Contenu

De la bêtise

Résumé
Quatrième de couverture : Il n'est pas une seule pensée importante dont la bêtise ne sache aussi faire usage ; elle peut se mouvoir dans toutes les directions et prendre tous les costumes de la vérité. La vérité, elle, n'a jamais qu'un seul vêtement, un seul chemin : elle est toujours handicapée. La bêtise dont il s'agit là n'est pas une maladie mentale ; ce n'en est pas moins la plus dangereuse des maladies de l'esprit, parce que c'est la vie qu'elle menace.
Durée: 1h. 12min.
Édition: Paris, Ed. Allia, 2003
Numéro du livre: 13199
ISBN: 9782844850232
CDU: 830

Documents similaires

Durée:1h. 25min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:36953
Résumé: Médecin psychiatre audacieux et… photographe de renom, cet homme aux talents multiples avait laissé un petit volume de pensées toujours d’actualité (« Doutez, doutez toujours, vous finirez par croire à l’efficacité de vos incertitudes… »), que François Berger a postfacé...
Durée:4h. 53min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:66177
Résumé: Qu'est-ce que la vérité ? Les mots ont-ils un sens ? Y a-t-il une vie après la mort ? Trop vaut-il mieux que pas assez ? Aimer est-il plus agréable qu'être aimé ? Avec l'aide précieuse de Voltaire, David Hume, Friedrich Nietzche, Emmanuel Kant ou encore John Locke, Alain Stephen apporte des réponses à toutes ces interrogations qui ont traversé l'esprit de chacun d'entre nous. Laissant de côté jargon incompréhensible et idées obscures, c'est avec simplicité et pédagogie qu'il nous accompagne à travers la grande histoire de la philosophie. Découvrez les notions, l'histoire et les grands penseurs qui ont nourri cette discipline passionnante grâce à ce guide indispensable qui rend la philosophie accessible à tous.
Durée:17h. 54min.
Genre littéraire:Essai/chronique/langage
Numéro du livre:66096
Résumé: Lichtenberg (1742-1799) est un homme des Lumières, de cette époque appelée en Allemagne Aufklärung. Professeur de physique et de mathématique à l’université de Göttingen, très apprécié de ses élèves, c’est pourtant une oeuvre publiée après sa mort qui nous le rend si important et si attachant : ses « Aphorismes », ses cahiers de notes prises au jour le jour pendant 35 ans (de 1765 à sa mort). Lichtenberg y passe au crible de sa raison ce qui se produit chez lui et dans le monde, jetant un regard aigu et neuf sur sa vie et celle des autres, relatant ses pensées avec une sincérité merveilleuse. Où d’autres ne voient rien que de normal, il fait mille découvertes grâce à son ingénuité, à son intelligence, à son refus systématique des pensées toutes faites. C’est que chez lui la raison n’est pas cette machine de guerre utilisée par Voltaire contre la superstition religieuse et l’ignorance. Lichtenberg appartient à ce XVIIIe siècle tardif où le doute s’étend au point que la raison se met à douter d’elle-même, où l’observation de la nature prend le pas sur l’esprit de système.
Durée:13h. 41min.
Genre littéraire:Psychologie/médecine
Numéro du livre:30943
Résumé: Evénement lors de sa sortie en 1983, ce document représente une somme considérable de données nouvelles sur les neurosciences en France. Un livre culte pour initier de nombreux lecteurs aux connaissances biologiques du cerveau et du système nerveux de l'homme.
Lu par:Marie Deygas
Durée:2h. 14min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:34659
Résumé: Parce qu'écrire c'est s'engager, tout auteur doit nécessairement se demander comment, par sa pratique, ne pas participer à la reproduction d'un monde traversé par des systèmes de domination, d'exploitation et de violence. En examinant ce que signifie de vivre une bonne vie intellectuelle dans un monde mauvais, Geoffroy de Lagasnerie élabore un ensemble d'analyses radicales sur l'autonomie de la culture, sur la valeur du savoir et de la vérité, sur la possibilité de concevoir une pratique de connaissance qui soit en même temps oppositionnelle, ou encore sur les rapports de l'intellectuel aux luttes. Lorsqu'il suspend l'adhésion spontanée à ce qu'il est, tout auteur se pose nécessairement un jour ou l'autre ces questions troublantes : mais au fait... à quoi sert ce que je fais ? Quels sens ont l'art, la culture et le savoir - et à quelles conditions ont-ils du sens ?
Durée:7h. 4min.
Genre littéraire:Philosophie/religion/spiritualité
Numéro du livre:12832
Résumé: Evocation du conflit qui opposa Sébastien Castellion (1515-1563) à Jean Calvin (1509-1564). Dans ce texte écrit en 1936, l'écrivain pose la question de l'humain et du politique, de la personnalité et de la communauté, de la liberté et de la tolérance contre l'intégrisme.
Lu par:Simon Corthay
Durée:5h. 56min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:75483
Résumé: En cette année 1966, Robert Simon, un de ces héros ordinaires que Robert Seethaler affectionne, décide de prendre un nouveau départ, la trentaine venue. Employé journalier au marché des Carmélites, dans un faubourg populaire de Vienne, il réalise son vieux rêve et redonne vie au café laissé à l’abandon devant lequel il passe chaque jour. Vingt ans après la fin de la Deuxième guerre mondiale, la ville se remet peu à peu, l’économie redémarre et partout surgissent des décombres de nouveaux immeubles et des logements ouvriers. Robert se laisse gagner par l’effervescence et c’est avec un sentiment d’exaltation qu’il remet à neuf ce lieu dont il prend la gérance. Il trouverait prétentieux de lui donner son propre patronyme, comme le lui suggère le boucher du marché : ce sera donc le « Café sans nom », où se retrouvent les habitants du quartier, les commerçants, et où chacun amène sa propre histoire, sa nostalgie et l’espoir de voir advenir enfin un monde meilleur.
Durée:4h. 51min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:72021
Résumé: Le champ. Comment caractériser une vie entière ? Les voix qui s'élèvent ici sont celles des habitants du cimetière, qu'on nomme "le champ" dans la petite ville de Paulstadt. A la concision des épitaphes, l'écrivain substitue les mots des défunts. Par un souvenir, une sensation fugace, une anecdote poignante, chacun de ces narrateurs évoque ce que fut son existence. Au fil de la lecture émerge le portrait d'une bourgade comme tant d'autres, marquée par le retour de la prospérité au mitan du siècle dernier. La vie tourne autour des figures locales : le maire, la fleuriste, le facteur, le curé dévoré par les flammes dans l'incendie de l'église, le marchand de légumes... Les voix se font écho, s'entrelacent, se contredisent parfois, formant le tableau d'une communauté riche d'individus et de sensibilités différentes. Subtil interprète de l'âme humaine, Robert Seethaler se penche sur leur intimité : les amours naissantes, les amours heureuses, ou moins harmonieuses - quand les fantasmagories de la femme signent pour son époux échec, malheur et drame.
Durée:4h. 58min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:33578
Résumé: En 1932, Georg Friedrich Amberg, jeune médecin engagé par le baron von Malchin, quitte Berlin pour le lointain village de Morwede. Afin de soigner les paysans ? Pas si évident, car dans le secret de son laboratoire le baron vient de découvrir la neige de saint Pierre, un champignon parasite du blé capable d'agir sur les esprits comme une drogue. Et dont il compte bien se servir pour restaurer la ferveur religieuse... et le Saint Empire romain germanique. Mais la drogue, expérimentée sur les paysans de Morwede et l'entourage du baron, les fera brandir le drapeau d'une tout autre religion... Interdit par les nazis dès sa parution en 1933, la Neige de saint Pierre est, par-delà l'enquête aux allures de rêve hallucinatoire, le roman de la manipulation et du pouvoir.
Durée:3h. 31min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:31875
Résumé: La vie du vieux fonctionnaire Edouard Saxberger bascule le jour où un inconnu frappe à sa porte. C'est un jeune poète venu lui dire son admiration et celle de ses camarades pour l'unique oeuvre lyrique que publia jadis Saxberger... il y a si longtemps que le vieux monsieur l'a quasiment oubliée. Ramené au souvenir de ses lointaines ambitions artistiques, grisé par ces jeunes qui l'adulent et l'invitent à rejoindre leur cercle, Saxberger oscille entre le rêve de débuter une nouvelle carrière littéraire et la tentation de retrouver la " sourde et molle quiétude " de son existence bourgeoise. Dans ce texte inédit récemment découvert, Schnitzler fait le portrait d'un vieil homme tourmenté par l'impossible désir de rajeunir, en même temps qu'il brosse le tableau drôle et impitoyable d'un microcosme artistique plus actuel qu'il n'y paraît, où règnent la prétention, la vacuité, la mesquinerie et l'obsession de la publicité
Durée:2h. 10min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:31312
Résumé: Deux hommes se promènent le long du Rhin, plongés dans une discussion sur la littérature. L'un est écrivain, l'autre son éditeur. On est au coeur de l'hiver, l'ancien bras du fictive est gelé, pourtant le foehn souffle, annonciateur du printemps. De loin, les promeneurs aperçoivent soudain un grand chien noir qui court à leur rencontre sur la glace, mais elle cède sous son poids et il tombe à l'eau. Pendant que son ami part chercher du secours, l'écrivain rampe jusqu'au chien qui s'agrippe à sa manche. Très vite, il comprend qu'il risque de sombrer avec lui. Pourquoi ne renonce-t-il pas, pourquoi refuse-t-il, au mépris de sa vie, de laisser le dernier mot à la mort Michael Köhlmeier a perdu sa fille aînée après une chute mortelle en montagne. Comment la retrouver par l'écriture sans que sa mort devienne un objet littéraire, c'est tout l'enjeu de ce livre admirable.
Durée:8h. 38min.
Genre littéraire:Roman : au sens large et aventures
Numéro du livre:22919
Résumé: Au plus fort de la Deuxième Guerre mondiale, dans une ville qui ressemble à Vienne, Ellen, une petite fille d'une douzaine d'années, tente d'obtenir un visa pour rejoindre sa mère réfugiée aux Etats-Unis. Autour d'elle, pour survivre, un groupe d'enfants juifs, ses amis, opposent à leur sort tragique un espoir «plus fort que la mort». Un pied dans chaque monde (sa mère et sa grand-mère sont juives, mais son père ne l'est pas), Ellen tente de faire vivre cet espoir des deux côtés, accompagnant ses amis dans leurs jeux et leurs rêves. Vue par les yeux des enfants, la persécution nazie apparaît dans toute son insondable cruauté ; mais Ellen est aussi celle qui, inlassablement, interroge le monde qui l'entoure, et qui, en plein naufrage, réveille les adultes endormis avec ses questions insistantes, jusqu'aux dernières pages du livre où un «plus grand espoir» lui sera révélé. Son voyage halluciné dans l'hiver et la nuit apparaît alors comme une parabole sur la force des faibles et l'impuissance des forts.