Contenu

Recherche par mot-clé: Artistes - Biographies

45 résultats. Page 1 sur 3.

Lu par:Pierre Biner
Durée:12h. 53min.
Genre littéraire:Arts
Numéro du livre:74838
Résumé: Léonard de Vinci et Michel-Ange sont nés pour être rivaux. Rien ne les a opposés davantage que leurs tempéraments. Au point qu'ils figurent deux pôles artistiques extrêmes, deux façons radicalement différentes de vivre, à cette époque fabuleuse de la Renaissance qui marqua l'histoire de la civilisation occidentale comme une charnière. Avec brio et rigueur, Le génie et les ténèbres nous plonge au coeur de leur rivalité légendaire en ces temps obscurs, exaltants et tragiques. Quand ils se rencontrent, à Florence, au tout début du XVIe siècle, Michel-Ange a vingt-six ans et Léonard quarante-neuf. Michel-Ange est capricieux, perfectionniste, aussi pieux qu'il est négligé dans ses manières, mais déterminé à se frayer un chemin à coups de burin. Léonard de Vinci est un hédoniste aux contours plus nuancés, aussi élégant qu'un dandy, mais qui ne respecte aucune échéance, s'intéresse autant aux sciences qu'aux arts, et devient même, parmi les multiples métiers qu'il exerce pour gagner sa vie, musicien de cour. Avec son talent de conteur d'exception, Roberto Mercadini redonne vie aux hommes plus encore qu'aux artistes et ressuscite à merveille leur monde disparu : les troubles et les splendeurs de cités légendaires, quantité d'oeuvres sublimes, une foule de personnages historiques hauts en couleur, peintres, sculpteurs, architectes, papes, condottieres, comtesses guerrières et moines rebelles. A la Renaissance, comme dans les vies de Léonard et de Michel-Ange, rien ne sépare la lumière des ombres : le génie solaire des gestes parfaits de l'artiste cohabite toujours avec les ténèbres de ses obsessions. Au fil de leur somptueux et inquiétant récit, ces vies extraordinaires dressent en creux le portrait d'une époque qui ne l'est pas moins.
Durée:2h. 41min.
Genre littéraire:Arts
Numéro du livre:74374
Résumé: Dans la chaleur de l’été 2019, Rosa Maria Unda Souki devrait être plongée dans les préparatifs de son exposition à venir. Recluse au Couvent des Récollets, entre vertiges du doute et farouche détermination, elle tarde à rédiger le texte destiné au catalogue, à penser l’agencement des tableaux – toujours en cours d’acheminement depuis le Brésil. Dans l’attente, elle retrace ce qui l’a menée là. Comment elle a consacré cinq ans à la figure emblématique de Frida Kahlo en peignant sa célèbre Maison bleue, constituant une œuvre picturale d’une richesse saisissante. En quête d’elle-même, Rosa Maria renoue avec une Frida intime, comme si les clés pour se retrouver elle-même étaient aussi celles qui permettent de comprendre Frida. Rosa Maria investit les espaces, présents et passés : l’atelier où elle réside à Paris, le lieu de cette exposition en cours, mais aussi la maison de sa propre enfance à Guama, au Venezuela. Elle cherche à rendre l’écho des voix, celle de son père disparu, celle du pays dont elle s’est exilée, celle de Frida.
Durée:2h. 40h. min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:72148
Résumé: Qui, plus que Romy Schneider, ravissante icône au triste destin, a fasciné les foules ? Lorsqu’elle est retrouvée morte dans un appartement parisien, le matin du 29 mai 1982, à seulement 43 ans et quelque mois après le décès de son fils, la presse s’enflamme. Suicide ou mort accidentelle ? Chacun interprète, fantasme, invente les circonstances de cette fin tellement cinématographique. Avec grâce et affection, loin de tout sensationnalisme, Violaine de Montclos tente de percer ce mystère et reconstitue, grâce aux nombreux témoins qu’elle a rencontrés, ce que furent ces derniers jours. De la Romy inquiète, maternée par son habilleuse, à la star colérique qui gifle le jeune Harvey Keitel, elle dresse le portrait d’une actrice adulée mais aussi d’une éternelle enfant que rien ne tranquillise. Au fil des pages, on croise Alain Delon le jour du drame, Orson Welles subjugué, Marlène Dietrich complice, mais aussi Claude Sautet et Jean-Louis Trintignant… Dans la lignée de Sagan à toute allure, cette micro-biographie pétillante et profonde raconte en kaléidoscope le talent et la déchéance, les caprices et les ivresses, les joies et les infortunes d’une comédienne qui a tout fait, jusqu’au bout, pour qu’on ne l’oublie pas
Durée:10h. 19min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:71412
Résumé: Henry Darger naît en 1892 dans un quartier pauvre de Chicago. Il y meurt en 1973, après avoir mené une vie discrète, lourde de nombreux secrets. En vidant son appartement, on découvre ses romans comptant des milliers de pages, aux illustrations énigmatiques et troublantes. Son œuvre va bouleverser l’histoire de l’art. Xavier Mauméjean reconstitue, pour la première fois, la vie de ce personnage hors norme, mystérieux et à l’imagination sans égale, créateur d’un des mondes de fiction les plus vastes et étranges qui soient. Les extraits des œuvres de Henry Darger sont traduits par Anne-Sylvie Homassel.
Lu par:Marie
Durée:2h. 58min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:72301
Résumé: Biographie de cet enfant des rues, chanteur, acteur, compositeur, romancier, poète, peintre, producteur... Il aimait Paris et les femmes, les mots et les couleurs, Saint-Germain-des-Prés et Montmartre et côtoyait Jacques Prévert, Jacques Brel, Jean-Louis Barrault, Picasso, Boris Vian, Jean Genet, la "famille" Sartre et tant d'autres.
Durée:7h. 51min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:71188
Résumé: Mousse Boulanger – née Berthe Neuenschwander en 1926 dans le Jura – aura marqué profondément le paysage culturel de Suisse romande. Tour à tour comédienne, journaliste, animatrice, avec son mari Pierre Boulanger, d’une longue série d’émissions poétiques sur la Radio romande, elle est aussi poète et écrivaine. Nous suivons pas à pas le destin de cette femme d’exception depuis son enfance en Ajoie, son adolescence pendant la guerre, la vie de bohème, la rencontre avec son mari Pierre, l’expérience des Marchands d’images sur les scènes de théâtre et à la radio, sa vocation poétique et ses combats pour les droits de la femme et des écrivains. Dans ce parcours riche et unique, Mousse Boulanger, dont l’auteure brosse un portrait savoureux et vivant, croisera de nombreuses figures célèbres de la littérature suisse et française (le poète et éditeur Pierre Seghers, Paul Éluard, Gérard Philipe, Maurice Chappaz, Jacques Chessex, Gustave Roud, Janine Massard). Sa biographie se lit comme un roman.
Durée:3h. 59min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:71185
Résumé: Qu’est-ce que la gloire sinon, comme le disait Pasolini, l’autre face de la persécution ? De Sunset Boulevard à la Dolce Vita romaine, Philippe Brunel livre ici un roman plein de grâce et d’ombre, dans la lignée de Patrick Modiano, sur l’histoire légendaire de la femme la plus belle du monde devenue un monstre.
Durée:3h. 32min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:71660
Résumé: Une femme décrit ses efforts pour comprendre le talent de son fils, mais également pour le soutenir et l'aider lorsqu'il connaît des internements répétés en hôpital psychiatrique où il subit des électrochocs. Le journal fictif de la mère d'Antonin Artaud, né en 1896 à Marseille.
Durée:11h. 49min.
Genre littéraire:Arts
Numéro du livre:70260
Résumé: Brigitte Fontaine, une artiste révoltée contre l'aliénation et toutes les formes de mort. Brigitte Fontaine est sans doute l'une des plus grandes énigmes de l'histoire de la chanson française. Ceux qui croient la connaître pour avoir aperçu le reflet déformant de son image la prennent sans doute pour une extraterrestre. Que cache donc le personnage médiatique, derrière le paravent de ses apparences fantasques ? Une oeuvre unique, toujours vivante dans le mouvement perpétuel de la musique, de spectacles et de livres. Un parcours singulier, en dehors des sentiers battus des bienséances, du commerce et de la mode. Une vie d'artiste révoltée contre l'aliénation et toutes les formes de mort. Cette monographie explore les multiples facettes de cette comédienne, chanteuse, dramaturge, poétesse et romancière paradoxalement méconnue bien que célèbre...
Durée:4h. 28min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:69628
Résumé: C'est à son fils qu'Eddy Mitchell a confié ses humeurs, ses secrets et les moments forts d'une carrière exceptionnelle. Des Chaussettes noires aux Vieilles Canailles, l'enfant de Belleville est un formidable crooner français, mais aussi le meilleur ambassadeur de la musique américaine, du rock à la country. A Nashville, il a enregistré et interprété les chansons des plus grands : Gene Vincent, Chuck Berry, Little Richard... Devenu acteur, il a également tourné avec des maîtres du septième art, de Bertrand Tavernier à Wim Wenders. C'est l'histoire d'une vie très rock'n'roll : agitée, riche, diverse, drôle, tendre, où l'ennui n'a pas sa place.
Lu par:Marco Maltini
Durée:13h. 19min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:69651
Résumé: Dans Soit dit en passant, Woody Allen parle de ses premiers mariages, l'un avec un amour de jeunesse, le second avec la merveilleusement drôle Louise Lasser, qu'il continue d'adorer. Il décrit aussi son aventure avec Diane Keaton, qui s'est transformée en l'amitié d'une vie entière. Il revient sur ses relations professionnelles et personnelles avec Mia Farrow, qui ont amené à la réalisation d'un certain nombre de grands classiques, avant d'être suivies par une rupture orageuse dont se sont repus les tabloïds. Il confie qu'il a été le premier surpris quand, à cinquante-six ans, il a entamé une amourette avec Soon-Yi Previn, alors âgée de vingt-et-un ans, qui devait conduire à une grande histoire d'amour, passionnée et retentissante, et à un mariage heureux de plus de vingt ans. Sur un ton souvent désopilant, d'une honnêteté absolue, plein d'intuitions créatives mais traversé de perplexité, c'est le récit d'une icône américaine qui vous dit tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander...
Durée:11h. 50min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:69403
Résumé: Autriche, 1933. La jeune Hedy Lamarr se met à nu dans le film Extase et, simulant un orgasme, devient la première actrice X de l'histoire. Le scandale est mondial. Mais quelques années plus tard, après bien des aventures dignes d'un roman d'espionnage, la voici à Hollywood où elle est sacrée "plus belle femme du monde". Elle tourne alors aux cotés de Clark Gable et Spencer Tracy, sous la direction de grands réalisateurs comme Cecil B. DeMille ou Victor Fleming. Beauté vénéneuse, filmographie fournie et amants célèbres : Hedy Lamarr avait tout pour figurer au panthéon des reines du cinéma, entre Greta Garbo et Marlene Dietrich. Mais elle semble avoir joué de malchance... Peut-être était-elle trop sulfureuse pour l'Amérique puritaine des années 1940 ? Elle fuit son premier époux, déguisée en prostituée ; se maria six fois ; revendiqua sa bisexualité ; prit pour amants les plus grands noms d'Hollywood ; abusa de la chirurgie esthétique ; dilapida sa fortune ; se retira de la vie publique à quarante ans, ne réapparaissant qu'au gré de ses condamnations pour vol à l'étalage. Dans cette autobiographie controversée, Hedy Lamarr livre, avec une remarquable candeur, les détails de son ascension spectaculaire, brossant au fil des pages un portrait au vitriol du Hollywood décadent des années 1940.
Durée:22h. 23min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:69052
Résumé: Lorsque, au printemps 1948, elle envoya ce billet à Roberto Rossellini, Ingrid Bergman, alors au faîte de sa gloire, ne se doutait pas qu'il allait déclencher un des plus grands scandales qu'ait jamais connus le monde du cinéma : moins de deux ans plus tard, quand elle quitta son mari Petter Lindstrom, sa fille Pia ut les studios d'Hollywood pour aller rejoindre Rossel liai en Italie, la jeune Suédoise découverte par David Selznick, « l'ange d'innocence », héroïne de Casablanca, de Pour qui sonne le glas et tant d'autres productions célèbres, était devenue aux yeux de l'Amérique puritaine un monstre d'amoralité, une mère dénaturée, une femme perdue. [Source: 4ème de couverture]
Durée:5h. 52min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:68849
Résumé: " Peins ma fille, peins... Le jour commençait à baisser quand elle s'était enfin arrachée d'une ancienne fièvre. Une grande toile en était sortie, comme elle n'en peindrait jamais plus, avait-elle aussitôt compris. Une simple bâtisse dans l'herbe rase d'un vert cru, une bergerie, peut-être, tombée du ciel comme un météore... " Ainsi peint Aimée Castain, bergère de Haute-Provence. La montagne est dans le paysage. La mer nappe l'horizon, invisible, brumeuse, à soixante kilomètres. Et partout, la tendre sauvagerie des collines, les oliviers, les bories, la tentation de la couleur. Saisir sur la toile la beauté du monde. Son mari Paul ne comprend pas bien cette passion nouvelle, mais Aimée s'y donne, entièrement, tout en surveillant son troupeau. Peu à peu, son talent franchit la vallée, les amateurs achètent ses toiles, les journalistes écrivent sur le prodige. Une candeur de touche, un talent singulier, comme offert, par l'insaisissable : l'école du ciel, peut-être... La narratrice et son compagnon, Daniel, avocat, cherchent comment fuir Paris et Marseille, la vie épuisante, éclatée. Dans un village de Haute-Provence, une maison leur apparaît, comme offerte elle aussi, par l'invisible. Elle sera leur point d'ancrage. Chaque matin est une promesse nouvelle. Puis Daniel s'enflamme pour l'oeuvre d'une artiste oubliée, une fille de métayers, née pendant la Grande Guerre, une simple bergère. La maison qu'ils viennent d'acheter fut la sienne. Un talent magnifique et méconnu aurait-il vécu entre ces murs ? Elisabeth Barillé nous entraîne à la rencontre d'Aimée Castain et nous livre le roman de la liberté, avec grâce et un sens unique des images : échapper à son histoire, traverser l'enfance, accomplir son destin.
Durée:7h. 42min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:68316
Résumé: "Je montrerai tout. Mon coeur, mes émotions. Vert - rouge - jaune - bleu - violet. Haine -amour - rire - peur - tendresse". Niki hait l'arête, la ligne droite, la symétrie. A l'inverse, l'ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu'elle retient : une mosaïque d'éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple. Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l'unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féérique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ? "J'aime l'imaginaire comme un moine peut aimer Dieu".
Durée:10h. 26min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:67849
Résumé: La vie artistique de Jean Villard Gilles est un régal pour le biographe : il a exprimé tant de talents ! Comédien, auteur, compositeur, interprète, l’artiste a décrit la traversée de son siècle et la fréquentation de ses contemporains en plus de trois cents chansons qui font maintenant partie du patrimoine de la Chanson francophone. Quelques une d’entre elles sont analysées en détail dans l’ouvrage. Il ne sera pas question ici des petits secrets intimes mais du parcours artistique d’un homme travaillé par de profondes interrogations. Politiques souvent, métaphysiques parfois, elles ont animé, agité cet artiste prolifique mû par une énergie créatrice dont l’humour fut le principal carburant. Deux auteurs se sont relayés pour explorer cette destinée. Olivier Rumpf, enseignant passionné que la maladie a atteint trop tôt et Marie Perny, artiste multi-tâches, qui en respectant les choix d’Olivier Rumpf leur a donné leur orientation finale.
Durée:10h. 30min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:67800
Résumé: Amrita Sher-Gil est à l’Inde ce que Frida Kahlo est au Mexique. Artiste de génie, femme libre à la vie fabuleuse et tourmentée, elle a marqué l’histoire de la peinture indienne avant de disparaître brutalement à l’âge de vingt-huit ans. Lorsque Iris achète un de ses tableaux, elle se lance, fascinée par son destin, sur les traces de cette artiste audacieuse, mi-hongroise, mi-indienne, espérant retrouver dans cette quête le goût de peindre qui l’a quittée depuis des années. De subtils échos se répondent entre les deux femmes dont l’existence est étroitement liée à la création, à l’amour de la peinture et à ses ressorts secrets.
Durée:11h. 37min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:66967
Résumé: Paris, 1929. Lee Miller, une jeune américaine, débarque à Paris. Mannequin, belle comme le jour, elle rêve pourtant de passer derrière l’objectif, animée d’une seule passion, d’une unique obsession: la photographie. Presque par hasard, Lee attire l’attention de May Ray, illustre photographe gravitant dans le Montparnasse surréaliste de Dalí et sa bande d’extravagants artistes. Mais pour Man Ray, Lee demeure la muse par excellence. Entêtée, la jeune femme réussit le convaincre de lui donner sa chance. Elle deviendra l’assistante, l’élève, puis l’amante du grand photographe. Dans l’intimité de la chambre noire, leur art et, très vite, leurs corps se lient et s’unissent. Mais alors que Lee se révèle une artiste hors pair, Man, jaloux maladif et génie égocentrique, ne peut bientôt plus supporter l’ascension de celle à qui il a tout appris. Des cabarets du Paris bohème aux champs de bataille d’une Europe déchirée par la Seconde Guerre mondiale, de la découverte de techniques de photographie révolutionnaires à l’immortalisation de la libération des camps de concentration, Lee Miller s’impose comme une artiste absolue, une femme hors du commun
Durée:5h. 56min.
Genre littéraire:Biographie/témoignage
Numéro du livre:66500
Résumé: Mais Albert Gos n’est pas un homme d’atelier bien que son antre, où il tenait salon, ait vu défiler de nombreux artistes, musiciens et poètes, antre transformé, décoré en chalet d’alpage. Il aime la montagne et la parcourt assidûment, suivant les préceptes de son Maître Barthélémy Menn. Il proclamait : « J’adorais le plein air, l’analyse du paysage et la liberté surtout ». Dans ses souvenirs, il relate quelques-unes de ses expériences avec beaucoup de retenue et d’humour. Bien sûr, la montagne : il sera reconnu comme un peintre alpestre, notamment chantre du Cervin. Il ne dédaigne pas cependant, les vergers lumineux, le Léman et ses barques, les jardins intimes
Durée:3h. 50min.
Genre littéraire:Roman historique/biographique
Numéro du livre:66593
Résumé: Ce 18 mars 1933, à Leipzig, Gerta Pohorylle vient d'être arrêtée sous prétexte que ses frères auraient distribué des tracts hostiles au régime. Tout en répondant avec dédain aux questions d'une brute national socialiste (" Nationalité ? polonaise " " Date de naissance ? le 1er août 1910 "), ellelaisse son esprit vagabonder, s'interrogeant sur les deux hommes qu'elle aime : un représentant des cotons américains à Stuttgart, où elle est née, et Georg Kuritzkes, étudiant en médecine et communiste. Dans la cellule où on la jette, son aplomb et son élégance détonnent. D'abord méfiantes, les autres détenues sont vite conquises par sa bonne humeur, et par le colis de vivres qu'elle partage volontiers. Relâchée, la jeune femme comprend qu'elle est en sursis partout en Allemagne, et décide de partir pour Paris. Dès l'ouverture du nouveau roman de Serge Mestre qui lui rend hommage, la personnalité de celle qui deviendra la photographe Gerda Taro est posée : toute sa courte vie, elle restera libre, audacieuse, généreuse et déterminée à disposer elle même de son sort. A Paris, elle ne tarde pas à tomber amoureuse d'un réfugié politique hongrois, rencontré parmi les émigrés arrivés en nombre. André Friedmann est photographe, et Gerta, lassée des petits boulots qu'elle accumule, apprend avec lui le métier, tout en prenant en main, avec sa générosité habituelle, sa carrière. Comme les contrats sont rares, elle lui invente une nouvelle identité de photographe américain, et un nouveau nom : Robert Capa. Elle-même se trouve un pseudonyme, Gerda Taro – " un vrai nom de photographe ", l'encourage son compagnon. La légende est née, dont le romancier s'empare avec l'ironique acuité et le sens de l'ellipse qui lui sont propres. Epousant le point de vue de Gerta/Gerda, il met en lumière la singularité, le talent et la modernité de celle dont l'histoire a surtout retenu le tandem qu'elle a formé avec Capa. En Espagne où ils sont envoyés par Vu après le putsch du 18 juillet 1936, les deux reporters travaillent côte à côte, et Gerda n'hésite pas à rembarrer sèchement Capa quand il s'approprie les photos qu'elle a prises. Jamais elle ne sera la femme d'un homme, elle le revendique haut et fort : malgré son lien avec Robert, elle n'a pas rompu avec Kuritzkes, mène sa trajectoire comme elle l'entend, mue par un courage et un appétit de vie exceptionnels, jusqu'à sa mort absurde, écrasée par un char républicain le 26 juillet 1937. Fascinante figure que celle de Gerda Taro, dont Pablo Neruda et Louis Aragon prononcèrent l'éloge funèbre au Père-Lachaise. Plusieurs ouvrages lui ont été consacrés : par Robert Capa lui-même qui, dans l'album Death in the Making (New York, 1938), retrace leurs douze derniers mois passés à couvrir la Guerre civile ; par François Maspero, qui publia L'Ombre d'une photographe en 2006 (Le Seuil) ; plus récemment, Après Gerda, du romancier Pierre-François Moreau (Editions du Sonneur, 2018) et La ragazza con la Leica, prix Strega 2018 de l'Italienne Helena Janeczek (Guanda, pas encore traduit en français). Regarder, portrait d'une féministe en avance sur son temps, est aussi une traversée tambour battant de la si brève et passionnante période pendant laquelle Gerda Taro sut inscrire son nom au firmament des photographes.