Contenu

Scènes de vie villageoise: nouvelles

Résumé
Nous voici à Tel-Ilan, un village centenaire fondé par les pionniers bien avant la création de l'État d'Israël. Une petite communauté villageoise y vit entourée de vignes et de vergers, et la vie semble s'écouler paisiblement. Depuis quelque temps pourtant, les gens de la ville envahissent les rues du bourg au moment du Shabbat, et avec eux, la spéculation immobilière et la vulgarité. Mais Pessah Kedem, ancien membre de la Knesset, est un vieillard inquiet pour d'autres raisons. Il n'aime pas le jeune étudiant arabe que sa fille Rachel héberge dans l'annexe au fond de la cour, et surtout, il est convaincu que quelqu'un creuse sous sa maison la nuit.
Genre littéraire: Nouvelle
Durée: 6h. 37min.
Édition: Paris, Gallimard, 2010
Numéro du livre: 16996
ISBN: 9782070127214

Documents similaires

Durée:3h. 33min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:19316
Résumé: "Au début de la fondation du kibboutz, nous formions une grande famille. Bien sûr, tout n'était pas rose, mais nous étions soudés. Le soir, on entonnait des mélodies entraînantes et des chansons nostalgiques jusque tard dans la nuit. On dormait dans des tentes et l'on entendait ceux qui parlaient pendant leur sommeil." L'idéal de vie en communauté a-t-il résisté à l'érosion du temps pour les habitants du kibboutz Yikhat ? Ben Gourion est Premier ministre, et la société israélienne n'est déjà plus la même que du temps des fondateurs. Alors des questions de principe et de règlement se posent aux kibboutzniks : peut-on par exemple permettre à Henia Kalisch d'envoyer son fils Yotam faire des études à l'étranger - chez son oncle qui, justement, a quitté le kibboutz - et faut-il laisser le petit Youval à la maison des enfants, malgré ses pleurs ? Mais, même dans une petite communauté très attachée aux principes idéologiques, les affaires de coeur prennent parfois toute la place. Yoav Carni va-t-il résister au charme de la jeune Nina, surtout quand il la croise pendant ses rondes de surveillance noctures ? Nahum Asherov peut-il accepter que son vieil ami David Dagan, excellent professeur et grand séducteur, s'installe avec sa fille Edna, âgée de dix-sept ans à peine ? Et que va faire Ariella, qui déborde d'affection pour l'ex-femme de son amant Boaz ? A Yikhat comme ailleurs, l'on se débat avec ses chagrins d'amour et ses désirs irréalisables, mais dans un kibboutz, l'on n'est jamais seul...
Durée:14h. 51min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:19344
Résumé: Il est sympathique, Fima. Le genre d'homme qui ne veut de mal à personne, qui mène sa vie tranquillement, qui se cultive, qui a un avis sur tout, qui n'aime pas les conflits, qui s'interroge sur le monde, qui veut comprendre... Il n'a pas d'enfant, mais sa fibre paternelle s'est reportée sur le fils de son ex-femme, qu'il garde régulièrement et auquel il s'est attaché. Au quotidien, il travaille dans une clinique gynécologique, ce qui éveille en lui de nombreuses questions sur les femmes et leurs mystères. Il est sympathique, Fima, certes. Et il y a tout un univers dans ce livre, un quotidien fait de rencontres, de réactions sur la religion, de trajectoires personnelles. Le héros est parfois maladroit, souvent attachant. Sa vie est un peu celle de monsieur-tout-le-monde.
Lu par:Aline Viredaz
Durée:6h. 52min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:13583
Résumé: "Je suis né à Jérusalem. Bien plus tard, j'ai lu dans des livres que, au temps du mandat britannique, c'était une ville très cosmopolite. Où l'on trouvait Gershom Sholem, Buber, Bergman et Agnon; moi, c'est à peine si je savais qu'ils existaient, sauf que parfois mon père disait "Regarde cet homme de réputation mondiale qui marche dans la rue." Je croyais qu'une réputation mondiale, c'était un peu comme des jambes malades car, souvent, celui dont il disait qu'il avait une "une réputation mondiale" était un vieillard qui marchait avec une canne, d'un pas hésitant et portait en été un costume très épais. "
Durée:2h. 20min.
Genre littéraire:Contes et légendes
Numéro du livre:14548
Résumé: Présentation de l'éditeur : Un village au bout du monde, triste et gris, encerclé par des forêts épaisses et sombres. Un village maudit : toutes les bêtes, tous les oiseaux et même les poissons de la rivière l'ont déserté. Depuis, ses habitants se barricadent chez eux dès la nuit tombée, terrorisés par la créature mystérieuse nommée Nehi, et interdisent aux enfants de pénétrer dans la forêt. Mais surtout, ils gardent le silence. Personne ne veut se souvenir des animaux ni évoquer la vie d'avant. Seule Emanuela, l'institutrice du village, tente d'enseigner aux élèves à quoi ressemblaient ces animaux disparus. Deux enfants de sa classe, Matti et Maya, décident alors d'élucider le mystère et s'aventurent dans la forêt en dépit de l'interdit... Soudain dans la forêt profonde est un conte pour enfants et adultes. Au carrefour de la tradition biblique, du folklore yiddish et du conte européen, il nous offre une magnifique parabole sur la tolérance.
Durée:27h. 32min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:16937
Résumé: Amos Oz nous conte l'histoire de sa famille et de ses aïeux. Son récit quitte donc le quartier modeste de Jérusalem où il est né, remonte le temps, retourne en Ukraine et en Lituanie, et fait revivre tous les acteurs de cette tragi-comédie familiale, qu'ils soient prophète tolstoïen, séducteur impénitent, mauvais poète, kibboutznik idéaliste ou vrai savant. Leurs vies sont parfois broyées par la grande Histoire (l' Europe les rejette, l'Orient se montre hostile), et toujours marquées par leurs propres drames intimes et leurs illusions perdues.
Durée:2h. 52min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20026
Résumé: Ce n'est pas le pape, mais Gabriel Louria, le séducteur, qui s'est rasé la moustache pour les beaux yeux d'une jeune religieuse anglaise. Et pourtant cette moustache, il y tenait ! Une vraie moustache de salon, soignée et bien taillée... Imaginez ce qui a pu se passer pour qu'il en arrive à la raser, sa moustache ! D'une plume alerte, David Shahar nous entraîne dans une Jérusalem fantasque et colorée à la découverte de ses habitants et de leurs histoires.
Durée:4h. 5min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:3259
Résumé: Choix de contes extraits de divers recueils de l'auteur. Nouvelles de Jérusalem
Durée:5h. 48min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:22728
Résumé: Paru en 1992, Pipelines, d'Etgar Keret, signait l'entrée fracassante, sur la scène littéraire israélienne, d'un écrivain qui s'imposait d'emblée comme un inventeur de formes capables de traduire, à l'intention de générations nouvelles, un monde à tous égards entré en mutation et qu'ébranlaient, en Israël comme ailleurs, de violentes et multiples convulsions. Si les textes qui composent Pipelines portent l'empreinte d'un surréalisme métaphysique qui rappelle Kafka ou Gombrowicz, et si y transparaissent les liens que Keret entretient avec la culture de l'Europe centrale, la vigueur et la maîtrise qui les caractérisent en font des créations puissamment originales. Composées comme en apnée, ces vignettes avec personnages, traçant des lignes de fuite aussi déviantes qu'insolites, sont en effet autant de fragments prélevés sur le réel dans un geste créateur d'une audace formelle qui métamorphose sur-le-champ le monde en objet d'inattendue méditation. En usant de vertigineux changements de focale, l'écriture d'Etgar Keret opère à chaque instant un déplacement nécessaire, jubilatoire et libérateur, où se dévoile le scandaleux visage d'une sagesse aussi inédite qu'authentique.
Lu par:
Durée:7h. 21min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:22853
Résumé: Dans chacune des nouvelles qui composent ce recueil, on sent constamment sourdre une angoisse diffuse. Le professeur qui garde pendant trois jours l'enfant d'une femme autrefois aimée, le vieux poète qui voit éclore une veine poétique chez son fils arriéré mental, le gardien de prison qui prend le risque de se laisser noyer avec ses prisonniers - chacun est un jour encerclé, pris au piège de la solitude. Silence, absence, attente, autant d'éléments qui évoquent l'univers de Julien Gracq ou celui de Dino Buzzati.
Durée:5h. 23min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:15077
Résumé:
Durée:2h. 35min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:20910
Résumé: Une adolescente obèse et dépressive, internée dans un hôpital psychiatrique, consacre ses journées à faire le portrait des autres patients. Elle cache sous le formica du placard de sa chambre son journal intime, chronique d'un voyage à Berlin où elle est tombée éperdument amoureuse d'un Irlandais du Nord. Avec une écriture au pouvoir évocateur exceptionnel, Alona Kimhi, voix majeure de la jeune littérature israélienne, nous entraîne dans l'univers précaire et douloureux d'une jeune femme désemparée.
Durée:10h. 7min.
Genre littéraire:Société/économie/politique
Numéro du livre:23032
Résumé: Publié en Israël en 2007, Vaincre Hitler a suscité de très débats. Et pour cause : l'auteur, ancien président de la Knesset y déplore le fait qu'Israël, plus de soixante ans après Auschwitz, définit son identité quasi exclusivement par rapport à l'Holocauste. Critiquant le virage nationaliste et ethnique qu'a pris le pays au cours des dernières décennies, il s'oppose aux nouvelles " théories raciales juives " des extrémistes religieux et stigmatise l'usage de la force militaire. Mais Vaincre Hitler est aussi un livre de souvenirs où l'émotion côtoie l'indignation. Avraham Burg y évoque son enfance dans la " petite Allemagne " de Jérusalem, dialogue avec sa mère et, au-delà de la mort, avec la figure tutélaire de son père, Yossef Burg, ancien dirigeant du Parti national religieux et ministre pendant plusieurs décennies. Dans cet ouvrage émaillé de références à la Bible et aux grands textes du judaïsme, Burg laisse parler son chagrin et son inquiétude. Mais il construit aussi un nouveau programme pour Israël dans le concert des nations, véritable message d'espoir où se matérialise son rêve d'un retour à la sérénité et aux valeurs universalistes et humanistes du judaïsme. L'"autre" ne devrait plus être perçu, selon Burg, comme une menace, mais comme un potentiel de coopération.