Contenu

Confiscation: des mots, des images et du temps

Résumé
La philosophe analyse l'altération du sens qui découle du libéralisme économique et du langage politique contemporain. Elle dénonce la manipulation des mots et des images par ceux qui gouvernent, contribuant à confisquer la parole des gouvernés et à délégitimer toute forme de "radicalité" dans l'action politique. Elle défend un verbe vivace, faisant appel aux ruptures constructives. ©Electre 2017
Durée: 5h. 18min.
Édition: Paris, Les Liens qui libèrent, 2017
Numéro du livre: 35205
ISBN: 9791020904690
CDU: 300

Documents similaires

Lu par:Manon
Durée:7h. 27min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:34330
Résumé: Lu par Manon Après la chute du communisme et l'ensevelissement des promesses d'émancipation qu'il avait incarnées, la dialectique entre passé et futur a été brisée. Mais on peut aussi redécouvrir une "tradition cachée", celle de la mélancolie de gauche qui traverse l'histoire révolutionnaire, de Blanqui à Benjamin, de Louise Michel à Rosa Luxemburg. Elle est comme une voie d'accès à la mémoire des vaincus. ©Electre 2017
Durée:4h. 36min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:36005
Résumé: De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya a subi un siège implacable imposé par Damas. Quatre années de descente aux enfers, rythmées par les bombardements au baril d’explosifs, les attaques au gaz chimique, la soumission par la faim. Face à la violence du régime de Bachar al-Assad, une quarantaine de jeunes révolutionnaires syriens a fait le pari insolite d’exhumer des milliers d’ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine, calfeutrée dans un sous-sol de la ville. Leur résistance par les livres est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination politique ou religieuse. Elle incarne cette troisième voix, entre Damas et Daech, née des manifestations pacifiques du début du soulèvement anti-Assad de 2011, que la guerre menace aujourd'hui d'étouffer. Ce récit, fruit d'une correspondance menée par Skype entre une journaliste française et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature.
Durée:7h. 30min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:31423
Résumé: De Victor Hugo à Dominique de Villepin, une étude d'une douzaine de situations d'insultes extraites de l'histoire française, au fil de deux siècles de parlementarisme.
Lu par:Hervé Detrey
Durée:2h. 40min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:19289
Résumé: "Jamais, sans doute, depuis l'établissement de notre démocratie républicaine, les plus hauts responsables politiques n'avaient aussi systématiquement, effrontément et cyniquement menti aux Français. Dès lors que la tromperie vient de la tête de l'Etat, mais aussi des dirigeants de l'opposition, plus personne ne peut l'endiguer. On respire comme on ment, et on ment comme on soupire. La gauche a le mensonge timide, embarrassé, emberlificoté. Le centre l'a mielleux, un peu flasque, et honteux de lui-même. Sarkozy, lui, l'a brut de décoffrage. On pourrait dire, au reste, qu'il est franc du mensonge comme on dit de quelqu'un qu'il est franc du collier".
Durée:16h. 5min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:66692
Résumé: Le philosophe allemand Victor Klemperer s'attacha dès 1933 à l'étude de la langue et des mots employés par les nazis. En puisant à une multitude de sources (discours radiodiffusés d'Adolf Hitler ou de Joseph Paul Goebbels, faire-part de naissance et de décès, journaux, livres et brochures, conversations, etc.), il a pu examiner la destruction de l'esprit et de la culture allemands par la novlangue nazie. En tenant ainsi son journal il accomplissait aussi un acte de résistance et de survie. En 1947, il tirera de son travail ce livre : "LTI, Lingua Tertii Imperii, la langue du IIIe Reich", devenu la référence de toute réflexion sur le langage totalitaire. Sa lecture, à cinquante ans de distance, montre combien le monde contemporain a du mal à se guérir de cette langue contaminée ; et qu'aucune langue n'est à l'abri de nouvelles manipulations.
Lu par:Colin Hubert
Durée:2h. 3min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:70673
Résumé: En dialoguant avec le jeune philosophe espagnol Javier Bassas, Jacques Rancière explicite deux idées qui sont au cœur de son travail. Les mots ne sont pas des ombres auxquelles s’oppose la réalité solide des choses. Ils sont eux-mêmes des réalités dont l’action construit ou subvertit un ordre du monde. Et l’écriture n’est pas l’illustration de la pensée. Elle est un travail de la pensée qui défait le tissu consensuel des rapports entre le perceptible et le pensable et ébranle les hiérarchies entre les modes de discours. Dans l’écriture philosophique comme dans les processus d’émancipation politique, il s’agit de construire des plans d’égalité en détruisant les barrières qui enferment les humains, leur expérience et leur pensée dans des mondes séparés. C’est ainsi tout un discours de la méthode égalitaire que Jacques Rancière développe ici et que Javier Bassas l’amène à préciser en confrontant ses analyses à d’autres entreprises théoriques : marxisme althussérien, phénoménologie ou déconstruction derridienne.
Durée:8h. 1min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:38336
Résumé: Géographe, explorateur et ethnologue, l'auteur propose ses réflexions sur son parcours intellectuel, sur l'écologie humaine et sur l'enseignement supérieur. Il développe sa philosophie de vie qui consiste à résister et à ne pas se laisser manipuler. Il évoque notamment son combat aux côtés des Inuits contre la construction d'une base nucléaire américaine sur leur territoire.
Durée:7h. 51min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:31491
Résumé: Ils ont vécu à des époques différentes, fait face à des ennemis qui ne sont pas de même nature - et leurs réponses ne sont pas univoques. Tous, pourtant, ont renoncé au confort d'une vie tranquille au nom d'un amour intransigeant : celui des êtres humains, celui de la vérité. Ils ont refusé de se soumettre : à l'agresseur venu du dehors, à leurs démons intérieurs aussi. Tous ont - parfois dès l'origine, parfois après une "conversion" religieuse ou laïque répudié l'usage de la violence dans leurs luttes. Si ce livre d'histoires n'est pas seulement un livre d'histoire, c'est que chacun des "insoumis" dont Todorov retrace le destin a pour nous des résonances profondes, bien au-delà des circonstances que l'auteur relate et qui dépassent le caractère héroïque, voire tragique, de certains des personnages. Soixante-dix ans après sa déportation et sa disparition à Auschwitz, la voix de la jeune Etty Hillesum nous émeut et nous inspire par sa volonté de partager le lot commun plutôt que de se sauver, elle, et d'affirmer la beauté du monde en toutes circonstances. C'est par sa religion du vrai et du juste - et aussi par son inaltérable sens de l'humour, sa façon de considérer les humains non en "blocs" ethniques, nationaux, politiques, religieux, mais un par un - que Germaine Tillion, ethnologue, historienne, résistante, visiteuse de prison, militante contre la peine de mort et la torture, s'attache à notre coeur. Entre les deux grands écrivains russes Boris Pasternak et Alexandre Soljenitsyne, un point commun de nationalité et un prix Nobel de littérature, mais que de différences de tempérament ! Pasternak humain trop humain, conscient de ses imperfections, se cachant dans une résistance intérieure presque invisible pour édifier le roman majeur qu'est Le Docteur Jivago ; Soljenitsyne, guerrier sans relâche, faisant de son oeuvre et de sa position publique une arme de combat contre le régime soviétique.
Durée:19h. 16min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:66634
Résumé: Un vieil homme vient d'être assassiné dans une maison de retraite. Parmi les pensionnaires interrogés, Odette Dulac. Face au lieutenant de police, elle entame le récit de sa vie. En 1940, à tout juste 19 ans, l'histoire la fait basculer dans l'âge adulte : elle entre dans la Résistance, une expérience inoubliable et douloureuse. Son interrogatoire tourne à la confession : Odette peut enfin chasser ses fantômes... Une évocation vibrante des heures sombres de la France.
Durée:13h. 42min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:67715
Résumé: 9 août 1944, Quimperlé, Finistère sud. Sous les yeux de sa femme et de son petit-fils, Adolphe Fontaine est arrêté à son domicile par les maquisards qui viennent de libérer la ville. Roué de coups, promené dans les rues, il est fusillé quelques heures plus tard. Cette exécution sommaire est le point de départ de l’enquête menée par Grégoire Kauffmann. Avec l’œil de l’historien, il remonte la piste de son grand-père, Pierre Brunerie, l’un des meneurs de la Résistance. A-t-il commandité le meurtre du 9 août ? En suivant les traces de ce fils d’ébéniste, jeune sympathisant communiste devenu militaire, c’est un destin français que l’on découvre dans ce récit haletant, de la déroute de 1940 aux premières heures de la Résistance, de la clandestinité sous l’Occupation aux débordements de l’épuration… Exhumée des archives, une étonnante galerie de personnages gravite autour de l’hôtel de Bretagne, repaire de la Résistance quimperloise : notables en cheville avec l’occupant, agents infiltrés, officiers allemands noceurs et tortionnaires, femmes amoureuses qui finiront tondues, héros ordinaires, résistants improbables… Une véritable comédie humaine de la France des années sombres. L’enquête intime d’un historien au cœur d’un secret de famille.
Durée:2h. 34min.
Genre littéraire:Histoire/géographie
Numéro du livre:73834
Résumé: Ce portrait du chef vendéen François Athanase Charette de La Contrie montre comment celui qui passait pour un officier de marine insignifiant et indolent, sut dompter les événements et se forger un personnage hors du commun, jusqu'à devenir l'incarnation de la résistance populaire vendéenne.
Durée:45min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:17623
Résumé: ... Il y dénonce les écarts de richesses grandissants, le manque d'humanité envers les sans-papiers et les Roms, la dictature des marchés financiers et les acquis sociaux de la résistance, comme les retraites ou la sécurité sociale, bradés par le gouvernement. Il appelle également au boycott des produits israéliens, arguant de la guerre de Gaza de 2009. Stéphane Hessel est un Français né à Berlin et son père était juif. Il rejoint la résistance avant d'être déporté à Buchenwald durant la Seconde Guerre mondiale. En 1948, il participe à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme, avant de devenir ambassadeur de France. Stéphane Hessel a récemment été candidat sur une liste Europe Ecologie aux élections régionales.