Contenu

Rue de la Justice

Résumé
"Rue de la Justice" , telle fut la dernière adresse d'une de mes arrière-grands-mères, laveuse sur un bateau-lavoir dans une petite ville des bords de Loire. Née en 1863, elle avait un peu plus de vingt ans à la mort de Victor Hugo et toute sa vie conserva sur sa cheminée une gravure des obsèques nationales du poète. Symbole de la confiance des gens d'en bas en la toute jeune république, dont ils attendent justice, progrès, instruction. Revenant sur ma terre d'origine, l'Anjou, j'ai donc tenté de retracer le cadre de leur vie, d'évoquer leur difficile existence de travail, le poids de l'Eglise et des châteaux, leur foi dans le progrès scientifique et technique. Mais aussi de faire entendre, les soutenant, les accompagnant, les voix de Victor Hugo, de Louise Michel, et celles des républicains et républicaines d'une province qui l'était si peu. Avec en fond de décor, un paysage, le bocage de la "Vendée angevine" , la vallée de la Loire, la rumeur et les colères du grand fleuve. Cette confiance en la république pourrait-elle renaître aujourd'hui ? En 2018, il m'a semblé entendre chez les Gilets jaunes quelque chose des très anciennes revendications dont étaient porteurs mes ancêtres, journaliers agricoles, vignerons, artisans, tous ceux que Gracchus Babeuf nommait "les impropriétaires" . Egalité, justice, reconnaissance. Faisant retour vers ce petit peuple disparu avec ses modestes et farouches espoirs, attentive à sa leçon, émue par son courage quotidien, je me disais : ce passé-là a de l'avenir. D. S.
Genre littéraire: Biographie/témoignage
Durée: 12h. 14min.
Édition: Paris, Gallimard, 2022
Numéro du livre: 75756
ISBN: 9782072991158
Collection(s): Blanche

Documents similaires

Lu par:Manon
Durée:14h. 45min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:38828
Résumé: L'auteure retourne dans sa région natale, l'ouest conservateur et clérical de l'Anjou, pour retrouver ce qui caractérisait l'éducation républicaine qu'elle y a reçue au milieu du XXe siècle par ses parents instituteurs. En revisitant les lieux familiers de son enfance, elle fait renaître les combats et les aveuglements d'une époque.
Lu par:Wanda Asnar
Durée:10h. 19min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:75640
Résumé: Franco-Brésilien et correspondant du journal Le Monde, l'auteur a enquêté sur le président brésilien Bolsonaro pour retracer son parcours ainsi que les moments forts de son mandat. Il évoque la gestion de la pandémie de Covid-19, les immenses brasiers qui ont dévasté l'Amazonie, les tentatives de coup d'Etat ou les coups de sang à répétition.
Durée:8h. 55min.
Genre littéraire:Voyage/exploration
Numéro du livre:19167
Résumé: Sibérie en russe c'est 'Sibir ', du nom d'un petit royaume mongol défait par les Russes après la victoire d'Ivan le Terrible en 1552 sur les Tatares de Kazan. Symbole et départ d'une conquête et d'une colonisation de la Sibérie qui durera des siècles. Située en Asie par la géographie, la Sibérie appartient à l'Europe par l'histoire et par la civilisation. L'Europe ne s'arrête pas à l'Oural. Comment cela s'est imposé à moi, je le raconte jour après jour, tandis que sous mes yeux s'étire un paysage de forêts, de campagnes désertées, de grands fleuves, de villes géantes, de gares monumentales. Le printemps explose sur la trace enfouie des anciens goulags. Et le Transsibérien pousse l'Europe devant lui à travers dix mille kms et onze fuseaux horaires. 'Sibir ! sibir ! 'chuchotent les roues.
Durée:4h. 44min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:67381
Résumé: L'ancienne ministre évoque le souvenir de sa grand-mère, petite fille pauvre placée chez un riche propriétaire puis employée à Paris comme domestique. Après des années d'humiliations et de mépris, elle rencontre un homme qui va l'aider à se battre pour changer son destin.
Durée:5h. 27min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:75222
Résumé: Linda de Suza est littéralement passé "de l'aspirateur au micro". Cette femme de chambre portugaise, devenue la chanteuse aux 20 millions de disques, restera toujours un symbole de réussite pour des millions de déracinés. Dans La Valise en carton, publié pour la première fois en 1984, elle revient sur son enfance au Portugal, lorsqu'elle allait à la Soupe populaire pour nourrir sa famille, sur son arrivée clandestine en France, valise et enfant sous le bras, et sur sa passion de la chanson et du public. Une success story racontée avec émotion et humilité.
Lu par:Claude Yersin
Durée:51min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:74468
Résumé: Les femmes ont toujours eu recours à l'avortement, qu'il soit autorisé ou non, souvent au péril de leur vie. Si de nombreux pays ont rendu légale l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) au cours des dernières décennies, ce droit difficilement acquis, pour et par les femmes, est aujourd'hui en pleine régression. Pourquoi l'avortement est-il encore autant sujet à débats ? Ghada Hatem retrace dans ce texte engagé les jalons de l'histoire complexe de l'avortement. Avorter : est-ce bien ou mal ? Loin de du jugement d'ordre moral, elle livre un manifeste en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps !
Durée:9h. 35min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:70562
Résumé: Etre mendiant en Inde, c'est être plus pauvre qu'ailleurs. Mais être pauvre et intouchable, c'est subir à la fois la misère et le mépris. Pour connaître ce qu'on vit et ressent quand on est considéré comme la lie de la terre, un journaliste a appris l'hindi, s'est foncé la peau, les cheveux, et s'est mêlé au flot de ceux qui mangent à même un bout de papier et couchent à même la rue. Une enquête unique sur une des conditions les plus misérables du monde. Un témoignage sur les sentiments qu'éprouve un Européen jeté dans l'anonymat et l'humiliation. Un portrait sans complaisance de l'Inde.
Durée:13h. 17min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:71525
Résumé: En quelques décennies, tout a changé. La France, à l’heure des gilets jaunes, n’a plus rien à voir avec cette nation une et indivisible structurée par un référentiel culturel commun. Et lorsque l’analyste s’essaie à rendre compte de la dynamique de cette métamorphose, c’est un archipel d’îless’ignorant les unes les autres qui se dessine sous les yeux fascinés du lecteur. C’est que le socle de la France d’autrefois, sa matrice catho-républicaine, s’est complètement disloqué. Jérôme Fourquet envisage d’abord les conséquences anthropologiques et culturelles de cette érosion, et il remarque notamment combien notre relation au corps a changé (le développement de pratiques comme le tatouage et l’incinération en témoigne) ainsi que notre rapport à l’animalité (le veganisme en donne la mesure). Mais, plus spectaculaire encore, l’effacement progressif de l’ancienne France sous la pression de la France nouvelle induit un effet d’« archipelisation » de la société tout entière : sécession des élites, autonomisation des catégories populaires, formation d’un réduit catholique, instauration d’une société multiculturelle de fait, dislocation des références culturelles communes (comme l’illustre, par exemple, la spectaculaire diversification des prénoms). À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. En témoignent, bien sûr, l’élection présidentielle de 2017 et les suites que l’on sait…
Lu par:Marie Claire
Durée:3h. 19min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:36814
Résumé: Ils sont cireurs de chaussures, vendeurs de journaux, laveurs de voitures, nettoyeurs de tombes, chiffonniers... Des enfants laissés pour compte dans un pays où les plus pauvres ne peuvent que survivre. Survivre, Saturnino tente de le faire. Dans la rue, il lutte depuis la disparition de ses parents, pour gagner quelques pièces, pour protéger Luzia sa petite soeur, pour se souvenir des mots et des chansons que fredonnait leur mère. Un jour, Saturnino rencontre un vieil homme hors du commun qui se dit chef d'orchestre. Il invite les gamins des rues à venir chez lui. La musique a-t-elle le pouvoir d'effacer la peur et la solitude ? A partir de 12 ans.
Durée:1h. 5min.
Genre littéraire:Théâtre
Numéro du livre:71141
Résumé: C'est la fête dans le pré, les moutons se réjouissent et pour cause : le loup est mort. C'était un grand méchant loup, bien sûr. Enfin, pas si sûr, parce que personne ne l'a jamais vu. Mais le mouton Kalle connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui l'a vu. Locke, son copain, a des doutes. Kalle s'énerve. Terriblement. Comme le loup est mort, on lui cherche un successeur. Kalle se présente. Jouer au loup, c'est facile, mais être le loup, est-ce si simple ?
Lu par:Pascal Bray
Durée:1h. 55min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33856
Résumé: "Quand nous arrivons en France, nos branches ne sont plus lourdes ; les feuilles sont légères ; elles sont mortes. Nos racines sont sèches et nous n'avons pas soif. Si je nous compare à un arbre, c'est parce que tout tend à mourir en nous et la sève ne coule plus. Tout le monde trouve "normal" ce déboisement sélectif. Mais que peut un arbre arraché à l'aube de sa vie ? Que peut un corps étranger dans une terre fatiguée ?" Voici le portrait d'un homme en exil. C'est un travailleur immigré. Il nous décrit la misère sociale, psychologique et sexuelle dont il est la victime quotidienne. A travers le récit de sa "réclusion solitaire", c'est l'attitude de nos sociétés occidentales face à l'immigration qui est mise à mal. Mais Tahar Ben Jelloun, en humaniste averti, s'insurge contre un danger plus grand encore. Il nous donne à voir où l'indifférence et le mépris de tout homme envers son semblable peuvent conduire.
Durée:4h. 29min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:29888
Résumé: Comme les mammouths la classe ouvrière s'est éteinte, tel est le constat de Benassa, ouvrier de l'usine Supercavi et homme rustre au syndicalisme chevillé au corps. Partant de ce constat, une décision radicale sera prise. Cette dernière est prétexte pour Antonio Pennacchi à l'évocation de ses années de lutte syndicale, de grèves, de manifestations et d'occupation d'usine...