Contenu

Éloge du gaucher : essai

Résumé
Vaut-il mieux être gaucher ou Anglais ? Gaucher ou bègue ? Gaucher ou ami d'un gaucher ? A en croire Jean-Paul Dubois, tout est préférable à cette sinistrodextralité hautement handicapante qui s'acharne à lui pourrir l'existence. Par bonheur, les gauchers se réunissent parfois en club pour jouer aux cartes, s'envoient des invitations à dîner entre gauchers, ont leur propres idoles (à commencer par la délicieuse Diane Keaton.. .), leurs propres ciseaux, leur propre humour...
Genre littéraire: Humour-satire
Durée: 4h. 16min.
Édition: Paris, Points, 2008
Numéro du livre: 17251
ISBN: 9782757807217
Collection(s): Points

Documents similaires

Durée:5h. 1min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:12677
Résumé: S'il achète un revolver, rend visite à l'amant de sa femme, et finit par mordre sauvagement son dentiste, c'est que Samuel Polaris va mal. Très mal. A moins que les autres, les gens " normaux " - avec leurs plans de carrière, leurs adultères, leur incompétence arrogante - n'aient basculé dans une sorte de folie collective. Allez savoir. Parce qu'il n'a pas le choix, parce qu'il est amoureux de sa femme et qu'il refuse de se résigner au pire, Samuel Polaris décide de reconquérir sa dignité. Même s'il doit, pour cela, voler à son psychiatre la montre que portait Kennedy le jour où il a été assassiné. Nerveux, caustique, érotique, "Kennedy et moi" est le miroir où vient se refléter la " contre-vie " contemporaine
Durée:6h. 54min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19601
Résumé: Paul Osterman l'a décidé. A quarante-trois ans, il est temps de passer aux choses sérieuses: arrêter de travailler et se consacrer à quelques occupations gratifiantes telles que la névrose, la dépression, la dépréciation de soi-même ou la migraine ophtalmique. Pétillant et corrosif, Prends soin de moi raconte avec un sens de la dérision irrésistible les petits et grands malheurs d'un anti-héros moderne.
Lu par:Jean Frey
Durée:3h. 33min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14016
Résumé: " Eh bien moi, vous me verrez tous les jours de la semaine. - Vous plaisantez, monsieur Tanner. En tout cas, il faut qu'on se mette d'accord : qui est-ce qui va commander ? " Paul Tanner, documentariste animalier, menait une existence paisible avant d'hériter de la maison familiale. Décidé à la restaurer de fond en comble, il entreprend des travaux. Tandis qu'il s'échine sur les sols, les corps de métier défilent. Maçons déments, couvreurs délinquants, électriciens fous... tous semblent s'être donné le mot pour lui rendre la vie impossible. Récit véridique d'un chantier, chronique d'un douloureux combat, galerie de portraits terriblement humains, Vous plaisantez, monsieur Tanner se lit comme une comédie. Une comédie menée par un narrateur qui ressemble fort à son auteur.
Durée:6h. 5min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15575
Résumé: Résumé : Paul Klein est interné dans un hôpital psychiatrique à Jérusalem (ville qu'il déteste, nous le découvrons vite...). Comment est-il arrivé là? C'est ce qu'il nous raconte. Paul est persuadé d'être la victime d'un complot familial. Pour comprendre, il rédige en quelques sorte ses mémoires, un témoignage de sa vie passée. Il évoque sa mésentente avec son frère jumeau, avec ses beaux-parents, son métier de météorologue, sa vie de père de famille, ses amours... Peu à peu, le puzzle se met en place et l'on comprend comment Paul Klein, désabusé s'est laissé piéger par les évènements
Durée:3h. 19min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:19583
Résumé: Deux extraterrestres débarquent pour une mission d'étude. Le lieu : la terre. Sujet : les hommes. L'auteur de ce journal a la responsabilité de cette mission. Croyant bien faire, il envoie son subalterne Gurb au contact de la zone et de la "faune autochtone", métamorphosé pour l'occasion en une forme qu'il imagine totalement passe-partout : Madonna. Il ne lui faudra pas plus de 20 heures pour qu'il disparaisse et que, sans nouvelles de lui, le narrateur se voit contraint de partir à sa recherche et à la découverte de Barcelone et des habitudes terrestres. Notre héros se retrouve alors à son insu au centre d'aventures pour le moins désopilantes. Mais enfin, de qui parle-t-on ici ? De nous bien sûr ! De notre société, de ses mœurs et de ses coutumes, de son arrogance et de sa lâcheté. De ses bons côtés aussi, de ce qui fait que nous sommes parfois vils ou valeureux. Et si souvent, à la lecture de ce petit livre, un rire salutaire et incontrôlable vous secoue comme un prunier, il s'en faut aussi de peu parfois pour qu'il nous inspire la terreur de nous-mêmes. Car l'humour délirant d'Eduardo Mendoza est ainsi dosé qu'il recèle toujours une part certaine de férocité. Ainsi, par moments, on en viendrait presque à s'écrier : pauvres extraterrestres perdus dans ce monde de fous !
Durée:10h. 34min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:19285
Résumé: Attendez-vous à savoir que Lazare Vilain, philosophe de formation et dialecticien de vocation, s'en vient, suite à une proposition officielle, à enseigner son noble art devant un public de taulards, histoire de pondérer leurs ardeurs et d'ouvrir dans leur mental irascible une fenêtre vers le ciel des transcendantaux. Il monte donc en chaire en tout lieu de détention qu'on lui signale. La chose se passe au mieux : troublé, inquiet, séduit, le public répond présent. Mais peu à peu Vilain se familiarise, copine, couche et devient passeur de courrier, puis partie prenante du milieu, pas de celui qu'il importe de garder en toute chose, mais de l'autre qu'il importe de ne fréquenter qu'armé de méfiance et d'un Glock fait à sa main. Dans son sillage, on fréquente salle de boxe, clubs, claques, arrière-salles et bas-fonds?; on s'invite à la table de M.Riccioli, on croise Rocky-les-baffes, Leïla la veuve d'un braqueur anar et les Barbarovitch les bien nommés, les Peachum du PACA, régnant sur toute une famille de mendiants et d'ouvriers bidon. On assistera même à une corrida carcérale et croisera un «pizzaiolo pornologue». Final en forme de déclaration d'amour et de règlement de comptes politique. Nietzsche a rêvé d'une «philosophie à coups de marteau», Guyard vous offre, porté par un style goûteux et argotique, la métaphysique à coups de mandales. Affaire de style. Tendez la joue gauche, premier service !
Durée:5h. 34min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:23865
Résumé: Pierre Desproges est parmi nous, plus vivant, plus indispensable que jamais. Ils sont venus saluer l'homme, l'humoriste, l'écrivain : les amis d'hier, tes admirateurs d'aujourd'hui, les dessinateurs, les écrivains. Ensuite, place à l'invité d'honneur : ce recueil est aussi une anthologie thématique, rigoureuse et roborative, où l'on trouvera quelques morceaux de bravoure célèbres (comme le fameux " Peut-on rire de tout ? "), mais aussi des textes plus rares et parfois inédits, afin de découvrir, redécouvrir et faire découvrir inlassablement l'œuvre de Desproges, splendide leçon d'impertinence et de liberté.
Durée:27min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:16423
Résumé: L'école, les grandes personnes, la famille, les copains... Si vous croyez que ma vie est facile tous les jours, vous n'avez qu'à venir voir d'un peu plus près. Je vous jure que vous ne serez pô déçus !
Durée:24min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:16343
Résumé:
Durée:27min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:16370
Résumé: L'école, les grandes personnes, la famille, les copains... Si vous croyez que ma vie est facile tous les jours, vous n'avez qu'à venir voir d'un peu plus près. Je vous jure que vous ne serez pô déçus !
Lu par:Madiana Roy
Durée:36min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:16424
Résumé: L'école, les grandes personnes, la famille, les copains... Si vous croyez que ma vie est facile tous les jours, vous n'avez qu'à venir voir d'un peu plus près. Je vous jure que vous ne serez pô déçus !
Durée:4h. 32min.
Genre littéraire:Humour-satire
Numéro du livre:16908
Résumé: Notre Précieux Souverain a-t-il changé ? C'est ce qu'affirment les gazettes, épuisées ou adoucies par un début de règne fort en gueule. Le sacre paraît loin, et son cortège de festivités, de yachts luxueux, de résidences très surveillées. L'impératrice Cécilia a refait sa vie. Certains courtisans ont été relégués dans des ailes lointaines de la République, bannis à Los Angeles ou dans le 92. Efficacité, tempérance, froideur, et même sagesse, tels seraient les nouveaux habits de Nicolas Ier.