naturellement le livre ouvre des réflexions plus générales. Anny Duperey puise sa force, à travers les hauts et les bas de sa vie de femme et de sa carrière de comédienne et d'écrivain, de sa fidélité à son enfance campagnarde, et de son attention aux petites bêtes humbles.
Durée:5h. 14min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:18705
Résumé: Dans les "Chats de hasard" elle nous parle de sa famille, de ses enfants, de la campagne où elle fut confiée avec sa jeune soeur après le drame et ensuite la séparation d'avec sa soeur. Elle parle ensuite de ses enfants à elle, de ses études et de sa jeunesse de comédienne. Et surtout d'une vieille maison à la campagne, où les chats ont commencé à venir, d'abord timidement, puis de manière de plus en plus affirmée pour finalement adopter cette femme qui passait une grande partie de ses journées à "gratter du papier". Au départ, la comédienne n'a pas d'attirance ni d'attachement particulier pour les animaux, mais petit à petit, les chats et elles vont s'apprivoiser mutuellement. Les chats vont permettre à Anny à réaliser l'intensité de sa souffrance par rapport à la mort de ses parents, et de la forme d'amnésie dans laquelle elle était plongée pour se protéger. C'est un peu grâce aux chats qu'est né "Le Voile Noir", que la comédienne se devait d'écrire pour continuer sa vie.