Contenu

Le dîner de Babette: nouvelles

Résumé
Dans un village isolé au bord d'un fjord norvégien vivent deux vieilles filles austères. Leur père, un pasteur protestant et puritain, les a élevées loin de toute idée de plaisir. Mais, par un de des concours de circonstances dont la vie a parfois le secret, elles ont hérité d'une cuisinière française, Babette, qui s'est réfugiée en Norvège après avoir fui la répression qui suivit la Commune. Un jour, Babette gagne dix mille francs à la loterie et décide d'offrir un merveilleux souper à ses patronnes et à tous leurs amis. Ce dîner va bien sûr être l'occasion de réveiller cette petite société confite dans la religion, les habitudes et les rancoeurs, et va nous prouver que vins fins et mets raffinés font autant pour la sérénité de l'âme et l'amour d'autrui que prière, jeûne et pénitence.
Genre littéraire: Nouvelle
Durée: 7h. 58min.
Édition: Paris, Gallimard, 1988
Numéro du livre: 16272
ISBN: 9782070207498
Collection(s): Du monde entier

Documents similaires

Durée:1h. 59min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:13177
Résumé: Quatrième de couverture : Comment de paisibles trappeurs vont-ils s'y prendre pour faire comprendre à un Lieutenant qu'ils n'ont aucune envie de jouer à la guégerre? Comment vivre dans une station de chasse près du cercle polaire sans perdre aucun avantage de la civilisation, et surtout sans se geler les fesses? Comment passer un hiver à deux dans une cabane de 3 mètres sur 4, en pleine nuit arctique, tout en engraissant un cochon pour Noël? Comment se débarrasser d'un ours un peu trop affamé quand on a oublié son fusil sur son traineau au bord de la banquise, à 100 mètres de chez soi?
Durée:6h. 24min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:25314
Résumé: Que sait-on du Groenland ? Pas grand-chose à vrai dire. Ce qui est fort dommage. Car cet immense glaçon polaire se veut, encore et toujours, le savoureux théâtre d'exploration d'une poignée d'hommes au grand cœur. Des Danois, des Islandais, des Bohémiens norvégiens, voire des Scandinaves... Chez eux, la viande est de phoque, les pièges, à loup, les rires, de renard, et les bœufs, à pétrole. Quant aux corbeaux, ils se prénomment Gaston... On y croise même des bambins qui s'embrasent comme des feux de Bengale. Normal, ce recueil de nouvelles recèle tant d'idées, de poésie imbibée et de chaleur humaine qu'il briserait n'importe quelle glace...
Lu par:Nadine Maugie
Durée:5h. 12min.
Genre littéraire:Nouvelle
Numéro du livre:66585
Résumé: Fjordur pensait à sa passion, il lui arrivait d'avoir des palpitations comme un garçon de dix-sept ans avant un rendez-vous amoureux, et cette pensée le rendait à la fois nerveux et sauvage... "En 1950, le Danois Jorn Riel s'embarque pour le Groenland. Dès lors naîtront une vingtaine de livres : nouvelles, contes, anecdotes, histoires de trappeurs, seuls et sans femme au cœur de la nuit polaire, dont témoignent notamment La Vierge froide et autres racontars et Safari arctique. Et ses livres, hymnes au Grand Nord et documents ethnologiques de premier plan tout à la fois, débordent d'humour et de tendresse. Fascinant !" Christian Bobin, Le Courrier français
Durée:7h. 13min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:28110
Résumé: David Fischer ne se doute pas que sa conversation téléphonique avec sa femme, alors qu'il est en voyage d'affaires à Londres, sera le premier signe annonciateur de trois jours qui mettront à mal bon nombre de ses certitudes. Car tout va bien dans la vie de cet avocat danois, et le dîner avec Nadeel, le petit-ami pakistanais de sa fille Zoë, qu'Emma lui annonce, ne lui pose aucun problème. Mais le lendemain matin, une fois rentré à Copenhague, il trouve une croix gammée taguée sur sa boîte aux lettres. Il décide de la remplacer et de n'en parler à personne, mais il est troublé. Sa femme Emma est anglaise. Mariée avec David depuis vingt-cinq ans, elle l'a suivi dans cette banlieue cossue de Copenhague pour se consacrer à l'éducation de leur fille Zoë mais aussi à la peinture, sans toutefois tenter une carrière. Le soir du dîner, quand elle prend l'initiative de parler des origines juives de David à Nadeel, le malaise dans cette famille en apparence sans histoire s'accroît tout d'un coup. Puis arrive le premier vernissage de Zoë, étudiante aux beaux-arts, où l'installation vidéo provocante qu'elle a conçue avec Nadeel risque bien de mettre le feu aux poudres.
Durée:10h. 20min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:25534
Résumé: Les meilleures années appartiennent-elles toujours au passé ? En est-on responsable ? Ces questions viennent hanter Ingrid Dreyer, architecte et mère divorcée, au cours de quatre jours dramatiques, où plus rien ne se révèle être comme elle le croit. Lorsque son fils adolescent est arrêté pour des actes de violences, lorsque sa relation à un homme plus âgé et marié prend un tour inattendu, Ingrid Dreyer replonge dans les souvenirs de sa jeunesse solitaire et de son mariage raté, afin de tenter de comprendre pourquoi sa vie commence à ressembler à une impasse. Est-elle condamnée à reproduire les comportements, les lubies et les erreurs de sa mère, femme de lettres, qui a connu jadis son heure de gloire ? Les histoires de ces femmes ne sont-elles que les variations díun même thème et díun même drame ? Après Sous un autre jour et Les mains rouges, Jens Christian Grondahl propose ici un nouveau portrait de femme de notre temps, avec cette profondeur psychologique et cette subtilité stylistique qui sont sa marque. Les trajectoires díun certain nombre de personnages reliés entre eux par le sang, les rencontres ou les circonstances síinterpénètrent, se racontent par épisodes alternés, faits en grande partie de discours intérieurs, de va-et-vient entre présent et passé, de souvenirs, de drames muets et intimesÖ Classique dans sa construction, le récit est pourtant plus exigeant quíil níy paraît : les péripéties sont toujours celles de líâme plus que celle de líhistoire ou des corps. Díoù cette impression de minutage précis des journées, de mélange de suspens, de fluidité, díactes anodins et de pensées vertigineuses. Il faut, à líévidence, être maître de son art pour garder líintensité du récit díensemble, ce que Grondahl réussit une fois de plus.
Durée:2h. 3min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:15163
Résumé: Nous sommes en 1943, et les bruits de la guerre n'épargnent pas même cette grande demeure bourgeoise, construite a l'écart de ce hameau au bord de la mer du Nord. Ses propriétaires, un couple sans enfants, accueillent leur jeune neveu de quatorze ans, mais aussi la fille adolescente de la couturière de Madame, pour la mettre a l'abri des bombardements qui menacent Copenhague. Lorsqu'un avion britannique s'écrase non loin de la dans les dunes, un drame silencieux va se nouer entre les deux adolescents et un pilote britannique... Ce récit dépouillé et émouvant, sur le thème de l'innocence perdue, marque sans doute un tournant dans l'écriture de Jens Grøndahl, dont le talent s'affirme de livre en livre.
Durée:10h. 5min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:18688
Résumé: Un historien de l'art parvient à un tournant de son existence quand Astrid, son épouse, part soudain, après dix-huit ans de vie commune. Cet événement déclenche alors un flot de souvenirs et de réflexions. Un amour de jeunesse sans issue, la rencontre d'Astrid, le mariage et les enfants, la vie mondaine dans la bourgeoisie intellectuelle de Copenhague, les voyages à Paris, Lisbonne et New York. Comment cette vie s'est-elle dessinée ? "Je dois tout réinventer, tout en sachant bien que je risque ainsi de recouvrir le peu que j'aurais peut-être mis au jour pendant ce temps. Tout en brodant mon histoire, je me rends compte à quel point une vie reste pleine d'ombres et de silences. Comment prend-elle forme ? Pourquoi a-t-elle pris cette direction-là, cette direction décisive ?".
Lu par:René Sterckx
Durée:4h. 52min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:14473
Résumé: "Cap sur le Groenland avec Jorn Riel, écrivain baroudeur et conteur malicieux. De son long séjour en Arctique il a rapporté des anecdotes, des récits, des "racontars". En un mot, des histoires d'hommes seuls sur une terre glacée où le soleil, l'hiver, se couche très longtemps. Ces rudes chasseurs ont d'étranges faiblesses, des tendresses insoupçonnées, des pudeurs de jeunes filles et des rêves d'enfants. Les solitaires s'emplissent de mots tus et, ivres de silence forcé, ils quittent parfois leur refuge pour aller "se vider" chez un ami. Ces nouvelles de l'Arctique ont la rudesse et la beauté du climat qui les suscite. Souvent râpeuses, toujours viriles, parfois brutales, saupoudrées de magie et de mystère, elles nous racontent un monde où la littérature ne se lit pas mais se dit, où l'épopée se confond avec le quotidien, où la parole a encore le pouvoir d'abolir le présent et de faire naître des légendes." (Babelio)
Durée:10h. 8min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:18210
Résumé: Trainspotting à la danoise, Submarino explore le Copenhague underground à travers les destins de deux frères en quête d'une normalité dont ils ignorent tout. Enfants des services sociaux, Nick et son frère se rencontrent à la sortie d'un foyer, le jour où leur mère décide de leur offrir un semblant de vie de famille. Très vite pourtant, elle tombe enceinte et reprend son errance de bar en bar, de passe en passe. Livrés à eux-mêmes, les deux frères s'occupent du bébé avec les moyens du bord. Quand le petit crie trop fort, ils mettent la télé à fond et sniffent de la peinture. Mais un jour le bébé ne crie plus : il est mort. Des années plus tard, Nick traîne son corps bodybuildé et rongé par l'alcool dans les bas-fonds de Copenhague. Son frère, héroïnomane, élève seul son fils et prend la tête d'une petite armée de dealers. Tous deux se débattent pour survivre à ce terrible passé et tenter d'échapper, en vain, à la marginalité. Chronique violente et sans concession, Submarino dissèque les vies de ces êtres mal nés, héritiers malgré eux d'une misère sociale dont ils ne parviennent pas à s'extraire. Un livre coup de poing auquel le cliché d'un Danemark pays-le-plus-heureux-du-monde ne résiste pas et dont on peine à sortir indemne.
Lu par:Manon
Durée:7h. 47min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:38061
Résumé: Frank tient un atelier de carrosserie depuis qu’il a raccroché les gants. Avec son père, qui l’entraînait, il a éclusé les salles de boxe et enchaîné les matchs. Et puis basta. Ellen est infirmière à domicile. Discrète, elle est celle qui connaît les intérieurs des maisons, l’intimité et les traumatismes de chacun. Pas forcément pire que les siens. Elle a son franc-parler pour remettre à leur place les râleurs, tout en douceur. Ellen a dit non à la violence il y a longtemps. Lorsque son père est victime d’un accident, Frank n’a pas d’autre choix que d’hériter de ses dettes… et de ses ennemis. Il croyait savoir résoudre un problème : à coups de poing. Sa rencontre avec Ellen pourrait bien tout changer. [Source: Babelio, 2018]
Durée:5h. 20min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:32863
Résumé: Cela aurait pu être un simple mariage blanc permettant à Elena de fuir la Roumanie de Ceausescu. Mais Scott, un photographe de presse d'origine américaine, s'attache beaucoup plus que prévu à cette jeune femme secrète, et lorsqu'elle le quitte, après quelques mois de vie commune au Danemark, il est désemparé. Cette séparation brutale ne lui permet pas de comprendre ce qui s'est réellement passé depuis leur rencontre, à la faveur d'un reportage de Scott à Bucarest. Quelque temps après, alors que Scott s'apprête à rentrer aux Etst-Unis, le fils de sa première épouse lui apporte une lettre provenant de Roumanie et destinée à Elena. A la demande de Scott, il va partir à la recherche d'Elena et devenir, presque malgré lui, la première personne à qui elle fera le douloureux récit de sa vie
Durée:12h. 10min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:32034
Résumé: C'est au seuil de la vieillesse que le narrateur décide de nous raconter son histoire, trois moments de vie qui sont autant d'étapes décisives dans la construction de sa personnalité et de sa sensibilité. Il dépeint tout d'abord ses jeunes années et le tournant qu'a représenté le cancer de sa mère. A l'époque, le narrateur avait décidé d'approfondir sa connaissance de l'allemand afin de pouvoir lire Karl Marx et finalement découvrir une littérature germanique qui bouleverse son adolescence, de Thomas Mann à Rainer Maria Rilke. C'est aussi l'époque des premières amours et de la rencontre avec la fille de son professeur d'allemand, qui lui permet de découvrir Berlin d'avant la chute du mur. Puis vient l'âge de raison, le mariage, la naissance de sa fille Julie, et le divorce. Le narrateur a une quarantaine d'années, il est à présent enseignant et accueille un garçon d'origine serbe dans sa classe. Stanko le fascine, sa discrétion comme cette maturité arrogante qui rejaillit parfois. Mais c'est la rencontre avec la mère du jeune homme qui le trouble encore davantage, notamment lorsqu'elle lui montre une vidéo d'elle et son mari, depuis disparu, lors d'une croisière sur le Danube au moment de passer les Portes de Fer, entre la Serbie et la Roumanie. Passion à nouveau éphémère qui le renvoie en fin de compte à sa condition d'homme solitaire et de père en alternance. A la veille de ses soixante ans enfin, c'est à Rome que nous le retrouvons. Grand-père depuis peu, le narrateur fait une nouvelle rencontre inopinée avec une photographe. Elle l'invite chez elle pour lui montrer son travail avant d'accepter de partir avec lui à Paestum, photographier ces ruines encore vivantes... Jens Christian Grøndahl brosse le portrait de cet homme et de son histoire avec une grande justesse, il s'immisce dans ses remords, ses obsessions, ses envies profondes. Les Portes de Fer parle d'amour et de solitude mais également du désenchantement de l'individu occidental, de ce drame bourgeois que le grand auteur danois réussit à croquer avec une lucidité et une élégance toutes singulières